• Le tour du monde en 130 opéras Nouv.

    ... en passant par les quatre autres continents : de Santa Fe à Sydney, du Cap à Séoul, Christophe Rizoud propose au lecteur un panorama planétaire des maisons d'opéra, et la visite guidée de 130 théâtres, des plus célèbres aux plus inattendus. Abondamment illustré, l'ouvrage invite à l'exploration architecturale, paysagère et historique de ces maisons d'opéra, emblématiques ou moins connues : les ors et le velours du Palais Garnier sont bien sûr au rendez-vous, mais aussi ceux de Manaus en Amazonie.
    Les volumes futuristes du Palais des Arts de Valence répondent à ceux d'Oslo... ou aux pierres antiques de Vérone et d'Orange. Les dunes de sables de Mascate, le Jardin des plantes de Saint-Etienne, les neiges d'Helsinki ou les bords de la Moldau abritent ces lieux qui ont vu naître tant de chefs-d'oeuvre, mais aussi vécu tant d'incidents étranges : chaque lieu a, sinon son Fantôme, du moins sa petite histoire à raconter.
    A la fois beau livre et invitation au voyage, ce volume éclaire d'un jour neuf la place de l'opéra dans le monde.

  • Papillon noir est un monologue féminin. Je l'ai écrit à la demande d'un compositeur, Yann Robin, afin qu'il soit joué sur scène. C'est donc le texte d'un petit opéra - un monodrame -, qui a été créé au Théâtre de la Criée, à Marseille ; qui sera joué le 21 mars à la Biennale des musiques exploratoires de Lyon ; puis sera à l'affiche de l'Opéra de Rennes durant la saison 2020-2021 (dans une mise en scène d'Arthur Nauzyciel). Mais c'est aussi un texte qui se lit sans musique, comme un petit roman intérieur. Écrit dans le souffle d'une voix qui peu à peu se fragmente, il tente de rassembler ce qui peut se dire d'une vie. Il y a l'extase qui allume les désirs ; il y a les coups de foudre et les accidents ; toutes les fontaines où l'on s'abreuve : l'amour, la douleur et l'absolu ; il y a un ange qui s'absente sur une fresque italienne ; le désir de vivre plus et la hantise de perdre sa vie. Papillon noir est un objet littéraire sans genre, peut-être du « théâtre » finalement - proche en cela des dernières pièces de Beckett, dont le format épuré m'a influencé. Mais il poursuit une quête que j'ai commencée avec la dernière partie de Jan Karski, qui était déjà un monologue nocturne, torrentiel, illuminé, où tentait de se creuser cette chose impossible à représenter, mais que la littérature cherche pourtant à éclairer : l'instant de la mort. Ici, cet instant se déploie comme un débordement de parole, comme un feu où crépitent les lueurs du secret. Y. H.

  • Le « Kobbé » est l'ouvrage de référence des amateurs d'opéra dans le monde entier. Parue pour la première fois en 1922, cette bible des mélomanes a connu d'innombrables rééditions et de nombreuses traductions. Elle présente les compositeurs de tous les temps et de tous les pays. Les opéras sont classés dans l'ordre de leur création et, pour chacun d'entre eux, sont indiquées les mises en scène les plus importantes. Près de 500 oeuvres sont ainsi analysées, témoignage de la vitalité d'un genre et du renouvellement constant du répertoire.

