• Orphée aphone. Orphée comparait devant le tribunal des dieux : il doit raconter son histoire et sa quête d'Eurydice ; tout cela en alexandrins non dénués d'aspects contemporains ni d'humour. À la fin de ce monologue, l'homme devient Eurydice, dormante, aux Enfers, qui attend son Orphée, l'appelle, en vain, car les amants ne sont peut-être que l'avers et le revers d'une même médaille.
    Distribution : 1 femme, 1 homme, pouvant être interprétés par 1 comédien.ne.

    Vénus et Adonis. Le personnage du Mythomane nous raconte l'histoire de Vénus et Adonis en même temps qu'il l'incarne, la commente, et disserte sur l'étymologie des termes qu'il emploie. C'est alors que Cupidon s'invite, cherchant sa mère. Puis arrivent Vénus et Adonis qui, sous la direction du Mythomane, proposent au lecteur des variations sur leur rencontre et leur amour, le tout en alexandrins qui ne sont pas sans rappeler, voire pasticher, ceux de Racine.
    Distribution : 2 femmes, 3 hommes, 1 narrateur.trice.

    GENRE : Poèmes dramatiques, tragédies contemporaines.

  • Le dramaturge britannique H Barker est comparé à Shakespeare dont il a réécrit certaines pièces et avec qui il partage le goût de la tragédie. L'auteur montre sa singularité sur la scène théâtrale contemporaine et analyse comment Shakespeare apparaît dans son oeuvre sous forme de projections qui attestent de la présence de l'auteur élisabéthain dans l'imaginaire du théâtre occidental.

empty