Christianisme

  • Adam et Ève - Noé - Abraham - Jacob - Joseph le Patriarche Moïse - Ruth - David - Salomon - Élie - Ézéchias - Jérémie Job - Jean le Baptiste - Marie - Jésus - Pierre - Paul de Tarse Marie-Madeleine - Jean le Disciple .
    La Bible est le livre le plus vendu au monde depuis l'invention de l'imprimerie. Texte de référence pour les juifs et les chrétiens, il est aussi essentiel à la compréhension de la littérature et de l'art occidental. Voici vingt portraits des plus grandes figures de cette saga incomparable.
    D'Adam et Ève à Jésus, d'Abraham à Marie, de Moïse à saint Pierre, du roi David à Marie-Madeleine, les personnages les plus fondamentaux des traditions juive et chrétienne défilent devant nous avec un souci constant de la narration, mais aussi une fine contextualisation historique et une recherche du sens spirituel de leur destinée.
    Sous la plume de dix-huit spécialistes juifs ou chrétiens, rabbins, prêtres, pasteurs, historiens, philosophes ou écrivains (Marc-Alain Ouaknin, Fabrice Hadjadj, Jean-Christian Petitfils, Michel-Marie Zanotti-Sorkine...), le coeur de la Bible se déploie dans la pluralité de ses interprétations et la diversité de ses approches.
    À l'heure où le fait religieux ne cesse d'interroger, ce livre est à la fois une contribution à un dialogue paisible entre les religions et au sein de la société, et une manière plaisante et sérieuse de découvrir le Dieu des juifs et des chrétiens.

  • Plus d'un milliard d'hommes sont façonnés par une foi universelle, encadrés spirituellement par une hiérarchie sacerdotale, professant le même Credo, guidés par un pasteur unique, l'évêque de Rome. Cela leur confère d'évidentes particularités culturelles : ils ne répugnent pas à se laisser conduire et se méfient des excès du libre arbitre. Au sein même du christianisme, on n'entretient pas les mêmes relations entre hommes, femmes et enfants nés ou à naître, on ne dort pas tout à fait de la même façon, on ne regarde pas l'argent du même oeil, on n'apprécie pas les mêmes vins, on ne bâtit pas les mêmes villes, on n'installe pas les mêmes cimetières, on n'a pas la même attitude face à la nature, selon que l'on est catholique ou protestant, etc.
    L'ancrage de l'Occident méridional dans la foi et la culture catholiques a joué un rôle crucial dans lorganisation de lespace, dans les paysages et larchitecture, dans les pratiques sociales, par exemple dans la conception de la sexualité ou de lalimentation. Partout, les catholiques sont à la fois divers et semblables. Certains vivent en terre de vieille chrétienté, dans des régions évangélisées à lépoque moderne (Amérique latine, Philippines...) et d'autres encore appartiennent à des contrées qui étaient, il y a peu, des pays de mission (Afrique, Océanie...). Aujourd'hui, le catholicisme a beau reculer dans les coeurs et les intelligences des Européens, il marque toujours leurs mentalités et leurs habitudes.
    Le grand spécialiste de géographie culturelle qu'est Jean-Robert Pi nous montre et explique les manières dont se croisent, sur le terrain, cette foi universelle et les coutumes propres à tous les groupes humains. Il illustre son propos par une quarantaine de cartes et une vingtaine de reproductions d'oeuvres dart qui éclairent une démarche tout à fait nouvelle.

  • « L'enjeu de ce dictionnaire est de fournir au lecteur un compagnon des textes fondateurs du christianisme, un compagnon qui se doit de lui aplanir le chemin au long d'une lecture occasionnelle ou continue. On trouvera les personnages, les événements, les institutions politiques, sociales et religieuses mentionnés dans les évangiles, mais aussi les concepts et les représentations théologiques qu'ils utilisent : comment s'y adresse-t-on à Dieu et comment en parle-t-on ? Comment sont énoncées les appartenances religieuses et communautaires ? ».
    Pour cerner au plus près le personnage de Jésus et sa prédication en interrogeant l'histoire et les évangiles, voici une enquête finement menée par une grande historienne du christianisme des origines.

