• Après avoir été pendant longtemps au service de la pratique architecturale, l'histoire de l'architecture est devenue récemment un enjeu dans la légitimation culturelle d'une profession. Cette histoire elle-même, depuis le milieu du XIXe siècle, n'a cessé de gagner en autonomie : problématiques nouvelles, territoires et objets diversifiés posent à l'historien des questions fortes. En retraçant l'histoire de l'architecture jusqu'au développement de ses démarches les plus contemporaines, Gérard Monnier nous aide à mieux comprendre les orientations actuelles d'une discipline dont les enjeux esthétiques, mais aussi sociaux et politiques, se révèlent fondamentaux dans notre monde moderne.

  • Fruit du riche travail de deux spécialistes incontournables de la passionnante époque des Carolingiens, cet ouvrage constitue une synthèse sur l'architecture carolingienne sacrée et profane. Grâce à une étude approfondie, il couvre tous les aspects de cette période, et ce, dans un espace culturel qui forme encore aujourd'hui le coeur historique de l'Europe. Cette unité est perceptible à travers un vaste panorama de sites illustrant la richesse de l'architecture carolingienne : les lieux de pouvoir, palais et châteaux ; les abbayes et les cathédrales avec leur domaine canonial. Ces monuments, d'une valeur artistique et historique incomparables, sont décryptés avec finesse et énergie par les auteurs.

  • Gaudi

    Peter Gössel

    Qu'on admire l'imposante Sagrada Família, la façade scintillante et texturée de la Casa Batlló ou les paysages enchanteurs du Parc Güell, on comprend aisément qu'Antoni Gaudí (1852-1926) soit nommé l'« architecte de Dieu ». Avec ses formes fluides et sa précision mathématique, son oeuvre exalte le miracle de la création naturelle : des colonnes se dressent comme des troncs d'arbre, les cadres des fenêtres ondulent comme des branches chargées de bourgeons et les carreaux de céramique scintillent comme une peau écailleuse, reptilienne.

    Riche de l'attention exceptionnelle apportée aux détails naturels, l'inspiration qu'il puisa à la fois dans le style néo-gothique et dans l'esthétique orientaliste, et son engagement de longue haleine pour l'identité catalane, Gaudí représente un courant unique du mouvement Modernista qui transforma et définit encore le paysage urbain de Barcelone.

    Cet ouvrage explore l'extraordinaire vision et l'héritage unique de Gaudí, dont sept bâtiments sont inscrits au patrimoine mondial de l'humanité établi par l'UNESCO, à travers son influence et les détails qui font que ces édifices sont encore aujourd'hui, un siècle après leur création, sources d'admiration, de respect et d'inspiration.

  • Dimitri Casali nous convie à une redécouverte inédite du patrimoine de la France à travers les 100 monuments légués par ses grands rois : des cathédrales bâties dans le sillage des Capétiens aux châteaux des princes de la Renaissance, des donjons orgueilleux aux ruines mystérieuses... TOUS LES TRÉSORS DE NOS RÉGIONS DANS LES PAS DE NOS ROIS !

    Agrandissant, consolidant et embellissant leur royaume pendant plus de 1 500 ans, ce sont nos rois qui ont bâti la France : châteaux, basiliques, palais, cathédrales, cités, forteresses, collégiales, chartreuses, hospices, canaux, places, statues, ponts, villes fortifiées, aqueducs, arcs de triomphe, écuries, théâtres, rotondes, enceintes, panthéons, rades, salines, nécropoles, tombeaux... LE PATRIMOINE ROYAL DE FRANCE.

  • Dans le cadre des commémorations du cinquantenaire de la disparition de Le Corbusier, le site Cap Martin où se trouvent le cabanon et les unités de camping de Le Corbusier ainsi que la villa E1027 réalisée par Eileen Gray et Jean Badovici ouvre au public (inauguration 26 juin 2015).
    C'est dans ce contexte que les éditions Imbernon ont décidé de publier sous forme reliée avec une couverture souple à rabat et en version bilingue anglais/français, ce titre de leur catalogue E.1027 Maison en bord de mer, publié en 2006 et aujourd'hui épuisé dans sa version portfolio (fac-similé de L'Architecture vivante 1929).


