• Comment la France a tué ses villes

    Olivier Razemon

    • Rue de l'echiquier
    • 21 November 2019

    La crise urbaine ronge les préfectures et sous-préfectures, les détruit de l'intérieur : les vitrines des commerces se vident, la population stagne, les logements sont vacants, le niveau de vie baisse. Alors que se passe-t-il ?
    Dans cet ouvrage, analyse l'offensive délibérée de la grande distribution, en périphérie, qui tue les commerces du centre-ville et des quartiers anciens, et sacrifie les emplois de proximité. Il observe également comment la motorisation - incarnée par la voiture individuelle - contribue largement à l'asphyxie des villes.
    Comment la France peut-elle sauver ses villes ? Il n'existe nulle solution miraculeuse, mais une série de petits pas, de décisions empreintes de sobriété.

  • L'urbanisme

    Pierre Merlin

    • Que sais-je ?
    • 23 March 2022

    L'urbanisme, terme apparu récemment dans la langue (au début du XXe siècle), n'est pas aisé à définir. Il a suscité de nombreuses « théories » dont aucune n'a fait l'unanimité. Peut-être cette difficulté s'explique-t-elle par le caractère essentiellement pluridisciplinaire d'une activité qui vise à créer dans le temps une disposition ordonnée de l'espace, en recherchant harmonie, bien-être et économie. En effet, l'urbanisme relève autant de l'art que de l'architecture, de l'économie que de la sociologie, de l'histoire que de la géographie, du droit que de l'ingénierie.

    Quelle est l'histoire de l'urbanisme depuis son origine, et en quoi consiste concrètement sa pratique en France depuis les diverses lois qui ne cessent de se succéder et de complexifier sa pratique ?

  • La ville de demain Nouv.

    La ville de demain

    Philippe Panerai

    • Puf
    • 18 May 2022

    Partant de l'expérience d'un jeune enseignant dans une des nouvelles écoles d'architecture créées après mai 68, à un moment où les architectes français formés aux Beaux-arts redécouvrent la ville, l'ouvrage s'interroge sur les changements et réorientations qui doivent aujourd'hui guider notre réflexion et notre pratique d'urbaniste. Après une première période marquée symboliquement par la parution du livre d'Henri Lefebvre, Le droit à la ville en mars 1968, la réflexion sur la ville et l'urbain est reprise cinquante ans plus tard par échelles successives dans cet ouvrage qui explore tout d'abord comment faire de tout logement un chez-soi appropriable et évolutif avant de plaider pour le rassemblement des tissus urbains diversifiés, à l'inverse des logiques séparatrices et pour l'unification de la ville fragmentée. Enfin, Philippe Panerai donne une place centrale aux « chemins de l'eau » pour accorder la ville et le territoire.

  • : L'architecture mobile est le premier essai de Yona Friedman, paru en 1958 et tiré à une dizaine exemplaires destinés à des architectes, dont Le Corbusier. Ilfut réédité ensuite en 1961, 1963, 1968, enrichi à chaque fois de textes et dessins nouveaux jusqu'à l'édition de 1970, paru chez Casterman dont on a pu dire qu'elle constituait "le plus important manifeste de l'architecture moderne depuis la Chartre d'Athènes de Le Corbusier" (Michel Ragon).
    Notre édition rassemble tous les textes des différentes éditions et permet d'en suivre l'évolution et d'en identifier les strates. Yona Friedman, qui a fêté ses 96 ans en juin 2019, souhaite apporter quelques commentaires du XXIe siècle, à ce livre ancien, mais dont la richesse conceptuelle n'a pas encore été comprise à sa juste mesure.

  • « Détruire les villes ? Mais vous n'y pensez pas ? » Mais si, on y pense... évidemment on ne va pas y aller au bulldozer ; pas non plus avec le dos de la cuillère. Pour l'instant, on utilise la poésie pour semer le doute dans les têtes. Et si une nuit étoilée ou une énorme vague avait plus de sens qu'un bus bondé aux heures de pointe ? Espace dominé et structuré par le Capital, la ville offre un terrain de lutte et de critique du capitalisme.

