• "Journaliste depuis trente ans au Figaro, j'ai croisé, au fil des ans, à ce poste d'observation de premier plan, bien des "monstres". Des beaux et des laids. Des petits et des grands. Des femmes et des hommes. Des monstres évidents et des monstres charmants et virevoltants, cachant bien leur jeu. Certains bien plus fragiles qu'ils en avaient l'air, presque vulnérables ; d'autres bien plus "monstrueux" que leur réserve ou leur apparente bonhomie ne le laissait présager.
    Tous monstres parce que plus "grands", plus volontaires, et toujours en quête de lumière. De reconnaissance, d'un amour renouvelé, de postérité, voire d'éternité, même, pour certains, soucieux de laisser une trace dans l'histoire. Tenter de mettre au jour si ce n'est le "vrai visage", en tout cas un autre visage, une forme de vérité de l'instant derrière l'apparence, la quête narcissique, les images retouchées qui construisent des espèces de marionnettes médiatiques.
    Essayer de cerner les failles, notamment celles de l'enfance si souvent éclairantes. Mettre en lumière les stratégies pour s'affranchir de filiations pesantes, d'histoires familiales compliquées ou de conventions sociales contraignantes. Voilà ce qui m'a motivée dans cette espèce d'attirance que j'ai toujours eue pour des personnages qui sortaient du commun". A. F.

  • Ma 153e victoire

    Paul El Kharrat

    Paul, vingt ans, étudie l'histoire à Grenoble. Il aurait pu rester un étudiant lambda s'il n'avait pas participé à l'émission Les Douze Coups de midi. En l'espace de quelques mois, Paul a été propulsé sous le feu des projecteurs et est devenu la vedette de la télé française. Et pour cause  : il a tourné plus de 150 émissions aux côtés de Jean-Luc Reichmann, remportant grâce à son intelligence inouïe l'adhésion du public et près de 700  000  €. Mais Paul, c'est aussi un jeune homme diagnostiqué autiste Asperger que le rythme des émissions a parfois éprouvé, qui a appris énormément sur lui lors des tournages.  Avec son humour pince-sans-rire et sa sensibilité, Paul nous livre le récit de son exploit mais aussi de ses passions et de son quotidien. Un livre qui saura toucher encore une fois des millions de Français.  À propos de l'auteur :
    Originaire de Grenoble, Paul El Kharrat a vingt ans et est étudiant en histoire. Il participe à l'émission Les Douze Coups de midi où il enregistrera plus de 150 émissions. Par son intelligence et son courage, Paul est devenu le chouchou du public français.

  • Par le pouvoir du crâne ancestral, je détiens la force toute-puissante...

    Au milieu des années 1980, cette phrase mythique devient le cri de ralliement de milliers d'enfants totalement fascinés par Musclor, Skeletor et les autres Maîtres de l'Univers. Pour la première fois, cet ouvrage collector dévoile toute l'histoire et les coulisses artistiques de cet univers inoubliable.

    - Les premiers jouets ;
    - Les dessins préparatoires ;
    - Les figurines restées inédites ;
    - Les dessins animés Filmation ;
    - Les livres et les magazines officiels ;
    - Les peintures d'Earl Norem ;
    - She-Ra, la princesse du pouvoir ;
    - Le long-métrage de 1987 ;
    - Les autres séries télévisées ;
    - Les nouvelles collections de jouets ;
    /> - Les titres DC comics ;
    - Les projets les plus récents...

    Ce recueil massif de 332 pages révèle absolument TOUT sur l'une des plus populaires sagas de la pop culture contemporaine.