    As part of the commemorations of the fiftieth anniversary of the disappearance of Le Corbusier, the site Cap Martin where are the shed and camping units Le Corbusier and the villa E1027 conducted by Eileen Gray and Jean Badovici open to the public (opening 2015 June 26).
    It is in this context that Imbernon editions decided to publish in paper covers with a soft cover with flaps and English / French bilingual version, two titles from their catalog now exhausted: E1027 House by the sea (2006) and The Le Corbusier Cell - L'Unité d'habitation de Marseille (2013), both published then using the shape of the famous portfolio of the journal vanguard the Living Architecture.

  • Panorama illustré des grands courants architecturaux, depuis les colonnes grecques jusqu'au Chrysler Building

  • Traiter de l'« Architecture » de la Préhistoire peut paraître une gageure dans la mesure où, en ces temps reculés, il n'y avait pas d'architectes. Pourtant, l'évolution de l'habitat, depuis les huttes en peaux jusqu'aux agglomérations de grands bâtiments «aristocratiques» du Néolithique final, a connu plusieurs révolutions. Cet ouvrage témoigne de ces mutations au cours d'une longue période de huit millénaires, entre 10 000 et 2 000 avant J.C. Les auteurs se proposent d'explorer les lignes de force architecturales se dégageant de cette Préhistoire de l'architecture. Respectivement spécialistes de l'habitat et de la culture matérielle du Néolithique et du Mésolithique, Cyril Marcigny (professeur à l'école du Louvre) et Emmanuel Ghesquière sont archéologues à l'Inrap.

  • L'ouvrage apporte des informations graphiques et des analyses inédites sur la cellule-type de l'un des plus importants édifices de Le Corbusier : l'Unité d'habitation de Marseille.
    Une restitution graphique qui précise des aspects spatiaux, techniques et esthétiques (y compris la polychromie) est donnée sur deux cellules : l'appartement type traversant est-ouest et le logement mono-orienté au sud de Lilette Ripert, première directrice de l'école maternelle, « messagère » de l'oeuvre de Le Corbusier.
    Quatre articles constituent une sorte d'« appareil critique » qui accompagne ces dessins : ils traitent de la place de l'édifice dans l'oeuvre de Le Corbusier, du rapport individuel/collectif dans cette utopie concrète communautaire, de la manière dont la cellule résume la pensée sociale et les recherches plastiques de Le Corbusier, de la restauration de l'appartement classé M.H. de Lilette Ripert et des rapports de Le Corbusier avec cette dernière.

    Auteurs : Arthur Ruegg, Jean-Lucien Bonillo, Jean-Marc Drut, Ruggero Tropeano.

  • Le dessin d'architecture constitue un domaine vaste et divers. Les architectes le pratiquent pour acquérir une connaissance intime des édifices et développer leur habileté à les imaginer ; ils l'utilisent comme le support de leurs échanges avec les différents métiers du bâtiment ; ils en font un moyen pour toucher le public et les décideurs, jusqu'à l'élever parfois au rang d'oeuvre d'art.
    Signés par les architectes dessinateurs les plus brillants - de Jacques Androuet du Cerceau à Etienne Louis Boullée, de Gilles Marie Oppenord à Jean Jacques Lequeu, de Charles Percier à Henri Labrouste, d'Eugène Viollet-le-Duc à Charles Garnier - les 150 dessins présentés dans cet ouvrage retracent une histoire de l'architecture française de la Renaissance au dernier XIXe siècle.
    Dans un domaine où le défi majeur consiste à donner à voir un édifice par anticipation, ces dessins témoignent de l'ambition partagée par les architectes d'atteindre un idéal architectural et urbain. Comme le manuscrit de l'écrivain, ils éclairent un processus créatif, avec ses hésitations, ses corrections ou ses reprises. A la différence du texte, ils possèdent toutefois la force et l'autonomie des figures, qui « parlent » à l'oeil de façon immédiate. Ils nous proposent ainsi une expérience à la fois sensible et intellectuelle en exprimant le rapport de leurs auteurs à l'espace, à la matière, à la couleur, à l'intelligence des structures.