  • La Bible

    Collectif

  • De la reine de Castille Isabelle la Catholique, responsable de lexpulsion des Juifs dEspagne en 1492, au pape Pie XII, accusé dêtre resté silencieux face à la Shoah, en passant par Christophe Colomb ou Louis XVI, nombre de procès en canonisation nont pu aboutir, voire nont pu être ouverts, malgré lenthousiasme de leurs défenseurs.
    Si les saints sont donnés en exemple dans l'Église catholique,on parle peu de ceux qui, souvent pour des raisons politiques, parfois plus intimes, ont échoué sur le fil à décrocher l'auréole ou semblent avoir du mal à l'obtenir. Par ailleurs, certaines histoires sont rocambolesques : Charlemagne a bien été canonisé, mais par un antipape, son culte n'est donc que toléré par l'Église. Quant à sainte Catherine d'Alexandrie, si chère aux chrétiens d'Orient, ou sainte Philomène, on doute fortement de leur existence. Mais comment s'en sortir quand il y a malgré tout des reliques et des miracles reconnus ? Et que dire de Marcule, martyr d'une secte anticatholique du IVe siècle ayant aterri par erreur sur la liste des saints ? Confrontant avec sérieux et un brin d'impertinence les canonisations aux réalités historiques les plus abruptes, Jérôme Anciberro nous emmène dans un voyage historique au coeur des coulisses peu visitées de l'Église catholique.

  • L'Eglise s'est efforcée d'être universelle (c'est le sens du mot catholique en grec), c'est-à-dire d'imposer un dogme, des pratiques et une organisation unifiés. Sur fond de division entre Orient et Occident, d'hérésies, de conciles contrôlés ou non par le pouvoir politique, l'auteur décrit avec minutie les étapes de la formation d'une religion appelée, en vertu des préceptes évangéliques, à se répandre sur toute la planète.

    L'histoire de la fondation et de l'installation du christianisme dans l'ensemble du monde romain en quelques siècles à peine, la conversion de plusieurs dizaines de millions de personnes font aujourd'hui l'objet d'une très grande curiositédans le public.
    C'est depuis ses tout premiers siècles d'existence que le christianisme a connu la division et que sont apparues des divergences sur la manière de suivre les préceptes évangéliques et d'organiser les communautés chrétiennes. Dès la reconnaissance de la nouvelle religion par l'empereur Constantin au début du IV e siècle, il fallut proclamer que celle-ci était « catholique », c'est-à-dire, en grec, universelle, tant les pratiques et les croyances étaient diverses. C'était l'aboutissement de très longs débats spirituels, intellectuels mais aussi politiques, sous-tendus par la division du monde méditerranéen entre Orient et Occident,bientôt entre deux empires (puis deux aires culturelles)le plus souventopposés.

  • Le livre des psaumesest un des plus beaux, mais aussi des plus lus, de toute la Bible.
    Ils disent une expérience personnelle et collective où se mêlent la souffrance et le bonheur, mais aussi la mémoire, le désir et l'espérance. On peut se retrouver dans chacun d'eux.

    Dans ce recueil inédit, un extrait de psaume, parfois un simple verset, est proposé chaque jour pour nourrir sa prière ou sa méditation. On y retrouve toute la palette des émotions humaines. Ces extraits sont accompagnés de riches illustrations en couleurs réalisées par une monialeà Bethanie, communautéorthodoxe occidentaleen Moselle.
    Rythmé par quelques textes d'ouverture permettant de mieux entrer dans ce qui traverse l'univers des psaumes, cet éphéméride spirituel permet d'offrir au grand public la richesse et la beauté de paroles intemporelles.

  • Quelles sont les principales conceptions de Dieu ? Dieu est-il une fiction consolatrice ? Dieu n'est-il que l'image inversée de l'homme ? Peut-on prouver l'existence de Dieu ? Dieu a-t-il des chouchous ? Dieu aurait-il pu mieux faire ?

    Pourquoi se poser des questions sur Dieu ? C'est la première des cent questions soulevées par le philosophe Paul Clavier, qui aborde le Grand Sujet, objet par excellence de tant d'interrogations. Il l'envisage sous toutes ses facettes, théologiques, morale, logique, métaphysique, anthropologique, en ayant soin de rester toujours très clair et accessible. Sa plume vive et trempée dans l'humour rend l'ouvrage aussi stimulantque plaisant.

  • La vie et l'oeuvre de douze papes qui ont conduit l'Eglise catholique à des époques et de manière bien différentes.