    Publié de 2001 à 2006, Désurbanisme est un fanzine d'amoureux des villes passionnés par leur destruction, une boite à outils critiques dans laquelle la lutte peut puiser du combustible. La collection complète publiée en 2014 est épuisée et très recherchée.

  • S'épanouissant à Bruxelles, à Barcelone ou à Vienne, l'Art nouveau s'illustre à Paris dès le milieu des années 1890. D'abord dans les beaux quartiers avec des immeubles à l'ornementation profuse destinés à une bourgeoisie avant-gardiste, puis dans la sphère publique pour habiller les stations de métro ou les salles de restaurants. Il en identifie d'ailleurs le type au point de se voir qualifié de « style métro » ou de « style bistrot ». L'engouement est de courte durée, qui s'essouffle après 1910 alors que l'esthétique épurée du cubisme condamne les entrelacs végétaux et les lignes en coup de fouet. Pour faire bonne mesure, on détruira au cours du xxe siècle beaucoup de réalisations Modern Style, et non des moindres.
    En voici cependant 100 exemples remarquables : immeubles d'habitation, maisons particulières, théâtres, brasseries, commerces...

  • Dans l'entre-deux-guerres, une architecture nouvelle s'affirme, portée par une génération qui revendique haut et fort sa modernité, laquelle connaîtra des traductions très diverses. Mais les jeunes architectes ont en partage le rejet de l'académisme, du classicisme et du pittoresque.

    Privilégiant les formes primaires, l'expression de la fonction des différentes parties du bâtiment, les matériaux comme le béton, le verre ou l'acier, le plan libre, le toit-terrasse et la couleur blanche, l'avant-garde s'incarne dans les noms de Le Corbusier, bien sûr, mais aussi d'Auguste Perret, de Robert Mallet-Stevens, d'André Lurçat, de Marcel Lods, de Raymond Fischer, de Bruno Elkouken et de bien d'autres.

    Voici 100 de leurs réalisations les plus remarquables - villas, ateliers, hôtels particuliers, immeubles d'habitation, bâtiments publics... - que la postérité ne reconnaîtra véritablement que bien après leur émergence.

  • Voir la terre : six essais sur le paysage et la géographie

    Jean-Marc Besse

    • Parentheses
    • 28 October 2021

    Comment voyait-on la Terre quand on allait par les chemins, mais aussi, comment la pensait-on et comment la représentait-on ? C'est de paysage qu'il s'agit dans cet ouvrage, c'est-à-dire de l'ensemble des relations sensibles que les sociétés modernes ont tissées avec leur environnement naturel et urbain. Quelles conséquences cette pensée du paysage a-t-elle eues sur la littérature, la philosophie, mais aussi l'action politique, dans la modernité ? Telles sont les questions que l'auteur se propose d'aborder, dans un vaste panorama historique, qui conduit de l'ascension du mont Ventoux par Pétrarque en 1336 jusqu'aux interrogations les plus récentes soulevées par la crise écologique, en passant par Bruegel, Goethe, la géographie classique et la phénoménologie.

  • Le futur des métropoles : temps et infrastructure

    Nathalie Roseau

    • Metispresses
    • 18 February 2022

    Objet disputé, l'infrastructure est le point d'entrée par lequel ce livre interroge la fabrique de la ville dans le temps. Pour raconter les temporalités des infrastructures, pour identifier comme l'archéologue les traces visibles et invisibles de leur sédimentation, il s'appuie sur trois narrations: New York, Paris et Hong Kong. Ces métropoles ont anticipé les débats sur l'agrandissement et l'ont incarné à travers des infrastructures spécifiques. Envisageant l'infrastructure dans une perspective située et transnationale, l'ouvrage propose une relecture des grands artefacts urbains qui nous environnent, ainsi que des controverses qui s'observent en relation avec les crises du présent. Il éclaire sur les attentes d'une société par rapport aux promesses des temps à venir.

  • Réinventer la ville

    Nicolas Ledoux

    • Cherche midi
    • 27 January 2022

    Réenchanter la ville... loin d'être une utopie, cette ambition place l'homme et la nature au coeur des nouveaux enjeux de notre société.

