• Ne parle pas aux inconnus

    Sandra Reinflet

    • Lattes
    • 11 January 2017

    « Ne parle pas aux inconnus », c'est ce que Camille entend depuis l'enfance. Elle ne rêve pourtant que d'aller voir ailleurs. N'importe où plutôt que ce canapé qui menace de l'engloutir comme il engloutit déjà les kilos de sa mère, campée devant la télé. Camille vit dans un pavillon neuf, c'est joli «pavillon», à une lettre près ça s'envole sauf que sa famille n'est pas du genre à papillonner.
    Perchée sur la pointe des pieds, Camille cherche une issue. Elle regarde au-delà des fumées d'usine, au-delà du Rhin, là où Eva se cache, peut-être. Depuis que son amoureuse polonaise a disparu, Camille a la nausée. Un pied dans l'enfance, un autre dans l'âge adulte, ça fout le vertige, surtout quand plus personne ne vous tient la main.
    Au bord du vide, elle décide de faire le grand saut et de prendre la route, pouce en l'air, vers l'est et cet inconnu qu'on lui défend d'embrasser. D'Allemagne en Serbie, de Roumanie en Hongrie, elle va, au fil des rencontres, mettre ses peurs à la porte et interroger le lointain et le proche.
    Un voyage dans l'inconnu au cours duquel elle croisera ces étrangers dont ses parents lui disaient de se méfier et qui tous, à leur manière, l'aideront à trouver ce qu'elle ne cherchait pas : elle-même.
    Qui sont vraiment les étrangers autour de nous ? Les secrets les mieux gardés ne sont-ils pas les plus en vue ? Comment devenir adulte sans abandonner l'enfant en nous ?
    Et si la famille était la plus grande inconnue ?

  • Quand Sandra était petite, elle s'appelait Marine Goodmorning.
    Elle était déjà auteur, voyageuse, chanteuse. Elle a bien failli l'oublier, jusqu'à ce qu'un accident de voiture lui rappelle brutalement qu'il n'y avait pas de temps à perdre. Avec son amie Yuki, elle décide alors de partir autour du monde, pour un voyage de 14 mois à la rencontre de femmes de son âge. Des femmes de 25 ans qui portent un projet, veulent vivre leurs envies et ont conscience de l'urgence à se réaliser.
    Sportives, créatrices d'entreprise, artistes ou leaders politiques, dans un désert namibien, une prison équatorienne, un cirque australien ou une montagne népalaise, elles ont en commun de prendre des risques pour concrétiser leurs rêves. Portraits et anecdotes retracent ce périple extraordinaire qui est aussi l'histoire d'un apprentissage. Chaque rencontre confirme qu'à remettre ses projets à plus tard, il pourrait bien être trop tard pour les réaliser.
    Sandra rêve sa vie, elle ose et vit son rêve jour après jour. Et nous, qu'attendons-nous ?

    Sur commande
  • Je t'aime maintenant

    Sandra Reinflet

    • Michalon
    • 29 November 2012

    Sandra Reinflet a aimé vingt-quatre fois. AU moins. Son père, celui du premier baiser, son premier amant, l'homme qui n'a pas voulu, une attirance homosexuelle, celui avec lequel elle a vécu... Je t'aime maintenant retrace un cadran amoureux composé de 24 heures distinctes et liées par un fil: l'Histoire d'amour de l'auteure. Pour chacune des persinnes, elle a choisi une heure corresponsant à un moment fort. En un court texte et une photographie, elle retranscrit ce que la mémoire en a conservé. Elle est ensuite partie en quête de ces hommes parfois perdus de vue depuis des années, pour confronter le souvenir au réel, et les a photographiés chez eux. Cette histoire pourrait tout aussi bien être la nôtre...

    Sur commande
  • « Je suis passée devant mon école primaire.
    De l'extérieur, il m'a semblé que des carreaux étaient cassés.
    J'ai escaladé la grille et l'ai retrouvée éventrée.
    À l'abandon.
    Au fil des pas, les souvenirs ont ranimé chaque salle, chaque couloir de l'école Jacques-Prévert.
    Vingt ans plus tard, rien n'a changé, ou presque. » Revenue dans son école primaire laissée à l'abandon, Sandra Reinflet évoque ses souvenirs de classe avec poésie et humour. Elle questionne le souvenir d'enfance, comme elle l'avait fait avec le souvenir amoureux dans son précédent livre, Je t'aime [maintenant] publié aux Éditions Michalon en 2012.

empty