Pu De Rennes

  • « toute la cour était étonnée » Nouv.

    « toute la cour était étonnée »

    ,

    • Pu de rennes
    • 28 April 2022

    Le fabuleux destin de Mme de Maintenon n'a pas échappé à ses contemporains pas plus qu'à ses biographes. Par sa réussite sociale inouïe, par le projet éducatif de Saint-Cyr, par les nombreux textes conservés (correspondance, théâtre pédagogique, entretiens, instructions, carnets secrets...), Mme de Maintenon se révèle une personnalité d'exception et une femme d'influence dont le sillage historique a durablement marqué l'imaginaire français et continue de fasciner.
    Sans espérer percer le secret qu'elle a patiemment construit autour d'elle, cet ouvrage tente, en revalorisant en Mme de Maintenon la femme politique comme la femme de lettres, d'en circonscrire les limites. Il s'inscrit ainsi dans le mouvement actuel pour faire sortir les femmes de l'ombre (et parfois de l'invisibilité) où l'histoire les a souvent tenues.

  • Chateaubriand diplomate

    Agnès Kettler

    • Pu de rennes
    • 24 February 2022

    Parallèlement à son activité d'écrivain, l'illustre auteur des Mémoires d'outre-tombe a assumé des responsabilités politiques et diplomatiques très importantes. Or, il était injuste que cette dimension de la vie de Chateaubriand demeurât méconnue ou fragmentaire, car elle est aussi passionnante que l'oeuvre de l'écrivain. Surtout, son action d'homme d'État résonne tout particulièrement de nos jours, tant il n'eut de cesse de défendre les libertés individuelles, la liberté d'expression, ainsi que l'unité et la sécurité de la France. C'est ce qu'a mis au jour Agnès Kettler en explorant les Archives diplomatiques de La Courneuve et du Quai d'Orsay. Richement illustrée, cette exploration dans le passé de l'écrivain diplomate est d'une insolente actualité.

  • L'Oedipe selon Foucault : Foucault lecteur et non-lecteur de Freud à travers le « complexe d'Oedipe » Nouv.

    L'oeuvre de Foucault, des années 1970 jusqu'à sa disparition en 1984, fut marquée par la critique d'un concept freudien central : le "complexe d'Oedipe". Contre le prétendu universalisme intemporel de ce concept, le philosophe se donne une double tâche : situer historiquement l'émergence de la prohibition de l'inceste et celle du concept freudien.

    La critique foucaldienne se veut radicale, néanmoins elle soulève une difficulté de principe que cet ouvrage explore : comment lutter si vigoureusement contre le "complexe d'Oedipe" sans citer celui qui formula ce concept ? La radicalité de la critique de Foucault aurait impliqué, d'une part, un certain éloignement des psychanalystes de ses travaux et, d'autre part, que ses lecteurs prennent une certaine distance quant à la théorie freudienne.

    Afin de dégager les modalités et les formes de cette opération de lecture qu'on peut qualifier d'"effacée", on abordera la logique négative des principales références foucaldiennes au "complexe d'OEdipe". Ainsi, plutôt que de se demander comment son écriture s'articule avec celle de Freud, on se demandera comment elles ne s'articulent pas, et ce qu'il en est de leur rapport intertextuel négatif.

  • Malgré l'expérience que l'humanité a faite du confinement dans le contexte de crise sanitaire, elle continuera très probablement à vivre dans des espaces urbains plus ou moins denses. Mais les villes seront-elles telles qu'on les imagine, avec leur centralité, la concentration des fonctions et leur périphérie ?

    Éléments de réponse dans cet ouvrage, organisé autour d'un glossaire et d'entretiens avec des chercheuses et des chercheurs de différents horizons disciplinaires, mais qui n'en partagent pas moins un point commun : ils oeuvrent avec la nouvelle Université Gustave Eiffel, qui a vocation à contribuer à une meilleure connaissance des "villes de demain", de leurs défis et des manières d'y faire face.

