La chute de M. Fernand
 / 

La chute de M. Fernand

À propos

M. Fernand est en réalité Fernand Legros qui, dans les années 60-70 a défrayé la chronique en vendant une quantité impressionnante de faux tableaux à des collectionneurs célèbres et des musées américains, faisant ainsi fortune. Le roman le saisit au moment de sa dégringolade, quand il n'a plus qu'une Rolls-Royce blanche au lieu des dix du temps de sa splendeur, et joue - séduisant mais malhonnête et colérique - les pique-assiettes chez les habitants bohêmes d'un immeuble de Pigalle. Il vit d'expédients, fournit ses relations en drogues, et sérieusement à court d'argent, tente un dernier coup : trouver un faux Dufy pour le compte d'un caïd corse. Tous les faussaires s'étant réfugiés au Brésil, le voici contraint de négocier un vrai tableau, que tout le monde croit faux, bien entendu. M. Fernand terminera son parcours troué de dix-sept coups de pic à glace, dans la poubelle d'une boîte de nuit des Champs-Elysées. Et la police n'aura que l'embarras du choix, parmi son entourage plus ou moins recommandable, pour déterminer qui est le coupable.

Customer reviews

General opinion

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Categories : Policier & Thriller > Policier

  • EAN

    9782021113228

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    238 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    282 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Louis Sanders

De Louis Sanders, on sait peu de choses sinon qu'il a été éditeur, qu'il est traducteur, anglophile, qu'il habite dans le Périgord et qu'il est l'un des auteurs de romans noirs les plus intéressants de ces dernières années. Il se dit volontiers auteur régional, et aime situer les intrigues de ses livres dans des lieux familiers. C'est sans doute pour cela que son écriture est si précise, la psychologie de ses personnages si frappante de justesse. À le lire, on a le sentiment que Louis Sanders sait de quoi il parle, surtout quand il s'agit de crimes "ordinaires" dans un Périgord qu'il dépeint volontiers noir.

empty