9000000

  • Le 20 août 2007, David Puaud, alors éducateur de rue, découvre, à la une du journal local, le titre suivant : « Meurtre à Richelieu : un jeune Châtelleraudais inculpé d'homicide volontaire avec préméditation, actes de tortures ou de barbarie, enlèvement et séquestration suivis de mort. » Il se surprend à penser immédiatement à un des jeunes qu'il suit dans le cadre de ses missions de prévention, intuition qui se révélera juste.

    Passé l'effet de sidération, il décide de suivre le procès en cour d'assises de ce crime et d'en faire le sujet de sa thèse d'anthropologie. Au cours de ce procès, le principal accusé se verra à plusieurs reprises assimiler à la figure du « monstre », dénué d'humanité.

    Parallèlement, David Puaud mène un travail de terrain pour tenter de suivre au plus près la trajectoire qui a conduit cet individu jusqu'à de tels actes, en analysant les ressorts psychosociaux, politiques, institutionnels et historiques qui sont entrés en jeu dans son parcours.

empty