    Comment juger si un pape a bouleversé le monde ? Faut-il mesurer son pouvoir spirituel ? Prendre en compte l'histoire de l'Église ou celle du monde ? En admirer le faste ou l'humilité ? Doit-il être un prophète, un homme d'État, un mécène ou un penseur ?
    Depuis l'apôtre Pierre jusqu'à François, ils ont été 266 à occuper la charge suprême à la tête de l'Église catholique. Dans l'histoire de la papauté, l'auteur a retenu douze souverains pontifes dont les actions et les convictions ont changé l'Histoire. Douze papes qui au cours des crises, des mutations et des renaissances que l'Église a vécues se sont battus pour la liberté, ont résisté aux autoritarismes ou ont joué le rôle d'arbitre entre les princes et les États. Si certains ont su trouver la reconnaissance de leurs contemporains par leurs réformes, d'autres ont échoué. À l'heure où le pape François bénéficie déjà d'une popularité incontestable, Christophe Dickès engage une réflexion sur le pouvoir des souverains pontifes à travers les siècles et, en examinantleur postérité,il répond à une questionessentielle?: qu'est-cequ'un grand pape??

    - Saint Pierre -Saint Léon le Grand - Saint Grégoire le Grand - Grégoire VII - Innocent III - Boniface VIII - Jules II - Saint Pie V - Saint Pie X - Pie XI - Saint Jean XXIII - Saint Jean-Paul II

    1 autre édition :

  • Une plongée dans les questions disputées sur Padre Pio un des saints le plus populaires du XX e siècle.

    Cet homme est sans doute un des saints les plus vénérés du XX e siècle (avec mère Teresa ou Jean-Paul II) et pourtant il n'a cessé de poser questions à ceux qui, dans l'Église ou en dehors, doutaient de la véracité de ce que l'on rapportait de lui. Stigmates, phénomènes de bilocation, « transverbération », mais aussi les incroyables files d'attente devant son confessionnal, l'enthousiasme débordant, voire inquiétant, des femmes qui le côtoyaient ! Dossier après dossier, après une brève présentation de la vie du saint, Yves Chiron mène l'enquête dans toutes les directions : quels furent ses liens avec le fascisme? Pourquoi fut-il persécuté par le Saint-Office? Jean XXIII le désavoua-t-il?
    Avec une précision redoutable, Yves Chiron renvoie à leurs imprécisions ceux qui obstinément et contre les données les plus récentes en notre possession font un procès au capucin de Pietrelcina. Mais, en creux, il livre aussi une extraordinaire analyse du fonctionnement de l'institution de l'Église catholique qui n'a pas toujoursété tendre avec un de ses figures les plus marquantes!

  • Le témoignage bouleversant d'une femme sous emprise et abusée sexuellement par son accompagnateur spirituel À 16 ans, en 1989, Sophie Ducrey rencontre la Communauté Saint-Jean, une des communautés catholiques qui a le vent en poupe. Ayant de fortes aspirations spirituelles, elle rencontre un prêtre qui va devenir son accompagnateur spirituel. La mettant sous emprise, il va abuser d'elle sexuellement pendant un an, à partir de ces 18 ans.
    Il faudra près de quinze ans à Sophie Ducrey pour entamer des démarches afin de faire reconnaître la violence des actes qu'elle a subis. Au sein de la communauté Saint-Jean et de la hiérarchie de l'Église, elle subit une loi du silence dont elle montre la mécanique implacable. Et quand elle porte plainte devant la justicecivile, son abuseur reconnaîtles faits, maisils sont prescrits.
    Dans un récit d'une rare vérité, pudique et tranchant, Sophie Ducrey témoigne ici des ravages et des mécanismes de l'emprise psychique et des abus sexuels dans l'Église catholique, de l'omerta qui les couvre et du combat d'une femme portée par une spiritualité qui est demeurée vivante dans cette traversée de l'enfer.

