• La référence indispensable pour comprendre les dynamiques, les rivalités et les conflits à l'oeuvre sur la planète.

    Plus de 235 entrées, définitions ou articles, pour comprendre le vocabulaire, les thèmes et les notions de la Géopolitique.
    100 cartes couleur, des bibliographies ciblées, des zooms sur des questions d'actualité.
    Une équipe d'auteurs pluridisciplinaire : géopoliticiens, historiens, géographes, politologues, économistes.
    Un outil pratique et facile d'accès pour les étudiants du supérieur (classes préparatoires, université, écoles de management...) et les lycéens en spécialité géopolitique.

  • Eu égard aux polémiques qui l'accompagnent et à son omniprésence dans l'espace public, il faut prendre au sérieux la question populiste.
    Mais qu'est-ce que le populisme ? Depuis un demisiècle, les auteurs butent sur une définition. Sans doute parce que la réalité renvoie moins à un populisme qu'à des populismes. D'où le choix assumé du pluriel pour rendre compte de la richesse, de l'épaisseur et de la diversité du phénomène : un choix qui explique aussi bien le titre de ce livre que sa forme de dictionnaire.
    Un dictionnaire auquel ont contribué 107 auteurs de 12 nationalités différentes, spécialistes d'histoire, de littérature, de philosophie, de droit public ou de science politique, et qui ne comporte pas moins de 263 notices traitant aussi bien de thèmes que de pays, de partis, de mouvements, d'institutions ou de personnalités - avec pour ambition de permettre au lecteur de cerner plus précisément ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine.

  • Depuis l'adoption, en 1905 en France, de la loi de Séparation des Églises et de l'État, la laïcité n'a jamais cessé d'être l'objet d'attaques, de remises en cause à l'école, à l'hôpital, dans les services publics, dans la vie quotidienne de chaque citoyen, quand elle n'est pas victime de détournement de sens.  Ouvrage engagé, cette seconde édition défend l'idée que la laïcité est le ciment d'un « bien vivre ensemble » et que le principe de séparation des Églises et de l'État fait son chemin en Europe comme dans le monde du XXIe siècle.
    Plus de 30 nouvelles entrées, Médiation, Israël, Handicap, Conseil central laïque, Anticléricalisme, financement public des cultes, islamophobie... clarifient encore les débats autour de la laïcité.   

  • D'Abstraction à Zouaves pontificaux, ce Dictionnaire du conservatisme évoque des hommes (De Gaulle ou Proudhon) comme des valeurs (Équilibre ou Honneur), des moments historiques (monarchie de Juillet ou Révolution) comme des institutions (Institut ou Sénat), des perspectives futures (développement durable ou transhumanisme) comme des mythes (Antigone ou Père). Juristes, historiens ou littéraires, ses auteurs dégagent ainsi une image du conservatisme : divers mais cohérent, à la fois éternel et actuel, pensée qui structure face au monde de l'éphémère et du relatif, opposant d'indispensables certitudes à la désagrégation moderne.

  • Outil indispensable en ces temps où la guerre, protéiforme, est omniprésente, ce Dictionnaire rend compte des principes de la stratégie, de ses théoriciens, des différents types de conflit, des grands capitaines et des grandes batailles. Embrassant l'ensemble des principales cultures, depuis plusieurs millénaires, il permet de saisir les approches de plus en plus complexes des nombreux acteurs de la géopolitique mondiale, et de comprendre que la guerre, ou la crainte qu'elle inspire, reste en ce début de XXIe siècle l'arbitre final des relations internationales.
    Cette nouvelle édition, révisée, est augmentée de notices inédites, donnant les clés de compréhension des phénomènes les plus récents : « Daech », « 11 Septembre », « Drone » ou encore « Cyberguerre ».

    Nouvelle édition revue et augmentée.

