• Ôta Hirotarô (1912-2007) est l'un des premiers et des plus célèbres historiens de l'architecture japonaise. Ses manuels d'histoire de l'architecture sont encore aujourd'hui plébiscités par le public. Dans cet ouvrage, nous proposons la traduction commentée de deux de ses manuscrits, qui synthétisent l'histoire de l'architecture japonaise et la firent entrer dans l'historiographie moderne. Le premier texte, partisan, engagé dans la définition de l'identité nationale nipponne, est intitulé "Particularités de l'architecture japonaise".
    Il fut publié en 1954 et est régulièrement réédité en tête de son ouvrage à succès intitulé Introduction à l'histoire de l'architecture japonaise (1947). Le second texte, intitulé "Histoire de l'architecture japonaise", est un résumé de ce même ouvrage et fut publié en 1966. Les photographies sont tirées de l'édition collector dirigée par Ôta Hirotarô, Japanese Architecture and Gardens (1966), et signées par le photographe d'architecture Tsujimoto Yonesaburô.

  • Appréciez toute la richesse architecturale et iconographique de Notre-Dame de Paris. Au lendemain de l'incendie, découvrez ce qui a fait et continue de faire la richesse de la cathédrale.

  • C'est dans un voyage au coeur des plus belles églises d'Europe que nous entraîne cet ouvrage. Notre-Dame de Paris, Saint-Pierre de Rome, mosquée-cathédrale de Cordoue, sanctuaire en bois de Borgund... Autant de lieux spirituels chargés d'histoire et à l'architecture renversante qui ne cessent de fasciner.

  • Les études réunies ici témoignent d'une commune passion pour la maison - traditionnelle ou très contemporaine -, la ville et l'espace japonais, visités par la plume des deux auteurs.

    Ils sont pour l'un géographe - Jacques Pezeu-Massabuau -, pour l'autre architecte et anthropologue - Philippe Bonnin. Chacun, de son côté, a poursuivi un travail obstiné d'observation, de description, de dévoilement, d'analyse approfondie de la réalité de cette habitation japonaise, de son esthétique, des gestes, des paroles qui l'entourent. Réunir ces textes devenait un impératif pour confronter leurs approches complémentaires et décoder cette culture japonaise si passionnante.

  • Architecture et patrimoine est une collection de référence pour comprendre l?architecture et les décors.
    Cet ouvrage regroupe six monographies, richement illustrées de croquis, plans et photographies :
    . Architecture des abbayes (le monde des moines et des moniales, riche d?histoire, de spiritualité et de mystère . Architecture des églises romanes : des composantes majeures du paysage architectural français . Architecture des cathédrales gothiques : symboles de la puissance de l?Église . Architecture des châteaux forts : symboles de pouvoir et fortification du IXe au XIVe siècle . Architecture des châteaux de la Renaissance : rencontre de traditions médiévales et nouveautés issues d'Italie . Architecture des châteaux classiques : héritier de l?Antiquité et de la Renaissance Cette compilation dégage les caractéristiques majeures des abbayes, des églises, des cathédrales, et des châteaux. Ce guide se propose de donner des clefs pour comprendre la genèse et l?évolution de chacune de ces architectures et offre ainsi un panorama général de l?architecture du haut Moyen Âge jusqu?au XVIIIe siècle.

