• Supervision

    Sonia Chiambretto

    • L'arche
    • 17 January 2020

    Supervision est une immersion à plusieurs voix dans le monde de l'hôtellerie de luxe et de l'art de vivre à la française, de l'école hôtelière aux retours clients sur TripAdvisor. Prêtant l'oreille à ce territoire socioprofessionnel, Sonia Chiambretto décrit l'organisation du « petit monde » du service.
    Elle saisit des échanges entre deux portes, surprend des conversations de couloir, déconstruit le langage managérial, observe des techniques corporelles d'acceptation de l'inconfort, la lassitude ou l'efficace des « gens de service », sous l'étroite supervision de la direction et du « Groupe ». À l'écoute des relations entre les individus (diktat de la relation client ou pression des relations hiérarchiques), avec une langue technique et poétique, son écriture explore le pouvoir normatif des discours (règlements, protocoles, etc.) et la manière dont il plie les corps, comme on plie des draps de lits, selon une succession de gestes bien particulière.
    À la manière de POLICES !, elle mêle fiction, témoignages et document d'archives, prenant pour départ des entretiens menés par une sociologue auprès de salariés de l'hôtellerie et de la restauration. Des chambres à la réception, en poussant les portes battantes qui séparent la cuisine de la salle de service, ou en empruntant l'ascenseur jusqu'à la piscine à vagues du roof-top, ce texte dessine une cartographie intime de l'espace social.

  • Gratte-ciel

    Sonia Chiambretto

    • L'arche
    • 20 August 2020

    Récit choral au coeur de l'Algérie contemporaine, Gratte-ciel est une traversée à plusieurs voix d'une ville contre-utopique et vibrante d'éclats, dans le projet architectural fantasmé par Le Corbusier en 1933. Sa maquette du « Plan Obus », corrigeant le plan d'Alger, devient support à l'architecture du récit. Ville fantôme de la colonisation moderne et symbole de domination sous couvert d'utopie, elle se fait tremplin d'un rêve d'émancipation, d'un fol espoir de modernité, entre guerre de la libération, affrontements de la « décennie noire » et courses-poursuites. Puissante motrice d'espoir et support de mémoires, elle est le porte-voix d'une jeunesse sur les toits ou sous les balles, la tête dressée vers le ciel.
    Dans ce récit grondant d'oralités, rythmé de pulsations et de respirations,

  • Polices !
    Mot d'ordre, action performative autoritaire, police d'écriture, montage poétique.
    De la police de proximité dans les quartiers aux émeutes des grandes métropoles, de la manifestation pacifique des Algériens à Paris en octobre 1961 à l'interpellation violente d'Adama Traoré en juillet 2016, de perquisitions en pelotons d'interventions, POLICES !
    Multiplie et déplace les points de vue.
    Poète de l'inventaire, Sonia Chiambretto récence, dresse des listes, fouille, documente, déconstruit, collecte, fait résonner.
    Son écriture, proche du documentaire ou de l'enquête, mêle textes de création et matériaux bruts (documents d'archives, témoignages, procédures...).
    Dans une chronologie syncopée et jamais linéaire, elle crée une forme polyphonique d'une force singulière.
    Enchâssant les récits à partir d'un désordre discursif apparent, ce montage fait surgir toute l'ambiguïté de notre rapport à l'ordre et à l'autorité.
    Un texte d'une actualité brûlante - au feu sans cesse ravivé.

  • état civil

    Sonia Chiambretto

    • Nous
    • 8 April 2015

    Avec ÉTAT civil, Sonia Chiambretto invente une forme poétique percutante, miroir de l'administration française dans l'exercice quotidien de sa politique envers tous ceux qui souhaitent des papiers.
    À Marseille, d'un « bureau de proximité » à l'autre, les dialogues se succèdent en même temps que s'affirme un témoignage tout en nuance des réalités dures et pourtant banales de ceux qui s'emploient tout simplement à être en règle. Face à eux, des employés souvent démunis, qui appliquent comme ils le peuvent des protocoles administratifs rigides laissant peu de place aux traitements spécifiques qu'appelleraient pourtant les situations de chacun.
    Des hommes et des femmes, des enfants, et même un fantôme, celui de Walter Benjamin, devenus des numéros.
    Rejetant la linéarité d'une histoire ou d'une démonstration, ce texte révèle de façon saisissante toute l'ambiguïté de notre rapport à l'autorité. Sans oublier son absurdité, que Sonia Chiambretto capte et traduit avec subtilité et drôlerie. ÉTAT civil révèle avec force la préoccupante réalité ordinaire des administrations de la République française.