  • Journal d'application de la pensée architecturale à d'autres objets que la production de bâti, ce numéro thématique annuel traite des infrastructures politiques. Il engage un bilan critique des modalités d'organisation politiques issues de processus insurrectionnels et révolutionnaires dans le monde, d'un point de vue théorique, critique mais aussi en donnant la parole à des acteur·ice·s de ces évènements. Ce travail est accompagné de la republication de documents historiques peu accessibles. Il explore parallèlement d'autres architectures possibles pour les contestations et d'autres ordres du mondes à mettre en oeuvre après la révolution.

  • Au fil des années, des architectes talentueux se sont attelés avec enthousiasme au défi de concevoir des bâtiments de petite taille mais parfaitement agencés. Aujourd'hui, alors que budgets et espaces disponibles tendent à se réduire, nombre d'architectes adoptent une démarche centrée sur la conception de lieux qui, bien que modestes par leurs dimensions, sont résolument ambitieux, novateurs et prescripteurs de tendances par leur forme. Qu'ils s'inscrivent dans les villes japonaises, où les grands espaces sont rares, ou à la frontière entre art et architecture, les petits bâtiments présentent beaucoup d'avantages et poussent les designers à en faire plus avec moins.

    Maison de poupée pour Calvin Klein à New York, théâtre pour enfants à Trondheim, cabanons de vacances et logements pour les victimes de catastrophes naturelles, tous témoignent de cette nouvelle volonté des architectes de voir grand pour les petits espaces. Le lauréat du prix Pritzker en 2013, Toyo Ito, en fait partie, tout comme des architectes émergents au Portugal, au Chili, en Angleterre et en Nouvelle-Zélande. Avec des noms mondialement connus ou des talents tout frais, découvrez la création architecturale à une nouvelle, petite échelle.

  • Bâtir pour Napoléon : une architecture franco-italienne Nouv.

    Le règne de Napoléon apporte en architecture une impulsion décisive. Entre les desseins « révolutionnaires » de la fin du Siècle des Lumières et les grandes mutations urbaines du XIXe siècle, les initiatives privées et publiques s'y multiplient avec l'ambition de moderniser les villes et les territoires. L'Empire demande des palais, des monuments symboliques et commémoratifs, des équipements et de nouveaux quartiers d'habitation, mais aussi des espaces publics rénovés et des infrastructures. Il puise ses références dans l'Italie antique et Renaissance, alliant le modèle italien et la culture architecturale parisienne. Le volontarisme napoléonien, qui alimente cet idéal de réforme architectural et urbain, fait de Paris et Milan deux grands laboratoires. Mais l'entreprise se décline à toutes les échelles, touchant de nombreuses villes des deux côtés des Alpes.
    Centrés sur la culture architecturale italienne et française à l'époque napoléonienne (1796-1815), les essais réunis dans ce volume dressent un bilan de cinquante ans de réflexion dans les domaines de la théorie, de l'enseignement, de la création architecturale et du décor.

  • Après la cité antique, la ville médiévale, après l'espace urbain de la Renaissance, le XIXe siècle apporte un nouveau changement. L'architecture et l'urbanisme deviennent les agents et les serviteurs de la révolution industrielle, celle du fer et du charbon, du béton et de l'électricité. Les hommes bâtissent alors de nouvelles villes en un bouleversement de styles et d'habitudes qui prennent parfois les couleurs de l'utopie...

    Les trois volumes de l'Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant un index des noms cités.

