• La recherche des principes, et plus particulièrement, d'un Principe, d'un terme premier auquel le monde, en son devenir ou en son être,se trouve suspendu, peut être considérée comme le projet originel de la philosophie.
    On n'en trouvera pas dans cet ouvrage à proprement parler l'histoire. Celui-ci se propose plutôt d'insister sur le sens et les conséquences de cette exigence du principe, à partir de laquelle la philosophie a organisé son développement ut en laquelle s'enracine son questionnement. C'est en étudiant les rapports -faits d'emprunts et de critiques - qu'entretiennent Platon, Aristote et Plotin, qu'on peut apercevoir le mieux les tensions qui travaillent la notion même de principe : comment concilier sa nécessaire transcendance avec l'égale nécessité de son rattachement aux choses qui dépendent de lui ?

  • Les émotions

    Sylvain Roux

    Le présent volume, consacré aux émotions, s'attache à étudier un ensemble de phénomènes dont le traitement, souvent subordonné à celui de la passion, n'a peut-être pas reçu, pour lui-même, d'attention suffisante. Chacune des études présentées ici veut donc lui accorder une place première mais aussi revenir sur le jugement qui a souvent insisté sur le caractère irrationnel de l'émotion et qui par là même a conduit à la dévaloriser ou à ne poser, à travers elle, que le problème de la maîtrise des phénomènes affectifs. Les deux premières contributions (L. Mouze, C. Bégorre-Bret) montrent comment les analyses platoniciennes et aristotéliciennes relient les questions esthétiques et les questions relatives à l'éducation au statut que peut prendre cette notion. La troisième (S. Roux) s'interroge sur la place que les phénomènes émotionnels occupent dans l'âme selon Plotin. Un jugement trop rapide a fait croire que les émotions étaient reléguées, dans la pensée classique, au second plan. D. Kambouchner s'attache à montrer le contraire dans le cas de Descartes ainsi que L. Bove à propos de Spinoza. L. Jaffro restitue le cadre de l'analyse de cette notion dans les Lumières anglaises et le rôle moteur qui est le sien dans les processus de motivation. L'analyse kantienne de l'Anthropologie au point de vue pragmatique, qui fait droit aux émotions, est étudiée par Y.-J. Harder et B. Stiegler montre que certaines émotions, selon les analyses de Nietzsche, peuvent trouver leur place dans les processus de décision pratique. Le volume s'achève par une étude consacrée à Bergson dans laquelle A. Bouaniche montre l'importance de cette notion pensée comme force créatrice.

  • La notion de substrat a acquis progressivement une place centrale dans la philosophie ancienne, en particulier chez Aristote et chez les Stoïciens. Elle permet au premier, dans les textes de la Physique et des Catégories, de penser par exemple les notions de matière et de substance, de même qu'elle intervient dans la constitution de son projet métaphysique qui fait de la substance l'objet de la science recherchée. Les stoïciens aussi accordent une grande importance à cette notion puisqu'ils en font le premier des genres à partir desquels ils analysent toute réalité. La notion de substrat est donc au coeur de la réflexion sur la question de l'être et son rôle est déterminant pour comprendre le traitement que reçoit cette question, de même que pour saisir le sens de la discipline (la métaphysique) qui prétend en faire son objet propre. Que devient cette question chez un auteur comme Plotin, avec lequel commence la tradition dite néoplatonicienne ? L'hypothèse de ce livre est que Plotin l'aborde en cherchant à défaire le lien établi avant lui, entre la substance et le substrat, et plus largement entre la métaphysique comme science de l'être et la question du substrat. Une nouvelle conception de l'être en résulte, qui repose sur des modèles originaux (l'implication et la coexistence) que l'on s'attache ici à mettre à jour et qui permettent de saisir la place singulière qu'occupe la pensée de Plotin dans l'histoire de la métaphysique.

