• Qu'est-ce que le théâtre? Pour Molière, c'est l'« étrange entreprise [...] de faire rire les honnêtes gens ». Victor Hugo y voit un art qui « doit faire de la pensée le pain de la foule », et Louis Jouvet « un objet qui soit comme un vrai objet et qui soit faux ». Siècle après siècle, le théâtre fourmille de trajectoires romanesques en diable, de songes et de rêveries, de conflits et de complots, de drames et de passions. Témoin de l'Histoire, du temps, de l'évolution des moeurs et des révolutions esthétiques, il secoue, provoque, séduit, traite d'à peu près tout et cultive aussi bien la surprise que l'émerveillement. Flânerie à travers les rages et les espoirs de quelques caractères bien trempés qui n'ont jamais sacrifié leur talent au moule du conformisme, ce « goût du théâtre » se savoure en compagnie de Sarah Bernhardt, Bertolt Brecht, Albert Camus, Jacques Charon, Denis Diderot, Alexandre Dumas, Dario Fo, Charles Dullin, Eugène Ionesco, Henry de Montherlant, Giorgio Strehler, Jean Vilar...

  • L'expérience poétique consiste à mettre des mots sur le mystère, notamment l'amour. Question de rencontres, d'affinités (s)électives, l'amour et la poésie s'inventent, s'étreignent, et convolent en justes noces. La voix du poète est tributaire d'une expérience qui, au fil des années et des pages, l'impose avec une force, une gravité de plus en plus poignante, prégnante. Le cours du langage se resserre et rive le poème à l'essentiel, quand l'embouchure de l'existence se rapproche irrémédiablement de sa source. «Le poème est l'amour réalisé du désir demeuré désir» écrit précisément René Char.
    Balade en compagnie de Pierre de Ronsard, Jean de La Fontaine, Friedrich Hölderlin, Alphonse de Lamartine, John Keats, Victor Hugo, Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud, Rabindranath Tagore, Paul Valéry, Louis Aragon, Paul Éluard, Jacques Prévert, Pablo Neruda, Yves Bonnefoy, Adonis, François Cheng, Joseph Brodsky, Nimrod et bien d'autres...

  • Durant les années 1974-1975 et 1975-1976, Roland Barthes a tenu son séminaire à l'École pratique des hautes études sur le thème du discours amoureux. De là sont nés ses célèbres Fragments d'un discours amoureux. Le présent volume en propose donc la généalogie et permet de mesurer la différence entre le travail du professeur et celui de l'écrivain : fragments en germe dans le Séminaire mais non retenus pour l'édition définitive, postface (« Comment est fait ce livre ») finalement sacrifiée.

    On retrouve à la lecture de ce séminaire les fulgurances de Barthes (« Sentiment raisonnable : tout s'arrange - mais rien ne dure. Sentiment amoureux : rien ne s'arrange, et pourtant cela dure »), nourries, comme le veut le genre, de multiples références.

    Servie par un remarquable travail d'annotation, l'édition de ce texte privilégie la lisibilité pour le lecteur d'aujourd'hui.

  • Le recueil fondateur de la zoopoétique. Avec des études sur : Marcel Proust, Jean Giono, Béatrix Beck, Jacques Derrida, Marie Darrieussecq, Jacques Lacarrière, Maurice Genevoix, Henrietta Rose-Innes, Jean Rolin, Jean-Christophe Bailly, Olivia Rosenthal, Yves Bichet, Maryline Desbiolles, Andrzej Zaniewski, Tadeusz Konwicki, Svetlana Alexievitch...

  • Surgi au cours des années 1980, le cyberpunk a marqué la science-fiction de son empreinte, donnant une contrepartie littéraire aux fulgurances esquissées au cinéma par l'iconique Blade Runner. Avec des oeuvres majeures comme Neuromancien de William Gibson, tout un imaginaire s'est alors ouvert, révélant des anxiétés appelées à résonner durablement... Prolifération technologique, évasion dans des mondes virtuels, domination économique des multinationales, précarisation sociale, fragmentations culturelles en nouvelles tribalités : en quoi et comment ces visions peuvent-elles (encore) faire sens à quelques décennies de distance ? Yannick Rumpala, maître de conférences en science politique à l'université de Nice, explore ici les thématiques et projections installées par ce mouvement littéraire, la manière dont il s'est coulé dans une modernité déjà chancelante et a cultivé les germes des incertitudes futures de nos existences. Tel un laboratoire dont les expérimentations auraient malencontreusement débordé...

