• De novembre 1975 jusqu'au mois d'octobre 1976, Serge Bouchard a voyagé avec des camionneurs dans le Nord-Ouest québécois. Son but : étudier et observer leur travail pour en faire le sujet de sa thèse de doctorat. Serge Bouchard et Mark Fortier ont transformé la matière de cette recherche ethnographique unique en un portrait vivant et pénétrant du monde des camionneurs.
    Ce livre nous transporte sur les routes du nord à l'époque des grands chantiers de la Baie- James, mais il nous mène aussi beaucoup plus loin. Parlant des camions, c'est des mystères de la vie et des élans de la liberté dont il nous entretient.

  • Le tourisme a connu un essor important ces dernières décennies, même si cette activité n'est pratiquée que par une infime partie de la population mondiale. Un secteur d'activité qui n'est pas sans effets délétères sur les populations, les paysages, les territoires, même dans ses incarnations les plus « vertes » et « responsables ». Est-ce à dire qu'il faudrait dans ces conditions aller jusqu'à cesser de voyager?
    C'est à cette vaste réflexion que nous convie Rodolphe Christin dans ce court et percutant essai dans lequel il tente de montrer que « le voyage est par-dessus tout un acte de l'esprit, une expérience particulière de la pensée et du corps. Autrement dit, une certaine expérience du monde que les infrastructures touristiques mettent à mal et qu'il conviendrait cependant de sauver ».

  • Prendre le train est une aventure. Instantanés de voyage, réflexions sur la place du train dans nos vies et sur son avenir dans nos sociétés peuplent cet ouvrage. Qui sommes-nous quand nous sommes sur les rails ?? Qui sont ces voisins que nous ne connaissons pas mais avec lesquels nous allons partager une certaine intimité, parfois pendant de longues heures ?? Que disent de nous nos "? tics de train ? " , de la peur de ne plus voir sa valise à celle de ne pas être assis à la bonne place ?? Quels sont les personnages récurrents rencontrés dans un train ?? Que nous l'empruntions pour le plaisir ou pour le travail, le train offre une suspension du temps dans un espace clos, que chacune ou chacun d'entre nous expérimente plus ou moins régulièrement.
    Ce livre décortique cette expérience universelle avec tendresse, intelligence et humour. Vous ne prendrez plus le train par hasard ! David Medioni est journaliste, fondateur et rédacteur en chef d'Ernest.

  • Les années 2020 rouvriront-elles, pour de bon, une ère cycliste en France ? De nombreux voyants sont au vert. L'attente est là. Il n'y a plus qu'à. Sauf que cela repose sur de la volonté politique, tout particulièrement au niveau local, et de la compétence. C'est là que le bât blesse. Nombre d'élus ne sont toujours pas véritablement convertis, particulièrement dans les villes petites et moyennes. Et il y a l'importante question de la compétence technique qui doit aller bien au-delà des seuls services de voirie. Dans tous les pays cyclables et cyclistes, le développement de l'usage de la bicyclette n'est que le fruit d'une politique d'aménagement, d'urbanisme et de mobilité cohérente, visant à réduire l'autosolisme. On n'y est pas encore vraiment en France. Mais il faut également que les politiques cyclables locales s'appuient sur un dialogue avec les usagers.
    Tout un programme donc, que de nouvelles équipes municipales ne manqueront pas de décliner dans les prochaines années. Cet ouvrage, enrichi d'illustrations d'aménagements, devrait y contribuer. S'appuyant à la fois sur l'expérience de consultant de l'auteur, son vécu de cycliste, mais aussi ses échanges avec des militants associatifs, il devrait nourrir une nouvelle culture cycliste des élus, des professionnels, comme des citoyens.