  • Composée de 300 entrées rédigées par 150 auteur·es venu·es de nombreux pays, cette Encyclopédie couvre les cinq continents, 35 pays et court de 1848 à aujourd'hui. Il s'agit d'un projet international de grande ampleur et de longue haleine. Les six premiers volumes sont disponibles à ce jour. D'autres suivront.
    Ce sixième volume est thématique. Sont abordés successivement l'école et la culture, l'écologie et la transition écologique, le féminisme et l'urbanisme. Chaque thème fait l'objet d'articles portant sur des expériences concrètes et des réflexions plus larges d'ordre théorique.
    Enfin les Rencontres internationales de l'économie des travailleurs qui rassemblent chaque année, depuis 2013, les acteurs et actrices d'entreprises autogérées font l'objet de larges comptes rendus très détaillés et illustrent les convergences internationales existantes autour de l'autogestion.
    Une bibliographie et une filmographie sur l'autogestion complètent utilement ce volume. Enfin une présentation de l'ensemble des auteur·es ayant contribué aux six premiers volumes conclut l'ouvrage.

  • Faire de la politique et/ou vivre de la politique? Cette problématique aux accents wébériens a fait l'objet de nombreux développements depuis l'émergence historique d'une professionnalisation de l'activité politique. En revenant à nouveaux frais sur une question classique de la discipline, l'indemnisation des élus, ce numéro entend contribuer au débat public sur les fondements financiers des démocraties contemporaines. Une chronique bibliographique consacrée au genre en politique complète cette premièrelivraison de l'année.

  • "De 1960 à 2020, quatre crises politiques violentes, un assassinat de chef d'État en exercice et un empêchement de président de la République ont figuré parmi les évènements qui ont marqué ces six décennies. À travers 60 mots ou expressions, les principaux thèmes qui favorisent l'instabilité politique sont abordés pour illustrer la « démocratie de façade », qualificatif utilisé par certains auteurs de science politique ou de science sociale pour désigner des démocraties inachevées. Ce dictionnaire est conçu comme un recueil de témoignages et une invitation à la réflexion sur les soixante premières années d'indépendance républicaine à Madagascar. Suivant la citation bien connue de Karl Marx, « celui qui ne connaît pas l'histoire est condamné à la revivre »"

  • Brexit : Attention, tout ne vous a pas été dit !
    Au pays de Descartes et des Lumières, la pensée unique a régné en maître. Inutile de débattre avec les Brexiters : ce n'est qu'une bande de bonimenteurs, porteurs d'un projet hérétique... « Seuls, on est foutus », affirme Michel Barnier. Parce qu'ils savaient que c'était (im) possible, les Brexiters l'ont fait. Nouveau coup de Trafalgar. Bruxelles et ses alliés de part et d'autre de la Manche ont usé de tous les stratagèmes pour ne pas laisser filer Albion... à l'anglaise. Peine perdue.
    Déçus mais vite remobilisés, les UEphiles continuent à s'arc-bouter sur l'idée que « la petite île désormais isolée » va s'affaiblir sur les plans économique et géopolitique : « Tant pis, ils l'auront bien cherché »... Eh bien oui, les Britanniques l'ont voulu et ils l'ont eu, leur clean Brexit, arraché de haute lutte, tel l'incroyable Hulk, s'en amusa Boris Johnson. Aux « les Britanniques finiront par revenir », répondent les « plus jamais » ! Pourquoi le Leave a gagné ? Qui sont ces Brexiters et quelles batailles épiques ont-ils remportées ? Le Royaume va-t-il vraiment s'émanciper, et rester Uni ? Quel peut être l'impact économique effectif du Brexit, au-delà des effets d'annonce ? Le pari de la mise en oeuvre du Global Britain est-il crédible ? Sera-ce un paradis libéral ou le retour du One Nation Conservatism, modèle britannique du gaullisme social ? Cet abécédaire vous propose, sur deux volumes, une contre-analyse approfondie, teintée d'humour, qui se lit comme un roman-fleuve passionnant, où les protagonistes sont sans pitié et tous les coups permis. Une formidable bataille pour la démocratie !
    Ce premier volume inclut les Lettres-Chapitres allant de « A » à « P ».

