• L'année du singe se présente à la fois comme un récit de voyage à travers la Californie, l'Arizona, le Portugal et le Kentucky, un fantastique carnet de rêves et de conversations imaginaires, et une méditation lucide sur le passage du temps, le deuil et la compassion. Au fil de ses déambulations solitaires, Patti Smith déroule l'année 2016, l'année charnière de ses soixante-dix ans. Le souvenir des lieux se mêle au paysage intérieur de l'artiste, et tout ce qu'elle a vu, rêvé ou lu, coexiste dans ce pays des merveilles tout personnel. Elle croise ainsi un cortège de fantômes aimés et admirés, parmi lesquels Roberto bolaño, Jerry Garcia, mais aussi, et surtout, deux amis chers au crépuscule de leur vie : le dramaturge Sam Shepard et le producteur de musique Sandy Pearlman.
    Patti Smith tisse avec pudeur et mélancolie la toile de cette année singulière marquée par des bouleversements intimes et politiques, sans jamais s'abandonner à l'apitoiement ni au désespoir. Elle célèbre au contraire l'art et les pouvoirs de l'imagination, offre sa sagesse optimiste et sa finesse d'esprit, rappelant, s'il en était besoin, qu'elle est l'une des créatrices les plus talentueuses de notre temps.

  • Vivre la nuit, rêver le jour ; souvenirs Nouv.

    "Personne ne peut expliquer vraiment qui il est ni ce qu'il aime. Il y a trop de paramètres cachés et mystérieux. Pour créer, je me sers de ces choses qui sont terriblement secrètes et ancrées en moi, de souvenirs très importants. Plus j'avance, plus je reviens en arrière, plus j'aime l'intouchable que j'étais". Les souvenirs bruts et incandescents de la plus singulière étoile de la chanson française.
    Enfant d'une famille italienne aimante mais chaotique, jeune dragueur de Saint-Germain-des-Prés, fan d'Elvis et de John Lee Hooker, version frenchy de James Dean, dandy moustachu en smoking crème, fou de bagnoles, chasseur de sons aux verres fumés, Christophe a traversé avec élégance les époques sans jamais se démoder. Du Golf-Drouot à la salle Pleyel, du hit-parade au frisson underground, ses souvenirs dessinent une autre histoire de la chanson française.
    Esthète, obsessionnel, anticonformiste, Christophe s'apprêtait à publier le récit sans filtre de son existence quand la mort s'est interposée.

  • Vieilles canailles ; un fabuleux destin Nouv.

    À la fin des années 1950, à Paris, trois ados traînent leurs blousons noirs entre le square de la Trinité et le Golf Drouot. Johnny joue les Américains de quartier et rêve d'être James Dean. Eddy, coursier au Crédit Lyonnais est chanteur de bal occasionnel. Jacques, fils de bonne famille, traverse la vie le nez au vent, les mains dans les poches.

    Leur amitié indéfectible sera le déclencheur de trois parcours hors du commun - et la guitare sera leur arme fatale - renforcée par une complicité et un sens de l'humour à toute épreuve.
    En 2014, inspirés par leurs idoles américaines du Rat Pack - Frank Sinatra, Dean Martin et Sammy Davis Jr -, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc se réunissent pour une série de concerts exceptionnels.
    Ils se retrouveront en 2017, pour une tournée et un ultime concert à Carcassonne.
    C'est l'histoire du fabuleux destin d'un trio chanceux, qui a traversé toutes les épreuves et toutes les époques pendant plus d'un demi-siècle. Une histoire à peine croyable, mais où tout est vrai puisque tout est arrivé.

    *Inclus un cahier photo de 16 pages.

