9782707193926

  • Une dizaine d'années durant, à partir de 1983, Michel Vovelle, directeur de l'Institut d'histoire de la Révolution française à la Sorbonne, a coordonné l'organisation de la commémoration scientifique du Bicentenaire. À la tête d'une équipe, il a élaboré des programmes, défi ni une politique et mis en place une organisation à l'échelle nationale et internationale, à visée à la fois scientifique et civique. Soutenu par le président de la République, le projet a dû s'affirmer dans un climat politique changeant, au gré des gouvernements, se heurtant à une vive opposition de la droite, et affrontant le courant critique animé par François Furet, contestant la tradition jacobine.
    À l'issue d'intenses débats, parfois polémiques, le grand congrès mondial de juillet 1989, illustration de la mobilisation collective, a rencontré un franc succès. La flamme est retombée après 1993, quand les structures institutionnelles - l'Institut d'histoire de la Révolution française et la commission Jaurès - ont été menacées ou supprimées. Cela ne veut pas dire pour autant que la Révolution soit « terminée », après l'élan donné à l'enseignement et à la recherche. Le témoignage de l'historien reste porteur d'un message d'espoir indéfectible.
    « Missionnaire patriote », Michel Vovelle a poursuivi ses activités à travers le monde, accompagnant le renouveau historiographique suscité par le Bicentenaire, pour lequel la « Grande Révolution » demeure une référence chargée d'enseignements et de questions sur les révolutions d'hier à aujourd'hui. Il invite ici le lecteur à saisir les enjeux d'une commémoration majeure, tout en livrant ses mémoires d'éminent historien.

empty