  • George R. R. Martin s'est inspiré des plus grands mythes pour composer la toile de fond de son roman incontournable adulé dans le monde entier. L'univers de Game of Thrones est rempli de références mythologiques : des hommes ressuscités par on ne sait quel mystère, des personnages qui ne meurent pas dans le feu ou qui sont capables de changer d'apparence, des dragons, des loups-garous et des hordes de morts-vivants congelés jusqu'à l'os... Que serait Daenerys sans ses dragons ? Qui s'intéresserait à la Garde de Nuit s'il n'y avait pas d'étranges Marcheurs blancs de l'autre côté du Mur ? Et Mélisandre, d'où sort-elle au bout du compte ?

    Dans Game of Thrones, les références aux mythologies grecque et romaine (mais aussi nordiques, anglo-saxonnes et arthuriennes) sont légion. Tout autant que les clins d'oeil aux religions et croyances païennes qui donnent cette dimension unique à cette saga que nous adorons tous !

    Gwendal Fossois vous invite ici à (re)découvrir l'univers mythologique de Game of Thrones. Vous n'êtes pas au bout de vos surprises...

  • Depuis 20 ans, Médéric Gasquet-Cyrus fait chanter les mots, les expressions et les accents de Marseille et de la Provence au micro de France Bleu Provence. Tous les jours, des centaines de milliers d'auditeurs se régalent d'écouter les explications à la fois sérieuses et amusantes de ce « savant de Marseille » qui aime transmettre ses connaissances avec humour et dérision. Deux minutes quotidiennes de plaisir et de partage qui font de « Dites-le en marseillais » une chronique culte.
    Ce sont les meilleures chroniques depuis 20 ans qui sont rassemblées dans ce volume, chaque texte étant précédé d'une courte mise en contexte. Le livre s'ouvre sur une introduction dans laquelle Médéric Gasquet-Cyrus raconte l'histoire de cette chronique en ouvrant les portes des coulisses de la radio numéro 1 en Provence et à Marseille, France Bleu Provence.

  • Envoyé spécial est un magazine hebdomadaire de la rédaction de France 2 diffusé le jeudi en première partie de soirée de septembre à juin. Le premier numéro a été lancé le 18 janvier 1990. Le magazine est animé initialement par Paul Nahon et Bernard Benyamin puis, à partir de janvier 2001, la direction et à la présentation du magazine sont confiées à Françoise Joly et Guilaine Chenu La journaliste Françoise Joly a suivi des études de sciences politiques et économiques (Institut d'études politiques de Grenoble, Cuej Strasbourg). Elle rejoint France 2, devient responsable du service politique étranger de France 2, puis à partir de 2001 succède à Paul Nahon et Bernard Benyamin à la direction et à la présentation conjointes du magazine Envoyé spécial.

    La journaliste Guilaine Chenu a, elle, suivi des études de langues et de lettres à la Sorbonne. Elle intègre les informations de TF1, puis le service politique de la chaîne avant de rejoindre France 2 et de prendre la direction et la présentation conjointes du magazine Envoyé spécial en janvier 2001.

  • Les fans du Club Dorothée pourront découvrir cet ouvrage sur l'univers de l'idole de leur enfance. Véritable rétrospective, le mook Club Dorothée revient sur la création de l'émission TV mythique, ses animateurs, les séries et productions mais aussi la polémique autour de ses choix, jusqu'à la fin de l'émission.
    En prime, une interview exclusive de Dorothée viendra éclairer les lecteurs sur cette grande époque de la télé française.

  • Premier loisir des Français, la télévision nous accapare, nous captive, nous distrait, nous passionne. Elle défi nit son époque. Et avec son époque, elle évolue, se multiplie, innove, s'enrichit et se transforme pour relever le défi de la modernité numérique.
    Qu'est-ce qui caractérise la télévision, son intimité, ses ressorts, ses règles de fonctionnement, ses acteurs et leur stratégie ? Comment l'équation économique s'avère-t-elle déterminante dans la programmation ? Dans quelle mesure le système de régulation est-il à la fois protecteur pour le tissu productif et les téléspectateurs, et contraignant pour les chaînes ? Comment la télévision gère-t-elle la transition numérique ? Comment s'invente-t-elle un futur avec Internet ? Autant de questions auxquelles cet ouvrage s'efforce d'apporter des éléments de réponse.
    />

  • La télévision va-t-elle disparaître ? La voici confrontée à la concurrence des fictions proposées sur Netflix, des vidéos disponibles sur YouTube, des recommandations postées sur Facebook et des opinions diffusées sur Twitter. Pourtant, elle n'a jamais été aussi présente.