  • William

    William Sheller

    William est une autobiographie qu'on ne lâche plus dès la première ligne. Elle révèle un écrivain véloce, d'une rare sensibilité, qui ne craint pas l'aveu sans jamais se départir de la pudeur des grands artistes. Un document exceptionnel, grand public.
    Une enfance marquée par un secret, l'identité de son père, et un double enracinement : le Paris des années 50, des 4 CV et l'Amérique des Cadillac, car sa mère Paulette tombe amoureuse d'un Américain qui travaille dans des boîtes de jazz : long séjour dans l'Ohio à deux heures de route du Michigan où vit le père naturel de William, sans qu'il le sache alors.
    Une prédisposition évidente pour la musique, le piano. Un éducation musicale prodiguée par Yves Margat, un maître de l'harmonie, élève de Fauré. Et puis l'influence de la musique pop anglaise.
    Les premières auditions, le succès planétaire de My year is a day dont il compose la musique, la rencontre avec Barbara pour qui il travaille et chez qui il vit, et puis une femme, deux enfants. Une vie de père de famille et de vedette du show-biz qui sait choisir ses amis : folles expéditions avec Nicoletta et Patrick Juvet à Trouville, si importante dans la géographie zigzagante. Les nuits de folie, la cocaïne, l'ambiguïté sexuelle.
    C'est une vie qui va vite, constellée d'étoiles et d'astres déchus. Et une oeuvre admirée par toutes les générations de Véronique Sanson, à Jeanne Cherhal.

  • Né pauvre dans le Mississippi du début du XXe siècle et ?mort à seulement 27 ans, Robert Johnson fait figure de météore dans l'univers de la musique américaine. Au cours de sa carrière chaotique, il n'a enregistré que vingt-neuf chansons qui l'installèrent pourtant comme l'un des plus grands bluesmen de tous les temps. En vingt-neuf chapitres habilement agencés, Jonathan Gaudet imagine la brève existence d'un homme dont la légende dit qu'il aurait vendu son âme au diable en échange de la renommée. Vingt-neuf morceaux devenus des références ; vingt-neuf routes qui se rejoignent dans la nuit ; vingt-neuf âmes patientant à la croisée des chemins.

  • Tout le monde connaît le groupe Téléphone et l'icône anglaise Marianne Faithfull. Pourtant, personne ne les connaît mieux que François Ravard. Son rôle auprès d'eux ? Agent, directeur artistique, producteur ? Manager. Quand il croise la route de Jean-Louis Aubert dans les années 1970, une amitié profonde naît entre les deux hommes. François assiste aux débuts du groupe Téléphone et en devient le manager officiel pour les aider à s'installer durablement sur la scène française et internationale. Après la séparation du groupe en 1986, il rencontre les Rita Mitsouko pour l'enregistrement de leur album The No Comprendo. Plus tard, il se lance dans le cinéma aux côtés des plus grands, comme Gainsbourg ou Mocky, et, depuis 1994, il accompagne la chanteuse Marianne Faithfull. Il y a trois ans, François a mené les Insus au Stade de France ! Cette vie rock and roll, François Ravard la raconte dans ce livre truffé d'anecdotes avec la collaboration de Philippe Manoeuvre.

  • Vous allez découvrir un personnage hors du commun, Michel Legrand, raconté par lui-même. Le grand compositeur français est connu pour avoir brisé les frontières entre jazz et musique symphonique, chanson et musique de film. Mais c'est aussi un homme qui a dévoré son siècle, les libertés émergentes, les nouvelles technologies discographiques, les voyages à travers le monde, la fidélité à la poésie.
    À vingt-six ans, après le Conservatoire de Paris où il a fait ses classes sous la férule de la grande pédagogue Nadia Boulanger, il enregistre à New York un disque culte avec d'immenses jazzmen (Miles Davis, Bill Evans, John Coltrane) qui le révèle aux cinéastes de la Nouvelle Vague. Jean-Luc Godard et Agnès Varda s'emparent de son talent. Mais c'est auprès de Jacques Demy qu'il s'affirme, avec Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort et Peau d'Âne. Réclamé par Hollywood, il y gagne trois Oscars (L'Affaire Thomas Crown, Un été 42, Yentl), mais choisit de revenir en France où la vie culturelle est bouillonnante. Il jongle avec la gloire, l'humour, la rigueur et les risques artistiques, auxquels il dit toujours oui, tout en pilotant avec maestria son avion, ses bateaux, ses orchestres, ses musiciens de jazz, ses amours et ses partenaires de tennis.
    Michel Legrand laisse une oeuvre riche, moderne et intemporelle, et des thèmes éternels que les enfants du XXIe siècle connaissent par coeur.