  • La SF est créatrice de mondes, mais les mondes créés par Philip K. Dick ont la particularité de s'effondrer très vite. Cela vaut pour le monde réel comme pour les mondes artificiels. D'ailleurs est-il encore possible de les distinguer les uns des autres ? Qu'est-ce qui nous assure que nous n'évoluons pas dans des mondes faux, aussi artificiels qu'un parc d'attraction - avec entrée payante ? Et si ces mondes sont créés de toutes pièces, qui en contrôle les apparences ? À qui appartiennent-ils ? Dans quel but sont-ils produits ? En nous bombardant de réalités artificielles, ne cherche-t-on pas à nous voler le monde - et notre rapport au monde ? Si tel est le cas, comment lutter contre ces entreprises de dépossession ?

  • Le poème respire. Il bouge. Tout en se nourrissant de la vie de son auteur, il a son existence propre. C'est un petit être sauvage - mais où naît-il? Qu'est-ce qui le fait grandir? Pourquoi traverse-t-il une crise violente? Comment le rencontrer, se laisser féconder par lui? Va-t-il mourir un jour?

    En racontant la vie du poème, Pierre Vinclair offre à lire, comme par la bande, celle d'un écrivain occupé depuis plus de vingt ans par la composition poétique, à Paris, puis au Japon, en Chine, à Singapour, en Angleterre et aujourd'hui à Genève. À mi-chemin d'une autobiographie (pudique, amusée, mais résolument engagée) et d'une «lettre à un jeune poète», Vie du poème propose une extraordinaire visite de son atelier.

  • Nos attentes à l'égard de la littérature ont changé. Autant qu'une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd'hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l'importance prise par les enjeux d'écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d'enquête. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l'écrivain aujourd'hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. Avec des textes de Felwine Sarr, Gisèle Sapiro, Jean-Claude Pinson, Alice Zeniter, François Bon.

  • Tout à la fois écrivaine, traductrice, essayiste et anthologiste, Sylvie Denis est l'une des récentes figures centrales des littératures de l'imaginaire francophones.
    Née en 1963, elle commence à publier des nouvelles à la fin des années 80. Son premier recueil, Jardins virtuels, paraît en 1995 et se fait remarquer de la critique et du public - le livre reparaîtra quelques années plus tard dans la collection Folio, dans une version révisée et augmentée. On retrouve Sylvie Denis également au sommaire des anthologies « Escales », qui contribuèrent à cristalliser toute une génération d'auteurs ; elle dirigera le troisième et dernier volume, Escales 2001.
    Au milieu des années 90, Sylvie Denis co-fonde avec Francis Valéry le magazine CyberDreams. Au cours de sa douzaine de numéros d'existence, la revue fait faire connaître au public français la crème des auteurs anglophones du moment : Eric Brown, Ian R. MacLeod, Kim Newman, Paul McAuley et surtout Greg Egan, l'un des auteurs les plus marquants des trente dernières années.
    En tant que traductrice, Sylvie Denis travaille dans différents registres, alternant entre les space operas de Stephen Baxter et Alastair Reynolds, les anticipations politiques de Norman Spinrad et Kim Stanley Robinson, et la fantasy de Cail Carriger et Marie Brennan.
    Sylvie Denis a publié une poignée de romans, en particulier aux éditions de l'Atalante. Le premier, Haute-École (2004), a été récompensé par le prix Julia-Verlanger. À ce roman de fantasy a suivi le diptyque de space opera formé par La Saison des singe (2007) et L'Empire du sommeil (2012). On lui dit également deux romans jeunesse : Les Îles dans le ciel (2008) et Phénix Futur (2009). En attendant un prochain roman...?
    L'équipe de Bifrost s'intéressera à Sylvie Denis au travers d'une longue interview-carrière menée de main de maître par Richard Comballot, d'un guide de lecture explorant les différentes facettes de son oeuvre littéraire, sans oublier une bibliographie par Alain Sprauel.