  • « L'interconnexion n'est plus assurée » fait référence à la petite phrase qui s'échappe les jours de galère des hauts-parleurs sur les quais du RER.
    Des tribulations de cette sorte, les usagers des transports quotidiens en rencontrent régulièrement. Quel que soit leur moyen de transport :
    Voyageur dans un train lorsque survient une panne de signalisation, passager ratant un bus passé avec deux minutes d'avance, automobiliste coincé dans les bouchons, cycliste face à un obstacle sur la piste cyclable, piéton confronté à l'absence de trottoir, etc. Ces mésaventures ne sont pas anecdotiques. Elles traduisent une mauvaise organisation des transports quotidiens : manque de coordination, absence d'entretien, défaut d'anticipation, disposition anormale de l'espace, etc.
    Ces dysfonctionnements relèvent du détail pour les opérateurs des transports, mais ont des conséquences immédiates, et parfois pénibles, pour les utilisateurs.
    Ainsi, le traitement médiatique des transports ne peut se limiter à la célébration des grandes infrastructures, au remplacement d'une énergie par une autre, à l'attente énamourée de la voiture qui se conduit toute seule, ni à la croyance en une technologie rédemptrice.
    Depuis 2012, le journaliste Olivier Razemon tient un blog sur le site du Monde.fr consacré à la mobilité : « L'interconnexion n'est plus assurée » (transports.blog.lemonde.fr). Au gré de sa curiosité ou au fil de l'actualité des transports, il apporte un regard décalé sur ce vaste sujet, sans prétendre à l'exhaustivité.
    Agrémenté de très nombreuses phographies de l'auteur, prises sur le vif au gré de ses très nombreuses pérégrinations en France et ailleurs dans le monde, ce livre rassemble 50 de ces chroniques, sélectionnées et mises à jour par l'auteur.

  • Comment répondre aux défis posés aux villes par les migrations ? Quelles solutions architecturales et urbaines mettre en place quand les manières actuelles de fabriquer la ville ne savent manifestement pas résoudre les problématiques de l'accueil pour les populations sans domicile ? Les habitants, la société civile et les élus locaux n'ont pas de prise sur les causes à l'origine de ces situations mais peuvent en revanche s'efforcer d'offrir des cadres de vie plus dignes aux personnes. La crise de l'accueil apparue depuis 2015 a démontré la nécessité pour les villes de développer des stratégies et des politiques d'intégration. Et si ces nouvelles manières d'imaginer l'accueil servaient aussi à mieux penser la ville pour tous, à oeuvrer pour une ville plus démocratique, plus sociale, plus résiliente et plus durable ?

  • Le XXIe voit s'imposer l'économie circulaire qui puise ses racines dans les notions d'économie verte, d'économie de l'usage, de la fonctionnalité, de la performance et de l'écologie industrielle.
    Démarche fédératrice au service de la transition énergétique et écologique des territoires, l'économie circulaire sera-t-elle un des outils pour répondre aux grands défis de notre époque ?
    L'ouvrage, orienté sur les synergies entre économie circulaire, territoires et génie urbain, aborde 5 thématiques :
    Économie circulaire et territoires.
    Le laboratoire parisien de l'économie circulaire.
    Territoires et métabolisme urbain.
    Éco-construction et cycle de vie.
    Regards internationaux.
    La 12e édition de l'université d'été de l'École des Ingénieurs de la Ville de Paris, du 4 au 7 septembre 2018, a traité ces questions en réunissant chercheurs du monde universitaire et des entreprises, architectes, élus, ingénieurs des villes, start-up innovante et acteurs institutionnels. Leurs interventions rassemblées dans cet ouvrage, contribuent à mieux appréhender les nombreuses synergies ntre une notion en devenir et les territoires.