  • Dylanographie Nouv.

    En 2021, Bob Dylan fêtera à la fois ses quatre-vingts ans et les soixante ans d'une carrière particulièrement prolifique. Depuis son premier disque enregistré à l'âge de vingt ans jusqu'au triomphe post-confinement de Rough And Rowdy Ways, il aura ainsi publié 39 albums studio et 6 albums live... du moins officiellement ? ! Car, en réalité, ce sont des milliers de références qui sont aujourd'hui proposées sur le marché.
    Entre l'exhumation de ses archives inédites via notamment la collection des Bootleg Series, l'importance jamais démentie du marché pirate depuis le mythique Great White Wonder, l'entrée dans le domaine public de ses premiers enregistrements, la prolifération de compilations en tous genres, sans oublier les innombrables reprises de ses chansons par d'autres artistes, la discographie dylanienne est un labyrinthe vertigineux.
    Cet ouvrage vient combler un manque. Destiné tant au collectionneur qu'au néophyte, il offre, en plus de 200 notices, une cartographie précise de la carrière et l'oeuvre deBob Dylan à travers une liste de 176 disques et coffrets, officiels ou non, accompagnée d'une sélection de 46 livres et films. Bien plus qu'un énième livre sur le Zim, Dylanographie est destiné à devenir le guide indispensable à quiconque souhaite appréhender cette oeuvre imposante dans toute sa "? multitude ? " .
    Docteur en Cinéma, Nicolas Livecchi est spécialiste de Steven Spielberg auquel il a consacré deux ouvrages publiés aux Impressions Nouvelles. Egalement producteur et réalisateur, il est depuis bientôt quinze ans en charge du développement et responsable du comité de lecture chez Why Not Productions. Dernièrement, il a supervisé l'adaptation du roman de Leïla Slimani Chanson douce avec Karin Viard et collaboré à l'écriture du nouveau film de Jacques Audiard Les Olympiades.

  • Premières chansons Nouv.

    C'est en 1938, année de ses 17 ans, que le jeune Georges a vraiment commencé à écrire des chansons. En 1942, pour les protéger, il a passé le concours d'entrée de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique). Admis comme parolier, il y a déposé, entre 1942 et 1949, les textes des soixante-huit chansons qui sont ici réunies. Elles sont publiées dans l'ordre où Brassens les avait recopiées de sa main dans deux cahiers d'écoliers.
    Seules quatre de ces soixante-huit chansons sont passées à la postérité : Maman, Papa ; Le bricoleur ; Les amoureux qui s'bécott' sur les bancs publics ; et J'ai rendez-vous avec vous. Les soixante-quatre autres, Brassens ne les a jamais chantées en public ni enregistrées en studio. Elles étaient restées inédites jusqu'à la publication de ce recueil : Personne ne saura jamais ; Le bon Dieu est swing ; Souviens-toi du beau rêve ; Je pleure ; Loin des yeux, loin du coeur ; Paris s'est endormi, etc.
    Dans chacune de ces Premières chansons, on rencontre - selon le mot de Gabriel García Marquez - un « instinct poétique » que la suite de l'oeuvre de Georges Brassens confirmera avec éclat.

    Édition établie et annotée par Jean-Paul Liégeois ;

    De Georges Brassens au cherche midi : oeuvres complètes, Les chemins qui ne mènent pas à Rome, Journal et autres carnets inédits, Je suis une espèce de libertaire.
    Et aussi : Brassens par Brassens, Les Mots de Brassens et Sous la moustache, le rire, de Loïc Rochard. Brassens, homme libre de Jacques Vassal.