    Avec le soutien de l'Université Gustave Eiffel, la Comue université Paris-Est.

  • Le harcèlement moral au travail

    Pascale Desrumaux

    • Pu de rennes
    • 7 April 2022

    Le lecteur trouvera dans cet ouvrage une synthèse de recherches universitaires internationales qui définit le harcèlement moral et identifie les facteurs organisationnels, psychosociaux, ainsi que les caractéristiques des harceleurs et de leurs victimes. Sont aussi mis au jour les jugements induits par les situations de harcèlement et les facteurs d'organisation cultivant le harcèlement.

  • Cet ouvrage invite à une lecture critique de la philosophie de Gilles Deleuze en reconstituant le système perspectiviste qui le sous-tend. La thèse qui est défendue est qu'on ne peut comprendre le "perspectivisme" deleuzien qu'au regard de sa théorie de la "structure Autrui", c'est-à-dire de son analyse des interactions avec l'autre. C'est le cas des premiers écrits de Deleuze, marqués par l'influence de Sartre et de Ferdinand Alquié, jusqu'à des textes plus tardifs, coécrits avec Félix Guattari.

    Chaque fois, l'autre est défini comme "l'expression d'un monde possible", c'est-à-dire comme celui qui perçoit ce que je ne perçois pas moi-même. C'est ce qui justifie une redéfinition d'autrui en termes de "disjonction de perspectives" ou de "perspective alternative". Afin d'évaluer l'intérêt d'une telle redéfinition, l'auteur présente d'abord le système perspectiviste deleuzien à partir de la théorie de la "structure Autrui" qui le sous-tend. Puis il évalue les apports théoriques de ce modèle - que ce soit par rapport à un certain nombre de références canoniques ou en discutant les principaux commentateurs du corpus deleuzien, dans le champ francophone et anglo-saxon. Enfin, il articule la théorie deleuzienne aux différentes approches contemporaines qui se revendiquent de la notion de "perspectivisme" pour en indiquer à la fois les points de contact et d'incompatibilité.

  • Anne de Bretagne : correspondance et itinéraire

    Michel Nassiet

    • Pu de rennes
    • 17 March 2022

    Cet ouvrage est une ample publication de sources sur Anne de Bretagne, dont beaucoup sont inédites : toute la correspondance retrouvée (active et passive, de la duchesse et de la reine) complétée par plusieurs documents fondamentaux. La datation des missives restitue le contexte historique et l'identification des personnages informe sur les réseaux personnels de la reine. En outre, la reconstitution de ses nombreuses pérégrinations démontre la grande mobilité de cette femme, révélatrices de son tempérament et de ses motivations : une extrême énergie, la piété et les pèlerinages et un amour conjugal dont témoignent aussi les ambassadeurs italiens.

    Les premières lettres précisent l'extraordinaire agentivité par laquelle la fillette de 11 ans a pris son destin en main, repoussant le grand baron avec lequel ses proches voulaient la marier. La correspondance éclaire le rapport au pouvoir monarchique qui, s'agissant d'une femme, prend une importance exceptionnelle du fait de son double statut : reine et duchesse souveraine. La reine va jusqu'à conduire une "diplomatie épistolaire" ; son amitié constante pour la maison d'Autriche avait pour but d'assurer la paix dans la chrétienté.

  • L'Asie mineure après Alexandre vers 323 - vers 270 av. J.C.

