• Adriana, une jeune femme roumaine, vit depuis quelques années à Bruxelles après avoir échappé à un viol collectif et à la prostitution forcée. Malgré son désir de vengeance, elle a trouvé un équilibre entre son travail de nounou dans une famille discordante d´expatriés allemands et son petit ami Gaston, un homme stable et aimant. Cette stabilité vacille quand elle doit prendre en charge son fils Cosmin. Le garçon de 11 ans, qui a grandi chez ses grands-parents en Roumanie, se réjouit du voyage, mais son séjour ne se déroulera pas comme il l´avait espéré.

  • La griffe

    Verena Hanf

    Je marche sans faire de bruit, me faufile habilement entre les jardins et les champs, et grâce à cet épais nuage qui couvre tout le village, on ne me voit pas. Emma m'appelait « mon chat », ça me plaisait bien. « Tu as des beaux yeux verts, disait-elle, verts et irisés, un peu bridés, les yeux d'un félin. »

    Alma, une jeune femme en deuil, vit à la marge d'un village. Elle a du mal à parler et, sans se l'avouer, elle souffre de solitude. Nouera-t-elle une amitié avec sa nouvelle voisine ?

    Verena Hanf est née en 1971 à Fribourg-en-Brisgau et vit à Bruxelles. Elle a publié les romans Tango Tranquille (2013) et Simon, Anna, les lunes et les soleils (2014) aux éditions Le Castor Astral. Son prochain roman, La Fragilité des funambules, sortira en avril 2021 aux éditions F Deville.

  • Violette et Enrique n'ont pas grand-chose en commun. Tout les sépare : l'âge, le statut social, la culture, la couleur de la peau. Tout, sauf une grande solitude. Violette, une femme d'une soixantaine d'années, l'a choisie elle-même en coupant tout contact avec ses proches et ses connaissances. Enrique, un jeune Bolivien sans papiers, y est contraint par son exil en Belgique et sa pauvreté. Lorsque leurs chemins se croisent, un besoin de soutien réciproque va les rapprocher et les sortir de leur isolement. Pour Violette, femme très indépendante mais blessée qui, depuis plusieurs années, ne parle plus qu'avec elle-même (et sans le moindre ménagement), c'est la porte des sentiments qui s'ouvre à nouveau. Et celle de son passé, qu'elle avait banni avec force.

    Pas de sentimentalisme dans ce roman où se déploient une grande lucidité, un refus des idées préconçues et de l'apitoiement facile. Pourtant, c'est de sentiments dont il est question dans cette rencontre entre une bourgeoise belge vieillissante et un jeune sans-papiers bolivien.
    Rigide, fermée, Violette n'est pas quelqu'un qui suscite une sympathie immédiate mais elle force notre admiration puis notre affection par son désir d'être juste et par la lutte qu'elle mène avec courage contre elle-même, ses peurs, ses principes. Enrique, quant à lui, va l'aider à révéler la part généreuse et tendre qui sommeille en elle.
    Dans un style incisif, Verena Hanf dresse ici le plan de nos impasses, de nos égoïsmes, et indique un chemin pour en sortir.

  • Lorsque sa compagne le quitte brutalement et sans explication, Simon s'effondre. Pour ne pas perdre totalement pied, il décide d'aller passer quelques jours dans le village alsacien où il a vécu les moments les plus heureux de son enfance. C'est là, dans un petit hôtel, qu'il fait la connaissance d'Anna, venue mettre de l'ordre dans un passé douloureux. Bientôt, la neige se met à tomber et la machine des souvenirs s'éveille. Simon écoute l'histoire d'Anna, qui le distrait de la sienne et de sa tristesse. Ils ignorent l'un et l'autre que ce récit va mettre au jour le ressort caché de leurs existences - et peut-être leur offrir une vie nouvelle...

  • Sur commande
empty