  • Avec ce troisième ouvrage, s'achève la rétrospective consacrée à l'histoire de l'architecture française. De Boullée, Legrand, Perrault. à Le Corbusier, Nouvel, Pei. François Loyer retrace le passage du classicisme à la modernité en montrant la spécificité de la production architecturale française depuis deux siècles. Transformant l'économie et la société, la révolution industrielle a élargi le domaine de l'architecture (touchant désormais l'habitat, l'urbanisme ou le paysage), renouvelé ses techniques grâce à l'emploi systématique du fer et du verre, puis du béton et de l'acier et a radicalement modifié son rôle. Elle traduit des ambitions opposées, symbole de la rivalité entre les civilisations. À travers la divergence des formes comme de leurs références s'affichent des messages dont la portée est idéologique. La France contemporaine n'est pas seulement le pays des grands monuments. Elle est aussi celui des palais de justice et théâtres de province, des immeubles bourgeois et des villas balnéaires, des écoles Jules Ferry, du logement social, des monuments aux morts et même des pavillons de banlieue avant les grands ensembles ! Bien au-delà de la vision militante qui avait été celle du modernisme, ce livre s'efforce de souligner la richesse et la diversité de la production française depuis deux siècles.

  • Schinkel

    Martin Steffens

    Avec son sens du détail autant que de l'ensemble, Karl Friedrich Schinkel (1781 1841) s'est fait connaître comme architecte et urbaniste, mais aussi comme peintre et comme concepteur de meubles et de décors de théâtre. Son travail fut tant admiré par le roi Frédéric-Guillaume III que Schinkel devint l'architecte officiel de la Prusse et oeuvra comme tel durant presque toute sa carrière, bâtissant les grands monuments de Berlin, y compris le Schauspielhaus et le Altes Museum.

    La plupart des oeuvres les plus célèbres de Schinkel sont de style néo-classique, plus proches des canons de la Grèce antique que de ceux de la Rome impériale. Schinkel adopte ensuite une esthétique néo-gothique, comme en témoignent les fenêtres élancées et la nef en enfilade de l'église de Friedrichswerder à Berlin. Puis Schinkel choisit une façade en briques rouges, inhabituellement profilée pour l'Académie d'architecture, aujourd'hui considérée comme un édifice annonciateur du modernisme.

    Élevé au rang de génie par ses contemporains, Schinkel se voit traité avec les mêmes égards par TASCHEN dans cette présentation richement illustrée, qui aborde l'ensemble de son oeuvre et son inlassable engagement au service de la beauté de la forme et de la fonction.

  • Tout au long du XXe  siècle, les architectes ont repensé notre rapport à l'espace, bouleversé nos modes de vie.

    Ce livre superbement illustré analyse la façon dont plus de cinquante architectes ont modifié notre rapport à l'habitat et à l'espace, les matériaux qu'ils utilisaient, leurs techniques, ainsi que leurs rapports à l'histoire et aux savoirs.

    Partez à la découverte des plus belles oeuvres et des plus célèbres, reflets d'une époque et d'une société nouvelles.

  • De l'influence des plasticiens à celle des ingénieurs, de l'urbanisme rationaliste (Le Corbusier, Gropius) à l'apport des pays nordiques, de l'architecture américaine (F. L. Wright) au développement d'un style international, tout ce qui préside au devenir de la cité moderne et notre propre environnement est évoqué dans ce deuxième volume.

    Les trois volumes de l' Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant un index des noms cités.

  • Deuxième tome de l'Histoire de l'architecture française, cet ouvrage est consacré aux temps modernes, période historique allant de la Renaissance à la Révolution (environ 1450-1800).
    « Les temps modernes sont une période de transition », écrit Jean-Marie Pérouse de Montclos. Délimités par ces deux événements majeurs que sont la fin de la Guerre de Cent Ans et la Révolution de 1789, ils se situent à la croisée d'un Moyen Âge fort d'une étonnante diversité, et d'une naissance de la modernité ponctuée de multiples évolutions, dont l'apogée sera manifeste lors de la Révolution. La naissance des théories, l'apparition de nouvelles techniques, l'effacement des particularismes au profit de la richesse de l'éclectisme, les influences italiennes et antiques, sont autant d'innovations qui enrichissent l'architecture en France entre la fin du XVe et la fin du XVIIIe siècle, et dont ce livre se veut le témoin.
    Jean-Marie Pérouse de Montclos démontre, à travers une étude claire et de riches illustrations, dont de nombreux plans et coupes, que la période moderne se caractérise non seulement par une extraordinaire diversité de réalisations, mais également par une profonde unité. Ici se dévoile en filigrane l'idée que l'architecture est un langage à vocation universelle.