    Laurent Capdetrey

    • Pu de rennes
    • 20 January 2022

    Pendant des siècles, l'Asie Mineure et l'Anatolie ont constitué l'horizon oriental du monde grec. À partir de 334 av. J.-C., la conquête menée par Alexandre et les Macédoniens change brutalement la donne. Cette région complexe, composée de sous-ensembles aux identités géographiques et culturelles affirmées, devient alors durablement une sorte de pont intérieur entre l'Égée et la Méditerranée orientale et, au-delà, la Mésopotamie et le monde iranien. Mais à partir de la mort d'Alexandre en 323, elle devient aussi un lieu privilégié de l'affrontement entre ses successeurs et, ainsi, un espace de légitimation des ambitions des différents acteurs, notamment celles d'Antigone le Borgne. Dans le demi-siècle qui court des années 320 à 270, en raison de sa grande diversité territoriale et politique comme de son caractère stratégique, elle est aussi un espace essentiel d'expérimentation de ces formes inédites de domination que sont les pouvoirs royaux hellénistiques. Ce sont alors de nouvelles modalités de relations avec les communautés locales qui sont inaugurées, par tâtonnement, de nouveaux types d'espaces urbains qui se diffusent, de nouvelles conceptions des territoires royaux qui s'affirment, mais aussi de nouveaux réseaux d'échanges et de mobilité qui émergent. Dans ce processus, les rois et les dynastes ne sont pas les seuls à agir, et il faut rétablir le rôle des acteurs locaux, notamment les cités, dans ce processus complexe d'invention du monde hellénistique dans lequel la péninsule anatolienne occupe une part essentielle.

  • Hobbes, philosophe anglais contemporain de Descartes, Pascal et Spinoza, est surtout connu pour sa philosophie politique et sa théorie du contrat social. Si, comme le soutient Hobbes, l'état de nature est un état de guerre de chacun contre chacun, on comprend qu'il est plus sage de renoncer à ses droits individuels en les confiant à une seule instance, le Prince, à condition que tous fassent de même et simultanément. C'est donc le Prince qui concentre les pouvoirs et assure l'ordre et la sécurité. Mais se pose alors, en régime chrétien, la question du rapport entre la souveraineté politique et le pouvoir religieux. Comment articuler ces deux pouvoirs ? Le salut se réduit-il à la paix civile, à la prospérité et à la sécurité ? Où et quand se situe le Royaume des cieux et comment y entrer ?

    Ces questions, décisives en régime chrétien, font l'objet des dernières parties du Citoyen et du Léviathan, souvent négligées. Pourtant elles rejoignent des interrogations contemporaines analogues dans d'autres courants religieux, par exemple dans l'islamisme qui entend faire de la loi religieuse, la charia, la loi civile.

    Ce livre, qui reprend un cours pour les étudiants de philosophie et la traduction du chapitre XIV du De Homine, entend donc présenter et élucider la conception hobbesienne de la religion, exposer certaines critiques et montrer comment l'affirmation du caractère indivisible de la souveraineté conduit à passer du magistère spirituel à l'obéissance à la loi civile, confortée et nourrie par une médecine de l'âme.

  • La participation des femmes étrangères durant la guerre civile (1936-1939) - et notamment celles qui s'engagèrent dans les Brigades internationales pour défendre la République et combattre le fascisme - n'avait fait l'objet jusqu'à présent que de très peu de travaux historiques. Il s'agit pourtant d'une dimension majeure de l'histoire de l'antifascisme et des engagements internationalistes féminins. À l'initiative de l'ACER (Amis des combattants volontaires en Espagne républicaine) et de partenaires institutionnels et universitaires, l'ouvrage ¡Solidarias! met en valeur cette mobilisation solidaire, humanitaire, militaire et sanitaire de centaines d'étrangères.

  • Nées à un peu plus de trente ans d'écart, schizophrénie et autisme sont des entités qui ont durablement marqué la psychiatrie. L'autisme infantile est devenu, au détour du XXIe siècle, le trouble prévalent dans notre société. Il en va ainsi des "progrès" de la psychiatrie ; mais pour un trouble qui entrave l'usage du langage, le fait que l'information et la communication marquent notre époque n'est pas anodin. La nomination même de syndrome autistique de l'enfant a créé une ambiguïté en faisant référence à un terme forgé pour la schizophrénie. Par ailleurs, la problématique de la conception du terme de psychose a aussi concouru à favoriser cette confusion. Nous rappelons ici cette histoire et celle de la lente séparation de ces classifications, ainsi que la place des différents acteurs.

