• Tohu et Bohu nous racontent une histoire, celle des Belbaloniens, peuple antique. En désaccord, ces Belbaloniens par- viennent néanmoins à surmonter leurs différends et construisent une tour fabuleuse, la tour de Belba. Mais pour Tohu et Bohu, il est difficile de raconter une histoire ensemble : Tohu coupe sans cesse la parole de Bohu, dont l'élocution est plus difficile.
    Comment fait-on pour parler en public, pour laisser parler l'autre, pour dialoguer avec lui ? Pourquoi faut-il lever le doigt pour parler ? Les mots d'accord, mais est-ce qu'un dessin parle aussi ?
    Autant de questions auxquelles Tohu et Bohu vont devoir répondre s'ils veulent terminer la construction de leur récit, de leur tour, et cimenter leur amitié dans un silence partagé.

  • Amazone s'ennuie et veut jouer à l'amour. Mais Abélard refuse : il a déjà une amoureuse. Pour lui, on ne badine pas avec l'amour, c'est une affaire sérieuse et compliquée ; pour elle, c'est une fête, un manège qui fait tourner la tête. Intrépide et espiègle, Amazone insiste. Mais quand Abélard lui parle d'engagement et d'éternité, c'est elle qui fuit. Qui s'y frotte s'y pique ! Ainsi, d'observations en expérimentations, ces deux-là questionnent le langage et les codes amoureux. Pour mieux les réinventer...
    Avec poésie et humour, Sarah Carré explore la relation amoureuse dans des fragments de discours à hauteur d'enfant. Un texte joyeux qui donne envie de jouer à aimer et d'aimer en jouant !

empty