  • Le présent ouvrage est consacré à la trajectoire de Louis-Henri de Nicolay (1737-1820), poète strasbourgeois de langue allemande devenu précepteur du futur tsar Paul Ier puis président de l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg. Inscrivant ce parcours dans l'histoire des mobilités et des circulations savantes entre Strasbourg et la Russie à la fin du XVIIIe siècle, les huit chapitres composant le volume ont été rédigés par les meilleurs spécialistes de Nicolay. Ils éclairent les raisons du départ du Strasbourgeois pour la Russie, les conditions de son intégration dans son pays d'accueil, ses stratégies professionnelles à Saint-Pétersbourg et dans la République des lettres germanique, son activité d'embellissement de son domaine carélien de Monrepos et de poète de la vie à la campagne, ainsi que la mythologisation de la figure de Nicolay par la culture russe puis soviétique. En annexe au volume, le lecteur trouvera des lettres inédites du Strasbourgeois expatrié en Russie, tirées de plusieurs fonds d'archives alsaciens.Rodolphe Baudin est professeur de littérature russe à la Faculté des Lettres de Sorbonne Université.Alexandra Veselova est chargée de recherches à l'Institut de la littérature russe de l'Académie des sciences de Russie à Saint-Pétersbourg.

  • À partir d'une enquête sociologique sur les mineurs délinquants détenus dans les Bouches-du-Rhône, ce livre met en exergue les mécanismes sous-tendant la surreprésentation des mineurs issus de l'immigration dans les statistiques judiciaires et policières.

  • Avec plus de 1 200 000 tués par an et des dizaines de millions de blessés, les accidents de la route, devenus le plus grand fléau sanitaire du XXIe siècle, frappent aujourd'hui surtout les pays en développement. Mais la communauté internationale s'y intéresse trop peu. L'auteur, fort d'une expérience unique qui a permis de diviser par quinze le risque sur les routes de France et d'Europe, dénonce ce scandale. Au-delà de la Francophonie, c'est une nouvelle stratégie mondiale contre le fléau des accidents de la route que propose cet ouvrage.

  • Le handicap dans tous ses états...
    Son histoire, ses familles, ses problématiques, ses textes de loi, ses personnalités, ses associations, ses fédérations sportives, ses initiatives, sa place dans le monde et dans la culture... Des témoignages, de l'humour aussi. Un ouvrage pour mieux apprendre, connaître, informer, partager... et un GRAND LIVRE engagé pour une société inclusive !

  • Jacques Lusseyran (1924-1971), écrivain et essayiste aveugle, est aussi une figure méconnue de la Résistance intérieure française durant la Seconde Guerre mondiale. Restées longtemps ignorées dans son propre pays - alors qu'il a poursuivi une carrière de professeur de littérature dans plusieurs grandes universités américaines -, sa vie et son oeuvre suscitent un intérêt grandissant dans la recherche française et internationale.
    Cet ouvrage propose une vaste exploration de la vision intérieure paradoxale de Lusseyran qui, ayant perdu la vue à l'âge de 8 ans, s'est construit autour de la lumière et des couleurs dont il affirme garder la perception et qu'il magnifie par l'écriture. Les différentes approches historique, littéraire, philosophique, mais également scientifique (neuro-ophtalmologie), permettent ici d'étudier la place qu'il occupa au sein de la Résistance, l'attitude qu'il adopta face à la réalité tragique des camps de concentration (il fut déporté à Buchenwald), et d'interroger les catégories essentielles de son écriture - telle la synesthésie, qui concourt de manière exemplaire à l'élaboration d'un monde intérieur riche et poétique contrastant avec les représentations classiques de l'absence de vue comme privation et déficience.
    Le discours de la cécité chez Lusseyran est également confronté à celui d'autres écrivains aveugles contemporains, qui replacent son oeuvre dans un réseau de références allant de l'Antiquité homérique à une écriture du quotidien marquée par une désacralisation de la non-vue en passant par la vision hugolienne de la cécité et de la mystique.

