• Grâce aux réformes engagées à partir de 1978, la Chine a connu une croissance lui per mettant de sortir de la grande pauvreté et de devenir l'un des acteurs majeurs de l'économie mondiale. Mais cette croissance s'est accompagnée de forts déséquilibres et d'inégalités croissantes. Devenue un pays à revenu intermédiaire, la Chine est maintenant confrontée à des enjeux d'autant plus stratégiques que la stabilité politique est liée au développement de l'économie.
    Cet ouvrage vise à expliquer les modalités de la croissance chinoise, l'évolution de la structure de l'économie du pays et les obstacles qu'il doit surmonter, notamment en matière d'environnement et de stabilité sociale. L'auteure souligne également le lien entre les contraintes économiques internes et la stratégie internationale de la Chine qui a bouleversé l'organisation mondiale de la production et a des visées très ambitieuses quant au rôle qu'elle peut jouer dans la mondialisation.

  • Ce livre mis à jour analyse les performances des économies émergentes d'Asie du Sud-Est (Thaïlande, Malaisie, Indonésie, Singapour, Vietnam, Indonésie, Cambodge, Laos, Myanmar) peuplées de 600 millions d'habitants, dans un espace charnière entre la Chine et l'Inde, dans une perspective historique. Il analyse leurs transformations économiques et sociales et leur intégration dans l'Asie Pacifique.

  • La Chine joue les premiers rôles dans bien des domaines. Géant économique, financier, militaire, notamment, la Chine est une grande puissance régionale et un acteur majeur de la mondialisation qui tente aujourd'hui de séduire le monde en imposant sa culture (softpower). Mais les limites et les fragilités de la Chine sont perceptibles. L'essoufflement de son modèle économique, les faiblesses de l'État-nation et les problèmes environnementaux sont autant de défis que la Chine devra relever pour confirmer dans la durée son rang de puissance mondiale.

  • La Chine est au pied du mur : son modèle économique s'essouffle, les inégalités de revenus battent des records mondiaux. Mais son plus gros boulet au pied, celui qui entravera le plus lourdement sa course au développement, est sans conteste sa démographie : d'ici 2050, son réservoir de main-d'oeuvre va perdre 250 millions d'individus et le nombre de ses personnes âgées va doubler, surpassant alors, à lui seul, la population de l'Union européenne.

    Vieille avant d'être riche, la Chine doit mener le combat contre sa démographie sans avoir eu le temps de s'armer. Sans réforme de fond, la formidable mécanique grâce à laquelle elle s'est hissée en tête des classements mondiaux pourrait rapidement s'enrayer, brisant son rêve de puissance émergente : celui d'accéder au rang d'économie riche et développée.

    Un passionnant document étayé de témoignages qui révèle les singularités d'une société en pleine mutation.

  • Après plus de deux siècles à l'ombre de l'Occident, l'Asie fascine à nouveau par son dynamisme, ses produits, ses firmes et ses chaînes de valeur hautement concurrentielles. L'Asie s'affirme chaque jour de plus en plus comme le nouveau centre de gravité de l'économie mondiale, avec pour corollaire un réalignement géostratégique et une recomposition inévitable des relations transpacifiques. En l'espace d'une décennie, la Chine est devenue le premier ou le second partenaire économique dela plupart des États de l'hémisphère occidental ; et cela, sans compter le Japon, la Corée et les pays de l'ASEAN. Les firmes globales sont au coeur du redéploiement des chaînes de valeur transpacifiques : sous leur égide, nous sommes passés du commerce des biens à celui des des fonctions dans un contexte d'une montée en puissance de la Chine et d'une certaine morosité de l'hégémon américain. L'ouvrage s'intéresse plus particulièrement aux défis et occasions que représente l'usine Asie pour les quatre plus grandes économies des Amériques : le Brésil, le Canada, les États-Unis et le Mexique. Le Brésil se niche-t-il dans une nouvelle relation de dépendance et de reprimarisation ? Le Mexique peut-il concurrencer la Chine sur le plan manufacturier ? Le Canada saura-t-il profiter des nouvelles occasions d'affaires, voire développer une stratégie cohérente qui lui sera profitable à long terme où s'abandonnera-t-il à l'exportation de ses ressources naturelles ? Les États-Unis peuvent-ils rester en tête de cette reconfiguration transpacifique des rapports économiques et géostratégiques comme ils tentent de le faire en menant fermement les négociations pour un nouveau Partenariat transpacifique ? Enfin, les tensions sino-japonaises et la concurrence des firmes asiatiques et de leurs chaînes de valeur hyperconcurrentielles sont-elles une occasion ou une menace à la stabilité transpacifique et à l'avenir économique de ces quatre puissances des Amériques ? Voilà quelques-unes des questions auxquelles 16 spécialistes apportent des éléments de réponses.

