• Du xxve au viie siècle avant notre ère, un texte circulait dans tout le Proche-Orient, qui racontait la quête d'un roi, bâtisseur des remparts d'Ourouk vers 2800 avant J.-C. : Gilgamesh, fils de déesse, et plus divin qu'humain.Du sumérien, ce texte fut traduit en babylonien, en assyrien, en hittite, en hourite. Mais les invasions grecques firent tomber Gilgamesh dans l'oubli. Il fallut attendre le xixe siècle, pour que ce récit revienne enfin à la mémoire. Texte éternel car il relate la quête d'un homme déchiré par son désir de transcender son état, et l'amitié de ce héros, taillé dans le granit le plus dur, avec Enkidou, son frère, modelé dans l'argile la plus tendre.En se basant sur les diverses sources antiques, Abed Azrié, auteur, compositeur et chanteur qui a mis en musique L'Épopée de Gilgamesh et l'a interprétée, en donne ici une version française d'une grande beauté.

  • Célèbres métamorphoses, destins tragiques, épopées grandioses...Un mythe peut sembler tomber du ciel, comme Icare, ou bien jaillir des flots, comme Aphrodite. Il en résulte un feu d'artifice de récits fabuleux faisant intervenir dieux, monstres et forces surnaturelles, mais aussi hommes et Histoire...
    Les mythes gréco-romains nous parlent du passé, mais aussi de nous-mêmes, car notre monde moderne reste pénétré des cultures de l'Antiquité. Les figures de Prométhée, Achille, Ulysse, Jason, OEdipe, Orphée, Sisyphe, Hercule, et bien d'autres encore, ont traversé les siècles et les arts, et leur histoire fascine toujours.
    Découvrez :
    Les mythes de la création du monde
    La famille olympienne et les autres divinités
    La naissance des hommes et les exploits héroïques
    Le monde des morts et ses mystères

  • Découvrir et s'initier à la mythologie en 200 notions illustrées !
    Médée, OEdipe, Hercules... la collection "pour les Nuls' propose un tour d'horizon de la mythologie à travers 200 notions clés illustrées, pour découvrir ou redécouvrir tous les personnages et les histoires de la mythologie grecque, de la cosmogonie aux disputes entre dieux et à la saga des Atrides, le tout en un seul livre !

  • Toute la magie de la mythologie dans votre poche !
    Les dieux et les héros de la mythologie grecque et romaine font partie des fondements de notre culture et ont constitué à travers les époques une grande source d'inspiration pour les peintres, les compositeurs, les hommes politiques, les penseurs, etc. Si bien que pour certains, ils font partie de la langue courante, de notre quotidien.
    Avec ce petit livre, rafraîchissez-vous la mémoire et faites plus ample connaissance avec 100 dieux et héros de la mythologie gréco-romaine à travers des portraits clairs et concis, classés par ordre alphabétique.
    D'Achille à Zeus (ou Jupiter), en passant par Ulysse, Minerve, Oedipe ou Hercule, tous les dieux et héros de la mythologie n'auront bientôt plus de secrets pour vous !

  • Comment bien conduire son existence ? Les sagesses antiques peuvent nous servir de guide pour vivre en harmonie avec le cosmos, avec les autres et avec nous-mêmes, afin d'établir l'équilibre qui nous permettra d'accéder au souverain bien : le bonheur.Comment bien conduire son existence ? Cette question se pose d'autant plus aujourd'hui que la société européenne n'est plus organisée autour d'un ensemble de dogmes religieux. Sans doute y avons-nous gagné en liberté ; mais cela nous oblige aussi à explorer de nouvelles voies spirituelles et morales pour redonner un sens à notre vie.
    Les sagesses antiques peuvent nous servir de guide. Que ce soit en Grèce, à Rome ou en Chine, les philosophes nous ont appris à vivre en harmonie avec le cosmos, avec les autres et avec nous-mêmes, afin d'établir l'équilibre qui nous permettra d'accéder au souverain bien : le bonheur.
    Dans un style vivant, Thibault Isabel montre de quelle façon Héraclite, Confucius, Plutarque et leurs contemporains pourraient nous aider à rebâtir une nouvelle conception de la spiritualité. En remontant le fil de notre histoire, nous découvrirons la clé d'un monde où l'esprit ne dominait pas encore la chair, et où la culture ne dominait pas encore la nature.
    Il s'agit alors de remettre au centre de nos existences l'écologie, la réhabilitation du corps, de la beauté et des plaisirs charnels ; le développement d'une morale qui ne soit pas fondée sur le péché ; le rapport à la vie et à la mort ; l'importance de l'éducation et de la culture ; la promotion des valeurs féminines dans la société et la réhabilitation du culte de la Déesse-Mère et enfin l'adoration mystique du monde dans sa sacralité.