    Les plateformes et les réseaux sociaux qui transforment la société poussent la télévision à se réinventer. À l'ère de la révolu-tion numérique, l'enjeu est de taille : rester un média puissant et fédérateur, offrir des programmes originaux, variés et de quali-té, s'aventurer sur des terrains inédits, redéfinir son rapport avec ses publics.

    Balayant les idées reçues, Simone Harari Baulieu interroge l'importance d'un audiovisuel fort et en particulier d'un service public universel renouvelé, dans ses missions comme dans son financement, pour relever les défis contemporains. Elle rappelle l'importance des mass médias dans la vie quotidienne de chacun comme face aux grands enjeux collectifs. La télévision n'est plus ce petit écran poussiéreux qui trônait dans le salon. Aujourd'hui, elle s'exporte en ligne, sur smartphones et tablettes : elle est audacieuse, ambitieuse, conquérante.

  • Ce livre propose de rendre compte du succès international des sitcoms d'animation américaines, et de comprendre comment elles modifi ent et infl uent l'espace public du débat politique dans les sociétés démocratiques occidentales actuelles.
    La sitcom d'animation est un lieu d'observation de choix des grandes problématiques que soulèvent les rapports politique/média, public/privé, humour/dérision, etc ...Elle apparaît comme un espace de liberté médiatique exceptionnelle, dans la mesure où, parée de tous les attributs de la contre-culture, de la dérision et de l'enfance, elle place le téléspectateur-citoyen dans la position du joueur, dans un espace d'expérimentation des possibles politique. Il y a donc bien un enjeu important à suivre les mutations de ce genre pour prendre la mesure des débats réels qui agitent nos sociétés et pour appréhender les nouveaux visages et masques du et des politiques.
    Reposant sur l'étude de trois sitcoms d'animation emblématiques, South Park, Les Griffi n, Les Simpson, cet ouvrage fait l'état des lieux de la sitcom d'animation américaine, de ses grandes caractéristiques formelles et de son histoire, pour tenter d'esquisser une cartographie du genre.
    Une étude empirique tente de cerner les rapports que chacune de ces séries entretient avec la question politique. La problématique, qui se dégage de cette analyse, relève des renégociations des territoires assignés au politique, et conduit à observer la manière dont s'interpénètrent désormais sphère publique et privée.
    Se trouve également convoquée, la question de la politique comme spectacle. Il s'agit alors de comprendre l'articulation entre sitcoms d'animation et public, et d'apercevoir la dimension culturelle du débat politique actuel. Un grand trait émerge: celui du divertissement, sont alors élucidées les composantes du divertissement dans le politique tel qu'il est traité par les sitcoms d'animation.
    Ce livre positionne fi nalement les sitcoms d'animation dans les nouveaux espaces du politique et pose l'hypothèse qu'elles doivent leur succès à leur capacité à investir l'espace de liberté que constituait autrefois le carnaval. Un carnaval qui ne se vit plus dans les rues mais dans l'espace convoité du prime-time.

  • Les séries américaines déchaînent les passions grâce à Tony Soprano, Walter White, Don Draper ou encore Omar Little. À travers de nombreuses interviews et anecdotes, Brett Martin dresse le portrait de ces antihéros légendaires. Des personnages dont la complexité n'aurait pas été la même sans les scénaristes de génie qui ont transposé leurs angoisses sur ces alter ego fictifs.