  • Les données de l'Organisation mondiale du tourisme font observer une activité touristique dans le monde arabe qui représente 6,2% du marché mondial, avec un accroissement prévu pour la période 2020-2030. S'interroger sur la place du tourisme et du loisir, et leur accessibilité dans les sociétés du monde arabe devient nécessaire d'autant que ces aspects sont abordés ici selon des perspectives principalement disciplinaires. A partir de divers cas d'études, les auteurs proposent une réflexion sur la mise en tourisme des territoires aux plans scientifique, géopolitique, historique, urbanistique, sociologique et politique.

  • Avec l'avènement de la mondialisation, la Chine est devenue en un temps record l'une des principales économies du monde. Aujourd'hui, elle talonne même les Etats-Unis. Elle peut par conséquent nourrir des ambitions de grande puissance, voire de puissance hégémonique. Il est toutefois surprenant que, dans les nombreuses analyses produites sur la Chine et son affirmation sur l'échiquier économique mondial, l'agriculture soit le parent pauvre. Grand pays agricole, la Chine dépend toutefois de plus en plus de l'extérieur pour son alimentation, créant ainsi un phénomène de dépendance.

    Or, la question agricole en Chine renvoie historiquement à la notion de sécurité alimentaire. Dans l'histoire du pays, cette idée a régulièrement fait l'objet d'une attention toute particulière de la part des dirigeants. Elle se pose avec une certaine acuité en ce début de XXIe siècle, d'autant plus qu'elle fait partie des menaces en termes de sécurité non traditionnelle qui pèsent sur la Chine, au même titre que l'énergie, et conditionne la stabilité des relations internationales.

    Ce livre a pour ambition d'analyser l'origine et surtout les conséquences d'une telle dépendance alimentaire pour un pays de la taille de la Chine. Est-elle en mesure d'inverser le processus, de stopper sa dépendance alimentaire vis-à-vis du reste du monde, de restaurer un auto-approvisionnement, au moins dans le secteur des grains ? Si tel n'était pas le cas, Pékin devrait alors poursuivre sa stratégie de diversification de ses approvisionnements alimentaires (investissements directs à l'étranger, achats ou locations de terres dans d'autres pays, importations massives et sécurisées par des partenariats commerciaux...). Les répercussions géoéconomiques de cette posture chinoise sur les marchés des produits agricoles seraient porteuses de tensions géopolitiques dans les années à venir.

  • Avec une croissance de 7,5 % prévue en 2015 par le Fonds monétaire international (FMI), l'Inde va pour la première fois afficher un dynamisme économique supérieur à la Chine. Les bonnes performances de l'économie indienne sont toutefois menacées par les défis immenses auxquels le pays doit faire face : infrastructures défaillantespauvreté, bureaucratie, etc. Pour devenir le « moteur-clé de la croissance mondiale », l'Inde devra impérativement adopter de nombreuses réformes structurelles .

  • Les auteurs propose une lecture synthétique, géographique et historique, pour mieux saisir les raisons de la réussite économique et géopolitique du Qatar, aux échelles régionales et mondiale.

  • La Chine fait désormais partie de l'économie mondiale depuis trois décennies. Et comme la population chinoise (1,34 milliard d'habitants) est désormais supérieure à la population transatlantique (0,85 milliard d'habitants dont 0,51 pour l'Europe et 0,34 pour l'Amérique du Nord), à long terme, l'économie chinoise devrait avoir une taille égale à une fois et demie la taille combinée des économies européennes et américaines combinées.