  • Composée de 300 entrées rédigées par 150 auteur·es venu·es de nombreux pays, cette Encyclopédie couvre les cinq continents, 35 pays et court de 1848 à aujourd'hui. Il s'agit d'un projet international de grande ampleur et de longue haleine. Les six premiers volumes sont disponibles à ce jour. D'autres suivront.
    Dans ce premier volume, ce sont les mondes arabe et latino-américain qui sont abordés.
    L'expérience algérienne en matière d'autogestion (1962-1965) est particulièrement documentée notamment avec la publication des décrets instituant l'autogestion dans le secteur agricole et industriel. Ces documents sont accompagnés d'articles présentant le cadre général historique de l'institution de l'autogestion au début des années 1960.
    Enfin, la partie la plus importante est consacrée aux expériences autogestionnaires en Amérique latine dans la période récente. La situation des entreprises autogérées en Argentine est largement traitée. Le Brésil est également présent avec des expériences originales. D'un point de vue historique, c'est le Chili avec l'Unité populaire de Salvador Allende (1970-1973) qui fait l'objet de plusieurs articles. Le Mexique, le Pérou et l'Uruguay ne sont pas oubliés.

    Sur commande
  • Composée de 300 entrées rédigées par 150 auteur·es venu·es de nombreux pays, cette Encyclopédie couvre les cinq continents, 35 pays et court de 1848 à aujourd'hui. Il s'agit d'un projet international de grande ampleur et de longue haleine. Les six premiers volumes sont disponibles à ce jour. D'autres suivront.
    Ce quatrième volume ouvre une réflexion plus large sur l'autogestion. Il s'intéresse particulièrement aux relations entre autogestion et démocratie dans le cadre d'une élaboration d'une alternative politique et sociale au capitalisme. Les questions du travail et du contrôle ouvrier sont abordés. De même la place des coopératives est particulièrement soulignée. Plus généralement, l'ensemble des articles à la lumière des expériences traitées dans les trois volumes précédents proposent une réflexion sur l'autogestion et son avenir au 21e siècle. On relèvera que les auteurs et autrices de ces contributions sont des acteurs et actrices engagé·es sur le terrain de l'autogestion depuis de nombreuses années.

    Sur commande
  • Composée de 300 entrées rédigées par 150 auteur·es venu·es de nombreux pays, cette Encyclopédie couvre les cinq continents, 35 pays et court de 1848 à aujourd'hui. Il s'agit d'un projet international de grande ampleur et de longue haleine. Les six premiers volumes sont disponibles à ce jour. D'autres suivront.
    Ce cinquième volume poursuit la réflexion engagée dans le volume précédent sur la question de l'autogestion. Il s'intéresse au rapport entre l'autogestion et le marxisme ainsi qu'avec l'anarchisme. Plus généralement, il traite de la question du rôle des salariés, de l'État, du plan dans une perspective autogestionnaire. La démocratie directe est mise en avant. Droit de propriété et nationalisations à la lumière de l'autogestion font également l'objet de contributions. Plusieurs articles s'attachent à offrir une conception globale et cohérente de l'autogestion. Enfin le champ des forces politiques et syndicales face à l'autogestion en France est traité.

    Sur commande
  • Dans ce septième volume, l'Amérique latine reste présente notamment avec São Paulo : transformer des sources urbaines en parcs et jardins autogérés ou le processus continu de récupération d'entreprises en Argentine. Plusieurs articles sont consacré aux États-Unis avec, par exemple, son plan alternatif pour Jackson City (Mississippi). L'Europe n'est pas absente notamment la France avec le sujet de l'alternative à l'ubérisation : des livreurs à vélo lancent leurs coopératives. Le mouvement des Gilets jaunes n'est pas oublié à la lumière de l'autogestion, avec notamment une contribution sur la Maison du peuple de Saint-Nazaire et la publication de plusieurs déclarations de collectifs de Gilets jaunes à coloration autogestionnaire. Toujours en Europe, signalons également l'expérience autogestionnaire dans l'Irlande révolutionnaire. Ajoutons à la liste des pays qui font l'objet de contributions sur différents sujets, l'Algérie, la Tunisie, la Grèce, le Portugal, la Pologne et l'Espagne.
    Au chapitre des idées autogestionnaires, la question de féminisme et autogestion est plusieurs fois abordée. Que ce soit dans le secteur des chemins de fer, de l'automobile et de l'éducation, la question de l'autogestion est traitée. Enfin plusieurs articles abordent la question de l'autogestion sous l'angle des modèles alternatifs de propriété.