  • Journal politique de la Grande Guerre 1914-1918 Nouv.

    Qui est Henri Galli ? Ancien des combats politiques de la IIIe République, journaliste, homme de gauche, patriote, populaire, élu de Paris depuis quinze ans, député en 1914, il est aussi bien témoin qu'acteur de la tragédie de 14-18. L'édition de ces deux volumes de son Journal constitue un événement éditorial car, durant cinq années, il note - à la volée mais avec une rare lucidité - tout ce qu'il observe sur des feuillets, qui, réunis ici, constituent un témoignage d'un réalisme saisissant où le lecteur trouvera, plus de cent ans plus tard, bien des interrogations hélas cruellement contemporaines.

    Journal d'une grande acuité et étonnamment prémonitoire sur les conséquences politiques et diplomatiques de la Grande Guerre, ces pages sont aussi parsemées de réflexions sur la société qui en font à la fois un puissant récit historique et une méditation constante sur la condition humaine. Il ne fait aucun doute que le lecteur partagera le même sentiment que le président de la République Raymond Poincaré lorsque celui-ci écrit à son "cher député", après la parution en 1917 de son livre La guerre à Paris : "Vos récits sont pleins de vie et de couleur. Je vous félicite sincèrement de ces pages d'histoire... Vous allez me condamner au silence si mes lettres et mes conversations risquent de figurer, dans leur déshabillé, au rang de vos souvenirs..."

  • Les dix décisives : 1869-1879

    , ,

    • Pu de rennes
    • 3 February 2022

    « Belle Époque », « Trente glorieuses », « Années de plomb » : les noms de période ont servi aux historiens de « divisions imaginaires du temps ». Peut-on parler des « Dix décisives » pour la décennie 1869-1879, soulignant ainsi la continuité de l'influence libérale ?

    Cent cinquante ans après l'effondrement du Second Empire, de l'écrasement de la Commune de Paris et de la lente et incertaine conquête de la République, la décennie 1869-1879 mérite d'être revisitée. Le temps est venu d'offrir une synthèse renouvelée, prolongée d'une réflexion mémorielle sur les ressorts de l'établissement de « la plus longue des Républiques ».

    Quel est le moment décisif ? Sans doute celui durant lequel les choses se décident, où les acteurs sortent du provisoire, saisissent l'opportunité de l'instant de la décision. Les « Dix décisives » s'inscrivent en amont de l'installation durable de la Troisième République, enfin solidement aux mains des républicains : l'alliance politique et intellectuelle entre républicains modérés et libéraux orléanistes, préparée par une maturation et des échanges intellectuels, a servi de clé de voûte à la fondation durable de la République parlementaire en France.

  • L'empire romain : histoire et modèles

    Patrick Le Roux

    • Pu de rennes
    • 17 March 2022

    L'empire romain objet historique occupe le c½ur du volume dont les trente-cinq chapitres ont été classés suivant une progression thématique s'étendant du « très visible » au moins visible voire à l'invisible qu'il faut dévoiler. L'épigraphie funéraire propose des champs de recherche presque vierges quand on cesse de l'aborder sous le seul angle de la romanisation. La mise à distance du monde romain offre l'occasion de regarder la discipline et ses tendances dans le but de redonner de l'élan et de l'intérêt à la période romaine confrontée à une « cohabitation » fluctuante avec les archéologues. Les espaces provinciaux de l'occident romain sont comme naturellement privilégiés et les apports des provinces ibériques, incontestables, soulignent un profond renouvellement des perspectives en Espagne et au Portugal. Les études d'histoire militaire indiquent un intérêt continu pour ces sujets. Les recherches sous une forme synthétique consacrées au monde municipal puisent intégralement dans la documentation ibérique et les articles sur les magistrats et les décurions avaient été accueillis avec faveur. On note également que des formulaires ou des notions jugées sans surprise désormais apportent des nouveautés. L'article inédit sur la définition de l'empire reflète les évolutions épistémologiques et la nécessité de répondre au défi qu'elles lancent à une période où la construction européenne ne peut pas servir de comparaison.

