Chez les heureux du monde
 / 

Chez les heureux du monde

Traduction CHARLES DU BOS  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Dans l'Amérique des années 1900, Lily Bart, une jeune femme de vingt-neuf ans, aux prises avec de cruels revers de fortune, doit se frayer son propre chemin à travers les méandres de la haute société new-yorkaise. A la fois complice et victime de ce milieu étouffant, régi par l'argent et les apparences, elle est convaincue que seul un riche mariage peut la sauver. Pourtant, trop idéaliste, son but est de vivre heureuse, en refusant compromis et médiocrité. Et c'est cette grandeur d'âme qui signera sa déchéance et son arrêt de mort, dans un monde où le hasard ne joue, dramatiquement, aucun rôle. Tragédie des temps modernes, ce roman analyse avec une clairvoyance minutieuse les rouages de la société mondaine. Déjà, on y décèle les symptômes d'une condition féminine qui ne nous est pas étrangère.

Edith Warthon (1862-1937) est considérée comme la première des grandes romancières américaines. Milliardaire, élevée à New York, elle épousa un Bostonien dont elle divorcera après une séparation douloureuse. Elle s'installe en France en 1907: amie d'Henry James, de Paul Bourget, d'André Gide, elle y demeurera jusqu'à sa mort. Comme Gertrud Stein, Nathalie Barney, Djuna Barnes, elle imposa, par une ouvre considérable, son identité de femme et d'artiste. Parmi la cinquantaine de livres qu'elle a laissés, dont une dizaine traduits en français (Ethan Frome, Les beaux mariages, Le temps de l'innocence, etc.) Chez les heureux du monde est unanimement tenu pour son chef-d'oeuvre.

Categories : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782010134241

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    3.2 cm

  • Poids

    450 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Edith Wharton

Edith Jones est née en 1862 à New York dans une riche famille américaine. Elle voyage à plusieurs reprises en Europe, puis épouse Teddy Wharton. Au cours de la Grande Guerre, elle n'hésite pas à se rendre sur le front et ses comptes-rendus aident à convaincre l'opinion publique américaine de la nécessité de rejoindre les Forces Alliées. En 1921, son roman The Age of Innocence est un triomphe, et elle obtient le prix Pulitzer, première femme à obtenir cette prestigieuse récompense littéraire. Après plusieurs livres, elle meurt à Saint-Brice sous Forêt, dans le Val d'Oise, en août 1937.
Edith Wharton fut l'une des rares femmes libres de la Belle époque. De très nombreux romans et nouvelles ont été traduits en français. Une biographie par Diane de Margerie (Edith Wharton - Lecture d'une vie) a paru chez Flammarion en 2000.

empty