  • Les débuts de l'opéra en France, de sa fondation par Louis XIV à ses développements jusqu'à la Révolution. De la tragédie lyrique, genre spectaculaire qui s'impose au monde musical, à l'apparition de nouveaux genres : l'opéra-comique, qui se développera au XIXe siècle.
    Menée par Hervé Lacombe, une équipe pluridisciplinaire passe en revue tous les aspects de l'opéra français à ses débuts, et montre comment se constitue une véritable culture lyrique.
    Sollicitant les yeux, les oreilles et les émotions, manipulant les idées comme les imaginaires, l'opéra reflète et concentre son époque. Il est tout autant un phénomène culturel d'une ampleur considérable qu'un objet artistique protéiforme, le résultat d'une industrie que le fruit d'une esthétique. Dans l'histoire de ce genre totalisant, le répertoire français occupe une place à part, fortement déterminée par son lien avec l'État, depuis son institutionnalisation par Louis XIV, qui consacra la tragédie en musique, jusqu'à l'inauguration en 1989 de l'Opéra Bastille, voulu par François Mitterrand, à l'occasion des festivités du bicentenaire de la Révolution. Né au XVIIe siècle, tout à la fois en s'inspirant et en se démarquant de l'opéra italien, l'opéra français s'inscrit dans un contexte social et artistique spécifique, dont la culture de la danse est l'une des données fondamentales. La période qui s'ouvre avec le Roi-Soleil trouve son terme dans l'écroulement de l'Ancien Régime durant la Révolution. Entre-temps, le genre a infiltré toute la vie musicale, a proliféré jusque dans les colonies. Il s'est ramifié sous diverses formes, dont l'opéra-comique est l'une des plus originales. Derrière quelques noms restés célèbres, comme Lully et Rameau, Grétry et Gluck, c'est une multitude d'auteurs qu'il nous faut redécouvrir. Ce continent lyrique restait à explorer dans la diversité de ses aspects. Une histoire s'imposait donc pour en faire le récit et en décrire les mécanismes, pour en reconstituer les valeurs et les tendances, pour suivre ses acteurs et découvrir ses productions.
    Entreprise sans précédent par ses dimensions et par sa conception, cette Histoire de l'opéra français en trois volumes réunit une équipe internationale de près de deux cents auteurs - musicologues, littéraires et philosophes, historiens et spécialistes du théâtre, de la danse et des arts. Elle est placée sous la direction d'Hervé Lacombe, professeur de musicologie à l'université Rennes 2.

  • Dans la fosse d'orchestre de l'Opéra, la partition n'est pas que musique. Au gré des répétitions, voire des représentations, elle peut se faire journal intime, par l'écriture ou le dessin. Croquer le chef ou un collègue en action, communiquer avec son voisin de pupitre, donner traits à ses pensées buissonnières, nourrir la chronique collective de l'Orchestre en notant noms, dates et horaires, ou même réagir à l'actualité : tout est possible. En marge des notes, dessins et commentaires témoignent d'un métier, et confrontent les aléas du quotidien et la grande Histoire.
    Fruit d'une enquête photographique dans les collections de partitions de l'Opéra et d'une carrière de musicien dans son Orchestre, l'ouvrage de Jean-Noël Crocq en révèle des coulisses insoupçonnées, et de savoureux souvenirs. Dévoilant la vie secrète d'un collectif musical plongé dans l'ombre, il permet de redécouvrir l'histoire de l'Opéra sous un regard nouveau.

  • Vous allez adorer l'Opéra

    Collectif

    Retrouvez tout ce qu'il faut savoir sur l'opéra et découvrez les plus grands compositeurs, leurs plus grandes oeuvres, les plus grands interprêtres, les plus grandes salles, etc. Découvrez comment et où l'opéra est né, pourquoi et comment il a évolué à travers les siècles. Parcourez les plus beaux livrets en vous laissant conter leurs intrigues. Et écoutez, grâce au CD, les plus beaux airs de Purcell, de Verdi, de Puccini, de Wagner...

  • « L'opéra, c'est l'histoire d'un ténor et d'une soprano qui veulent faire l'amour, mais qui en sont empêchés par un baryton. » Cette définition de George Bernard Shaw, qui suscite invariablement un sourire, peut décrire l'opéra pour qui n'en a pas le vocabulaire de base. Cet ouvrage de vulgarisation intelligente lève le rideau sur les mystères de l'opéra, afin que chacun puisse en apprécier la beauté, classique ou moderne. Chaque sujet est traité en deux pages, 300 mots et une image pour vous permettre d'apprécier le spectacle, la musique et les plus belles voix du monde, de Farinelli à Pavarotti en passant par Verdi, Puccini, Wagner et Maria Callas.

  • Oeuvre de transition entre les grandes fresques patriotiques de sa jeunesse et la "Trilogie populaire" immensément célèbre (La Traviata , Le Trouvère , Rigoletto) , Stiffelio (1850) est un ouvrage moins connu de Verdi, et pourtant passionnant sur bien des plans.
    D'une audace telle qu'il fut censuré dès sa création et que l'opéra disparut ensuite de l'affiche pendant près d'un siècle, le livret narre le désamour conjugal d'un pasteur protestant et de son épouse, dont l'infidélité conduit l'homme de foi à lui proposer... le divorce ! Le tout se passe au début du XIX siècle, c'est-à-dire à une époque et dans des costumes auxquels les spectateurs de la création pouvaient s'identifier, et dans une atmosphère tragique et profondément touchante. Or ce type d'intrigue, contemporaine et déjouant la morale, n'était alors autorisé qu'au théâtre comique.
    L'opéra de Verdi en fit les frais. Le compositeur évoquait en fait à demi-mots sa compagne Giuseppina Strepponi, ex-artiste lyrique et plusieurs fois fille mère, avec qui il vivait hors mariage au grand dam de la société bourgeoise de son temps : le "pardon" que le pasteur réclame à ses fidèles pour une femme qui a péché mais n'en est pas moins sensible, Verdi lui-même le réclamait à ses voisins pour Giuseppina...
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes, et un dossier sur Aroldo, remaniement de Stiffelio opéré par Verdi en 1857.

  • Portée à la scène par Shakespeare, la légende des "amants de Vérone" a poursuivi sa carrière populaire au travers de l'opéra de Gounod (1867).

    La précédente édition de L'Avant-Scène Opéra consacrée à son ouvrage datait de 1982 (n° 41). Près de quarante ans plus tard, il était nécessaire d'offrir aux deux personnages fameux une nouvelle édition enrichie.

    Le volume permet au lecteur de suivre le livret original intégral (y compris des scènes souvent coupées et pourtant mises en musique par Gounod), en regard d'un commentaire musical et littéraire abondamment illustré de photos de productions, une discographie et une vidéographie riches de plusieurs versions récentes avec quelques stars en tête de distribution, et une série d'études faisant le point sur le sujet : quelle source historique inspira donc Shakespeare ? les amants ont-ils existé ? quelle place occupent-ils dans la carrière du compositeur de Faust, et plus généralement dans le répertoire musical - y compris non classique : West Side Story transporte ainsi à New York le drame de Vérone...

  • Créé à Saint-Pétersbourg en 1862, remanié à Milan en 1869, La forza del destino (La Force du destin) est l'opéra le plus "baroque" de Giuseppe Verdi (1813-1901). Inspiré d'un drame romantique espagnol contemporain d'Hernani de Hugo, il développe une intrigue échevelée mêlant malédiction paternelle, amours interdites et vengeance d'honneur, le tout sur fond de guerre opposant Espagne et Italie - tout en agrémentant les tableaux les plus violemment passionnés de touches légères inattendues, au travers notamment d'un moine bougon et d'une leste vivandière.
    L'Avant-Scène Opéra avait consacré une première édition à cet opéra en 1989 (n° 126). Les décennies ont passé et justifient cette nouvelle édition, riche de textes inédits (notamment le guide d'écoute), entièrement revus et mis à jour (la discographie et la vidéographie), et d'une iconographie désormais en couleur, représentative des plus récentes productions.
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes.