  • Quand est né le roman ? Qu'est-ce qui caractérise l'oeuvre de Dostoïevski ? Quelle est la différence entre mélodrame et tragédie ? Qu'est-ce qu'un roman graphique ?
    Cet ouvrage donne un aperçu de la littérature du monde entier, de ses origines - avant même l'apparition de l'écriture - à l'époque contemporaine. Des chefs-d'oeuvre de la littérature ancienne, sanskrite, médiévale ou moderniste y sont présentés, aux côtés des plus mémorables romans d'amour, historiques ou de science-fiction, ainsi que des fleurons de la poésie et du théâtre. Vous y découvrirez les principaux styles et procédés littéraires, tels que l'ironie, l'allégorie ou la satire, auxquels les écrivains ont recours pour nous divertir, nous faire réfléchir, nous émouvoir ou nous tenir en haleine.
    Riche en anecdotes savoureuses et ponctué de portraits d'écrivains marquants, ce livre de « vulgarisation intelligente » richement illustré vous transportera, à travers la littérature mondiale, vers des horizons proches ou lointains, réels ou imaginaires, pour aborder d'autres cultures, d'autres manières de penser, d'être ou de vivre.

  • On continue de penser que les contes de fées sont destinés à bercer et à amuser les enfants alors qu'ils éveillent aux réalités invisibles et s'adressent à tous, petits et grands. Leur magie ne tient pas seulement aux histoires merveilleuses qu'ils racontent, mais surtout à ce qu'ils cachent : une Sagesse précieuse, qui tantôt circule sous le manteau de Peau d'Âne, tantôt scintille à travers des pantoufles de verre, ou veille silencieusement dans un château endormi...
    Ce livre dévoile la dimension spirituelle de dix-sept contes célèbres, puisés chez Perrault, les frères Grimm et Andersen : Le Petit Poucet, Blanche-Neige, La Petite Sirène...
    Un livre empli de merveilles.

  • Oeuvre d'une ambition folle, Dune a ému et fasciné des générations de lecteurs et reste à ce jour le roman de science-fiction le plus vendu au monde. Lire (et relire) Frank Herbert, c'est se plonger dans un univers d'une richesse inégalée, qui a inspiré des artistes aussi différents que George Lucas, David Lynch ou Alejandro Jodorowsky. Un chef-d'oeuvre intemporel, dont les thématiques restent d'une actualité brûlante : politique, écologie, transhumanisme, féminisme...
    À l'heure où ce planet opera mythique fait son grand retour dans les salles obscures, Nicolas Allard nous guide dans une oeuvre complexe et foisonnante, et nous offre toutes les clés permettant de décrypter ce monument de la pop culture ! Les encres de Chine d'Emmanuel Brière Le Moan disséminées au fil de l'ouvrage complètent l'immersion dans les sables d'Arrakis.

  • « Tout, chez Rimbaud - sa jeunesse, sa classe sociale, ses origines provinciales, son extrême ambivalence face à l'idée de trouver une vocation ou de fonder un foyer, sa haine de l'«être poète» -, suggère que l'on ne saurait le comprendre seulement en lisant son oeuvre. Il faut essayer de comprendre les personnes et les choses qui l'entouraient, et de l'envisager, lui, non comme un corps individuel mais comme une personnalité à moitié fondue dans la masse. Comme quelqu'un qui arpentait plusieurs mondes à la fois, quelqu'un à qui « plusieurs autres vies semblaient dues », quelqu'un qui, dans cette conjoncture historique particulièrement instable, où les travailleurs parisiens avaient pris en main leur orientation politique, fit le choix, du moins pendant quelques années, d'écrire de la poésie. À la différence de Flaubert et de Mallarmé, la vie de Rimbaud ne fut pas une vie d'artiste. »

  • Sous ses formes presque infinies, le récit est présent dans tous les temps, dans tous les lieux, dans toutes les sociétés ; le récit commence avec l'histoire même de l'humanité ; il n'y a pas, il n'y a jamais eu nulle part aucun peuple sans récit ; toutes les classes, tous les groupes humains ont leurs récits, et bien souvent ces récits sont goûtés en commun par des hommes de culture différente, voire opposée. Le récit se moque de la bonne et de la mauvaise littérature : international, transhistorique, transculturel, le récit est là, comme la vie.