    L'économie chinoise ne représente pour l'instant que moins du tiers du poids combiné de l'ensemble transatlantique. Le chemin à parcourir est encore long, mais on estime généralement que le PIB chinois sera équivalent au PIB américain au cours des années 2020.
    Malgré la croissance continuelle de son économie, la Chine se trouve toujours au milieu des pays à bas revenu. Bien que le revenu du Chinois ait été multiplié par onze depuis la réforme et l'ouverture, ce revenu par tête est toujours inférieur à celui du Mexicain ou même du Tunisien, et il est encore cinq fois inférieur à celui du Coréen.
    Plus frappant est sans doute de rappeler que à peine un pour cent des familles chinoises disposent d'un revenu équivalent ou supérieur au revenu moyen des familles françaises.
    Encore plus frappant est de parler d'accès à l'eau potable et des WC, il y a encore 50 millions de Chinois qui ont un accès limité à une source d'eau potable et 64 % des Chinois seulement ont accès à des « lieux d'aisance », mais 32 % de ces lieux ne sont pas considérés comme des latrines hygiéniques selon la définition de l'Organisation mondiale de la santé.
    La Chine que l'on voit à la télévision s'intègre rapidement à l'économie mondiale. Depuis octobre 2014, le Shanghai-Hong Kong Stock Connect relie le Shanghai Stock Exchange et le Hong Kong Stock Exchange. En octobre 2016, le renminbi fera officiellement partie des devises composant le DTS. Mais, malgré ces apparences ultramodernes, il s'agit encore d'une Chine qui est dans la situation relative du Japon des années 1930 par rapport aux pays de l'OCDE. Il y a donc encore énormément de choses à faire pour le logement, les infrastructures, le système social, l'environnement... Et donc une demande interne de plus en plus solvable qui devrait soutenir encore longtemps une croissance rapide.

    Sur commande
  • Comment un petit pays, vivant dans une situation de menaces permanentes, a-t-il pu se hisser à un tel niveau de performance créative dans tous les domaines de l'économie ? Israël est courtisé, recherché comme partenaire, regardé comme modèle. Ses secrets, ce sont les surprises, nombreuses, qui les révèlent quand on interroge ceux qui ont créé le pays (et dont beaucoup sont encore actifs) et leurs successeurs qui sont en charge de son avenir. On découvre que l'on ne savait, au fond, que peu de choses sur ce pays européen et oriental à la fois, situé au carrefour de l'Europe, de l'Asie et de l'Afrique.

  • This report contains the "Phase 2: Implementation of the Standards in Practice" review, as well as revised version of the "Phase 1: Legal and Regulatory Framework review" already released for the Philippines.

    The Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is the multilateral framework within which work in the area of tax transparency and exchange of information is carried out by 120 jurisdictions, which participate in the Global Forum on an equal footing. The Global Forum is charged with in-depth monitoring and peer review of the implementation of the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes. These standards are primarily reflected in the 2002 OECD Model Agreement on Exchange of Information on Tax Matters and its commentary, and in Article 26 of the OECD Model Tax Convention on Income and on Capital and its commentary as updated in 2004. The standards have also been incorporated into the UN Model Tax Convention.

    The standards provide for international exchange on request of foreseeably relevant information for the administration or enforcement of the domestic tax laws of a requesting party. Fishing expeditions are not authorised but all foreseeably relevant information must be provided, including bank information and information held by fiduciaries, regardless of the existence of a domestic tax interest or the application of a dual criminality standard.

    All members of the Global Forum, as well as jurisdictions identified by the Global Forum as relevant to its work, are being reviewed. This process is undertaken in two phases. Phase 1 reviews assess the quality of a jurisdiction´s legal and regulatory framework for the exchange of information, while Phase 2 reviews look at the practical implementation of that framework. Some Global Forum members are undergoing combined - Phase 1 and Phase 2 - reviews. The Global Forum has also put in place a process for supplementary reports to follow-up on recommendations, as well as for the ongoing monitoring of jurisdictions following the conclusion of a review. The ultimate goal is to help jurisdictions to effectively implement the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes.