  • Entre Droit & opéra de quoi va-t-il s'agir ? Ne sommes-nous pas face à deux mondes antinomiques, deux sphères que tout opposerait ? Le parti pris du présent ouvrage, richement illustré d'une iconographie en grande partie inédite, est au contraire de tisser les liens entre les territoires globalisés du Droit et de l'opéra et d'en révéler les interconnexions. Ne s'agit-il pas, après tout et dans les deux cas, de représentations interprétées du réel ? Ce sont donc des artistes (des chanteurs, des danseurs, des metteurs en scène, des musiciens, ...) mais aussi des juristes (magistrats, avocats, hommes et femmes politiques, universitaires,...) qui ont accepté, à l'invitation du professeur Touzeil-Divina, d'aborder l'opéra & le Droit sous de multiples facettes entrelacées : le costume des plateaux juridique et lyrique, l'art de la danse, de la mise en scène, du droit dans un opéra, de ses personnels et de ses institutions, de son service public ou encore de certains de ses plus célèbres contentieux ; le tout, agrémenté de portraits et d'entretiens ancrés dans la réalité juridique et lyrique du quotidien Le présent ouvrage a reçu le soutien précieux du Collectif L'Unité du Droit, du Théâtre du Capitole, de la formation des Talens Lyriques, ainsi que l'aimable concours de l'Opéra national de Paris. Préface de Jack Lang.

  • Rossini est un compositeur populaire, surtout pour ses oeuvres comiques : Le Barbier de Séville est l'un des opéras les plus joués au monde, et tout le monde connaît ou croit connaître la musique pétillante et le caractère bon vivant de celui qui, après tout, a donné son nom à un tournedos... Le constat est plaisant, mais aussi paradoxal - car Rossini a composé bien plus d'oeuvres sérieuses, voire tragiques, dominées par d'incroyables personnages, de Sémiramis la reine de Babylone à Moïse et Pharaon, de Guillaume Tell à Mehmet II le Conquérant.
    Ce livre explore donc les créations du « Cygne de Pesaro » dans toute leur variété, et fait de même avec l'homme, qui a aussi ses surprises : il écrit son dernier opéra à 37 ans, en pleine gloire, mais il lui en reste près de quarante à vivre...
    Comme tous les volumes de la collection des Modes d'emploi, ce guide s'articule en cinq parties (voir sommaire en page suivante), embrassant l'homme, sa musique, ses opéras clés et ses interprètes, ainsi que tous les outils pratiques pour partir à sa rencontre.

  •  La 70e édition du Festival d'Aix se tiendra en juillet 2018, et sera la onzième et dernière saison de Bernard Foccroulle à la tête de l'institution, qui a connu un développement sans précédent durant cette période. L'objet de cet ouvrage est de retracer les grands axes de la politique menée par le Festival en termes de création, d'ouverture, de dialogue interculturel et de rayonnement international.

  • N'ayez plus peur de l'opéra en découvrant tous les aspects et tous les secrets de ce monde particulier, souvent associé à une idée d'élite. Il n'en est rien !

    Avec cet ouvrage, vous parcourrez l'histoire de l'opéra à travers la vie des plus grands compositeurs, tel que Mozart, Verdi, Wagner, mais aussi à travers les plus grands opéras et leurs fascinantes histoires, résumés dans l'ouvrage et expliqués pas à pas dans le CD d'accompagnement.

    Que vous soyez simplement curieux, amateur éclairé ou mélomane averti, ce livre comblera vos attentes lyriques !

  • Créé à titre posthume à l'Opéra de Paris en 1865, L'Africaine est une oeuvre "culte" chez les amateurs d'opéra : il s'agit du dernier ouvrage de Giacomo Meyerbeer, qui mourut avant de le voir représenté, de l'un des plus flamboyants exemples du "grand opéra français" - ce genre lyrique qui conjugue décors spectaculaires et intrigues historiques, et fait une large place au ballet -, mais aussi d'un ouvrage controversé.
    Connu sous le titre L'Africaine passé à la postérité, il fut conçu par ses auteurs sous celui de Vasco de Gama , d'après le personnage principal qu'il met en scène ; déplacé, selon les différentes versions que composa Meyerbeer au fil de trente ans de genèse, d'Inde en Afrique, il mêle finalement des éléments de couleur locale empruntés à plusieurs cultures. Représenter L'Africaine aujourd'hui pose question : quelle Africaine ? quelle version musicale, mais aussi sous quelle apparence théâtrale (maquillage, costume, etc.) ?
    Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage et ses enjeux problématiques, et en approfondir la découverte : le livret intégral de la création complété de fragments alors coupés, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes.