  • Traçant l'atlas de l'architecture au XXe siècle, esquissant une sociologie de l'urbanisme, ne ménageant pas les bâtisseurs de notre décor quotidien, ce livre rend aussi justice aux grands créateurs de notre époque. L'auteur brosse, par touches successives, de Barcelone à Moscou, de Paris à Brasilia, le tableau vivant des méthodes, des échecs et des rêves dont l'homme se sert pour construire ses cités et tenter d'y vivre.

    Les trois volumes de l' Histoire de l'architecture et de l'urbanisme modernes montrent et expliquent l'habitat humain dans ses réalisations et ses projets, de l'aube des temps contemporains jusqu'à nos jours. Une irremplaçable synthèse illustrée, comprenant une chronologie générale, une bibliographie et un index des noms.

  • Bauhaus ; 1919-1933

    Magdalena Droste

    Pendant les 14 années que dura la brève période de l'entre-deux-guerres, l'école allemande d'art et de design du Bauhaus bouleversa le visage de la modernité. Mettant en pratique ses idéaux utopiques, cette école pionnière entreprit de réunir les beaux-arts, l'artisanat et la technologie, fusion qui s'appliqua aux moyens et aux pratiques artistiques, du cinéma au théâtre, de la sculpture à la céramique.
    Ce livre a été réalisé en collaboration avec le Bauhaus-Archiv/Museum für Gestaltung de Berlin qui abrite à ce jour la plus importante collection sur l'histoire du Bauhaus. Documents, études, photographies inédites, croquis, plans, maquettes et prototypes retracent les oeuvres réalisées ainsi que les grands principes et les personnalités qui ont formé ce collectif d'artistes idéalistes, au fil de ces trois lieux d'implantation à Weimar, Dessau et Berlin. Des clichés pris sur le vif pendant les séances de gymnastique aux croquis réalisés par des élèves de Paul Klee, des immenses plans architecturaux au cendrier si élégant de Marianne Brandt, la collection vibre des couleurs, des matières et des formes géométriques caractéristiques de l'oeuvre d'art «totale», concept au coeur de la vision du Bauhaus.
    À l'heure du centenaire du Bauhaus, cet ouvrage de référence résume parfaitement l'énergie et la rigueur du Bauhaus, qui ne fut pas qu'un mouvement précurseur du modernisme mais posa aussi les bases de la formation artistique, selon lesquelles l'expression créative et les idées novatrices conduiraient à des oeuvres autant fonctionnelle qu'esthétiques. Le livre aborde notamment le travail d'artistes tels que Josef Albers, Marianne Brandt, Walter Gropius, Gertrud Grunow, Paul Klee, Ludwig Mies van der Rohe et Lilly Reich.

  • Trois auteurs croisent leurs regards pour écrire une histoire claire et vivante du chantier de la cathédrale de Strasbourg : une historienne de l'art, une historienne, un architecte et un tailleur de pierre. Le chantier de la cathédrale de Strasbourg est celui qui est le mieux documenté de toutes les cathédrales de France (toutes les archives ont été conservées) ; à travers cet exemple, il permet de comprendre d'une façon générale comment les cathédrales ont été bâties.
    Les bâtisseurs du Moyen Âge à aujourd'hui - Maîtres d'oeuvre, tailleurs de pierre, sculpteurs, charpentiers, forgerons, verriers... Qui étaient ces hommes, comment travaillaient-ils, comment vivaient-ils ?
    Chronique du chantier de 1015 à aujourd'hui - Toute l'aventure de la construction de la cathédrale de Strasbourg est racontée : le chantier, les techniques, les matériaux, le financement. De la première cathédrale romane construite par l'évêque Werner à partir de 1015, en passant par le grand chantier, jusqu'à l'achèvement de la plus haute flèche du monde en 1439. S'ensuivent des travaux de restauration, de mise au goût du jour, jusqu'au chantier contemporain mené par la Fondation de l'oeuvre Notre-Dame.
    Une iconographie exceptionnelle - Les étapes du chantier modélisées en 3D, des photographies anciennes inédites, un saisissant reportage photographique sur les bâtisseurs d'aujourd'hui, des miniatures et dessins du Moyen Âge illustrant le chantier et les métiers.
    Un livre dans l'esprit de la collection « La grâce d'une cathédrale ».