    All review reports are published once approved by the Global Forum and they thus represent agreed Global Forum reports.

  • The Global Forum on Transparency and Exchange of Information for Tax Purposes is the multilateral framework within which work in the area of tax transparency and exchange of information is carried out by over 120 jurisdictions which participate in the work of the Global Forum on an equal footing.
    The Global Forum is charged with in-depth monitoring and peer review of the implementation of the standards of transparency and exchange of information for tax purposes. These standards are primarily reflected in the 2002 OECD Model Agreement on Exchange of Information on Tax Matters and its commentary, and in Article 26 of the OECD Model Tax Convention on Income and on Capital and its commentary as updated in 2004, which has been incorporated in the UN Model Tax Convention.
    The standards provide for international exchange on request of foreseeably relevant information for the administration or enforcement of the domestic tax laws of a requesting party. "Fishing expeditions" are not authorised, but all foreseeably relevant information must be provided, including bank information and information held by fiduciaries, regardless of the existence of a domestic tax interest or the application of a dual criminality standard.
    All members of the Global Forum, as well as jurisdictions identified by the Global Forum as relevant to its work, are being reviewed. This process is undertaken in two phases. Phase 1 reviews assess the quality of a jurisdiction's legal and regulatory framework for the exchange of information, while Phase 2 reviews look at the practical implementation of that framework. Some Global Forum members are undergoing combined - Phase 1 plus Phase 2 - reviews. The ultimate goal is to help jurisdictions to effectively implement the international standards of transparency and exchange of information for tax purposes.

  • L'Étude économique de l'OCDE pour l'Inde 2014 examine les récents développements économiques, politiques, et les perspectives et jette un regard plus détaillé sur le secteur manufacturier ; la participation des femmes et la santé.

  • This report examines Malaysia's early experience of implementing regulatory impact analysis (RIA) to support evidence-based rule making. The introduction of RIA is a key element of Malaysia's National Policy on the Development and Implementation of Regulations, launched in 2013. Malaysia has put in place the institutional infrastructure for implementing RIA at a rapid pace, learning from the experiences of a number of OECD countries among them Australia, the Netherlands, Korea and Mexico. However, Malaysia needs to move its attention from advocacy and awareness raising to guiding and supporting regulators to apply RIA. This report's recommendations focus on the need for the government of Malaysia to: consolidate the implementation of RIA over the medium-term; integrate RIA into Malaysia's policy-making processes; and build the capacity inside government necessary for ensuring high-quality RIA. Implementing these recommendations will assist not only Malaysia's domestic policy goals but also promote regional integration in Asia Pacific Economic Cooperation (APEC) and the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) through supporting regulatory convergence.

  • This report reviews the quality of health care in Japan, and seeks to highlight best practices, and provides a series of targeted assessments and recommendations for further improvements to quality of care. One of Japan's foremost policy challenges is to create an economically-active ageing society. Excellent health care will be central to achieving this. A striking feature of the Japanese health system is its openness and flexibility. In general, clinics and hospitals can provide whatever services they consider appropriate, clinicians can credential themselves in any speciality and patients can access any clinician without referral. These arrangements have the advantage of accessibility and responsiveness. Such light-touch governance and abundant flexibility, however, may not best meet the health care needs of a super-ageing society. Japan needs to shift to a more structured health system, separating out more clearly different health care functions (primary care, acute care and long-term care, for example) to ensure that peoples' needs can be met by the most appropriate service, in a coordinated manner if needed. As this differentiation occurs, the infrastructure to monitor and improve the quality of care must simultaneously deepen and become embedded at every level of governance -institutionally, regionally and nationally.

  • This review, undertaken in close co-operation with the Vietnamese Ministry of Agriculture and Rural Development, assesses the performance of Vietnamese agriculture over the last two decades, evaluates Vietnamese agricultural policy reforms, discusses the policy framework for sustainable investment in agriculture and provides recommendations to address key challenges in the future.The OECD Food and Agricultural Reviews provide comprehensive assessments, according to different angles, of countries' agricultural policies, including OECD estimates of the level of support; major reform efforts and their potential impacts; or conduciveness of the broad policy framework to generating the innovation that will improve agricultural productivity sustainably.