  • En novembre 2019, Jérôme Soligny a publié David Bowie : David Bowie : Rainbowman (1967-1980), le premier tome d'une étude de l'oeuvre du musicien anglais enrichie des témoignages exclusifs de ceux qui, depuis ses débuts anonymes dans la banlieue de Londres jusqu'à ses mutations des 70s, ont participé à son odyssée fantastique ou en ont été les témoins. Dans ce second tome, après quatre années de recherche et de retranscription d'autres propos recueillis, l'auteur poursuit, sous le même angle factuel et musical, avec les quatre dernières décennies de la carrière de Bowie. De la superstar blonde qui a fait danser la planète sur «Let's Dance» à l'ermite new-yorkais qui a conçu ses deux derniers albums dans le plus grand secret, en passant par les années de réaffirmation rock (avec Tin Machine) et celles en mode exploratoire (Outside, Earthling), toutes les facettes de la personnalité de ce musicien curieux et insatiable sont examinées par Jérôme Soligny et ses interlocuteurs. Logiquement, ils sont très nombreux à s'exprimer dans le chapitre consacré à Blackstar, ultime album de David Bowie, paru deux jours avant son décès. Le rocker aux mille et un mystères, dont les techniques de création, le discernement et la sagesse impressionneront ses compagnons de route jusqu'aux derniers, n'aura eu de cesse de surprendre et de fasciner.

  • David Bowie était un lecteur compulsif qui ne se déplaçait jamais sans sa bibliothèque portative. Trois ans avant sa mort, en 2013, dans le cadre de la mémorable exposition qui lui a été consacrée, il a offert au public une liste des cent livres l'ayant le plus influencé. Dans cet ouvrage, John O'Connell a choisi de les passer en revue en examinant leur impact sur la vie et l'oeuvre de la star.
    Dans un premier temps, les titres semblent se succéder comme autant de pièces d'un puzzle insoluble : que viennent faire 1984 ou Sur la route à côté des Chants de Maldoror ? Fiction, essais, revues de bandes dessinées, occultisme, spiritualité, psychologie et histoire de l'art... La liste et les domaines qu'elle englobe sont pour le moins éclectiques !
    Au fil des pages, l'auteur nous abreuve d'indices et d'une mine d'anecdotes qui permettent de se faire une idée plus précise de cet artiste transformiste. Un éclairage passionnant sur un esprit curieux, qui a su se nourrir de ses diverses passions pour construire une carrière et une oeuvre devenues cultes.

  • Trois lettres, deux artistes, un destin.
    En trente ans de bruit et de fureur, de controverses et de musique, Kool Shen et JoeyStarr ont explosé les codes et imposé leur style.
    Pour la première fois, ils racontent leur histoire: du hip-hop dans les années 1980 jusqu'à leur ultime tournée en 2019, les deux enfants terribles qui ont imposé le rap en France nous font revivre leur saga, celle d'une génération qui a tout vécu et qui est encore là.
    Les haut-parleurs du 9-3 dégainent leur plume et balancent tout, dans un dernier baroud.
    Un livre événement. Le livre officiel des Nick Ta Mère.