  • Cet ouvrage, le premier d'une série de trois consacrée à l'histoire de l'architecture française, traite du Moyen Âge (du IVe siècle aux années 1500). Ainsi se trouve défini un grand Moyen Âge qui se singularise par trois grands moments : . L'Antiquité tardive-haut Moyen Âge qui s'inscrit dans la rupture par rapport à la conception romaine classique. . L'époque romane qui est d'abord reconstruction et bientôt invention par rapport à l'Antiquité. . Le monde gothique qui établit la synthèse entre l'architecture du ive siècle charpentée et celle du second âge roman, voûtée de pierre. L'histoire de la création architecturale ne peut se réduire à une simple évolution des formes, elle est liée à son temps. Les monuments sont un témoignage de la société, de ses goûts et de ses aspirations. Des architectes s'affirment comme de grands créateurs alors que d'autres sont plus traditionnels. Il en va de même de la technique dont la qualité est conséquente des moyens financiers mis en oeuvre. Il y a donc là une étonnante diversité. Cette histoire ne se réduit pas à la seule architecture religieuse ; elle n'est qu'une des composantes, même si elle a été innovante, notamment dans le domaine de la maîtrise technique, et si elle est souvent mieux conservée.

  • Le XXe siècle voit l'éclosion d'une société moderne engendrant de nouveaux besoins, de nouveaux matériaux. Au cours de ce siècle de grands chantiers et de mouvements artistiques sans précédent dans le monde entier, on assiste aussi à une révolution dans l'organisation spatiale qui prend des formes multiples selon les architectes, les pays et les cultures.
    L'un des défis majeurs est de résoudre la crise du logement que l'on retrouve au coeur de tous les programmes et manifestes de ces années-là.

    À travers l'architecture, c'est l'aventure des femmes et des hommes modernes que l'on découvre : des entreprises ambitieuses menées collectivement par des architectes, en collaboration avec des ingénieurs, des urbanistes, des mécènes... pour créer des bâtiments à l'échelle monumentale, des cités-jardins, des maisons individuelles parfaitement intégrées à la nature ou encore des constructions emblématiques.

    Dans cet ouvrage richement illustré et outil d'apprentissage à entrées multiples, Simon Texier fait le point sur l'architecture contemporaine en décrivant son histoire par un biais thématique plutôt que chronologique, permettant ainsi d'aborder nombre d'aspects qui ont animé ce siècle foisonnant de création et d'innovation.

  • C'est au coeur de la presqu'île de Saint-Tropez, alors éloignée de tout, qu'Émile Ollivier décide de s'installer en 1860 pour fuir l'agitation parisienne. Brillant avocat, orateur de légende et député, le futur ministre de Napoléon III souhaite faire du château de La Moutte un « nid de famille ». Avec sa femme Blandine, fille du compositeur Franz Liszt, il rêve aussi de créer un lieu dédié aux arts, aux lettres et à la musique en particulier. Ce livre retrace l'histoire de cette demeure qui a accueilli aussi bien Liszt que Marie Bonaparte, Errol Flynn ou Simone Signoret. Entouré d'une palmeraie préservée, secrète oasis de tranquillité à deux kilomètres de l'animation de Saint-Tropez, le domaine vit désormais tous les étés au rythme des Nuits du château de La Moutte, le festival qui perpétue la tradition musicale de ses fondateurs.

empty