9782707167118

  • Depuis Plutarque, nombreux sont ceux, historiens professionnels ou non, qui ont relevé le défi biographique et ont mobilisé l'ensemble des outils d'analyse à leur disposition. Discours moral des vertus, la biographie est devenue au fil du temps un genre plus scientifique, même si la tension est restée constante entre la volonté de vérité et une narration qui doit passer par la fiction. Cette aventure de passion qu'est la biographie a pourtant connu une longue éclipse au regard de ce qui était considéré comme un savoir savant tout au long du XIXe et de l'essentiel du XXe siècle. Un mépris persistant a condamné le genre, sans doute trop lié à cette part accordée à l'émotif et à l'intensification de l'implication subjective. C'est une histoire du genre biographique qu'entreprend ici François Dosse, qui observe une sorte de « levée d'écrou » depuis le début des années 1980 : les sciences humaines en général, et les historiens en particulier, redécouvrent alors les vertus d'un genre que la raison voulait ignorer. Son caractère inclassable, hier considéré comme un handicap disqualifiant, devient un atout : l'auteur montre que l'écriture biographique est devenue aujourd'hui un bon terrain d'expérimentation pour l'historien, qui peut mesurer le caractère ambivalent de l'épistémologie de sa discipline. La biographie fait en effet éclater la distinction entre une identité proprement littéraire et une identité purement scientifique : plus que toute autre forme d'expression, elle suscite le mélange, l'hybridité et manifeste ainsi les tensions et les connivences à l'oeuvre entre littérature et sciences humaines.

    Sur commande
empty