  • L'amour, la foi, l'espérance. Il semble aujourd'hui plus que jamais nécessaire de retrouver le sens de ces mots. C'est l'objet de cette lettre, adressée à tous ceux qui sont chrétiens - un peu, beaucoup, passionnément - ou qui ignorent qu'ils le sont - et qui se demandent comment s'engager de tout leur être dans l'aventure de la vie. C'est aussi une invitation à intensifier son rapport avec le monde. À augmenter sa joie à être.
    Dans une langue incandescente et pudique à la fois, Christiane Rancé offre un texte d'espérance, tourné vers la vie et les autres. Un livre de mémoire sans passéisme, et de combat sans violence. Une parole à contre-courant et joyeusement rimbaldienne, puisqu'elle fait le pari de l'éternité.

  • Qui ne se souvient des apostrophes fameuses de Jean-Paul II ? « N'ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez les frontières des États ! », « France, fille aînée de l'Église, qu'as-tu fait des promesses de ton baptême ? » Sans doute le pape le plus charismatique de l'histoire est-il aussi un des rares dirigeants de notre époque ayant eu une vraie vision du monde.
    En vingt-six ans de règne (1978-2005), le pape polonais a tenu des propos - discours, homélies, déclarations, livres, encycliques - dans les domaines les plus divers : l'Église, l'Europe, le communisme, les droits de l'homme, le tiers-monde, les juifs, l'islam, le terrorisme, les migrations ou l'écologie... Le « pape du IIIe millénaire » n'a cessé de mener des combats difficiles, de marteler des certitudes dérangeantes, de lancer des appels émouvants et d'émettre, parfois, d'étonnantes prophéties. Quinze ans après sa mort, la lecture de ses propos provoque parfois l'étonnement, souvent l'admiration, toujours la réflexion. Qu'on l'admire ou qu'on porte sur lui un regard plus distancié, on sait que l'on a affaire à un géant.

  • Le regard du Christ s'adresse à chaque personne en particulier : à la femme adultère qu'il ne condamne pas ; au jeune homme riche qu'il ne juge pas ; à Pierre qu'il n'accable pas en dépit de sa trahison ; aux pharisiens qu'il enseigne et admoneste sans les rejeter.
    Ce regard est un enseignement vivant qui permet à chacun de s'interroger sur le sien : sur quoi se porte-t-il ? Comment regardons-nous les autres et les événements ? Quel regard portons-nous sur nous-même ? En relisant avec vigueur les scènes emblématiques de l'Évangile, Marie-Anne Le Roux nous emmène sur un chemin intérieur de purification, de transformation et de conversion du coeur.

  • Que reste-t-il de Benoît XVI ? Coincé entre le géant Jean-Paul II et le flamboyant François, rythmé par de nombreuses crises et critiqué à l'intérieur même de l'Église, le pontificat du professeur Ratzinger est trop souvent lu à la seule aune de son dénouement, à savoir la renonciation.

    Le règne de Benoît XVI ne saurait pourtant se réduire à cet acte final, ni à la réputation d'intransigeance et de froideur qui reste attachée à la figure du pape. C'est ainsi en s'intéressant aux continuités et aux ruptures marquées par ce pontificat que Christophe Dickès souligne la richesse et l'étendue historique, politique et spirituelle de son héritage.
    Inspiré par sa rencontre avec Benoît XVI en 2014, l'historien et journaliste Christophe Dickès prolonge ici une réflexion amorcée dans son Dictionnaire du Vatican pour déceler le legs d'un pape dont l'intelligence et la vision ont été trop souvent sous- estimées.

  • La Voix contagieuse est le second recueil d'homélies de François Cassingena-Trévedy après Sermons aux oiseaux (2009).

    Dans une langue profondément incarnée, nourrie par la contemplation de la nature, ces textes déploient un commentaire des textes évangéliques d'une rare élévation spirituelle qui vient résonner avec les aspirations souterraines de notre époque (rompre avec la violence de notre temps, faire le choix de la frugalité et du partage).
    Ces textes tissent une tapisserie vivante entre la Parole de Dieu fait homme et la parole de celui qui s'en fait l'écho.