  • Vous connaissez tous le nom d'Anne de Bretagne, mais que savez-vous des duchesses qui l'ont précédée ? Si certaines passent à la postérité et deviennent des héroïnes, d'autres sont méconnues voire oubliées du grand public. Ces princesses occupent pourtant le devant de la scène. Leur place est cruciale aux moments-clés de l'histoire du duché. Quel rôle ont-elles joué ? Quel a été leur cadre de vie ? Que reste-t-il de leur influence ?

    L'auteure est partie à la recherche d'un monde disparu tout en démystifiant nombre de stéréotypes. À travers des portraits vivants et nuancés, elle vous invite à remonter le temps pour entrer dans l'intimité des duchesses, partager les moments marquants de leur existence, mieux connaître leur religiosité, leur culture, ainsi que leurs émotions.

    Dans ce livre richement illustré, laissez-vous emporter dans un voyage fascinant à travers le Moyen Âge. L'univers étonnant de ces femmes de pouvoir vous donnera l'occasion de découvrir autrement l'histoire de la Bretagne.

  • Une histoire du peuple de Bretagne, de la Préhistoire à nos jours.

    Les histoires de Bretagne ne manquent pas... Mais celle-ci adopte un point de vue inédit : celui des paysans, des ouvriers, des marins, celui des hommes et des femmes sans histoire, sans papiers. Elle porte attention aux plus humbles, pas seulement aux puissants; s'intéresse à la vie concrète et aux rêves qui s'y enracinent, pas seulement aux couronnements et aux batailles ; risque d'autres chronologies; ruine quelques évidences...

    La crise économique de l'âge du fer, l'arrivée des Bretons en Armorique, la condition paysanne pendant la féodalité, la révolte des Bonnets rouges, la traite négrière, la Révolution et la Chouannerie, le développement du chemin de fer, l'émigration bretonne, la Grande Guerre, la Résistance, la crise du modèle agricole breton, Notre-Dame-des-Landes... Autant de moments de notre histoire examinés d'un oeil neuf.

    Émergent ainsi de nouvelles figures, émouvantes ou pittoresques, jusque-là noyées dans l'anonymat des siècles. Et de nouveaux sujets : manger à sa faim, lutter pour sa dignité, découvrir de nouveaux horizons, accéder au savoir, devenir citoyen...

    Pas de jargon, un rythme de lecture facile : cette histoire a été rédigée avec le souci de s'adresser au plus grand nombre tout en obéissant à la rigueur du métier d'historien.

    Ce livre a été rédigé par trois historiens et un journaliste : Alain Croix, Thierry Guidet, Gwenaël Guillaume et Didier Guyvarc'h.

    Ils sont les auteurs de nombreux autres ouvrages dont, chez le même éditeur, l'Histoire populaire de Nantes.

  • Solutions élégantes à la psychose

    Mickaël Peoc'H

    • Pu de rennes
    • 6 January 2022

    La psychose n'est pas une pathologie chronique, déficitaire et handicapante. Aucune étude n'est parvenue à le démontrer, et pourtant ce point de vue est très répandu. En reconnaissant que les symptômes sont déjà une réponse au malaise, la psychanalyse permet aux sujets qu'elle accueille d'infléchir le cours de leur vie. En découle une pratique qui, plutôt que de viser l'éradication d'un trouble, accompagne les sujets dans leurs efforts d'élaboration de ces symptômes en une solution élégante. Moins attachée à la psychose, la clinique psychanalytique s'intéresse aux sujets psychotiques, seuls à même de dire ce qu'ils rencontrent et comment ils s'essaient à le traiter.