    Sur commande
  • Sommes-nous deja en dictature ? un dictionnaire citoyen Nouv.

    Dictature sanitaire, violence économique, bavures policières, fichage généralisé, surveillance permanente, recul des droits des travailleurs, déni des droits des migrants, règne de la langue de bois...
    Insensiblement, au nom de la luon clandes>ne, nos libertés, nos droits mais aussi nos espérances et nos exigeances reculent.
    L'équilibre entre liberté et sécurité est toujours fragile en démocra>e et la tâche de nos dirigeants n'est certes pas simple en ceples mais il >ent à chacun de nous d'être autant une vigie qu'un citoyen responsable face à ces menaces. Quand la déla>on est encouragée par l'État, quand le Défenseur des droits alerte contre des proposi>ons législa>ves, quand l'exécu>f est condamné par le Conseil d'État, par l'Organisa>on interna>onale du travail ou par la Cour européenne des droits de l'Homme, on est en droit de s'interroger.
    Désobéir à un ordre illégi>me est une obliga>on morale, se soulever contre l'oppression une obliga>on poli>que, mais comment luples pe>ts coups de canif dans notre socle républicain, contre la mise en place de mécanismes qui, s'ils tombaient dans des mains mal inten>onnées, permee ?
    Sous une forme légère, ce dic>onnaire traite de sujets lourds et, de «couvre-feu» à «flash-ball» en passant par «islamo-gauchiste» ou «vallée de la Roya», propose une centaine d'entrées qui mets renoncements.

    awaiting publication
  • L'esprit toujours libre, poursuivez votre série de plongées passionnantes dans l'analyse du Brexit comme il ne vous a jamais été conté.

    Ce deuxième volume couvre les Lettres-Chapitres allant de « Q » pour Quitus, traitant de l'épineuse facture du Divorce, à « Z » pour Zen, montrant les moult passions déchaînées au plus haut niveau des leaders européens, ainsi que le traitement outrageusement à charge du Brexit réalisé par la presse française.
    Les deux pièces maîtresses de cet abécédaire y sont incluses.

    L'histoire contemporaine des relations euro-britanniques est proposée au chapitre Victoire. Si Churchill avait appelé de ses voeux les États-Unis d'Europe, sans y voir sa patrie en faire partie, avec son brio habituel, de Gaulle refusa l'entrée des Britanniques car il savait qu'ils ne s'intégreraient jamais vraiment dans une « union sans cesse plus étroite ». La dynamique des décennies suivantes allait leur donner ô combien raison. Westminster relate quasi in vivo les péripéties et joutes politiques d'une année des plus extraordinaires au Parlement britannique : 2019, quand les députés europhiles ont jeté toutes leurs forces dans la bataille pour empêcher tout hard Brexit, bien aidés en cela par les fourberies du speaker Bercow. En vain.

    Sont également analysés le Référendum de 2016, la position alambiquée du Parti travailliste, la question de savoir si le Royaume restera Uni, s'il est devenu Xénophobe, et si la City perdra de sa superbe (Yield). Un épilogue propose enfin une ultime réflexion, développée à la mi-2021, sur le devenir du Brexit.

    Sur commande
  • « Acteur : De son propre développement, de la démocratie. Doit bien jouer son rôle. Doit bien jouer son rôle.écrit par un autre. » Avec ses 350 entrées ce dictionnaire du développement, à lamanière ironique de celui des idées reçues de Gustave Flaubert, propose de parcourir lesmots et lieux communs des politiques de développement en Afrique. L'auteur, praticien des projets de développement, publie régulièrement dans les revues spécialisées en montrant la pauvreté de la pensée pratique du développement. Avec ce dictionnaire étymologique grand public, il va plus loin. Dans un style parfois pamphlétaire, il reprend à son compte la formule de Gustave Flaubert, « l'ironie n'enlève rien au pathétique, elle l'outre au contraire ». L'auteur démontre que le retard dans le développement humain qui caractérise toujours le continent africain, contre l'afro optimisme béat, est d'abord la conséquence de la bêtise de la pensée sur le développement.

    Sur commande
empty