  • Jim Morrison

    Patrick Coutin

    • Hoebeke
    • 8 October 2020

    Cinquante ans après sa mort, le 3  juillet  1971, à Paris, dans des circonstances troubles, Jim Morrison exerce encore et toujours un mystérieux pouvoir de fascination. Personnage complexe aux multiples avatars, il fut tout à la fois une rock star iconique, un sex symbol, un chanteur autodidacte à la voix fabuleuse, un poète héritier de la beat generation, un alcoolique violent et autodestructeur, un provocateur sans limites s'opposant à toutes les formes de pouvoir, un précurseur du punk, un drogué à la limite de la clochardisation, un cinéaste d'avant-garde et bien d'autres choses encore... Avec les Doors - peut-être le groupe de rock le plus populaire et le plus novateur de la ?n des sixties  -, il a laissé le souvenir de prestations scéniques alternant perfection formelle et chaos dévastateur. Dans cet ouvrage sensible et personnel, Patrick Coutin cherche à percer le mystère Morrison à travers l'analyse de sa biographie, de sa musique et de ses écrits, en les replaçant dans le contexte de ces fabuleuses sixties qui n'en ?nissent pas de nous faire rêver - même si la réalité a parfois tourné au cauchemar.

  • Tout semble avoir été dit sur Jimi Hendrix. Son enfance difficile à Seattle a été analysée, son jeu de guitare révolutionnaire décortiqué, son empreinte sur le rock étudiée, jusqu'à son anatomie modelée. Cependant, cinquante ans après sa mort tragique le 18 septembre 1970, la personnalité chatoyante du guitariste recèle encore bien des nuances. Au cours des Variations, Jeanne-Martine Vacher retrace la vie de Jimi Hendrix en s'imprégnant de souvenirs d'enfance, photos d'archives et paroles de chansons.
    Elle tisse ainsi une toile de résonances musicales, littéraires, cinématographiques, picturales qui convoque compositeurs, musiciens - Jean-Sébastien Bach, Robert Johnson, Bob Dylan... - et écrivains - Victor Hugo, James Baldwin... En suivant le fil de son existence, on croise les routes et les lieux qui l'ont vu émerger et rencontre les témoins de sa métamorphose en une icône fragile et éternelle.

  • Passerelle entre Jacques Prévert, Stevie Wonder, Michel Houellebecq et François Mitterrand, Charles Trenet est à l'origine d'une révolution de rythme et de mots qui dépasse les frontières de son art. Influencé par le jazz et le surréalisme, il offre au grand public, dès les années 1930, un vocabulaire nouveau. Personnage haut en couleur, il est le premier auteur-compositeur-interprète de l'histoire à connaître un succès mondial. Démocratisant la poésie qu'il veut quotidienne et légère, il montre la voie aux générations qui lui succèdent de Georges Brassens à Jacques Brel, en passant par Boris Vian, Serge Gainsbourg ou Benjamin Biolay. Tous revendiquent l'héritage du Fou chantant qu'ils considèrent comme le point de départ de la chanson « moderne ». Cet ouvrage met en image et en lumière la place singulière d'une des oeuvres les plus marquantes du XXe siècle entre humour et poésie, joie et mélancolie.

  • Compositeur incontournable qui a inspiré les plus grands musiciens depuis le xviiie siècle, Jean-Sébastien Bach garde une part d'ombre. Si les principaux événements de sa vie, entièrement consacrée à Dieu et à la musique, sont bien connus, sa vie intérieure, ses tourments, ses influences, ses passions et sa postérité demeurent des énigmes tant la musique baroque est éloignée de la musique vite consommée et aussitôt oubliée d'aujourd'hui. Il fallait l'érudition et le talent de passeur de Gilles Cantagrel pour redonner au musicien son épaisseur et à son oeuvre toute sa portée.
    Livre de passionné dont les mille anecdotes réjouiront les néophytes, Sur les traces de Jean-Sébastien Bach fera date :
    Il dévoile un familier méconnu, une oeuvre tant de fois entendue, révérée mais jamais tout à fait comprise.

  • C'est donc le temps du grand bilan, mon devoir d'inventaire à moi. Mémoires binaires, rock et roll. J'avais tant de choses à vous raconter. Ma rencontre avec le rock et les Rolling Stones, mes aventures chez les punks. De rédacteur en chef de Métal Hurlant puis de Rock&Folk. Mon amitié avec Serge Gainsbourg. Johnny, évidemment. Mes rencontres avec Madonna, Prince, Michael Jackson, Polnareff, JoeyStarr et bien d'autres. C'est tout ça que j'ai eu envie de mettre dans ce livre. Et ça commence au paradis des rockers, dans le bus des Stooges...