  • En Avignon, l'angoisse gagne les différents représentants du monde du théâtre quant à l'entrée de la France et du théâtre français dans l'Europe. Ils décident alors de se fédérer pour retrouver "un territoire, un chemin, un lieu, une adresse, une fréquentation, une fête de famille". Pour cela, ils mandatent Don Quichotte et son équipe, et leur donnent pour mission de filmer "les indigènes sur des sites en voie de transformation".
    Voilà Don Quichotte, Sancho, mais aussi leur technicien Pedro, leur comédienne Zaza, et enfin l'Armure, sur les routes des Alpes-de-Haute-Provence, dans une petite randonnée qui se terminera en déroute totale. Après avoir interviewé les autochtones dans toutes sortes de lieux (un abattoir, une caserne de pompier, une bergerie et une maison forestière transformée en gîte touristique), l'équipe se disloque. Le non-paiement de leur cachet les conduit jusqu'à la place de la Bastille, en lutte pour la création artistique.
    En se réappropriant Don Quichotte, devenu chevalier au service des politiques culturelles, à la fois réalisateur et chef de troupe, l'auteur soulève avec drôlerie les enjeux de l'action culturelle et du rôle de l'art.
    PERSONNAGES : une vingtaine de femmes, une vingtaine d'hommes, l'Armure.

  • Deux adolescentes nous font, à l'oeil, la visite commentée de leur lycée, sous le contrôle des caméras de vidéosurveillance.
    Dans une course rythmée par la sonnerie, les appels au micro, les coups de sifflet, Kate, Bone et les autres se jouent de la langue, fixent le cadre et inventent une nouvelle géométrie de l'espace.

  • "12 Soeurs slovaques - comme CHTO interdit aux moins de 15 ans (paru en 2006 aux éditions Inventaire/Invention) - est ce qu'on pourrait appeler une « fiction objective ». Ce texte nous rapporte le quotidien de religieuses slovaques « exilées » en France depuis leur plus jeune âge - exil assez peu volontaire d'ailleurs, on parle à l'époque de « trains de petites filles tchèques » - Ce quotidien fait de croyance et de renoncement, Sonia Chiambretto nous le restitue avec une inventivité exceptionnelle tout entière au service de ces femmes qu'elle a côtoyées.
    Une nouvelle fois, l'auteur parvient à nous offrir un texte d'une force incroyable : la langue de l'autre, « itinérante », étrangère, devient une matière première à partir de laquelle l'auteur
    élabore un récit saisissant jouant sur de multiples registres - effets de traduction, mise en page appropriée -
    Ce texte, puissant, expressif, est le deuxième volet de la trilogie CHTO, trilogie de l'exil et du déracinement. Mon képi blanc complètera cet ensemble à l'automne 2007."

  • CHTO interdit aux moins de 15 ans, ou le pé- CHTO riple d'une jeune Tchétchène, vers la France, passant entre les mailles de la langue et de la police russe. Mon Képi blanc, ou le chant de guerriers venus de partout et prêts à tout pour la France et ses colonies. 12 Soeurs slovaques, ou l'histoire de petites chrétiennes des pays de l'Est acheminées dans des couvents français, vers le paradis d'une vie de servitude pour la communauté.
    Sonia Chiambretto a recueilli sous forme audio ou vidéo des témoignages de fuites, de traversées européennes et de passages aux frontières, puis écrit ces trois récits dans une langue française étrangère, chacun comme une partition sonore où la mise en pages reflète états d'âme, feuille de route ou emploi du temps quotidien, comme autant d'indices et de résurgences d'identités fragmentées qui cherchent à se reconstitue

  • "Une fois de plus, Sonia Chiambretto surprend tout le monde en jetant cette fois son dévolu sur la Légion étrangère. Après s'être attachée à une jeune réfugiée tchétchène - Chto, I/I éd. 2006 -, après avoir côtoyé une vieille dame, soeur de la Charité - 12 soeurs slovaque, I/I éd. 2007 -, l'auteur nous entraîne aujourd'hui dans la compagnie d'un légionnaire pour nous livrer le dernier volet de sa trilogie de l'exil et du déracinement. Le style Chiambretto est ici toujours aussi opérant. Inventions typographiques et oralité donnent à cette « fiction objective » une force peu commune. Le récit, plus court que les précédents, plus direct encore, continue de travailler la question de la reconstruction de la personne dans un environnement étranger, et partant explore encore et toujours, mais d'une manière absolument nouvelle, la question de l'identité."

  • Elaboré à partir d'entretiens réalisés avec une jeune réfugiée tchetchène, CHTO interdit au moins de 15 ans restitue, dans une langue drue, hérissée, d'une force surprenante, le corps même de la fuite et de l'exil. Un texte qu'on ne peut oublier.

  • Le g.i.g. est un espace de réflexion et de documentation sur les ghettos. Associés au projet, les artistes Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel ont fondé en 2016 un groupe d'information composé d'habitants d'Aubervilliers, chargé d'examiner les mécanismes d'exclusion et de repli à travers des protocoles d'enquête. Cet ouvrage en est le résultat : un questionnaire poétique et frontalement politique.
    Depuis sa création en 2014, les artistes et écrivains Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel prennent part aux activités du Groupe d'information sur les ghettos (g.i.g.). Accueillis en résidence aux Laboratoires d'Aubervilliers, ils ont activé un nouveau groupe d'information rassemblant habitants, artistes et chercheurs, tous impliqués dans la création de protocoles d'enquête : écriture de questionnaires, diffusion, récolte de données, traitement. Ces travaux menés pendant deux ans à Aubervilliers ont permis la constitution d'un fonds documentaire régulièrement convoqué pour alimenter une réflexion sur les mécanismes d'exclusion et de repli. Partant de cette expérience collective, Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel ont composé ce questionnaire poétique et frontalement politique.

empty