    Les spécialistes de plusieurs pays (France, États-Unis, Allemagne) se trouvent réunis ici autour d'une problématique commune : récit, narrateur, narration, personnage.

  • La Belle et la Bête, Le Château de Soria Moria, Aladin et la lampe merveilleuse, La Gardeuse d'oies, Le Serpent vert, Le Jardin du paradis... Les contes merveilleux constituent un florilège des traditions et de la sagesse des générations passées. Combinant le féerique, la briéveté et l'action héroïque, ils ont été transmis oralement durant des siècles, avant d'être recueillis et transcrits par des auteurs de différentes contrées, pour préserver notre mémoire ancestrale et en assurer sa pérennité.
    Ce livre, magnifiquement illustré, présente 50 contes merveilleux - souvent connus, parfois méconnus, quelques fois oubliés. Tous ces récits sont vecteurs d'un enseignement traditionnel initiatique, qui remonte à l'aube de l'humanité. Ils exaltent le dépassement du héros ou de l'héroïne, qui triomphe d'épreuves lui permettant d'accéder à un niveau supérieur de conscience et d'action. Chaque conte est ainsi porteur d'un message au symbolisme fécond, que cet ouvrage se propose de vous livrer.
    Explorer avec délice ces contes de fées pour renouer avec votre âme d'enfant et découvrir leur richesse insoupçonnée !

  • La littérature française se comprend par la connaissance des modèles qui lui ont permis d'exister et de se renouveler entre continuité et évolution.
    Ce 100 fiches est donc un outil clair et essentiel qui :
    - présente les courants et les mouvements principaux ;
    - situe les principes définis par les textes théoriques et les manifestes dans le contexte de leur époque ;
    - examine l'influence de ces courants sur l'oeuvre des écrivains ;
    - analyse les débats suscités par ces mouvements par quelques batailles légendaires.
    Plan chronologique du XVIe au XXe siècle étudiant Humanisme et Renaissance, Baroque, Lumières, Romantisme, Réalisme et naturalisme, Symbolisme et décadence, Dadaïsme, Existentialismes et littératures de l'absurde, « Nouveau roman », l'OuLiPo.

  • Pratique centrale des études littéraires, et épreuve redoutée des examens et concours, l'explication de texte demande à la fois souplesse et rigueur, tout en obéissant à une méthodologie stricte.
    Cet ouvrage présente d'abord les différents champs de connaissances qu'elle met en jeu :
    - l'histoire du commentaire de texte, qui remonte autant à la Grèce ancienne qu'à la culture biblique ;
    - les présupposés et contraintes de la démarche, qui propose l'éclairage linéaire d'un texte court ;
    - les différentes approches du fait littéraire, centrées sur l'auteur, le lecteur, le texte lui-même ou ce qu'il dit du monde ;
    - les différentes sciences de l'analyse textuelle : linguistique, stylistique, rhétorique, poétique.
    Après les nécessaires conseils de méthode, ce livre présente sept explications complètes de textes allant du XVIe au XXe siècles, et couvrant tous les genres littéraires.
    Alliant ainsi la théorie et la pratique, cet ouvrage est l'outil indispensable de l'étudiant en Lettres.

  • En érudit du roman noir, Jean-Bernard Pouy n'a que faire des définitions et des catégories quand il s'agit de sa bibliothèque idéale. Il entend communiquer sa passion à tous, anecdotes pour les néophytes et pépites pour les connaisseurs. Avec générosité, il partage son adoration pour les nombreux auteurs emblématiques du genre : des aiguilleurs (Hammett, Chandler) aux contemporains (Garnier, Férey), en passant par les forcenés (Simenon, Westlake) ou les pessimistes (Goodis, Cook). Une ode parfois partiale, toujours facétieuse et dans l'esprit d'un de ses talentueux contributeurs.