  • Janis Joplin

    Nathalie Yot

    Janis Joplin a été la première chanteuse blanche à chanter comme une Noire. La première femme du rock à se comporter comme un homme, dans un milieu faussement égalitaire et ?nalement toujours très macho - le San Francisco hippie de la ?n des années  1960 n'était pas aussi libéré du patriarcat qu'on a bien voulu nous le faire croire. La première à mourir d'une overdose. Alcoolique, droguée, bisexuelle, grande gueule, écorchée vive, elle a vécu à cent à l'heure, en chantant comme si sa vie en dépendait. Car, justement, sa vie en dépendait. Nathalie Yot nous raconte, dans sa langue poétique, le parcours éblouissant et tragique de cette icône du rock, disparue il y a tout juste cinquante ans, le 4 octobre 1970 : « Elle fut le symbole d'une liberté propre à son temps, parce qu'elle ne trichait pas, une liberté sans bornes, qu'on regarde de nos jours avec un sourire en coin, dédaigneux de cette époque laboratoire où l'on explorait tout. Ils ont été plusieurs à vivre et à mourir de ça, la vie à fond, sans retenue. »

  • Autobiographie

    John Cage

    Nul doute pour John Cage, il serait un artiste. Mais, de là à choisir une seule et unique forme d'expression artistique, il y a toute une vie : architecture, peinture, composition de musique, théâtre, art du cirque, Cage touche à tout, laisse de côté, puis revient, et décide finalement que c'est la musique qui l'anime. Cette musique, cependant, il l'expérimente : Cage repousse les règles académiques et base ses oeuvres sur le silence et le hasard. Par ces fragments de 1989, d'une écriture fluide et ramassée, le compositeur dresse un tableau à la fois succinct et complet des moments forts et charnières de sa vie pourtant extrêmement riche, tout en va-et-vient, recherches et changements d'avis. Le tout, sans jamais se défaire de son humour et de son esprit de dérision inimitables.

  • Entre le public et lui circulait un courant de sympathie. Le bonheur était dans la salle. Le pouvoir mystérieux des chansons de Brassens était un révélateur puissant. Mac Orlan écrivait : « Il reproduit les bruits du monde, comme l'oiseau sur la plus haute branche d'un peuplier sait vous transmettre les éléments de la poésie des bois et des routes. » Jean-Claude Lamy a remonté le temps au fil des pages de cet album souvenir, illustré de nombreuses photos rares ou inédites. Il revisite chacun des lieux où vécut Brassens. Un pèlerinage sur les chemins d'un artiste heureux auprès de ses arbres. De Sète où il naquit le 22 octobre 1921 à l'impasse Florimont, où il passa vingt années au côté de Jeanne. De sa maison de la rue Santos-Dumont, où il aménagea un studio d'enregistrement en sous-sol, au village de Saint-Gély-du- Fesc (Hérault) où il a fini ses jours une semaine après avoir soufflé ses soixante bougies. Un CD rassemblant dix chansons rares, issues des archives sonores Universal Music, d'enregistrements réalisés par des amis ou effectués par Brassens lui-même dans son studio est offert avec cet album.

  • Robert Johnson (1911-1938) aurait vendu son a^me au diable, au bord d'une route, en e´change de son don pour la musique. Ainsi est ne´e la le´gende du blues, le fondateur du « club des 27 ». Assassine´ a` l'a^ge de 27 ans, sa vie e´tait reste´e jusqu'a` pre´sent me´connue.

    Johnson a enregistre´ seulement 29 morceaux, pour- tant il influencera de nombreuses stars dont Bob Dylan, Keith Richards, Eric Clapton ou Jimi Hendrix.

