9782707162298

  • À partir de la fin des années 1970, l'Amérique du Sud a été le laboratoire de la " révolution néolibérale " inaugurée dans le sang par les dictatures chilienne et argentine. Or, depuis quelque temps, elle exprime son rejet du consensus de Washington et du capitalisme sauvage. Le Venezuela avec Chávez, le Brésil avec Lula, l'Argentine avec Nestor Kirchner, l'Uruguay avec Tabaré Vázquez, la Bolivie avec Evo Morales, et même le Chili de Michelle Bachelet, incarnent chacun à leur façon un aspect de ce tournant à gauche.
    Dans ce livre dense et informé, Marc Saint-Upéry décrit cette vague de fond et analyse les différences de style et de stratégie qui s'y expriment. Il montre qu'il n'existe sans doute pas aujourd'hui une seule gauche en Amérique du Sud, mais que les clivages pertinents traversent le plus souvent les lignes de démarcation imaginaires entre " radicaux " et " modérés ", " populistes " et " réalistes ". Les transformations économiques et sociales mises en oeuvre par ces gouvernements ne sont pas toujours à la hauteur de la rhétorique des uns ou des espoirs des autres.
    Mais, dans un continent champion des inégalités, l'émergence politique massive d'acteurs issus des secteurs dominés de la société - indigènes, afro-américains, grandes masses plébéiennes méprisées et exclues par les élites blanches locales - constitue un changement profond et une véritable révolution culturelle et symbolique. Coïncidant avec le déclin de la capacité des États-Unis d'exercer un contrôle sans faille dans leur " arrière-cour ", la résurgence parallèle des gauches sud-américaines ouvre aussi la voie à la formation d'un puissant bloc géopolitique régional. Malgré les difficultés réelles auxquelles se heurte le processus d'intégration, cette dynamique sans précédent ressuscite le rêve d'unité continentale de Simon Bolivar.
    (Cette édition numérique reprend, à l'identique, la deuxième édition de 2008.)

empty