• Faire le mort

    Stefan Casta

    Kim et ses amis sont passionnés d'ornithologie. Lors d'une excursion dans les bois, Kim est passé à tabac par les autres, et laissé pour mort. Il ne dira rien. Mais personne ne sortira indemne de l'»accident».
    Comment les choses ont-elles pu en arriver là ? Qu'estce qui a poussé ceux qu'il considérait comme ses amis à commettre un acte aussi terrible ? Comment vivre après ce drame

  • La vie n'est peut-être qu'un film que les morts regardent. Comme souvent chez Stefan Casta, Elina navigue entre rêve et réalité, entre vie et mort, entre passé et présent durant une année capitale de son existence.

  • La vie commence

    Stefan Casta

    Comment peut-on aimer à ce point un gros roman qui avance lentement, qui ne raconte pas tant de choses, et que pourtant on ne peut lâcher ?
    Les personnages sans doute. Victor : il vit avec ses parents adoptifs dans une ferme perdue de la campagne suédoise. Sa mère : Brigitte, le Rossignol, ancienne cantatrice. Son père d'origine italienne, mais suédois dans l'âme.
    Esméralda/Alice/Louise/Caroline selon les jours, qui déboule dans leur vie avec son passé mystérieux et sa fragilité. La DDASS l'a envoyée chez le fermier d'à côté, mais elle ne veut pas y aller et s'installe fermement chez Victor. L'arrivée de cette jeune fille étrange, et l'amitié qui les lie va déclencher chez lui toute une série d'interrogations sur elle mais aussi sur lui. Ne serait-elle pas là pour le remplacer auprès de ses parents, parce qu'il est temps pour lui de partir, de découvrir le monde, de commencer ses études supérieures à la ville ?
    Esmeralda est peut-être (mais rien n'est moins sûr) la petite-fille de Brigitte dont Victor découvre alors un pan de vie occulté. L'atmosphère aussi, mystérieuse et bucolique, le rythme des saisons et des plantations, les animaux sauvages et domestiques très présents. On s'attend à découvrir d'affreux secrets qui ne viendront jamais, pourtant les révélations ne manquent pas.
    Ce roman considère le lecteur avec intelligence, ne lui dit jamais trop, et le laisse tirer ses propres conclusions : la sensibilité de Stefan Casta est ici encore remarquable.

  • Mary Lou

    Stefan Casta

    Adam et Mary Lou se retrouvent pour passer quelques jours dans une maison au bord d'un lac. Amis d'enfance, ils s'étaient perdus de vue depuis trois ans, depuis « l'accident » qui a cloué Mary Lou sur une chaise roulante. Au cours de cette période, Mary Lou a beaucoup changé, pas seulement physiquement, elle est agressive, ironique et a totalement perdu sa joie de vivre. Adam s'efforce d'être compréhensif mais en a vite assez de la mauvaise humeur de son amie.
    L'action se déroule l'espace d'un été avec des flashbacks vers l'accident fatal, trois ans auparavant, qui expliquent la raison de la séparation des familles-amies et l'état physique et psychique de Mary Lou. Adam espère trouver une réponse à la question qui le hante depuis longtemps :
    Mary Lou a-t-elle voulu se suicider ou était-ce un accident ?

  • Monsieur Renard ne s'aime pas. Il se trouve laid et a décidé de faire peau neuve. Cette belle histoire, classique et toujours actuelle, est racontée par Stefan Casta, un des plus grands auteurs suédois contemporains, et superbement illustrée par Staffan Gnosspelius.

    awaiting publication
empty