    « Le roman noir se doit par essence de ne pas être rose, c'est la moindre des choses. Sa préoccupation essentielle, celle de dépeindre des êtres brisés et menacés par une société aveugle et corrompue, lui a confié toute une génération d'auteurs qui, eux-mêmes, pour diverses raisons, quelquefois personnelles, ne voyaient aucunement l'espoir se lever derrière les brouillards dépressifs de toutes sortes. »

  • « I'm sorry Dave, I'm afraid I can't do that », nous dit HAL dans 2001, l'odyssée de l'espace. Certes. Mais comment nous le dit-il ? Les machines parlantes sont partout, dans la science-fiction - de Metropolis jusqu'à WALL-E en passant par le T-800 de Terminator - ou dans la vie de tous les jours, avec les androïdes Pepper ou Nao, les assistants vocaux que sont Siri ou Cortana. Dans leurs entrailles de silicium, que se passe-t-il ? Comment s'en faire comprendre ? Et comment, elles, nous comprennent-elles ? Que penser des IA et des robots de la SF capables, à l'image de C-3PO, de parler six millions de langages ? La machine qui comprend tout et le traducteur automatique universel sont-ils à portée de main ?
    Après Comment parler à un alien ?, Frédéric Landragin, docteur en informatique-linguistique et directeur de recherche au CNRS, poursuit son exploration du monde fascinant du langage, et nous livre un ouvrage de référence pour découvrir les bases du traitement automatique des langues...

  • Qui unit l'herboriste séchant des pétales et le porc qui détruit la flore ? C'est la dévote folle de la messe de Rabelais, dont ils sont tous deux héritiers.
    Magie de la contrepèterie : permuter les lettres révèle un sens caché fort éloigné du propos initial et déclenche une explosion d'allégresse chez ceux qui ouïssent en cogitant. Contrepéter, seul ou en groupe, est un jeu de méninges que magnifient les propriétés thérapeutiques et sociologiques du rire. Mais c'est aussi tirer la langue aux censeurs. Clown des mots, le contrepéteur a la liberté de parole du fou du roi. La contrepèterie défoule. Elle réjouit. Elle est catharsis.
    Riche de plus d'un millier d'exemples, la plupart inédits et certains innocents, ce livre, que hantent les mânes de Freud et de Bergson, décortique les mécanismes et les vertus de l'art de décaler les sons.

  • Germaine Tillon, Jean-Paul Sartre, Marc Bloch, Charlotte Delbo, Bruno Bettelheim ou Roland Barthes: voici quelques-uns des intellectuels que l'on croisera dans ce livre. Ils ont en commun d'avoir éprouvé, plus ou moins longtemps et durement, des moments où ils ont été empêchés de lire, d'écrire, d'enseigner, de peindre, etc. Tous ont témoigné de ces épisodes de mise à l'épreuve dont parfois on ne se remet jamais. Certains ont été internés en prison ou en camp. D'autres ont connu l'enfermement du sanatorium. D'autres encore ont choisi de rompre avec le monde intellectuel en s'établissant en usine ou en partant vers un ailleurs lointain.L'ouvrage prend ces situations d'empêchement, subies ou choisies, comme autant de terrains d'enquête: que disent-elles de la condition intellectuelle? Que mobilisent ces hommes et femmes pour faire face aux privations dont ils et elles sont l'objet? Leurs réactions nous révèlent combien la condition intellectuelle ordinaire tient à des apprentissages lettrés, mais aussi à des équipements matériels (le bureau, le livre), à des publics (les lecteurs, les élèves) et à des solidarités (les pairs), autrement dit à des mondes qui soutiennent l'identité.Au fond, ce que nous donnent à voir ces récits de captivité, ces carnets de guerre ou ces correspondances d'exil, ce sont les tentatives pour reconstruire ces mondes. Dans l'épreuve et malgré elle.

  • Qu'on le considère comme un point de repères et moyen de catégorisation ou comme une institution normative et prescriptive, le critère générique continue de structurer l'espace littéraire et d'en faciliter la lecture. Le système des genres demeure un outil essentiel pour l'étude des oeuvres qu'il rassemble et qui ne cessent de le mettre à l'épreuve. Cet ouvrage, à destination des étudiants soucieux de compléter leur culture littéraire, s'efforce de retracer l'histoire des grands genres (poétique, dramatique, narratif, argumentatif, épistolaire), d'en souligner les enjeux et de contextualiser leurs problématiques. Pour chacun de ces genres est proposée une présentation synthétique des formes fixes les plus traditionnelles. Ce livre n'est pas conçu comme une somme de définitions strictes, mais plutôt comme une base de travail ou de réflexion pour qui cherchera à approfondir l'un ou l'autre de ces aspects.

empty