  • Le travail féministe

    Alice Romerio

    • Pu de rennes
    • 31 March 2022

    Militante ou professionnelle ? Organisation contestataire ou partenaire de l'État ? Ce livre porte sur le travail féministe réalisé au Planning familial et analyse les modalités et les enjeux de la professionnalisation d'une association historique et centrale au sein de l'espace de la cause des femmes. Située au croisement de la sociologie de l'engagement, du travail et des professions et de l'action publique, l'ouvrage démontre, en prenant le contrepied d'une hypothèse répandue dans l'espace académique et militant, que les processus d'institutionnalisation et de professionnalisation d'une organisation militante peuvent conduire à des dynamiques de politisation.
    A partir d'une enquête sociohistorique, d'une enquête ethnographique multi-située et d'une enquête par questionnaire, l'auteure analyse les processus de politisation du travail et les politisations au travail, et étudie les relations entre État et organisations militantes au-delà de l'opposition entre intégration et conflictualité. Elle éclaire ainsi ce que les politiques publiques en direction des femmes font aux associations féministes qui participent à leur mise en ½uvre et ce que, réciproquement, les associations féministes font aux politiques publiques, c'est-à-dire comment ces dernières sont appropriées et traduites dans les activités de l'association.

  • Promesses de Patagonie

    Paz Núnez-Regueiro

    • Pu de rennes
    • 13 January 2022

    Au XIXe siècle, l'Amérique australe est encore perçue comme une région limitrophe entre les mondes connus et inconnus, un espace primordial situé à la dernière frontière qui se déploie entre "civilisation" et "barbarie". Ce territoire resté hors de toute autorité étatique jusqu'à la décennie de 1880 fascine par sa nature majestueuse et les spécificités biologiques et culturelles de ses habitants : il apparaît comme un livre ouvert sur le temps, susceptible de dévoiler les secrets sur l'évolution de l'espèce humaine. Les disciplines naissantes de l'anthropologie et de l'ethnographie en font ainsi un terrain d'étude privilégié. En remontant la piste des aventuriers français en Patagonie, en Terre de Feu et en Araucanie, cet ouvrage retrace l'histoire des grandes missions d'exploration et de collecte menées dans le sud de l'Argentine et du Chili, et enquête sur la manière dont s'est faite l'appropriation intellectuelle et matérielle des populations du "bout du monde" à Paris, à l'heure de l'essor des musées d'ethnographie.

    Ce livre est issu d'une thèse qui a reçu en 2019 le prestigieux prix "Valois" Jeunes chercheuses et chercheurs du Comité d'histoire du ministère de la Culture.

  • Plusieurs États européens affichent des valeurs nationales dans l'éducation scolaire : valeurs de la République en France, British values en Grande-Bretagne. Dans d'autres pays, la promotion scolaire de la nation véhicule une forte composante religieuse : c'est le cas de la Pologne ou de l'Irlande. Ces orientations sont régulièrement présentées comme compatibles avec le libéralisme politique, auquel les Européens sont censés être attachés. Mais dans quelle mesure est-ce réellement le cas ? En interrogeant les « valeurs républicaines », l'ouvrage rappelle d'abord que la laïcité (ou secularism) n'est pas une spécificité française. Pour autant, il n'est guère possible d'affirmer qu'il existerait une laïcité européenne : celle-ci demeure un idéal, en tant qu'élément du libéralisme politique dont le républicanisme n'est qu'une version.

  • Cet essai porte sur la Gaule conquise par César. Son objectif est de mettre l'accent sur l'évolution du pays, depuis La Tène finale (vers 150 av. J.-C.) jusqu'au moment où s'achève son intégration effective dans l'Empire romain (vers 70 apr. J.-C.). L'auteur insiste donc sur les permanences avant d'aborder les étapes de la transition.