  • En 2019 l'Opéra National de Paris fêtera son 350 e anniversaire.
    C'est l'occasion de marquer cet événement en assurant la publication d'une histoire de l'Opéra de Paris qui raconte et célébre cette histoire exceptionnelle depuis la fondation de l'Académie royale de Musique par Colbert, en 1669, jusqu'à l'Opéra National de Paris, au xxi e siècle.
    Il s'agit d'un ouvrage simple mais élégant, en version bilingue (français / anglais), très accessible et organisé de façon rigoureuse. Il raconte l'histoire de l'institution sur un mode chronologique, rythmé par des encadrés qui mettent l'accent sur des moments ou des sujets forts.
    Il remonte bien sûr jusqu'à la création par Louis XIV des différentes académies de danse d'opéra et de musique jusqu'à l'opéra moderne et mondialisé en racontant le fonctionnement de l'institution tout au long du xix e siècle, sous l'empire, la restauration et le second empire et pendant tout le xx e siècle.
    Des encarts thématiques abondamment illustrés donnent à cette histoire un prolongement visuel et séduisant qui permet de mettre en valeur tel ou tel aspect de cette histoire : l'esthétique royale, Mozart à Paris, la construction du palais Garnier, la création de Guillaume Tell de Rossini, l'entrée de Carmen au répertoire, Degas à l'opéra, les Ballets russes, les couturiers à l'Opéra, l'Opéra au cinéma, etc...
    L'ouvrage préfacé par Stéphane Lissner, est écrit par Mathias Auclair. L'ensemble étant illustré par des documents d'archives provenant de la BMO et des grandes institutions françaises, et enrichi par des annexes traitées de façon rigoureuse et détaillée afin d'apporter au lecteur un maximum d'informations tangibles, avec une table des illustrations et une bibliographie.

  • Les soixante-dix ans du Festival d'art lyrique d'Aix-en-Provence coïncident avec la fin de mandat de son directeur général, Bernard Foccroulle, à la tête de l'institution depuis 2007.
    Durant cette période, le Festival d'Aix a confirmé son statut de manifestation internationale incontournable, grâce à des créations et à des spectacles d'une rare intensité, portés par les plus grands artistes de la scène lyrique et les étoiles montantes de la jeune génération. Ce faisant, le Festival s'est efforcé de refléter certaines préoccupations nouvelles du monde qui l'entoure, à travers des formes participatives et une programmation méditerranéenne. Cet ouvrage revient en images sur les soixante-cinq productions d'opéra qui ont jalonné cette aventure singulière. Il propose les témoignages d'une vingtaine d'artistes et de professionnels - chefs d'orchestre, metteurs en scène, assistants, chanteurs, directeurs d'institutions - qui ont accepté de partager leur regard sur certains de ces spectacles ayant marqué l'histoire récente de l'opéra.
    Avec les témoignages de Pierre Audi (Die Zauberflöte), Anne-Françoise Benhamou (Die Walku¨re), Philippe Boesmans (Pinocchio), Bertrand Couderc (De la maison des morts), Stéphane Degout (Pelléas et Mélisande), Émilie Delorme (Kalîla wa Dimna), Natalie Dessay (La Traviata), Bernard Foccroulle (Written on Skin), Leonardo García Alarcón (Elena), Peter Gelb (Le Nez), Emmanuelle Haïm (Il trionfo del Tempo e del Disinganno), Vincent Huguet (Elektra), Louis Langrée (Zaide), Alexander Neef (Le Rossignol et autres fables), Didier Puntos (L'Enfant et les Sortilèges), Gilles Rico (Don Giovanni), Delia Roubtosva (Carmen) et Véronique Thamin (Le Monstre du labyrinthe).

