• 33 ans. Déjà. Musicien. Et poète donc, osons le mot.
    Un itinéraire semé de rencontres, artistiques souvent, exaltantes toujours.
    Entouré de livres, bien sûr, d'enfants et de musique, Thomas Dassonville
    tente de peindre sa réalité avec sincérité et optimisme, lorsque c'est encore possible...
    L'Ibis Migrateur est sa première publication.


    D'amalgames en contraires éloquents, de détours buissonniers en paradoxes risibles : là où se cache souvent la poésie ;
    le promeneur solitaire en tout cas, rêvant, doutant, trouve matière à penser et à écrire.
    Les déambulations de l'imaginaire font voler comme un oiseau mythique les réflexions issues du voyage (initiatique oe) et, répertoriées, donnent ainsi naissance à une oeuvre modeste visitant un monde moderne où les solitudes multiples tentent de s'accoupler.

    Entre réalisme et onirisme, ce périple bucolique sonde l'humanité en survolant ses édifices, en observant ses caprices, avec l'espoir comme but à l'expédition.

  • Identité(s). Hasards sociaux. Personnalité morcelée d'un artiste en création. Douleur de la perte, oeuvres qui malgré tout naissent. Et temps qui passe, qui ne guérit rien, qui polit, plutôt.
    Parcours croisés, délirantes expériences. Poésie brutale, féconde.
    Agrégation tourmentée des destins.

    Sur commande
empty