    Une première partie thématique étudie la Gaule sous ses différents aspects : le pays et ses habitants, la ruralité, le phénomène urbain et, enfin, les croyances. Une seconde partie, davantage historique, se concentre sur les étapes de l'intégration dans l'Empire. Cet ensemble est précédé d'un important prologue dont le titre est à lui seul une réponse ferme aux vaines polémiques de ces dernières années : "Que la Gaule n'est pas la France." Il n'existe pas, à l'heure actuelle, d'approche similaire, cherchant à rompre avec le découpage chronologique classique entre protohistoire et histoire. On a mobilisé pour ce faire les sources archéologiques les plus récentes, issues bien souvent des fouilles préventives, en essayant de les croiser avec l'analyse des documents historiques traditionnels (épigraphie, textes grecs et latins). L'auteur propose sans aucun doute une vision renouvelée de l'histoire de la Gaule.

  • Michel de Certeau avant "Certeau"

    Claude Langlois

    • Pu de rennes
    • 10 March 2022

    Michel de Certeau (1925-1986) est surtout connu pour avoir contribué à profondément renouveler l'historiographie (Écrire l'histoire, 1975) et entièrement revu le passage du Moyen Âge à l'époque moderne à travers le mysticisme (La Fable mystique, 1982 et 2013). Mais c'était aussi un penseur proche de Foucault, Barthes et Lacan, notamment, qui fut très attentif à son époque - en particulier aux événements de mai 1968, qui constituèrent à ses yeux une "prise de parole" absolument inédite.

    Mais qui était Michel de Certeau "avant" le Certeau historien voyageant entre science et fiction ? Quels sont, dans les années 1950, les apprentissages de ce jeune jésuite ? Comment est-il entré en écriture ? Aucune enquête aussi minutieuse n'avait été menée jusqu'à présent. Et l'édition de précieux textes inédits complète cet essai passionnant sur l'un des plus grands penseurs en sciences humaines et sociales du XXe siècle.

  • Les commentaires des résultats des scrutins municipaux de 2020 ont mis l'accent sur une "vague verte" souvent expliquée en termes de "vote bobo", ce qui n'a rien d'inédit ni de surprenant au regard de l'état du débat public français. À rebours de ces interprétations médiatiques, ce livre propose de faire un pas de côté et de penser sur d'autres bases analytiques les changements sociologiques et leurs effets électoraux au coeur des villes françaises, en croisant pour cela les apports du champ des études électorales et ceux du champ des études urbaines. En mobilisant l'échelle fine et inédite des bureaux de vote, l'auteur propose en effet une exploration des configurations électorales intra-urbaines, et tente de les comprendre en lien avec les transformations de la géographie sociale et de la sociologie urbaine des quartiers (embourgeoisement, gentrification, paupérisation, etc.).

    Avec le soutien de l'université de Nantes ;

  • La base navale allemande de Brest : 1940-1944

    Lars Hellwinkel

    • Pu de rennes
    • 17 March 2022

    Les commentaires des résultats des scrutins municipaux de 2020 ont mis l'accent sur une "vague verte" souvent expliquée en termes de "vote bobo", ce qui n'a rien d'inédit ni de surprenant au regard de l'état du débat public français. À rebours de ces interprétations médiatiques, ce livre propose de faire un pas de côté et de penser sur d'autres bases analytiques les changements sociologiques et leurs effets électoraux au coeur des villes françaises, en croisant pour cela les apports du champ des études électorales et ceux du champ des études urbaines. En mobilisant l'échelle fine et inédite des bureaux de vote, l'auteur propose en effet une exploration des configurations électorales intra-urbaines, et tente de les comprendre en lien avec les transformations de la géographie sociale et de la sociologie urbaine des quartiers (embourgeoisement, gentrification, paupérisation, etc.).

    Avec le soutien de l'université de Nantes ;

empty