  • Tout commence en 1969, lorsqu'apparaît sur les écrans de télévision un petit ourson en peluche nommé Colargol né de l'imagination d'Albert Barillé.
    Pionnier des programmes jeunesse, cet inlassable créateur souhaite profiter de ce succès immense auprès du public pour raconter d'autres belles histoires. Près de dix ans plus tard, en 1978, il lance donc avec le dessinateur Jean Barbaud un nouveau dessin animé : Il était une fois... L'homme !
    Ce récit ludo-éducatif va encore battre tous les records d'audience et donner naissance à une véritable saga animée... Après L'homme, ce sont La vie, L'espace, Les découvreurs, Les Amériques et Les explorateurs, encore le récent Notre Terre, qui vont fasciner des générations de téléspectateurs ébahis et passionnés.
    Cet ouvrage officiel, illustré par des documents rares et inédits tirés des archives d'Albert Barillé, dévoile pour la première fois toutes les coulisses de ces séries. Grâce à ce livre de référence, vous allez enfin tout savoir des origines de Maestro, Pierre, le Nabot ou encore Pierrette et le Teigneux et tous les personnages de ce programme culte.

  • Au fil de nombreuses photographies inédites, un album souvenir de J. Chancel, présentant ses passions (le sport, la musique, la littérature), ses émissions à la télévision et à la radio, ses voyages, ses amitiés. Avec des textes et témoignages de M. Druon, B. Pivot, F. Zeller, F. Lodéon, etc.

  • Il suffit d'allumer son petit écran pour s'en rendre compte : les séries télévisées monopolisent les chaînes. Présentes dans la grille des programmes et objets de discussion dans la presse depuis les années 1950, elles sont devenues récemment un phénomène majeur, passionnant autant les téléspectateurs que les scientifiques, qui en ont fait un sujet de recherches à part entière.

    Transdisciplinaire, l'ouvrage aborde l'histoire, la production et la programmation, la sérialité, le personnage et la réception : chaque aspect est analysé par un spécialiste qui illustre son propos par de nombreux exemples empruntés aussi bien aux séries actuelles (House of Cards, Game of Thrones, The Good Wife...) qu'à d'autres plus anciennes (Ma sorcière bien-aimée, Dallas, Buffy contre les vampires...). Les deux derniers chapitres proposent des réflexions sur la gestion du temps de ces récits audiovisuels et la question de la réalité. L'ouvrage dépasse la simple « étude de texte » et met en connexion le contenu des séries avec leur histoire et celle de leur format, leurs producteurs, leurs téléspectateurs et les recherches majeures qui se succèdent depuis plus de quarante ans.

    Ce manuel de référence fournit des outils pour que chacun puisse appréhender les séries à partir d'une grille d'analyse efficace et scientifique afin de mieux les comprendre et de les décoder avec davantage de sens critique.

    Cet ouvrage s'adresse aux étudiants et enseignants en communication ainsi qu'aux animateurs culturels ou d'éducation aux médias.

    Sur commande
  • Ce livre est un événement. André Rousselet, qui n'avait jamais raconté sa vie, se confie pour la première fois. Ami de longue date puis exécuteur testamentaire de François Mitterrand, fondateur de Canal Plus, président de la G7, directeur de cabinet du président de la République, président de Havas, collectionneur d'art. André Rousselet, que rien ne destinait à une existence aussi romanesque, s'est trouvé au centre de la vie politique et médiatique de la Ve République. Avec humour ou gravité, toujours direct, il retrace ici un parcours extraordinaire et nous entraîne dans une surprenante autobiographie pleine de révélations.

  • Le cahier des charges de France Télévisions comporte des obligations sur la représentation de la diversité dans son ensemble, avec ses différences et ses particularités culturelles, linguistiques et religieuses. Cet ouvrage analyse le concept de médiation, de service public, de "minorité visible" et pose la question du lien entre médiation télévisuelle et représentation des minorités.

