• Fin d'un monde européen, conflits mondiaux, révolutions, crises économiques, monde bipolaire, luttes de décolonisation et émergence du tiers-monde, nouveaux enjeux au tournant du XXIe siècle... Serge Berstein et Pierre Milza brossent un panorama du siècle écoulé pour en saisir les grandes évolutions et en appréhender la chronologie. De Georges Clemenceau à Emmanuel Macron, de Woodrow Wilson à Donald Trump, de Sun Yat-sen à Xi Jinping, toutes les figures qui ont marqué l'histoire mondiale de 1900 à nos jours se révèlent au fil des chapitres.
    Une nouvelle édition actualisée du manuel historique de Serge Berstein et Pierre Milza, en un seul volume, en grand format et en couleurs. Un outil de révision idéal avec cartes, schémas, tableaux statistiques, documents sources et plans de dissertations pour préparer et réussir les concours.

  • De part et d'autre de la saignée tragique subie en 1914-1918, ce sont deux siècles français qui s'opposent : d'un côté, une France du long XIXe qui se satisfait d'avoir stabilisé son régime politique, sa monnaie et son empire ; de l'autre, un pays effrayé autant que fasciné par la vitesse des changements économiques, sociaux ou des mentalités et qui redécouvre le temps de l'instabilité.

  • Trois décennies terribles pour la France, touchée successivement par la grande crise de 1929; par la guerre, la défaite et l'Occupation en 1940; puis par deux guerres coloniales en Indochine et en Algérie. Trois régimes n'y résistent pas: la IIIe République, l'Etat français de Vichy et la IVe République. Pourtant, cette France exsangue et meurtrie tente sans cesse de s'adapter aux mondes nés des crises et des conflits: elle retrouve un dynamisme démographique oublié depuis cent cinquante ans, installe un Etat-providence et une culture de masse, s'ouvre à l'Europe.

  • Le combat pour la stabilisation a, pendant un demi-siècle de mondialisation, changé de dimension : comment accepter que la France ne soit plus une grande puissance et qu'en même temps, elle puisse légitimement faire valoir l'originalité de ses positions, de son mode de vie ? Ce dernier tome analyse les stratégies appliquées par tous les présidents de la Ve République - depuis Charles de Gaulle jusqu'à Nicolas Sarkozy - pour colmater les lézardes apparues dans l'édifice national, pendant que les Français s'échinent à s'accommoder d'un monde moderne, au prix d'une marche forcée qui épuise paysans et ouvriers.

  • C'est l'histoire de la concurrence et du heurt des régimes politiques de 1900 à nos jours que tente de restituer le présent ouvrage, en montrant comment le régime de la démocratie libérale considéré dans le monde occidental comme un modèle incontournable a été contesté par les régimes autoritaires, les fascismes, le communisme et l'est aujourd'hui par l'islamisme radical. En arrière-plan de cette histoire politique comparée, l'ambition de l'ouvrage est de s'interroger sur les conditions d'ensemble qui président, dans une société donnée à la naissance, au développement, au déclin d'une forme de régime.
    Il s'agit en fait de proposer une clé de lecture et d'interprétation de l'histoire du siècle passé en y intégrant les tensions et les novations du XXIe siècle naissant.

  • Dans la série « Nouvelle histoire de la France contemporaine » sont également disponibles sur le XXe siècle :

    Jean-Jacques Becker et Serge Berstein, Victoire et frustrations (1914-1929).

    Dominique Borne et Henri Dubief, La Crise des années 30 (1929-1938).

    Jean-Pierre Azéma, De Munich à la Libération (1938-1944).

    Jean-Pierre Rioux, La France de la IVe République.
    1. L'ardeur et la nécessité (1944-1952).
    2. L'expansion et l'impuissance (1952-1958).

    Serge Berstein et Jean-Pierre Rioux, La France de l'expansion. 2. L'Apogée Pompidou (1969-1974).
    Jean-Jacques Becker et Pascal Ory, Crises et alternances (1974-1995).
    Olivier Wieviorka et Christophe Prochasson, La France du XXe siècle.

  • Les comportements politiques sont moins déterminés par un système doctrinal que par une « culture » à la fois moins précise et plus vaste qu'une philosophie politique. Quand les journalistes d'aujourd'hui parlent de « sensibilité de gauche, de droite ou écologiste », ils se réfèrent précisément à un système de représentations, mêlant la mémoire, les images, les formules, les mythes et les rites, qui composent au bout du compte une culture spécifique d'identification. Cet ouvrage est à la fois un essai d'élucidation d'une notion encore assez peu répandue et le répertoire des cultures politiques vivantes de la France contemporaine.