    Depuis plus de 50 ans, les auteurs ont interviewe´ ses proches avant leur disparition, analyse´ les archives et l'ensemble des documents qui lui ont e´te´ consacre´s. Ainsi, ils reviennent sur ses sessions d'enregistrement et les moments cle´s de sa vie : son mariage, son se´jour a` Memphis, sa rencontre avec Ike Zimmerman ou encore les circonstances exactes de son de´ce`s.

    Cette biographie de´finitive s'e´loigne donc pour la premie`re fois des mythes et des le´gendes pour se consacrer a` la vie re´elle de Robert Johnson.

  • Queen ; les photographies

    Neal Preston

    • Glenat
    • 4 November 2020

    Le plus grand groupe de rock par le "5e membre de Queen" ! Un livre officiel réalisé 50 ans après la création de Queen avec la collaboration des membres du groupe et par l'un des plus grands photographes de rock. Le livre contient des contributions exclusives écrites par Brian May et Roger Taylor et des textes de Neal Preston qui révèlent l'histoire intime derrière les images. Neal Preston est selon Brian May, le guitariste de Queen, " sans doute le meilleur photographe rock du monde ".
    Sa collaboration avec le groupe Queen a débuté au milieu des années 1970 en tant que photographe officiel de tournée. La qualité de son travail pendant cette première tournée a forgé une relation avec le groupe qui dure toujours, presque 50 ans après. Comme le dit toujours Brian May, "Neal a juste le don d'être toujours au bon endroit, au bon moment. A de nombreuses occasions, Neal était le cinquième membre de Queen".
    En 1985, Neal Preston était le photographe officiel du célèbre concert Live Aid Wembley, où son cliché de Freddie cabré sur scène reste une image iconique, reprise comme affiche du film Bohemian Rhapsody. Neal dira après le concert : "Parfois, on fait bien les choses et tout se met parfaitement en place. C'était la troisième image que j'ai prise ce jour-là. J'aurais pu me satisfaire de cela et prendre le reste de la journée".
    Réunissant plus de 200 images, en grande partie inédites, ce livre officiel est une célébration des années Queen un demi-siècle après la fondation du groupe et les pages vibrent d'une énergie palpable. Pour la première fois, Neal Preston et Queen rassemblent cette oeuvre dans une impressionnante monographie : la vie dans les coulisses, les performances live, les séances studio, les moments post-performance ou offstage, le tout émaillé d'anecdotes et de souvenirs du groupe et du photographe.

  • « En amour, il y a des rendez-vous qu'il ne faut jamais manquer !
    Tout au long de ces cinquante ans de scène, de ces cinquante ans de passion, j'ai toujours vécu chacune de nos rencontres comme un immense privilège et votre fidélité m'a donné la force de continuer.
    Merci d'être là.
    Merci d'être le miracle de ma vie ! » Nicoletta ;

    Elle est l'une des plus belles voix de la chanson française, « la seule Blanche avec une voix de chanteuse noire » disait d'elle son ami Ray Charles, qui lui avait fait l'honneur de la considérer comme une Soul Sister.

    À la fin des années 1960, la jeune Nicoletta n'imaginait pas un tel succès ! « La Musique », « Ma vie c'est un manège », « Il est mort le soleil », « Mamy Blue », « Les Volets clos », « Fio Maravilla » : les tubes s'enchaînent et la chanteuse parcourt le monde, de récital en récital.
    Depuis plus de cinquante ans, elle se produit seule avec ses musiciens et ses choristes, ou encore en duo avec Bernard Lavilliers, JoeyStarr ou Florent Pagny. Sa voix puissante sert magnifiquement le gospel qu'elle a popularisé en France.

    Nicoletta se confie ici comme jamais, revenant sur ses années difficiles, ses débuts dans le métier, ses rencontres, ses réussites et ses défis. Les nombreuses photographies et documents, souvent inédits, qui accompagnent ce récit, nous font revivre les grands moments de la chanson française et du gospel.

empty