  • This publication is the first case study of the Urban Green Growth in Dynamic Asia project. The project explores how to promote green growth in fast-growing cities in Asia by examining policies and governance practices that encourage greening and competitiveness in a rapidly expanding economy. It is part of the OECD Green Growth Studies series, which will culminate in a synthesis report on Urban GreenGrowth in Dynamic Asia.

  • This report on the Public Procurement Service of Korea examines the effectiveness of its system, identifying good practices that can inspire reform efforts in other countries. In particular, the report highlights the efficiency gains achieved by implementation of a comprehensive e-procurement system and the savings generated by an integrated support for government-wide contracts. It also looks at how Korea is adopting a strategic and multi-dimensional approach to using public procurement in the support of small businesses and other social objectives. In identifying possible improvements to Korea's system, recommendations include a more centralised look at workforce training and development issues and additional features for Korea's e-procurement system, as well as a review of existing certification and preference programs.

  • This report examines the Netherland's new Metropolitan Region of Rotterdam-The Hague (MRDH), drawing on lessons from governance reforms in other OECD countries and identifying how the MRDH experience could benefit policy makers beyond Dutch borders. Long in search of ways to strengthen urban areas, the Dutch government has recently undertaken the development of a National Urban Agenda known as Agenda Stad, in parallel to a series of broad institutional reforms. This included abolishing the country's traditional eight city-regions, which led Rotterdam, The Hague and 21 smaller neighbouring cities to form the Metropolitan Region of Rotterdam-The Hague (Metropoolregio Rotterdam Den Haag, or MRDH). This report analyses the emergence of the MRDH both as a geographical area that spans 23 municipalities in the southern Randstad region and as a new metropolitan authority with transport and economic development responsibilities. One of the challenges the MRDH faces is how to bring the economies of Rotterdam and The Hague closer together while generating growth and well-being.

  • Un regard cursif porté, à la fin de l'année 2015, sur les trois grands acteurs de l'Asie - Chine, Japon, Inde - met nettement en lumière le binôme consolidations- interrogations.En Chine, le président Xi Jinping a affermi son pouvoir, a intensifié en parallèle une politique anticorruption et a poursuivi une politique de répression. Mais le ralentissement de l'économie suscite bien des questions.Au Japon, la réélection du Premier ministre Shinzo Abe a conforté l'hégémonie du Parti libéral-démocrate et a permis au chef du gouvernement d'engager la réforme de la doctrine militaire du pays. L'enlisement économique témoigne cependant de l'essoufflement des Abenomics, supposées relancer la croissance.En Inde, le Premier ministre Narendra Modi imprime sa marque sur tous les plans et affirme la centralité de son pouvoir. Mais, sur le plan local, les revers électoraux essuyés par son parti obscurcissent son horizon politique.Les pays d'Asie du Sud-Est étudiés dans ce volume n'échappent pas non plus à cette dualité. Qu'il s'agisse, par

    Sur commande
  • Le volcan chinois

    Ursula Gauthier

    • Denoel
    • 5 March 1998

    Le miracle chinois fait rêver.
    La mutation capitaliste de pékin fascine le monde entier. la chine a fait son entrée dans le siècle, avec faste et autorité. pourtant, l'empire légué par deng xiaoping ressemble à un volcan en ébullition. sous la main de fer du pouvoir, la société s'agite en turbulences explosives : guerre des campagnes contre les villes, de la base contre le parti-etat, des femmes contres les hommes, de la religion contre l'idéologie, des minorités ethniques contre la majorité chinoise.
    Géant du xxie siècle, " future première puissance ", l'empire rouge demeure aussi opaque et méconnu qu'il l'était à l'époque maoïste.
    Le volcan chinois est le récit vivant d'une plongée dans les entrailles du grand dragon. l'auteur, qui a vécu dix ans en chine, nous fait comprendre - de l'intérieur - cette chine bouillonnante qui risque, un jour, d'entrer en éruption.

empty