  • L'un des trois opéras les plus joués au monde (avec La Traviata et La Flûte enchantée), une héroïne universelle, une musique où l'Espagne est écrasée de soleil et de sang : on ne présente plus Carmen !

    Fidèle à sa mission, L'Avant-Scène Opéra offre toutes les clés pour mieux en savourer tous les parfums :
    - le livret intégral dans ses deux versions (avec récitatifs chantés ou avec dialogues parlés) - un guide d'écoute permettant de suivre l'action musicale scène à scène - des études sur la source littéraire, Georges Bizet et son oeuvre, les personnages et leurs interprètes - une discographie et une vidéographie comparées pour mieux s'orienter dans la jungle des versions audio et vidéo - une riche iconographie en coulruer, représentative des plus grandes productions.

  • Créé en 1875 au Théâtre de la Gaîté, Le Voyage dans la lune est un opéra-féerie où Offenbach laisse libre cours à une démesure narrative et scénographique inouïe : 25 décors différents, des changements à vue spectaculaires (l'arrivée de l'obus sur la Lune, une éruption volcanique, etc.), une foule de personnages fantaisistes, au service d'une intrigue très lointainement inspirée de Jules Verne, aussi drôle qu'inventive. Cette imagination visuelle débordante inspirera directement Méliès pour son film de 1902.
    Pour la première fois en France depuis 1877, ce volume offre au lecteur l'édition de son livret intégral, signé Albert Vanloo, Eugène Leterrier et Arnold Mortier.
    Comme chaque numéro de L'Avant-Scène Opéra, il réunit aussi tous les outils pour appréhender l'ouvrage d'Offenbach et en approfondir la découverte, notamment grâce à un guide d'écoute illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, ses sources littéraires et ses interprètes, et des textes d'époque permettant de la resituer dans son contexte.

  • Roberto Devereux (1837) clo?t la " Trilogie Tudor " de Donizetti (1797-1848), ce groupe de trois ope?ras consacre?s a? la dynastie anglaise (apre?s Anna Bolena en 1830, d'apre?s la mort d'Ann Boleyn, et Maria Stuarda en 1834, d'apre?s celle de Mary Stuart). Contrairement a? ce que son titre pourrait laisser croire, son personnage principal est bien Elisabeth Ire - Roberto Devereux n'e?tant ici que son amant malheureux.
    Typique du " melodramma " romantique italien des anne?es 1830 et de l'art de Donizetti (ne? 16 ans avant Verdi), cet ouvrage requiert a? la fois une virtuosite? vocale he?ritie?re du bel canto et une flamboyance dramatique nouvelle, digne de chanteurs-acteurs. Fide?le aux grands principes de la collection L'Avant-Sce?ne Ope?ra, ce volume offre une e?tude comple?te de l'ouvrage enrichie d'une abondante iconographie : livret original italien et sa traduction, guide d'e?coute sce?ne a? sce?ne, e?tudes des sources, des personnages et des grands enjeux esthe?tiques, discographie et vide?ographie compare?es, chronologie des grandes productions, etc.

  • Une autre tétralogie Nouv.