    À l'annonce du premier confinement, en mars 2020, des millions de citadins ont déserté les villes pour bénéficier de plus d'espace et de verdure. L'obsolescence de nos agglomérations, les déplacements longs et pénibles, ainsi que l'urgence du défi climatique imposent aux métropoles des changements structurels de grande ampleur. Dans cet ouvrage, Nicolas Ledoux imagine la ville de demain et propose des solutions concrètes.

    Le livre développe quatre grandes thématiques : une ville qui donne toute sa place à la nature ; une ville bienveillante, à taille humaine ; une ville qui améliore les mobilités, où l'on se déplace moins et mieux ; et une ville frugale qui favorise une construction responsable et durable.

    On voit alors se dessiner une cité aux multiples villages, fluide, verte et décarbonée.

  • Découverte en images de 50 lieux urbains abandonnés de France, d'un orphelinat à une usine désaffectée en passant par un parc d'attraction et un cimetière. Des indices sont donnés pour aller les explorer soi-même.

  • Il y a quelques années seulement, les villes dites « en transition » se comptaient sur les doigts d'une main. C'était un courant, tout au plus une mode. Avec la crise climatique, c'est devenu une nécessité si les villes veulent rester viables et durables. Sommées de répondre aux nouvelles attentes de leurs populations, elles doivent tout repenser : la manière dont les ressources sont produites et utilisées, les moyens de transport, la place de la nature et les modes d'habitat collectif.

    Pour réussir cette mue, les villes n'ont pas seulement besoin de solutions techniques, mais aussi de visions et de méthodes. Pouvons-nous - élus, entreprises, associations et citoyens - les y aider ? C'est ce que se propose de faire ce livre, en donnant à tous les idées et les outils pratiques pour relever ce défi.

  • « Partout, pouvoirs économiques et politiques font front commun. Non pas pour retisser des liens respectueux avec la Terre face à une crise écologique sans précédent. Non pas pour lutter contre des injustices sociales et les inégalités territoriales déjà béantes. Non pas pour défendre les régimes démocratiques face à la multitude de dérives autoritaires qui les fragilisent. Non, leur communion porte sur un point et un seul : poursuivre sans relâche la métropolisation du monde. » Pourtant, seul·es 13% des Français·es considèrent la grande ville comme un lieu de vie idéal. Pollutions, stress, mobilité et connexion permanentes sont devenues une norme que beaucoup ne parviennent plus à supporter. Étouffante, la grande ville bétonne, cloisonne et nous coupe de la nature et du vivant.

    Dans ce manifeste illustré par de nombreux témoignages, Guillaume Faburel dresse un plaidoyer en faveur de la construction, dès aujourd'hui, d'une société écologique hors des grandes villes, seul futur viable pour l'humanité et la planète.

  • Art nouveau ; Paris, Bruxelles, Barcelone, Londres

    Thomas Hauffe

    • Place des victoires
    • 5 September 2019

    Des années 1890 jusqu'en 1910, un mouvement artistique se développe à travers toute l'Europe. En France comme en Belgique, on le nomme l'art nouveau. En Espagne, le modernisme et en Grande Bretagne le Modern Style. En opposition à l'académisme, les artistes préconisent le retour aux méthodes de production artisanale et le mélange des arts nobles (peinture, sculpture) et art "mineurs" (art décoratif). Ils sont également à la recherche d'une cohérence globale entre l'oeuvre, son usage et le lieu de son exposition. Ils puisent leur inspiration dans la nature, reproduisant des lignes fluides et organiques et ont recours à de nouvelles technologies et matériaux développés par l'industrie. Vous explorerez dans cet ouvrage tous les domaines touchés par l'art nouveau : architecture, peinture, mobilier, graphisme et joaillerie. Vous y trouverez également une présentation des plus grandes figures de ce mouvement : Henry Van de Velde, Antoni Gaudi, Hector Guimard, Mucha... Un véritable voyage qui vous mènera à Paris, Londres, Barcelone et Bruxelles à la découverte de l'art nouveau.

