• L'action déterminée est-elle libre ? C'est là une question centrale dans la théorie de l'action proposée par les premiers stoïciens (IIIe siècle av. J.-C.). Cette question est en effet au coeur de la tension qui surgit sous différentes formes dans la psychologie et dans l'éthique stoïcienne. Défendant une thèse « compatibiliste » qui associe déterminisme et autonomie, ce livre montre que, contre l'interprétation usuelle, la relation entre liberté et déterminisme est, dans l'ancien stoïcisme, une relation de dépendance, car la détermination de l'homme est la condition de sa vraie liberté qui n'est, elle-même, que la manifestation d'un rapport à l'univers dont l'homme se perçoit comme l'une des parties ; et la théorie stoïcienne de l'action est une théorie dont la cohérence n'apparaît que si ses différentes parties - la psychologie de l'action, la théorie des vertus et celle de la liberté - ainsi que les paradoxes qu'elles engendrent sont pensés ensemble.

empty