  • La religion romaine ne connaissant ni Révélation ni Livre sacré, l'obligation rituelle constituait le seul élément auquel le pratiquant pouvait s'accrocher. Cet ouvrage, leçon de clôture du professeur John Scheid au Collège de France, retrace l'appréciation difficile de cette particularité religieuse encore partagée par de nombreuses religions du monde actuel, et que les modernes ont mis longtemps à reconnaître. En différenciant religion de l'individu, au sens romantique, et religions polythéistes et ritualistes ignorant le concept moderne de personne, cette réflexion invite plus largement le lecteur à repenser les notions d'individu et de citoyen dans la société romaine.

  • La tête couronnée d'une muraille, la Mère des dieux trône sur un attelage tiré par des lions. Cette représentation de la divinité est largement diffusée dans le monde romain. À nos yeux de Modernes cette image évoque aussi le caractère contrasté de la puissance divine originaire de Phrygie, que les Romains accueillent en 204 avant notre ère. D'emblée, ceux-ci la considèrent comme à la fois étrangère et ancestrale. Ce paradoxe est examiné à partir de quatre dossiers qu'éclairent des découvertes et des recherches récentes. Le premier est consacré aux galles, dévots de la déesse qui se châtrent à l'imitation d'Attis, frappé de folie par la déesse. Le deuxième vise à éclairer les identités et fonctions de la Grande Mère des dieux. La question complexe des mystères de la déesse est ensuite étudiée, ainsi que leur rapport avec le taurobole, cérémonie particulière durant laquelle les testicules du taureau sacrifié font l'objet de manipulations. Enfin, le culte de Mater Magna est analysé à partir de la documentation abondante qu'offre le cadre particulier d'Ostie, port de Rome. Ce parcours interroge ainsi sous de nouveaux éclairages l'extranéité même de la déesse et de son culte.

  • « Il est né dans une grotte, un 25 décembre, fut entouré par des bergers, accomplit des miracles, un sacrifice, s'envola vers les cieux. Vous croyez connaître la réponse... » Ainsi commence cet ouvrage. Il relate le parcours d'une divinité persique, depuis son origine dans les montagnes de l'Iran où nous découvrirons de nos jours sa survivance au travers de cérémonies et de rituels d'un autre âge. Nous assisterons à la propagation de son culte, ou d'éléments s'y rapportant, jusqu'à l'Extrême-Orient et l'Occident. L'Occident où l'adoptera une partie des Romains ; mais aussi le christianisme de manière plus discrète, l'adaptant avec subtilité à sa théologie. Et davantage. Quelle ressemblance entre ce dieu oriental et un archange qui culminera au sommet des montagnes, des sanctuaires ! Que de similitudes à l'intérieur des liturgies : la communion, la transsubstantiation... Que de coïncidences semblant mener à cette question : de quel Orient sommes-nous issus ?

  • Ce livre se propose de montrer comment, dans le chef-d'oeuvre de Sophocle, OEdipe-Roi, l'homme se trouve au coeur d'une problématique existentielle, celle de la crise des valeurs. Le rationalisme naissant qui a marqué de ses empreintes presque tous les domaines n'a pas manqué de déstabiliser le triangle relationnel sur lequel reposent tous les besoins et aspirations de la condition humaine : relations de l'homme avec lui-même, relations de l'homme avec son semblable, relations de l'homme avec le divin. Toute la société oedipienne vit au rythme de ce déséquilibre qui s'exprime à travers la crise des valeurs religieuses, sociales et morales.

  • Parmi les milliers de tablettes cunéiformes en langue sumérienne ou accadienne, remontant quelquefois aux environs de 3 000 ans avant J.- C., exhumées par les archéologues du sous-sol de l'Iraq actuel, figurent des " chants d'amour " qui évoquent le rite de la hiérogamie, c'est-à-dire de l'union du souverain du pays, émanation du Dieu, avec une prostituée sacrée substitut d'Inanna, la déesse de la fécondité, pour assurer à son peuple d'abondantes récoltes et la multiplication des espèces. Si cette nuptialité religieuse n'avait pas pour but ultime le désir sexuel et l'érotisme, ils n'y étaient pas moins prégnants comme le montrent certains textes écrits dans un langage parfois cru, mais toujours animé d'un puissant souffle lyrique, pour dire dans sa sensualité la pérennité de l'amour et de ses jeux.
    Après une introduction générale sur l'histoire, tant sociale que religieuse et culturelle de Sumer et de Babylone, ainsi qu'une étude sur la " naissance de l'écriture " qui eut ce pays pour berceau, les auteurs nous donnent à lire, en la replaçant dans son contexte, une littérature érotique qui n'a rien à envier aux textes connus en ce domaine.
    L'ouvrage est abondamment illustré de photographies de la statuaire sumérienne et babylonienne ainsi que de tablettes d'argile imprimées des textes traduits. Il comporte en " appendice " un article de Jean Bottéro comparant Le Cantique des cantiques à ces textes qui l'ont indéniablement inspiré, quel que soit le sens allégorique qui lui a été donné par
    la suite pour justifier sa présence dans le canon biblique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty