la mère des dieux ; de Cybèle à la vierge Marie
 / 

la mère des dieux ; de Cybèle à la vierge Marie

À propos

A l'aube de notre civilisation, on trouve une grande déesse préhistotique mère des dieux et des hommes.
Psychanalystes, anthropologues et féministes se sont passionnés pous cette figure de mère archaïque, à l'origine des théories d'un matriarcat universel. Mais où se trouve donc, dans la documentation historique, la Mère des dieux ? S'agit-il d'une Déméter sauvage ou de Cybèle entourée de son cortège de prêtres eunuques ? ET la Vierge Marie est-elle l'héritière monothéiste de ces cultes polythéistes qui sont nés au confluent du vieil Orient, de l'Anatolie et de la Grèce archaïque avant de se retrouver à Rome ?
S'appuyant sur une documentation riche et cohérente, qui va du IIè millénaire au IVè siècle de l'ère chrétienne, Philippe Borgeaud s'inscrit résolument dans une démarche historique.
Montrant l'inanité des théories qui ont, depuis plus d'un siècle, créé une nébuleuse universelle emprisonnant la figure de la déesse archaïque, l'auteur restitue la Mère des dieux à sa pluralité archéologiquqe.
Entre richesse symbolique et rigueur historique, Borgeaud invite à repenser la complexité de la figure maternelle dans les sociétés anciennes aux origines de la chrétienté.

Categories : Religion & Esotérisme > Religion généralités > Histoire des religions

Categories : Sciences humaines & sociales > Ethnologie > Ethnologie généralités > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782020109031

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    320 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    265 g

  • Distributeur

    Interforum

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Philippe Borgeaud

Philippe Borgeaud est professeur honoraire d'Histoire des religions à l'Université de Genève. Il est l'auteur, notamment, de La Mère des dieux. De Cybèle à la vierge Marie (Paris, Seuil, 1996) et Aux origines de l'histoire des religions (Paris, Seuil, 2004).

empty