  • Les politiques d'aménagement urbain ont longtemps consisté à développer des infrastructures censées canaliser et absorber au mieux un trafic motorisé toujours plus dense. Si le « tout automobile » tend à régresser, les aménageurs continuent à penser la mobilité en termes de grands travaux, de macrostructures, de réseaux... Cet ouvrage entend montrer que la transition vers une mobilité plus douce pourrait aussi passer par la mue plus discrète, mais tout aussi décisive, de la logistique ordinaire des piétons et cyclistes - par un réaménagement à hauteur d'homme des équipements urbains et personnels.
    Cette thèse s'appuie sur trois enquêtes. Les deux premières s'intéressent à plus d'un siècle de logistique dans le centre-ville de Toulouse. Elles reposent sur des observations quantitatives réalisées à partir d'archives photographiques et d'enregistrements vidéo. Une troisième enquête propose un détour par le design pour imaginer des solutions logistiques inédites susceptibles d'accompagner le développement d'une mobilité durable.
    Cet ouvrage pourra nourrir la réflexion et l'action des responsables politiques, géographes, urbanistes, sociologues et anthropologues qui croient en l'avènement d'une ville plus durable.

  • "Ce livre nous renseigne sur le quotidien des citoyennes et citoyens congolais, vivant avec handicap, et sur les fréquentes violations des droits humains dont ces personnes sont l objet. Cette étude permet d identifier les pistes pour une société toujours plus juste et égalitaire, où la discrimination n a pas de place. C est donc une contribution au plaidoyer en faveur du plein respect des droits au Congo."

  • Paru en 1994, Deux roues, un avenir est, aujourd'hui, toujours aussi pertinent et d'actualité. Le mouvement cycliste, impliqué dans les luttes écologistes et la réappropriation des rues et des quartiers, n'a cessé de grandir et le vélo, une solution peu coûteuse à de nombreux problèmes sociaux et écologiques, se voit enfin timidement encouragé par nos différents gouvernements. Au moment où l'industrie automobile est moribonde, où les projets urbains (échangeur Turcot, autoroute Notre-Dame) suscitent de vives critiques, et où les vélos en libre service envahissent de nombreuses capitales (Bixi à Montréal), l'intérêt pour la bicyclette n'est pas prêt de décroître.

    Pourtant, les ouvrages de réflexion sur le sujet sont rares et cette nouvelle édition vient combler ce vide. L'auteure y raconte l'histoire du vélo, son rôle dans l'émancipation des femmes, ses nombreux avantages pour la santé, la lutte contre la pollution, les finances personnelles... Le vélo possède mille vertus et ce livre est le premier ouvrage à traiter du vélo dans sa globalité, pour le replacer dans la problématique des transports et de l'aménagement urbain.
    L'ouvrage est enrichi d'une préface de Robert Silverman fort éclairante sur le chemin parcouru depuis 1994. Il rend également un vibrant hommage au personnage marquant que fut la militante Claire Morissette.

    Plaidoyer contre la cyclo-frustration, Deux roues, un avenir décrit la reconnaissance du cyclisme urbain au cours des dernières décennies grâce aux luttes militantes, l'état des aménagements cyclables dans le monde... Texte phare du jeune mouvement cycliste, il trace la voie pour la « vélorution » tout en offrant des conseils pratiques pour mieux vivre avec sa bicyclette.
    Une fois la lecture de ce livre terminée, on dispose de tous les arguments nécessaires pour défendre les vertus de la pédale et de l'utilisation du vélo comme mode de transport urbain. Si à la disparition de Claire Morissette, le mouvement cycliste a perdu une militante précieuse, il n'a cependant pas perdu son inspiratrice.