    De Richard Wagner, ce sont 269 lettres à Minna Wagner, 149 lettres à Mathilde Wesendonck et 35 lettres à Judith Gautier puis 14 lettres de Mathilde Wesendonck à Richard Wagner, 67 lettres de Cosima Wagner à Judith Gautier et 2 lettres de Judith Gautier à Cosima Wagner. Cette correspondance composée de 536 envois foisonnants est enrichie de 3519 notes inédites et inévitables. S'échelonnant de 1842 à 1898, soit sur cinquante-six ans, cette littérature épistolaire ajuste un éclairage, et non des moindres, quant aux tréfonds du compositeur hors normes. Paris, Bordeaux, London, Saint-Pétersbourg, Wien, Berlin, Dresde, Leipzig, Bayreuth, Lucerne, Genova, Venezia, entre autres, au fil des pérégrinations de l'auteur, défilent. C'est toute l'Europe qui caracole sous nos yeux ébahis - ils demeurent -, de tant d'énergie créatrice sans cesse prodiguée par ce musicien unique. Avec sa célèbre encre violette, il s'évertue envers ses belles aimées à ne pas les oublier et à prendre soin d'elles, entièrement dévoué. On saura gré d'apprendre, de même, les complexités parfois douloureuses de la composition musicale, notamment celle de Tristan und Isolde, légendaire bien avant de le devenir.
    Yves Courmes, Philippe Olivier, Samuel Tastet ne sont plus à présenter. Le premier dirige le Cercle Richard Wagner Nice Rive Droite avec passion et dextérité, ponctuées d'un enthousiasme remarquable. Le second, historien de la musique spécialisé dans l'opéra, se révèle être un incommensurable expert de Richard Wagner. En 1961, alors qu'il avait huit ans, il fut bercé à Bayreuth. Quant au troisième, intrépide éditeur, il publie à cheval sur deux pays, la France et la Roumanie, une littérature hors courants. Sans oublier Maria Mikhaylova, artiste-peintre, dont l'oeil précieux et précis anoblit graphiquement ce premier volume de la collection BRW. Une « tétralogie » oeuvrant pour Une autre tétralogie...

  • Après le théâtre de La Scala (ASO n° 283) et le Festival de Bayreuth (ASO n° 274), L'Avant-Scène Opéra consacre un numéro spécial à l'Opéra de Paris, à l'occasion de son 350e anniversaire et du 30e anniversaire de l'Opéra Bastille.
    Le volume offre un panorama complet et richement illustré de l'institution, de son histoire et de son répertoire. Entre autres :
    - Les différentes salles qu'a occupées l'Opéra de Paris depuis 1669, notamment le Palais Garnier et l'Opéra Bastille - Les grandes périodes de la gouvernance de l'Opéra, et les relations entre programmation artistique et politique - Une histoire de la danse et du Ballet de l'Opéra - Un dossier sur les métiers cachés de l'opéra - Des portfolios sur les grandes productions historiques (opéra et ballet)

  • Créé en 1973 au Festival d'Aldeburgh, Death in Venice (La Mort à Venise) est le dernier opéra de Benjamin Britten (1913-1976). Comme le film de Visconti sorti deux ans plus tôt, le livret de Myfanwy Piper est inspiré de la nouvelle Der Tod in Venedig de Thomas Mann (1912). Il lui est très fidèle, à trois interventions notables près : le jeune Tadzio est interprété par un danseur ; les différents personnages que rencontre successivement Gustav von Aschenbach sont confiés à un même interprète ; le dialogue esthétique entre Apollon et Dyonisos est incarné vocalement.
    Malade (il devait mourir trois ans plus tard), Britten composa le rôle d'Aschenbach pour son ténor fétiche Peter Pears, également son compagnon. Pears ne fut pas insensible au charme du jeune Robert Huguenin, le premier interprète de Tadzio. La Mort à Venise possède ainsi l'aura troublante d'une oeuvre testamentaire où l'intime rejoint la fiction. Ce volume offre au lecteur tous les outils pour appréhender l'ouvrage de Verdi et en approfondir la découverte : le livret intégral original, sa traduction française, un guide d'écoute abondamment illustré permettant de suivre l'action musicale scène à scène (et connecté à l'appli ASOpéra pour les exemples audio), des études sur l'oeuvre, sa source historique et ses interprètes, des textes d'époque permettant de la resituer dans son contexte.

empty