  • L'art roman

    Collectif

    L'art roman s'est développé dans tous les pays chrétiens d'europe occidentale à partir du xiè siècle jusqu'au triomphe de l'art gothique au xiiiè siècle.
    Un signe distinctif : l'arc en plein cintre. des colonnes à moitié dégagées, des murs et des arcs semi-circulaires composent le motif essentiel de l'ornementation des églises romanes, à l'extérieur comme à l'intérieur. la prédilection pour l'arc en plein cintre ne venait pas seulement de sa forme achevée, géométrique, satisfaisante pour l'oeil et l'esprit. elle venait aussi du fait qu'il était le seul employé pour l'architecture monumentale dans l'empire romain et dans l'orient chrétien.
    Il constituait une marque distinctive. après les grandes mutations du xè siècle, consécutives aux dévastations dues aux raids vikings et hongrois, l'ambition, dans l'europe occidentale qui se reconstruisait, était de reprendre le flambeau de la tradition issue du monde romain. ce qui a valu l'appellation de " romane " à l'architecture des églises élevées au xiè siècle et durant le xiiè siècle dans tous les pays de l'europe occidentale et bien caractérisée dès le milieu du xiè siècle.
    Les pages qui suivent proposent une sélection représentative des types variés d'églises romanes pour apprécier les intentions des bâtisseurs du moyen-age.
    Dans le poitou : l'église de l'abbaye de saint-savin, vienne, seconde moitié du xiè siècle ? l'église notre-dame-la-grande à poitiers, vienne, milieu du xiiè siècle.

    1 autre édition :

  • Dans cet essai paru en 1914, Rodin prend la défense des cathédrales, trop longtemps oubliées, pillées et méprisées. Il fait découvrir Chartres, Nevers, Laon, Reims, le détail d'un portail, la finesse d'une moulure.

    2 Autres éditions :

  • L'art gothique

    Collectif

    Le style gothique apparaît en île de france vers 1140 à l'occasion de 2 chantiers : l'abbatiale de saint-denis et la cathédrale de sens.
    A partir du xiiiè siècle et durant trois siècles tous les monuments religieux qui se créent en france illustrent cette manière de concevoir l'intérieur des églises. ils doivent donner l'impression que l'espace y est diffus. c'est un changement radical par rapport à l'architecture romane. finis les multiples volumes juxtaposés, les piliers bien carrés, les arcades enchâssées dans d'autres arcades. au contraire, la colonne devient la forme obligée pour les piles : elle ne suggère pas de cloisonnement.
    L'arc brisé sera de règle : il est l'expression d'un passage béant. un intérieur unifié suppose un éclairage égal. le dosage équilibré de la lumière caractérise les monuments réussis de l'architecture gothique. a l'origine de tout il y a une trouvaille venue de normandie : la voûte sur nervures croisées (la croisée d'ogives ; une ogive est un arc diagonal). pareille à la voûte d'arêtes elle favorise l'éclairage, elle autorise la minceur des murs.
    Mais elle est pratique à construire : cette voûte idéale est adaptable à l'ensemble d'une basilique.
    Nef unique : l'église du couvent des jacobins (les dominicains) de toulouse (haute-garonne) à partir de 1275.
    Au xvè siècle : eglise paroissiale saint-gervais et saint-protais (paris) 1494-1630.

  • L'âge d'or des cathédrales se situe aux XII e et XIII e siècles. C'est avec l'abbé Suger, le conseiller des rois capétiens Louis VI et Louis VII, que « l'art gothique », va permettre à la cathédrale de s'ouvrir sur le monde extérieur en y déversant la lumière au sein de la nef et du choeur, tandis que dans la poussière des chantiers sacrés, les maîtres d'oeuvre élèveront les voûtes d'ogive toujours de plus en plus haut.
    Cependant, des travaux scientifiques récents montrent que la plupart des nos « vieilles dames de pierre » ne seraient plus debout aujourd'hui, si les bâtisseurs n'avaient fait appel aux ar- tisans du fer qui, très ingénieusement, insérèrent le métal dans la pierre pour augmenter sa résistance aux pressions s'exer- çant de toutes parts et qui menaçaient la stabilité de l'édifice.
    Fascinés par cette « épopée des cathédrales », les hommes firent appel au merveilleux et au surnaturel pour expliquer ce qu'ils voyaient d'étrange dans ces oeuvres grandioses. Ne disait-on pas qu'anges et démons avaient leur part dans la construction ? Pourquoi les cathédrales sont-elles toutes des « Tours inachevées » ?
    Les cathédrales seraient-elles des « Demeures philoso- phales » ? C'est du moins ce que l'on serait en droit de penser à la vue de ces étranges médaillons et figures hiéroglyphiques, qui semblent vouloir expliquer au promeneur qui les contemple, les étapes du « Grand oeuvre » des alchimistes ?