  • Peut-on affirmer « qu'on a tout essayé» pour lutter contre le chômage des jeunes et qu'il ne reste plus de marge de manoeuvre pour l'action publique? Cet ouvrage prend le parti inverse. Partant du constat que le chômage des jeunes est davantage dispersé que celui du reste de la population sur le territoire, il considère que le logement des jeunes est une des clés de leur insertion dans l'emploi.
    Alors qu'ils ont généralement moins de contraintes familiales, les jeunes Français ne semblent pas se déplacer suffisamment pour bénéficier des meilleurs environnements économiques, en pleine contradiction avec les différentes politiques publiques : les jeunes sont prioritaires dans les politiques d'emploi mais celles-ci les cantonnent dans les zones de loyer les plus faibles, loin des territoires économiquement dynamiques.
    Quant aux politiques de logement, elles agissent de facto en leur défaveur.
    Cette logique des politiques publiques d'emploi et de logement doit être infléchie :
    Toutes deux doivent converger vers un meilleur accès au logement dans les zones favorables à l'emploi privé.

  • Wagon, boulot, ados : voici le quotidien de Valérie, journaliste dans un magazine féminin. Depuis dix ans, elle prend le train en gare de Rouen, à 7h59, direction la capitale ! Si tout va bien, elle arrive à 9h15 à la gare Saint-Lazare, rebaptisée Saint-Bazar par les habitués. Si tout va bien...
    Car en dix ans, les épreuves en tout genre n'ont pas manqué ! Entre les retards, les suppressions de rames, les grèves, les incivilités et des usagers aussi fatigués que fatigants, les journées sont parfois longues...
    Heureusement, il en faut plus pour décourager cette SuperMum que rien n'arrête. Un retard d'une durée indéterminée ? L'occasion de bavarder un peu avec le conducteur du train ! Les devoirs des ados qui attendent à la maison ? Révision des leçons par SMS ! Une pser vernis à ongles ? Demandez les ateliers « Lime & Compagnie », en seconde classe !
    Avec humour et une bonne dose d'autodérision, Valérie Duclos croque le quotidien d'une maman des temps modernes, fait de rires, de larmes parfois et, surtout, de kilomètres de rails !   

  • A travers les interviews et les enquêtes menées auprès des acteurs sur le terrain, ce livre se propose d'analyser le fonctionnement du système de transport public à N'Djamena avec comme point focal le réseau des acteurs et les conflits qui en découlent.

  • Alors que les villes d'Afrique sont encore trop fréquemment considérées avec condescendance comme des territoires oubliés de la modernité, les sociétés citadines du continent participent à bien des égards à la vie du monde, que ce soit en termes d'accueil ou de circulation d'individus, d'idées ou d'objets. Bien loin de considérer ces villes comme des "provinces du monde", ce livre s'attache à en montrer le dynamisme, appréhendé à travers les migrations internationales qui conduisent des centaines de milliers de gens du monde entier à vivre ou à circuler en Afrique urbaine.
    Le livre s'intéresse au cosmopolitisme méconnu et pourtant ancien des villes d'Afrique au Sud du Sahara, processus ravivé dans le cadre de la mondialisation depuis les années 1990. De ces mobilités et échanges naissent des phénomènes de créolisation, qui se traduisent dans l'alimentation, l'architecture ou les oeuvres d'art. Des lieux de sociabilité se développent : certains sont directement inspirés de modèles internationaux standardisés, d'autres sont créolisés localement et investis par tous les citadins, d'autres encore sont prisés pour l'exotisme d'un décor colonial de nouveau à la mode. Les pratiques de sociabilité signalent un goût prononcé des habitants pour ces lieux cosmopolites, ce qui n'empêchent pas des tensions identitaires de se manifester. Les citadins développent de nouveaux imaginaires et un nouvel exotisme, tournés vers l'ensemble du monde, qui témoignent de l'ouverture culturelle des sociétés urbaines.

  • "Le foot-fauteuil est l une des ares activités sportives collectives proposées aux personnes utilisatrices d un fauteuil électrique. Née en France à la fin des années 1970, cette pratique a connu un essor rapide au niveau national, puis international. Paradoxalement, c est une discipline qui reste encore peu connue. L objectif de cette recherche d apporter un éclairage sur cette activité et plus particulièrement de mettre au jour l expérience de ces sportifs dits ""lourdement handicapés""."

empty