• "Soins palliatifs, assistance au suicide, euthanasie... Le débat sur la fin de vie est très présent dans notre société, régulièrement alimenté par des événements largement médiatisés donnant lieu à l'expression de convictions éthiques, morales ou religieuses contradictoires. Comment mourir dignement ? Les lois de 1999, 2002, 2005 et 2016 ont tenté progressivement de répondre à une demande sociétale forte, mais on constate encore que le grand public méconnaît souvent ses droits à mourir dignement etque les médecins peinent parfois à l'informer, l'écouter, l'accompagner.Très abordable, ce volume de la série Place au débat apportera un éclairage utile à chacun d'entre eux."

  • La contrepartie des progrès de la médecine est que souvent la mort ne vient plus toute seule. Dans bien des cas, il faut désormais décider qu'elle survienne et faire quelque chose si l'on veut qu'effectivement elle arrive. Si la médecine a changé nos vies, elle a donc également transformé nos morts. Tout comme elle participe à brouiller chaque jour un peu plus les frontières entre ce qui est encore une vie et ce qui peut-être n'en est plus tout à fait une. Si bien que, parfois, les patients - ou leurs familles pour eux - en viennent à réclamer la mort, lorsque celle-ci se fait vraiment trop attendre. C'est alors que des conflits peuvent naître entre ceux qui supplient pour que l'on aide à ce que cette fin puisse enfin advenir, et ceux qui à l'inverse ne veulent surtout pas aller dans cette voie.
    C'est dans cet espace que s'inscrit le travail du Centre d'éthique clinique de l'hôpital Cochin, que dirige Véronique Fournier. Dans ce livre, elle raconte quelques-unes des histoires qu'elle a accompagnées depuis dix ans : comment s'expriment ces demandes, qui les porte, comment y réagissent les équipes soignantes, et quels débats elles suscitent au sein du groupe citoyen d'éthique clinique qui travaille à ses côtés.
    Peu à peu, ces histoires ont fait évoluer sa position sur cette difficile question : faut-il et jusqu'où peut-on aider à mourir ? C'est cette évolution qu'elle relate ici, de ses réticences premières à sa conviction de plus en plus nette que les médecins ne peuvent pas refuser d'aider à mourir ceux qui sont à l'extrémité des possibilités de la médecine et qui n'en peuvent plus. En espérant qu'expliquer pas à pas le chemin parcouru pourra, peut-être, aider d'autres à s'y risquer à leur tour.

  • Sur commande
  • Sur commande

    1 autre édition :

  • La bioéthique est d'abord une affaire d'hommes et de femmes, d'histoires singulières plutôt que de grands principes désincarnés.

    Vouloir un enfant alors que lon est stérile, malade ou mourant, sauver la vie de celui que lon aime au risque de perdre la sienne en donnant un organe, vouloir être un homme quand on est né femme ou linverse, sont autant dépreuves de vie qui façonnent, au sens où elles détruisent et construisent à la fois, les individus qui les affrontent. La rencontre avec ces hommes et ces femmes, ainsi qu'avec les médecins qui les reçoivent, est au c½ur de ce que lon appelle léthique clinique.
    Le Centre d'éthique clinique, unique en France, a été créé par Véronique Fournier en 2002. Constitué de médecins, de philosophes, juristes et sociologues, le Centre ne travaille que sur des situations concrètes (contrairement au Comité consultatif national d'éthique) dont patients ou médecins le saisissent. Il ne sagit plus de philosopher de haut ou de loin sur les questions éthiques que posent ces situations, mais daccompagner dans leurs interrogations, doutes et malaises existentiels sils en ont, ceux qui les vivent, jusquà ce quun choix se fasse, que soit prise la moins mauvaise des décisions.
    À l'image de la démarche du Centre d'éthique clinique, le livre de Véronique Fournier est d'abord un vivier d'histoires vécues, de dilemmes, drames ou joies extrêmement intenses auxquels chacun de nous peut être un jour confronté. C'est aussi une plongée passionnante dans le concret de la médecine, au carrefour entre progrès scientifique et lutte pour la vie. C'est enfin la défense d'une médecine humaine et généreuse, qui privilégie l'individu plutôt que le collectif, le juste plutôt que le bien, la solidarité plutôt que l'égalité.


    Véronique Fournier est cardiologue et médecin de santé publique. Elle commence sa carrière dans ce dernier domaine et publie LHôpital sens dessus dessous (Michalon, 1996). Après plusieurs années dexpérience humanitaire, notamment avec Médecins du monde, elle rejoint en 1999 le cabinet du ministre de la Santé Bernard Kouchner. Elle prend alors en charge la préparation de la loi « Droits des malades » et la révision de la loi bioéthique. Ces sujets lincitent à créer en 2002 le Centre déthique clinique de lhôpital Cochin à Paris, quelle continue de diriger aujourdhui.


  • Donner à chacun les éléments d'une réflexion sur l'avenir de cette grande idée qu'est l'hôpital public et démontrer qu'il existe une troisième voie entre le " tout social " et le " tout libéral ", telles sont les ambitions de ce livre.
    Il n'est pas question ici de laisser croire que Véronique Fournier a trouvé La Solution que cherchent depuis si longtemps tant de responsables politiques et médicaux.
    Elle a simplement le mérite de poser les conditions du débat. Car, à continuer de l'éviter, on ne gagnera qu'à aggraver la dérive actuelle du système. L'hôpital se meurt de ne plus savoir quel doit être le sens de son histoire.
    A travers ce livre tour à tour descriptif, pamphlétaire, utopique, riche d'exemples et de propositions concrètes, Véronique Fournier nous donne les outils pour apprécier les solutions suggérées par les politiques, les économistes et les prospectivistes.
    L'hôpital qu'elle dessine n'est pas sans âme. Il n'est pas non plus sans chair : elle le construit pour les patients que nous sommes tous.

    Sur commande
  • Anatheme

    Fournier Veronique

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Sur commande

    1 autre édition :

  • Sur commande

    1 autre édition :

empty