  • Une église est d'abord un édifice construit pour accueillir le culte chrétien. La plupart de ses dispositions sont conditionnées par ce rôle premier. Mais elle est aussi le lieu du rassemblement de la communauté des fidèles, au coeur de la société. Elle peut être l'endroit où convergent et se rassemblent les pèlerins, le centre administratif et spirituel d'un diocèse ou le choeur de la vie d'un monastère. Il y a en effet plusieurs types d'églises dont les formes ou les dispositions varient selon leur importance et leur rôle. Ce livre fournit quelques clefs pour comprendre ces édifices et la fonction des différents éléments qui les composent, du Moyen Âge à aujourd'hui.

  • Comme un manteau d'arlequin...
    Le regard d'un artiste s'est posé sur les maisons des Landes, sujets emblématiques d'un paysage et d'une culture. La maison d'habitation est, dans sa diversité, une expression de la pluralité d'un territoire.
    La zone forestière est, par excellence, le domaine des constructions de bois et de torchis où l'auvent est omniprésent. La zone littorale se caractérise par l'apparition de briques fougères, de façades sans auvent aux liens croisés. La Chalosse se distingue par l'apparition de la pierre, de toits à deux pentes et de murs d'argile et de galets.
    Réduire le département à seuls trois types de construction, c'est méconnaître la diversité géographique de ce vaste territoire.
    Il faut donc éviter toute présentation simpliste et bien considérer qu'une même construction de bois, par exemple, dispose de particularités qui sont le génie propre des charpentiers de telle petite région.
    Les maisons présentes dans cet ouvrage sont les témoins attachants et toujours vivants de la profonde originalité de ce département, pluriel et singulier. Le propos de l'artiste est de montrer la diversité, la richesse et la multitude de personnalités architecturales singulières. En pointant chaque détail méticuleusement repéré sur le dessin, en reprenant chaque trace originale du bâtiment observé, il atteint paradoxalement une impression générale d'unité que la mise en couleur par Francine Callède confirmera.
    Pour réaliser ce livre, Dominique Duplantier a sillonné l'ensemble du département des Landes. Sa connaissance approfondie de ce territoire l'a guidé dans une approche curieuse, celle d'un amoureux. Il ne s'agit pas d'une recherche systématique mais plutôt d'un appel esthétique d'un inventaire subjectif, composé au gré des impressions du regard, au gré des sensations.
    Jean Tucoo-Chala présente les caractéristiques essentielles de l'habitat traditionnel du département des Landes et rappelle les recherches ethnographiques passées. Denis Caniaux a écouté murmurer les tuiles, les poutres, les torchis, les murs de galets. Les enduits à la chaux sont bavards pour le promeneur qui fait silence et devient un lecteur attentif.

  • Cet ouvrage regroupe toutes les cathédrales de France.

    Une cathédrale est un édifice investi d'une dignité particulière, celle d'abriter une cathèdre, c'est-à-dire le siège d'un évêque. La cathédrale est donc l'églisemère d'un diocèse.
    Le nombre des cathédrales a été variable. Certaines églises, les « anciennes cathédrales », ont perdu leur titre dans les aléas de l'histoire. D'autres églises ne sont cathédrales que depuis une date récente, en France métropolitaine mais aussi Outre-Mer. Enfin, la présence en France d'églises protestantes et orientales, orthodoxes ou catholiques, a conduit à l'existence de cathédrales révélatrices de la diversité religieuse du Pays. Témoins de l'histoire de France, les cathédrales sont aussi un spectaculaire raccourci de l'Histoire de l'art : des vestiges de l'Antiquité tardive jusqu'aux expressions artistiques les plus contemporaines, elles n'ont pas cessé d'être le lieu de croisement entre l'esprit, l'art et la pierre.

  • Symboles sculptés des églises romanes est un guide qui permet de comprendre la signification des symboles qui composent un chapiteau roman.
    Sous forme ludique, le visiteur peut se reporter à l'index, riche de 200 symboles, et parcourir les églises en lisant clairement le message des pierres.

