• Impeccable, bien décidé à se la couler douce. Mais, à six mois de la fin du bail avec remise des clefs, voilà qu'une touriste décide de mourir dans une chambre d'hôtel du centre ville. Un suicide tellement parfait que l'ambassade s'en mêle et fait vite classer le dossier.
    Trop vite peut-être. Verdier est de ceux à qui on ne la fait pas, et il aimerait partir l'esprit tranquille. Qui est réellement cette Russe ? Aucune idée. Pourquoi avoir fait ce voyage ? Les enquêteurs n'en savent rien. Verdier décide alors de faire appel à son vieil ami Stan, un ex-flic baignant dans le milieu, aux manières peu orthodoxes et aux informateurs aussi inattendus qu'infréquentables.
    Ils reprennent tout à zéro, partant de la seule certitude concernant cette affaire : elle est déjà classée et le corps est dans un cercueil plombé en route pour Moscou.

  • LA ROCHELLE. Le commissaire divisionnaire Jacques Verdier, flic au pedigree irréprochable, s'apprête à prendre sa retraite dans six mois. Bien décidé à se la couler douce, il s'occupe des petits dossiers en cours, mais voilà qu'une touriste russe est retrouvée morte dans une chambre d'hôtel du centre-ville. C'est un suicide. Suicide tellement parfait que l'ambassade s'en mêle et classe vite l'affaire. Trop vite peut-être... Mais Verdier est de ceux à qui on ne la fait pas. Qui est cette femme ? Aucune idée. Que faisait-elle dans cet hôtel ? Pas d'information à ce sujet. Pourquoi a-t-elle fait ce voyage ? Les enquêteurs n'en savent rien. Le commissaire aimerait partir l'esprit tranquille. Il décide alors de faire appel à son vieil ami, Stan, un ex-flic aux manières peu orthodoxes. Ensemble, ils reprennent tout à zéro. Seules certitudes : l'enquête a été bâclée et le corps de la touriste est déjà dans un cercueil plombé en route pour Moscou...

  • Le tueur en cire

    Samuel Sutra

    Concarneau, 1982. Quatre meurtres émaillent la tranquillité de la ville. La police locale, dépassée, fait appel au 36 quai des Orfèvres pour l'aider dans cette enquête. Mais le commissaire parisien ne prend pas l'affaire au sérieux et envoie son pire collaborateur : l'inspecteur divisionnaire Auguste Lambert, un homme gentil, bien qu'un peu maladroit, mais surtout, qui semble vivre dans un autre siècle. Quand la quatrième victime se révèle être la tante du préfet de Paris, le commissaire se retrouve dans une position délicate. Conscient de sa bourde et des répercussions sur sa carrière si l'enquête tourne mal, il décide de laisser Auguste Lambert en charge de l'affaire, mais envoie dix hommes en renfort, sous couverture, pour limiter les dommages collatéraux.Leur mission : guider le maladroit Lambert dans sa quête du mystérieux Tueur en Ciré. Une double enquête hilarante, des personnages folkloriques et un humour décapant pour ce roman policier désopilant.

  • "Dans la truande, il y a des règles ! Bon, pas des masses non plus. Quand on fait carrière dans cette branche, c'est rarement pour se coltiner des contraintes. Mais il y a une règle qui passe avant toutes les autres, sans laquelle même un coup réussi peut vous faire regretter de l'avoir tenté : il faut toujours payer ses hommes. Toujours ! Tonton parvient à monter un plan aux petits oignons. Il réussit à faucher le plus gros diamant du monde et à le rapatrier chez lui sans laisser ni témoins ni indices. Mais est-ce l'âge, la fatigue, ou un excès d'enthousiasme, voilà qu'il fait une erreur de débutant : il renvoie ses gars chez eux sans un sou en poche. Alors, c'est pas qu'ils soient méchants, les mecs, mais dès qu'on parle pognon, ils deviendraient presque pointilleux et auraient bien envie de rappeler au taulier que s'il néglige l'effet salaire, l'ambiance peut franchement se rafraîchir et signer le début des emmerdes... "

  • Il y a deux mille cinq cents ans, la vallée d'Uroch voyait s'éteindre l'un des plus puissants pharaons de l'Histoire. Reposant dans son tombeau, accompagné de la montagne d'or ayant fait sa légende, le grand Akhänguetnö était prêt pour cette éternité qui s'offrait à lui, bien décidé à se la couler peinard. Deux mille cinq cents ans plus tard, sur les hauteurs de Saint-Maur, un autre grand homme s'apprêtait à passer une nuit tranquille. Tonton, baron de premier rang et truand légendaire, dormait de ce sommeil léger propre aux grands esprits, lui aussi bien décidé à se la couler peinard. Mais quel est le rapport entre ces deux histoires ? Attends, j'y arrive.

    Avant cette fameuse nuit, Tonton n'avait jamais entendu parler d'Akhänguetnö. Mais il a décidé de se mettre sacrément à niveau et de devenir incollable sur l'Égypte et son folklore. Tout ça pour répondre à la plus mystérieuse question de tous les temps : comment peut-on se retrouver avec un pharaon dans son jardin ? Si tu lis cette aventure, toi aussi tu deviendras incollable, je te le garantis !
    Le mot de l'éditeur : Pour ce troisième opus de la série, l'auteur nous offre un cours magistral d'égyptologie ! Tonton, son héros, va être confronté au passé de son défunt père mais, pour toucher son héritage, il va devoir se cultiver - tout comme son équipe - et se montrer encore plus malin qu'il ne l'est d'habitude. De la Pyramide du Louvre à Saint-Maur en région parisienne, il n'y a qu'un pas. Mais lorsqu'il faut passer par l'Egypte, c'est là que tout se complique... Une aventure pleine de suspense, d'humour et de rebondissements, que Flamant Noir vous incite vivement à lire !

