9782707144638

  • Pour qui " croit " en la sociologie, pour qui est persuadé qu'elle a ouvert la voie à une interrogation sans égale de l'histoire et de la vie en société, il est quelque peu décourageant de constater qu'elle apparaît, chaque jour davantage, éclatée, tiraillée entre de multiples écoles et courants réputés inconciliables.
    Faut-il donc abandonner définitivement tout projet d'une sociologie générale et d'une unification minimale de l'enseignement de la sociologie ? Et si oui, pourquoi ? Parce que l'idée même d'une généralité théorique serait intrinsèquement fautive ? Pour des raisons historiques, l'époque étant au bricolage postmoderne et à la décomposition de toute société par le marché mondialisé ? Doit-on alors faire son deuil de toute théorie sociologique, à grande ou moyenne portée ? Existe-t-il, au contraire, des possibilités théoriques encore sous-estimées et inexploitées ? Comment formuler utilement les réponses à de telles questions ? La meilleure manière était de les poser sans ambages à tout un ensemble de théoriciens parmi les plus reconnus de la discipline.
    A les lire, on s'aperçoit, avec surprise, que les écarts entre les écoles sociologiques sont peut-être moins insurmontables que prévu. Une certaine unité, dialogique, s'esquisse même, à partir du moment où l'on cesse de penser la sociologie comme une science sociale spécialisée et qu'on (re) commence à la tenir pour ce qu'elle a toujours voulu être, la science sociale, à laquelle contribuent tout autant philosophes, économistes, anthropologues, géographes ou historiens.
    Une discipline se penche ici sur son passé et sur son avenir. C'est là un moment de réflexivité assez exceptionnel, dont on peut attendre de multiples prolongements et retombées.

empty