  • Alors que rien ne semblait ne semblait pouvoir arrêter l'insolente métropolisation du monde, la pandémie a révélé les failles des grands systèmes urbains.
    Pourtant, la plupart des grandes métropoles dans le monde vivent sous la menace permanente d'aléas naturels ou technologiques : explosion à Beyrouth, séisme à San Francisco, Mexico, Istanbul ou Tokyo, crue centennale en Île-de-France en sont autant d'exemples. D'autres enjeux de vulnérabilité se dessinent : dérèglement climatique, crise d'approvisionnement énergétique, crise économique mondiale...
    Densité extrême, bétonisation des sols, dépendance énergétique : ces fragilités nous interpellent sur la capacité des métropoles à se développer dans le futur. Croisant les regards d'historiens, d'urbanistes, de politistes ou d'anthropologues, cet ouvrage s'interroge sur ce moment inédit que nous venons de vivre où l'histoire nous a traversés. Il tire ainsi des premiers enseignements pour renforcer la capacité des grandes villes à faire face aux enjeux sociaux, sanitaires, économiques et écologiques.

  • Cet ouvrage d'environ 400 g se destine d'abord au sac à dos des randonneurs qui vont parcourir en 30 jours de marche les 600 km du Sentier du Grand Paris.
    Il a également été conçu pour les tables basses des honnêtes Parisien.ne.s curieux.ses de découvrir au plus près le fabuleux territoire du Grand Paris.
    Ecologie, urbanisme, architecture, arts, hip hop, sciences sociales... Cet ouvrage est une malle aux trésors issue de 3 ans de repérages publics.
    Parce que le Grand Paris est trop grand pour être pleinement habité, il a fallu se mettre en marche : et le mouvement de nos pas nous a permis, en clignant les yeux, de voir comme dans un kaléidoscope se mettre en mouvement la totalité de la plus grande métropole d'Europe.

  • Au fil du trait : carnets d'un arpenteur

    Alexis Pernet

    • Parentheses
    • 14 October 2021

    Et si l'avenir des paysages se décidait dès maintenant, dans le soin qui est mis à les regarder, à les comprendre et à les saisir comme lieu de dialogue ?
    C'est l'hypothèse de l'auteur pour qui dessiner est une entrée dans le projet.
    Ce Carnet se présente comme un arpentage vagabond, des routes d'Amérique du Nord aux replis du Massif central, du littoral aux arrière-pays, du plus anthropisé au plus sauvage. Les dessins et les réflexions qui s'y tissent reflètent différents modes d'exercice du paysagisme et nous permettent d'en comprendre les composantes.
    Au-delà des multiples traversées dont ce livre témoigne, une exigence centrale s'affirme : celle de retrouver le goût du contact direct avec le monde pour conduire les mutations impérieuses des temps à venir.

  • La ville, matière vivante : l'AUC

    ,

    • Parentheses
    • 6 January 2022

    Le parcours du collectif AUC révèle un art certain pour réinventer des territoires abîmés, imaginer des formes urbaines conciliant densité et qualité du cadre de vie, et proposer de nouveaux « communs » notamment en révélant le potentiel des rez-de-chaussée et des espaces publics. Les réalisations de cette équipe démontrent une capacité à proposer de nouvelles formes d'habitat en cohérence avec les défis sociaux et environnementaux de notre époque. L'agence AUC se distingue par une intelligence des situations, pour lesquelles elle propose des solutions opérationnelles sur mesure, adaptables et créatives.
    Laurent Davezies, économiste urbain, et l'agence TVK sont également nominés eu égard à la qualité de leurs travaux.

  • La ville néoliberale

    Gilles Pinson

    • Puf
    • 26 August 2020

    À travers le monde, les villes sont le théâtre d'une explosion des inégalités et des processus d'exclusion : gentrification, éviction des populations précaires, envol des valeurs immobilières, ghettoïsation des populations à la fois les plus riches et les plus pauvres. Elles sont aussi impliquées dans des politiques de plus en plus agressives visant à attirer les capitaux et les populations censés être au coeur de la nouvelle économie.

    Pour de nombreux observateurs, ces bouleversements s'expliquent par l'imposition depuis les années 1980 d'un nouvel ordre idéologique, politique et économique : le néolibéralisme. L'objectif de cet ouvrage est à la fois de présenter leurs travaux, de donner des illustrations de leurs principales thèses mais aussi d'ouvrir un dialogue critique avec ces théories de la ville néolibérale.