  • Objets de fascination ancrée dans la mémoire collective, les cathédrales sont la fierté du patrimoine français.
    Plus que tout autre sans doute, la cathédrale est le symbole de la démesure des hommes. Démesure de leur ambition, de leur volonté, de leur génie artistique Cette Aventure des cathédrales entend raconter une histoire globale de leur construction, de la naissance du projet à l'érection du bâtiment, en passant par les différents métiers (charpentiers, forgerons, tailleurs de pierre, maîtres verriers, etc.) qui oeuvrent à cette entreprise pharaonique.
    Au fil de ces pages, découvrez également les particularités des plus belles cathédrales françaises et laissez-vous emporter dans l'histoire tourbillonnante de la France à l'âge du gothique.

  • Cathédrales, églises et basiliques ont façonné les paysages des villes et des campagnes dans toute l'Europe. Elles traduisaient, dans leurs formes architecturales, l'aspiration des âmes à la transcendance et la ferveur des fidèles. LES CHEMINS DE LA GRÂCE conduira le lecteur d'un bout à l'autre du continent à la découverte des plus beaux sanctuaires. Les photographies d'Achim Bednorz sont autant d'hommages à la splendeur des édifices, au talent des artisans qui les ont bâtis et à l'ardeur mystique qui a contribué à leur construction.
    Au fil des douze chapitres, l'ouvrage présente chaque lieu de culte, son architecture et les trésors artistiques qu'il renferme. L'auteure retrace l'histoire des édifices et leur rôle dans la spiritualité européenne. Ce livre ravira les amateurs d'architecture sacrée comme les voyageurs en quête de ressourcements.

  • Une immersion dans l?unique grand édifice gothique en Provence.

    Abritant les reliques de Marie-Madeleine, la basilique est le 3ème tombeau de la chrétienté. Sa construction débuta en 1295 sur ordre de Charles II d'?Anjou, Comte de Provence.
    Porté par les superbes clichés de Frantisek Zvardon, l?'ouvrage permet de découvrir son élévation remarquable, la beauté de son retable ou le mystère de sa crypte qui abrite le crâne de Marie-Madeleine, les sarcophages de la sainte et de St Maximin, St Sidoine et Ste Marcelle.
    Du patrimoine architectural à la richesse culturelle et cultuelle, l?'ouvrage se veut le carnet de souvenirs du visiteur. Les légendes des clichés sont traduites, en trois langues ?: français, anglais, allemand.

  • L'ouvrage collectif Cités et architectures de Tunisie, fruit de la collaboration d'auteurs éminents reconnus ou de jeunes chercheurs dans le domaine se penche sur l'histoire architecturale et urbaine de la Tunisie moderne et contemporaine des XIXème et XXème siècles.
    Le livre se présente comme un ouvrage de référence aux contributions originales approfondies permettant au lecteur averti mais aussi à un public plus large d'appréhender l'histoire des savoirs architecturaux et urbains Tunisiens dans leurs interrelations aux sociétés et aux acteurs qui les mettent en oeuvre.
    Ainsi les diverses contributions dialoguent et se répondent entre elles. Elles proposent une panoplie de thèmes et de questions examinées à la lumière des méthodes de l'histoire architecturale et urbaine.

  • À la découverte de 20 lieux de foi et de sérénité au coeur de la nature.

  • Les Ardennes ont payé un lourd tribut aux deux dernières guerres mondiales. Parmi le patrimoine bâti, les églises n'ont pas été épargnées. Tout au contraire, elles ont été souvent victimes des stratégies guerrières qui cherchaient à détruire les lieux porteurs des valeurs des communautés villageoises Le département, par le nombre des chantiers de reconstruction de ses édifices religieux, s'est trouvé au coeur des débats nationaux sur l'évolution de l'Art sacré. Des architectes, des artistes, souvent de grande notoriété, ont eu l'opportunité d'apporter, ici, par leurs créations, des contributions exemplaires au renouveau de l'Art sacré.

empty