  • La thématique et l'esthétique du cinéaste Ingmar Bergman s'articulent autour du gros plan de visage, dans la fulgurance duquel trouve à s'incarner la question de l'Autre. Rivé à la solitude d'un imaginaire vampirique, le sujet - et le spectateur avec lui - est bientôt pris dans le face à face avec les représentations bouleversantes d'un visage humain mis à la torture. Mais une telle confrontation signe-t-elle l'échec de la rencontre du prochain, ou signifie-t-elle, par-delà la déchirure de l'image, la manifestation d'autrui en tant que tel ?

    Sur commande
  • Homere et les philosophes

    Sylvain Roux

    • Hermann
    • 28 September 2020

    L'oeuvre d'Homère n'a jamais laissé indifférent. De nombreux philosophes, depuis l'Antiquité, y ont puisé des éléments visant à nourrir leurs recherches propres. Ils ont par exemple réfléchi sur les situations vécues par certains personnages ou sur leur caractère, mais ils ont aussi cherché, par un travail d'interprétation, à saisir le sens des textes du poète ou à en critiquer le contenu. En éclairant l'usage que les philosophes font de l'oeuvre d'Homère, il ne s'agira pas ici de proposer une interprétation de celle-ci ou d'en renouveler la lecture. Il s'agira plutôt de rendre possible une autre approche de la philosophie, de permettre une compréhension différente des philosophes qui ont manifesté un intérêt particulier pour Homère. Car la présence de ce dernier dans les oeuvres philosophiques nous renseigne tout autant sur elles que sur l'oeuvre d'Homère elle-même. Pourtant, peu d'études contemporaines ont cherché à proposer une analyse approfondie et systématique de cette présence dans l'histoire de la philosophie alors que la réception et l'usage de l'oeuvre d'Homère ont donné lieu à de nombreux commentaires dans le champ des études littéraires, linguistiques, historiques ou anthropologiques. C'est à combler ce manque que cet ouvrage est en partie consacré.

    Sur commande
  • Cahier d'exercices du manuel Mathématiques 4e et 3e qui permet aux élèves de mettre en application les notions essentielles.

  • Ce manuel de mathématiques a pour objectif de développer la capacité des élèves à s'initier à la démarche scientifique. Utilisable durant les deux années de formation et organisé en cinq parties, il permet d'aborder l'ensemble des notions conformément au référentiel et aux préconisations développées dans le document d'accompagnement.
    Pour chaque chapitre des quatre premières parties, sont rappelés les objectifs à atteindre ainsi que les domaines du socle commun de connaissances, de compétences et de culture attendus. Un historique illustré permet de situer les notions développées. Introduites par des activités s'appuyant sur des situations concrètes, les notions de cours sont volontairement réduites pour en favoriser la mémorisation. L'exercice résolu proposé permet ensuite aux élèves de travailler en autonomie et de dégager des méthodes et des automatismes qui seront utiles dans les situations les plus significatives. Les exercices d'application sont nombreux et variés : ils peuvent être de simples applications des notions du chapitre, mais aussi faire appel à d'autres concepts, avec ou sans TICE, proposer des questionnements... Un dernier exercice, appelé « défi Scratch » est systématiquement proposé : il s'agit d'un projet, souvent ludique, en lien avec les notions du chapitre, à réaliser sur le logiciel Scratch. Enfin, des exemples d'usage des TICE (calculatrice, tableur, logiciel de géométrie dynamique) dans des situations spécifiques aux notions développées sont détaillés dans des fiches spécifiques en fin de chapitre.
    La cinquième partie du manuel propose des fiches qui apportent une aide à la prise en main du logiciel Scratch : les principales commandes sont présentées et des exemples rapides de mise en oeuvre les illustrent.
    Ce manuel est complété par un cahier d'exercices qui permet aux élèves de mettre en application les notions essentielles et par un site compagnon qui propose des documents complémentaires au manuel, des exercices supplémentaires (dont certains interactifs) ainsi que des vidéos explicatives et des exemples de solutions aux « défis Scratch » du manuel.

empty