9782707176400

  • Faut-il pour autant considérer la culture de masse comme une propagande douce ?
    Non : si la « grande » culture a bel et bien été mise au pas sous le IIIe Reich, le divertissement populaire, précisément parce qu'il n'était pas considéré comme digne d'intérêt, a joui d'une certaine liberté. Il a donc existé, sous la dictature nazie, des romans, journaux et films qui recelaient une critique féroce du régime et qui furent diffusés en masse. Un essai novateur.

empty