Le pacte de Nadjd ou comment l'islam sectaire est devenu l'islam
Le pacte de Nadjd ou comment l'islam sectaire est devenu l'islam
 / 

Le pacte de Nadjd ou comment l'islam sectaire est devenu l'islam

À propos

Dans cette enquête passionnante, Hamadi Redissi décrit les péripéties d'un triomphe à vaste échelle : celui de l'islam wahhabite, professé et propagé par l'Arabie Saoudite. Le parcours est étonnant : partie de rien ou presque, une alliance théologico-politique inédite, nouée au XVIIIe siècle entre un fondateur religieux et un chef de tribu, va conquérir contre d'autres musulmans une partie de la Péninsule arabique (dont les lieux saints de l'islam), avant d'être écrasée dans le premier quart du XIXe siècle par l'Empire ottoman. Elle parvient pourtant à se reconstituer au XIXe siècle avant de s'imposer au XXe, du Maroc à l'Inde, non plus par le glaive, mais par ses affinités avec le fondamentalisme, par le prosélytisme, l'alliance avec des puissances diverses, arabes et autres (notamment les Etats-Unis), et aussi l'" argument " du pétrole. Combattu puis réhabilité par l'islam traditionnel, le wahhabisme - puritain, austère, sectaire, conquérant - est ainsi en passe de devenir l'islam majoritaire dans de nombreux pays de tradition musulmane. Le récit, basé sur de nombreuses sources, bourré d'informations inédites, est mené tambour battant. La thèse - polémique - sera discutée, mais elle est fortement argumentée. Un livre essentiel sur le devenir de l'islam au XXIe siècle.

Categories : Religion & Esotérisme > Islam > Islam généralités

  • EAN

    9782020960816

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Nombre de pages

    342 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2.3 cm

  • Poids

    356 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Hamadi Redissi

Hamadi Redissi est professeur à la Faculté de droit et de sciences politiques de Tunis. Il est déjà l'auteur, au Seuil, de L'Exception islamique (2004) et Le Pacte de Nadjd (2007).

empty