  • Depuis une vingtaine d'années, de nouvelles séries sont apparues tirant parti d'un formidable levier : une temporalité indéfinie et ouverte. Les héros ne sont plus ces êtres monolithiques, insensibles au travail du temps, mais des individus qui vieillissent en même temps que nous. Jamais l'attachement au monde raconté que permet la durée n'a été autant lié à l'incertitude de son destin. Les intrigues se complexifient, jouant sur les emboîtements entre épisodes, saisons et série : flashbacks et flashforwards, enchâssements et jeux sur les points de vue constituent de nouveaux modes de narration. Les séries changent nos visions du monde, pas seulement par ce qu'elles en disent, mais d'abord par la façon de le raconter. Ainsi, à leur manière, elles nous obligent à repenser le récit.

  • Au bureau, dans le métro, tout le monde parle de Game of Thrones (GOT, pour les intimes), et vous n'y comprenez rien ? Vous vous sentez exclu, et n'arrivez plus à avoir de vraie conversation avec votre entourage ? Voici le petit guide parfait pour tout savoir sur l'histoire, les personnages, et les raisons d'un tel engouement. En bonus, vous trouverez dans ce guide des anecdotes que les autres fans ignorent peut-être, histoire de briller à la machine à café ! ENFIN, vous allez savoir pourquoi tous vos amis vous disent " Winter is coming " (et, non, ils ne parlent pas de météo).

  • L'Archéologie filmée au Premier Plan. En premier lieu, c'est l'histoire d'une émission de Pierre Barde et Henri Stierlin, laquelle, au cours de 11 saisons vagabondes et bien remplies (1965 à 1975) entraina le public de la Télévision Suisse Romande et ceux des Chaînes partenaires Canadienne et Belge «d'expression française» (RTBF et SRC) à la découverte du fascinant «Héritage de l'homme» tel que le révélaient des générations d'Archéologues et d'Explorateurs-Chercheurs, tout à la fois rigoureux scientifiques et communicateurs passionnés à l'oeuvre tout autour de la planète terre. 12 films en noir-blanc (les 4 premiers cycle: 1964-1967) et 21 films en couleurs (les 7 cycles suivants: 1967-1975).

    Sur commande
  • Si on ne l'a pas vu à la télé, c'est que ça n'a jamais eu lieu... et si, en plus, ce n'est pas en anglais, alors là on n'y comprend rien.

    Le Liban via son petit écran est le premier ouvrage du genre rédigé en anglais, qui relate les moments clés et les jalons marquants de la télévision libanaise.
    De la toute première émission en 1959, à la création de la première loi sur les médias audiovisuels au Liban et au Moyen-Orient en 1994, ce livre abondamment illustré nous raconte l'histoire du Liban, terrain de guerre, et du Liban, terre de rêve, ainsi que l'histoire d'un petit pays qui a joué un rôle culturel de premier plan au niveau régional.

    L'ouvrage rapporte trois décennies et demie de show-biz libanais, de culture pop et d'Histoire telles que les a dépeintes le petit écran. Il présente des documents et des témoignages inédits et sensationnels sur les moments les plus illustres de la télé libanaise ainsi que ses moments les plus sombres, ses débuts mémorables, les icônes glamour et légendaires de son âge d'or, ses héros - bons et méchants - les plus fameux ; tous ces moments vécus à travers le petit écran, qui non seulement ont façonné le Liban en tant que nation et État, mais ont également fait reculer ses limites sociales et culturelles.

    Le Liban via son petit écran : les plus grands moments de la télévision libanaise et de la culture populaire, inspiré en droite ligne de l'ouvrage rédigé en arabe et publié en 2015 par Zaven Kouyoumdjian, le célèbre animateur et producteur de talk-shows, a pour ambition de révéler au monde les spécificités de la télévision libanaise et sa culture populaire.

    Tout compte fait, n'est-il pas vrai que la culture pop exerce une influence sur le monde entier et qu'elle constitue un facteur déterminant qui nous unit ?

