9782707125453

  • L'échec des " programmes de développement " dans le tiers monde comme l'explosion des mobilisations ethniques ou confessionnelles attestent de l'insuffisance des modèles d'analyse des sciences humaines et sociales.
    Des pans entiers du comportement des hommes restent en effet exclus du champ scientifique. Tel est le cas des pratiques de don rituel, qui, malgré leur actualité et leur omniprésence dans toutes les sociétés humaines, se voient systématiquement renvoyées à un passé archaïque. Tel est encore celui de la passion du " sacrifice suprême ", de la mort acceptée, offerte et glorieuse du martyr, cette forme exacerbée du don rituel.
    Nul doute pourtant que ces pratiques ne connaissent aujourd'hui un regain impressionnant ! L'amour et la défense de la patrie, de la communauté des croyants ou du clan n'exigent-ils pas le don ultime, celui de sa propre vie ? A l'écart et à l'opposé de tous les dogmatismes académiques, Guy Nicolas explore ici un vaste champ d'investigation. Il présente dans ce livre les résultats d'un itinéraire de recherche singulier, qui l'a mené de l'analyse ethnographique la plus minutieuse des pratiques de don rituel en Afrique à une réflexion particulièrement informée sur les mobilisations politiques actuelles aussi bien, notamment, de l'ex-Yougoslavie, du Nigeria et de l'Afghanistan.
    Cette réflexion débouche sur une théorie générale des " Ensembles sociaux à polarisation variable ". Dans un langage simple et direct, l'auteur offre des clés particulièrement puissantes et efficaces pour comprendre ce présent qui nous échappe d'autant plus que nous pensions en avoir fini à tout jamais avec l'obligation rituelle et la passion du sacrifice.

empty