  • Comment être chrétien dans notre société qui ne l'est plus ? Alors que l'Église porte une parole sur les questions d'éthique individuelle, la justice sociale et l'écologie, la protection des plus faibles, des pauvres ou des migrants, les oppositions parmi les fidèles sont plus vives que jamais. Ils n'ont pas toujours pris la mesure de la déchristianisation de la société qui nécessite de repenser la présence des chrétiens en son sein.
    Cet essai vigoureux a pour ambition de proposer aux chrétiens un nouveau rapport au monde, cohérent avec la foi et conscient de l'autonomie du politique à l'égard du religieux. Comment la parole du Christ peut-elle éclairer l'action du chrétien et le débat d'idées ? Quels types de relations le chrétien entretient-il avec le monde : d'opposition, de coopération ? De proximité, de distance ? De méfiance, de confiance ? De pouvoir, de service ? Ces questions cruciales mettent en cause notre conception de la laïcité, et en amont celle de l'homme, animal politique et spirituel.
    Cet essai engagé invite à retrouver les racines de tout engagement chrétien : une attention centrale à la dignité de la personne humaine, une vision du monde renouvelée dans un accueil plus profond de l'Évangile.

  • L'engouement pour la méditation de pleine conscience et l'accueil de « l'instant présent » ne cesse de se confirmer. L'Occident rationnel redécouvre que la tradition chrétienne de la prière silencieuse (« oraison ») passe aussi par l'ouverture à notre corps pour éviter la dispersion des pensées et favoriser la rencontre avec Dieu.
    Ancré dans la spiritualité des Pères de l'Église et dans celle du Carmel (Thérèse d'Avila, Jean de la Croix), ce livre pionnier présente un chemin de prière avec le corps à la fois original et universel, contemporain et enraciné, accessible à tous et permettant un voyage intérieur d'une profonde fécondité.

  • Cinquante ans après le concile de Vatican II, l'Église catholique fait face à l'une des plus graves crises de son histoire.

    Crise de crédibilité dans l'espace occidental, crise morale avec les scandales de pédophilie, crise de recrutement de ses élites et de son encadrement (les prêtres), poussée d'un courant ultraconservateur extrêmement critique, désaffection de sa base, concurrence des sectes évangéliques en Amérique latine, crise de gouvernement. L'écho des luttes intestines a même franchi les murs de silence du Vatican avec les Vatileaks. Or, le pape et son administration, tous deux vieillissants, semblent incapables de relever les défis nouveaux du monde et l'Église est comme frappée d'autisme.

    Face à cette situation critique, la réunion des évêques du monde entier en concile, est-elle une solution ? Quels en sont les difficultés et les risques ?

    L'auteur propose de changer la donne : Vatican III ne réussira que s'il échappe au huis clos clérical entre évêques et théologiens.

  • On les croyait en voie de disparition, perdus dans une société noncroyante et vouée à la consommation, mais ils sont toujours là ! 56 % des Français se déclarent catholiques. Sur 65 millions d'habitants, 44 millions sont baptisés : le catholicisme demeure la religion de la majeure partie des Français.
    Si les catholiques vont de moins en moins à la messe, s'ils dépriment devant le mépris de leurs concitoyens, ils pratiquent leur foi différemment, sur Internet, lors de retraites spirituelles ou de pèlerinages.
    Des reportages vivants et variés qui montrent la diversité des fidèles, de leurs convictions, de leurs votes, de leurs engagements. De pèlerinages en groupes de prière, de soirées d'adoration silencieuse en concerts rock, Linda Caille a rencontré des geeks mais aussi des inconditionnels de l'action sociale, des accros à la messe en latin, des cathos des campagnes, des cadres du quartier des affaires de la Défense et les derniers prêtres-ouvriers.
    Des portraits émouvants et rares comme Claire qui vit en collocation avec des sans-abris à Grenoble ou cette grand-mère qui, lorsque la nuit tombe, part avec son déambulateur dans les couloirs pour cajoler ses copines de la maison de retraite, Des histoires surprenantes comme ces parents qui, médusés, regardent leurs adolescents se rendre à l'église avec leurs amis le dimanche soir pour une messe.
    Des parcours de vie étonnants comme ces jeunes prêtres en soutane qui relancent le patronage le mercredi pour les écoliers dans la banlieue lyonnaise.
    Une immersion surprenante dans une France où malgré les scandales pédophiles, le succès des mouvements scouts perdure. Si une majorité des manifestants contre la loi Taubira étaient catholiques, 40 % des fidèles étaient favorables au mariage des personnes de même sexe.
    Une enquête journalistique où Linda Caille décrit des citoyens qui retrouvent les racines de leur foi et de leur culture devant un islam revendicatif, des évangéliques en croissance et un gouvernement faisant à leur égard un usage maladroit de la laïcité.