  • Né au lendemain de la Première Guerre mondiale, le fascisme, régime autoritaire moderne, marque de son empreinte sinistre l'Europe du XXe siècle.
    A travers les hommes qui firent son histoire, les théories qu'il s'efforça de mettre en oeuvre, les institutions des Etats où il régna, ses pratiques politiques, économiques, sociales, ou encore les persécutions qui le marquèrent d'un sceau ineffaçable, ce dictionnaire restitue le fascisme dans toutes ses dimensions. Il tente aussi de comprendre et d'éclairer sa nature véritable, ses origines et ses antécédents, l'importance de sa pratique totalitaire et les éléments qui en font un régime spécifique, irréductible aux régimes autoritaires traditionnels.
    « Un ouvrage de référence » (Actualité juive) ; « Un outil de travail fondamental qui a accompagné des générations d'étudiants en histoire contemporaine. [...] L'ouvrage relève le défi d'offrir un panorama complet, aussi exhaustif chronologiquement (des années 1870 aux années 1980) que géographiquement (de l'Asie à l'Amérique en passant bien sûr par l'Europe), d'un des courants politiques les plus marquants du XXe siècle... » (Le Blog de l'histoire).

  • La France des années 30 est encore marquée par les suites de la Première Guerre mondiale et par la crise de 1929, ainsi que par un véritable "malaise" français : sentiment du déclin national, incertitude sur la validité du régime, doute sur les valeurs humanistes, sclérose des idéologies, pouvoir d'attraction des dictatures. Cette cinquième édition inclut l'historiographie récente sur le sujet, l'auteur répondant à l'historien Sternhell et à sa thèse sur la naissance du fascisme en France au tournant des 19e et 20e siècles.

  • Léon Blum

    Serge Berstein

    • Fayard
    • 30 August 2006

    LDe l'assassinat de Jaurès en 1914 à sa propre mort, Léon Blum (1872-1950) a exercé sur le socialisme français un magistère qui ne se limite pas à ses brèves expériences de gouvernement. La première d'entre elles, qui fait suite à la victoire du Front populaire, garde soixante-dix ans après la force symbolique d'un grand mythe républicain. Cela tient peut-être en partie à une conception de la politique : intellectuel, esthète, mondain, juriste, Blum n'a jamais cherché le pouvoir en tant que tel comme bon nombre d'hommes d'Etat de son temps. L'amour des hommes, la croyance au progrès, la révérence pour les principes et les institutions de la République ont nuancé en lui l'influence d'un marxisme dogmatique et fortifié son incontestable courage moral et politique.
    Pour accabler sa mémoire, on peut gloser à l'infini sur les conséquences de sa non-intervention en Espagne, et Vichy lui a imputé la responsabilité de la défaite de 1940... Mais il faudrait quelque mauvaise foi pour négliger que Blum a collaboré avec Marcel Sembat au ministère des Travaux Publics durant la Grande Guerre, rejeté l'ultimatum bolchevique en 1920, donné une forme politique et juridique aux aspirations ouvrières en 1936. Enfin, pour oublier que la plupart des socialistes se sont ralliés sous son impulsion à la Résistance gaullienne.
    Soixante-dix ans après le Front populaire et à l'aide d'archives longtemps inaccessibles, Serge Berstein dresse de Léon Blum un portrait équitable et nuancé, à cent lieues de l'histoire partisane qui sévit encore souvent à droite certes mais aussi à gauche...

  • Après la parution du premier tome de l'histoire de la france au xxe siècle portant sur les années 1900-1930, les auteurs abordent une période plus troublée des années 1930-1945 marquées par la crise multiforme qui atteint la france dans tous les domaines, des structures économiques aux valeurs sociales, des institutions politiques aux relations internationales.
    Aboutissement et aggr avation de cette crise, la défaite de 1940 est l'occasion d'un vaste rejet de tout ce qui fait la spécificité française du premier tiers du siècle.
    Assiste-t-on à l'agonie du processus de modernisation à l'oeuvre depuis l'aube du xxe siècle ? la crise et la guerre paraissent y conduire, mais, dans les esprits et les structures, sous l'empire de la nécessité ou de la volonté de renouveau, s'élaborent les formules neuves qui serviront de cadre à la france de demain dont, au plus fort des années noires, les français espèrent la venue.
    " evitant tout bilan sommaire, s'interdisant les projections péremptoires, voilà une somme qui, sans sacrifier la chronique politico-économique, ne néglige ni les mutations sociales et culturelles, ni les perspectives inter nationales qui rejouent la place de la france à l'échelle du monde. " le monde.

  • Ecrire une histoire culturelle du gaullisme, tel est l'ambitieux pari de serge berstein.
    Autrement dit, décoder les écrits et les discours de charles de gaulle comme de ses successeurs, décortiquer leur pratique du pouvoir, analyser les mutations du gaullisme depuis les temps héroïques des années 1930 et 1940 jusqu'aux aggiornamentos des années chirac et à la disparition d'une formation gaulliste autonome. cela suppose également de s'intéresser aux motivations des militants ou des électeurs, à leurs enthousiasmes successifs suivis de périodes de désaffection plus ou moins prolongées.
    Mais l'histoire du gaullisme est indissociable de l'aventure d'un homme d'exception et du destin de plusieurs figures politiques marquantes de l'après-guerre. serge berstein raconte une " histoire de famille " qui a nourri l'imaginaire de trois générations.

    Sur commande
empty