  • Nous sommes en 2050.
    L'Ile-de-France a subi une fragmentation forcée résultant du Grand Effondrement. À partir de 2021, les effets du dérèglement climatique sont devenus de plus en plus perceptibles, obligeant une partie de la population francilienne, la plus aisée, à quitter la région.
    En raison d'une crise économique liée à l'interruption erratique des flux de la mondialisation, la carte des activités a dû être redessinée et la capacité d'autoproduction renforcée. La vie quotidienne a retrouvé une forme de convivialité de proximité, à base d'entraide et de solidarité.
    Les hypermarchés ont disparu, démontés pour récupérer le fer et l'aluminium. Le périphérique a été couvert de verdure et transpercé de radiales cyclistes et pédestres qui conduisent aux biorégions limitrophes. La fin des moteurs thermiques, liée à la pénurie de pétrole et à des décisions politiques, a induit une atmosphère nouvelle. L'ozone atmosphérique et les microparticules ne polluent plus l'air. Les cyclistes peuvent pédaler sans s'étouffer.

  • Terrain critique : nouveaux usages de l'art en urbanisme

    Thierry Maeder

    • Metispresses
    • 18 March 2022

    Cet ouvrage traite des processus par lesquels l'urbanisme se renouvelle en intégrant les principales critiques formulées à son encontre. Il semble que les transformations récentes des pratiques professionnelles des métiers de la ville - le recours accru à l'expérience subjective, l'esthétique, l'affect, ou l'événementiel notamment - soient en partie suscitées par un désir de réforme vis-à-vis du technicisme aliénant, et excluant de l'urbanisme moderne.

  • Les 100 mots de la ville

    ,

    • Que sais-je ?
    • 14 April 2021

    Penser la ville contemporaine revient à se pencher sur les conditions de vie de l'écrasante majorité des Terriens. C'est décrire et analyser les réalités urbaines pour mieux imaginer le futur des villes. C'est aussi se frotter aux mots des experts, qu'ils soient architectes, urbanistes ou encore élus. De " NIMBY " à " bobo " en passant par les " ZFU ", " équilibre spatial " ou encore " gentrification ", l'urbain semble susciter la création de néologismes et autres acronymes plus ou moins opaques.
    Ce livre n'entend pas être un simple lexique. Il invite, au gré des mots - " bidonville ", " Dubaï ", " toilettes publiques ", " aéroport " -, à une promenade sur la planète urbaine. Flânant entre réalités et utopies, les auteurs croisent des approches sociologiques, philosophiques, écologiques, juridiques, cinématographiques pour mieux donner à comprendre les ressorts de la vie citadine et inventer les territoires urbains de demain.

  • Le prolétariat ne se promene pas nu ; Moscou en projets

    Elisabeth Essaïan

    • Parentheses
    • 14 October 2021

    Ce livre, qui a pour objet central l'étude du plan de reconstruction de Moscou de 1935, rompt avec l'écriture de l'histoire architecturale russe et soviétique à travers l'unique prisme de ruptures et met en évidence les nombreuses formes de permanences, matérielles et humaines, ainsi que des approches pragmatiques du projet de la part des décideurs politiques.
    Au-delà de ce cas particulier, cet ouvrage soulève la question plus générale du comment écrire l'histoire de l'urbanisme et de l'architecture en rapport avec le politique, dans un contexte où ce dernier exerce un contrôle étendu sur la production.
    Cette histoire de ville s'appuie sur un corpus, souvent inédit, d'archives et déploie un très riche matériel iconographique dont certains documents n'ont jamais été publiés.

  • La nécessité du paysage

    Jean-Marc Besse

    • Parentheses
    • 22 November 2018

    Une des questions majeures que rencontre aujourd'hui l'humanité, en tant qu'espèce et en tant que société, est celle qui concerne la condition écologique de son existence. Elle est en crise et connaît de profonds et vastes bouleversements qui se traduisent dans les paysages et leurs dégradations, qui en sont comme le reflet et le dépôt.
    Ce livre et la collection qu'il introduit voudraient orienter l'attention vers le paysage considéré non comme une conséquence mais plutôt comme une condition de départ de l'existence humaine. S'il y a une nécessité du paysage, c'est avant tout parce qu'il est une donnée constitutive et incontournable de l'existence humaine, individuelle et sociale.

empty