    Sur commande
  • P'tit Quinquin

    Bruno Dumont

    P'tit Quinquin est une comédie burlesque, un pastiche policier à rebondissements improbables, une enquête loufoque dans la région bien réelle du Boulonnais, terre agricole et maritime du bord de la Manche.
    Dans cette pantomime décalée, deux enquêteurs consciencieux et métaphysiques croisent des enfants canailles et graves illuminés par les évidences de l'amour, mais aussi des naufragés de la solitude sociale, perdu sur ces terres de bout du monde.
    La lecture de ce scénario permet de redécouvrir une langue qui fait la part belle au parler populaire et à l'accent ch'ti. Et de retrouver les personnages de cette série atypique, portés par la poésie et l'humour qui les illuminent.

  • "L'Échiquier a ceci de particulier qu'il nous permet d'aller d'un personnage à l'autre, presque sans transition, de la musique à la danse, de la poésie au théâtre, du sport à la chanson avec des mariages inattendus qui sont, je l'avoue, notre amusement et l'expression, en certaines occasions, d'une désinvolture nécessaire".

    Le Grand Échiquier, émission mythique de la télévision, fut diffusé du 12 janvier 1972 au 21 décembre 1989, en direct et en public principalement depuis le studio 15 des Buttes-Chaumont. Trois heures de performances, concerts, duplex, interviews, reportages, discussions informelles, parfois intimes, avec des invités prestigieux tels que Lino Ventura, Leonard Cohen, Léo Ferré, Arthur Rubinstein, Yves Montand, Arletty, François Truffaut, Bernard Hinault, Jacques Dutronc, Herbert von Karajan, etc. Ce beau livre raconte l'histoire de l'Échiquier, et en creux se dessine l'histoire d'une époque, ou comme le résume Jacques Chancel : "Il n'est pas un livre de riches heures mais plutôt un immense tableau à cinq cents facettes où chacun devrait retrouver un peu de son propre parcours."

  • Aucune image ne paraît échapper à la force de la bordure, à la pression d'une limite, au geste du découpage : au cadre.
    Mais le pouvoir du cadre est fragile : dès que nous nous demandons " d'où vient le cadre ? ", il apparaît comme la marque d'un processus, l'aboutissement d'un choix. Le cadre n'est donc pas seulement cet objet, souvent rectangulaire, qui impose une composition ou installe les repères d'un dispositif, il témoigne aussi d'un projet visuel. En ce sens, la pensée se saisit du cadre avant de l'imposer, elle en évolue les possibilités, les variations, les modalités.
    L'espace s'y montre alors sous la forme d'ébauches, le point de vue cherche un axe, le bord est incertain. Aux prises avec des portions d'espace, des jeux sur la limite, le spectateur désorienté peut produire un cadre tout à la fois présupposé et évanescent. Dans ce numéro - où est traduit un texte de référence d'Edward Branigan sur la caméra comme construction du spectateur - les différents médiums du cadre, dont ceux qui s'offrent " sans cadre " (images virtuelles), sont ainsi interrogés du bord vers l'intérieur.

  • Violette a 14 ans. Choyée par ses parents, elle mène une vie heureuse jusqu'à un déménagement qui lui fait quitter ses amis et changer de collège. Parachutée dans un établissement de ZEP, elle devient la cible facile des adolescents du quartier : les insultes, les coups, le racket. Elle finit par se lier d'amitié avec Sabine, 16 ans, et par intégrer son gang de filles, les « Crapuleuses ».

    L'auteure-réalisatrice Magaly Richard-Serrano l'avoue : « J'ai rencontré des filles qui ressemblaient aux Crapuleuses. J'aurais pu être une Crapuleuse. » Ainsi, elle porte un regard sensible et sans artifice sur cette histoire, pour donner à voir le parcours de ces adolescentes en marge.

    Sur commande
empty