    Entre volonté de reconquête et soif de spiritualité, les catholiques se renouvellent, sortent de leur mutisme et travaillent leurs manières de s'adresser à leurs concitoyens en utilisant les réseaux sociaux et les codes esthétiques actuels. Un pied dans leur société, l'autre dans leur Église, les cathos continuent de s'adapter et de surprendre.

  • Face aux enjeux de notre temps, nous semblons à bout de souffle : nous ne savons plus définir ce qui nous est commun et permettrait de relever les défis qui se présentent à nous. Désemparés, nous oublions la fraternité, notion évangélique et républicaine, qui nous permet de vivre ensemble. Pour raviver cette fraternité qui se dérobe à nos yeux, la seule solution est de refonder une foi commune, non pas confessionnelle, mais un élan de vie partagé qui nous porte et nous rassemble.
    Dans cet essai inattendu et vivifiant, Guillaume de Tanoüarn ausculte en philosophe la crise de notre société. Convoquant Mandeville et Adam Smith, Diderot et Rousseau, Augustin et Kant, il relit la modernité sans la condamner et s'interroge sur les moyens de renouer avec une fraternité vivante. Car il est urgent et salutaire d'en redécouvrir le sens pour retrouver ce qui nous unit.

  • Si la Cité du Vatican ne compte que 800 habitants, son chef d'État, le pape, s'adresse quotidiennement à près de 1,5 milliards de fidèles. Paradoxes, traditions, intrigues : la Cité-État la plus petite du monde est bien singulière.

    Aldo Maria Valli, vaticanologue réputé, propose une enquête passionnante, où se mêlent grande et petite histoire, sur un État qui ne ressemble à aucun autre, et ménage découvertes et surprises. L'histoire, la géographie, les institutions, les finances, rien n'est oublié. Il est question, bien sûr, de la garde suisse, de la Curie, des conclaves, mais aussi de la vie quotidienne en ce lieu où se côtoient le divin et l'humain.

    L'auteur convie son lecteur à soulever les toits et à pousser les portes, y compris celles qui ouvrent sur d'inquiétants mystères. Il revient ainsi sur les affaires les plus célèbres ? la « face cachée du Vatican » ? jusqu'à la dernière en date, qui a impliqué le majordome du pape.

  • Le 19 avril 2005, Joseph Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, doyen du Sacré Collège, était élu par un conclave largement « wojtylien ». Il choisit le nom de Benoît XVI. Son apparition fut accueillie avec un enthousiasme modéré par la foule amassée sur la place Saint-Pierre. Dès le 13 mai, il mettait en ouvre le procès en béatification de Jean-Paul II. Par cet acte de piété soutenu avec force par l'opinion publique, il tenait sous le boisseau toutes les questions épineuses que Jean-Paul II n'avait pas résolues. De la question lefebvriste au drame de la pédophilie, des abus des Légionnaires du Christ aux scandales financiers, le dernier pontife romain témoin et acteur de Vatican II mit plusieurs années à s'imposer. Cette volonté d'unité et de rectitude de l'Église conduisit Benoît XVI à relever des défis qui générèrent l'affaire Vatileaks. Benoît XVI, en renonçant le 11 février 2013, gagna en popularité en tant que figure sacrificielle. Mais il ouvrit une voie périlleuse pour l'institution.

  • Qui est cet homme, l'auteur du 4 e évangile et qui se nomme lui-même « le disciple que Jésus aimait » ? Est-il possible qu'il soit l'apôtre Jean, fils de Zébédée et marin- pêcheur ou est-il plutôt un autre Jean, le Presbytre, proche des milieux du Temple ?
    L'auteur du 4 e évangile et celui de l'Apocalypse sont-ils le même ? Autant de questions auxquelles, Bernard Quilliet, en historien chevronné répond avec précision et talent.
    Partant à la recherche de cet homme insaisissable entre la cohorte des disciples à la suite de Jésus, Bernard Quilliet scrute les grands livres johanniques pour essayer de cerner au plus près la personnalité d'une figure et d'une pensée qui va être décisive dans la constructionet le déploiementdu christianisme.
    Au bout du compte, Jean l'Evangéliste nous apparaît un peu plus familier, sans toutefoisperdre totalementla part de mystère qui lui est attachée depuis 2000 ans.

    awaiting publication
empty