• La photographie

    Ugo Mulas

    Sous un titre apparemment anodin, La Photographie constitue en fait une oeuvre unique.
    À travers de brèves séquences d'images introduites par un texte, Mulas y parcourt l'art de son temps et fait le portrait des artistes qu'il a côtoyés. Mais outre sa valeur documentaire, cet ensemble possède également une forte dimension autobiographique et spéculative. Représentant les oeuvres dans l'espace et en présence de leurs auteurs, bien souvent au travail, Mulas est conduit à s'interroger sur sa propre pratique, au croisement de la photographie et de l'art.

    Après l'Hommage à Niépce, première de la série des Vérifications, le livre débute à New York en 1964 avec Marcel Duchamp. Il se poursuit, au cours des années 1960, dans les ateliers de Stella, Johns, Warhol et Lichtenstein. Mulas rapproche ensuite, via des notions telles que « le comportement » ou « le rituel », d'autres artistes américains tels que Rauschenberg, Chamberlain et Calder, ou italiens comme Pistoletto et Fontana.
    Il s'intéresse aussi à « la ville », en évoquant les expositions dans l'espace public de Spolète et Pesaro, puis son projet de constituer une archive photographique de Milan. Enfin, un chapitre est consacré à la Biennale de Venise au fil de ses différentes éditions.
    Les Vérifications, que Mulas réalisa dans les dernières années de sa vie, concluent le livre comme l'exposition. Dans ces planches-contacts ou associations d'images, conçues pour être présentées telles quelles, le photographe prend pour objet la photographie elle-même, ses opérations essentielles, sa relation à l'espace et au temps.
    La dernière Vérification est dédiée à Marcel Duchamp. Elle montre le rouleau de pellicule qui constituait l'Hommage à Niépce sous un verre brisé à comme une manière de conjoindre, en un dernier geste, l'enregistrement photographique et le ready-made.

    L'exposition réunit essentiellement des photographies parues dans La Fotografia (1973).
    Elle présente une centaine de tirages d'époque en noir et blanc, appartenant aux Archives Ugo Mulas à Milan. L'exposition est coproduite avec la Fondation Henri Cartier-Bresson (Paris), en collaboration avec les Archives Ugo Mulas (Milan). Elle sera présentée à la Fondation Henri Cartier-Bresson du 15 janvier au 24 avril 2016.

  • Danimarca 1961

    Ugo Mulas

    En 1961, le journaliste Giorgio Zampa et le grand photographe italien Ugo Mulas réalisent un reportage au Danemark pour le journal L'Illustrazione Italiana. Au détour de rencontres avec l'écrivaine Karen Blixen ou le prix Nobel de physique Nils Bohr, leur regard est également attiré par les manifestations formelles de nouveaux modes de vie, caractérisées par le développement d'habitats modernes modelés selon les codes du design scandinave.

  • The exhibition Vitalità del negativo nell'arte italiana 1960-1970, curated by Achille Bonito Oliva in 1970, was a key retrospective of the Italian art scene, involving the most representative artists of the Sixties. Ugo Mulas portrayed the artists and their artworks, but this was not just a simple reportage. This book bears witness to the development in those years of a common horizon between artists and photographers thanks to the notion of documentation and its potential to inform and represent. In the images the space and time of the exhibition are transformed and the photographic recording breaks the event down into fragments of a memory. This is what determines the relationship between art and photography and structures the book; Vitalità is the point of arrival on a path that spans the whole of Mulas' career as a photographer and critic, the crux of a dialectic between event and representation and that culminates in his last great work, the Verifiche.

    Sur commande
  • Sur commande
empty