  • Samuel SUTRA dévoile ici la quatrième aventure de son héros : TONTON. Comme chaque fois, Tonton concocte un coup aux petits oignons et l'exécutera accompagné de son équipe de bras cassés pour assurer de bons moments de rigolades aux lecteurs. Toutefois, ce polar burlesque ne fait pas seulement rire. Ce qui rend fabuleuses les aventures de Tonton, c'est l'inventivité et la saveur de la langue de l'auteur qui se situe dans la poésie du titi, le goût du bon mot, le travail qui donne à chaque phrase une efficacité redoutable. S'il est vrai qu'il est difficile de ne pas penser immédiatement à l'oeuvre de Frédéric Dard (la série des San-Antonio), c'est plutôt vers Alphonse Boudard qu'il convient mieux de chercher une hérédité. Les dialogues, notamment, sont une collection de trouvailles irrésistibles qui transportent dans l'univers cinématographique d'Audiard et Lautner.
    Tonton est devenu l'idole de tous ceux qui l'ont découvert, et bien entendu, la maison Flamant Noir l'adore !

  • Coupable(s)

    Samuel Sutra

    HAÏTI. 12 janvier 2010 - 16 h 50. Le pays est frappé par le plus meurtrier tremblement de terre de son histoire. L'aide humanitaire afflue de partout. PARIS. Aujourd'hui. Quatre personnes sont retrouvées sauvagement assassinées. Toutes sont liées à un projet baptisé «Kenscoff » . Un cinquième individu est recherché. Pour prêter main-forte à la Brigade criminelle dans cette enquête particulière, un jeune policier rejoint l'équipe. Haïti, il connaît bien. Il y est né.

  • Mai 1981 - soir de l'élection présidentielle. Toutes les polices de France et les journalistes sont sur les dents, accaparés par cet évènement national, Une aubaine pour Tonton - truand émérite - qui a une idée de génie ! Il décide de profiter de cette grande kermesse pour monter le casse du siècle avec l'équipe qu'il vient d'embaucher. Ils ont huit heures, pas une de plus, pour s'enrichir. Mais, il y a un problème... Sur le papier, le plan est infaillible. En réalité, cette idée géniale, Tonton n'est pas le seul à l'avoir eue...

  • Kind of black

    Samuel Sutra

    Sarah Davis, chanteuse internationalement connue, est assassinée dans les sous-sols du Night Tavern, temple du jazz de la rue Saint- Benoît. Le pianiste virtuose avec lequel devait se produire la diva rencontre alors le plus inattendumais le plus fervents de ses admirateurs : le flic chargé de l'enquête. Entre ce que l'un sait et ce que l'autre cherche à savoir, ce récit leur rappellera que si le jazz est unemusique improvisée, certaines fins sont parfois écrites à l'avance.

  • Franck Morel, chercheur à l'Institut Pasteur, achève ses travaux sur un virus tueur, le plus dangereux qu'il ait été amené à étudier. Puis sans raison apparente, il décide de traverser Paris pour aller se jeter dans le canal Saint-Martin.
    On ne retrouvera pas son corps.
    Sa fille décide de raconter tout ce qu'elle sait, mais à un seul homme : Luc Mandoline, alias l'Embaumeur.
    Dans cette affaire où tout le monde ment, on ne cherche pas la vérité. On court après un secret qui pourrait valoir de l'or, et que le cadavre introuvable de Morel a emporté avec lui.

  • Les coups de Tonton ? Un sans-faute, toujours ! Enfin, presque toujours... On n'ira pas jusqu'à dire que cette fois-ci, il y a eu une exception, mais il faut avouer qu'au lendemain de ce coup fumant dans un palace parisien, il y a comme du jeu dans la mécanique du baron de la truande. En effet, alors que le boss se réveille d'une soirée bien arrosée, il découvre sa maison totalement retournée. Plus rien n'est à sa place hormis le papier peint sur les murs. Mais que s'est-il passé ? Son équipe fait une drôle de mine, deux membres sont absents, et pire que tout : le fric récupéré la veille a disparu ! Il suffirait pourtant de poser les bonnes questions à cet inconnu vautré sur le divan, qui doit tout savoir de ce qui s'est passé durant la nuit. Mais Tonton a beau insister, l'invité surprise refuse obstinément de répondre. Il faut dire que les cadavres sont rarement bavards...

  • Que le peintre le plus insignifiant de l'histoire de l'art ait pu enfanter le tableau le plus convoité au monde suffit parfois à faire naître des vocations. La nouvelle passion de Tonton ? L'art en général, et CE tableau en particulier. Ça l'a pris d'un coup, comme ça. Il faut dire qu'au moment où il a appris le prix de la revente, ça a été une révélation pour lui. Mais il y a un petit problème... Le tableau en question n'est pas dans un musée, ni dans un coffre, ni même au fond de l'eau dans un costume étanche. C'est bien pire que ça : il est sagement pendu à son clou, chez une noble tout ce qu'il y a de sang-bleu. Tonton et son équipe chez les nobles ? Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça risque de coincer sur les manières...

  • À Paris, rue Saint-Benoît, il y a quelques années. Ce soir-là, le Night Tavern affiche complet. Ce temple parisien du jazz, club incontournable où les plus grands se sont déjà produits, annonce un concert étonnant. Sarah Davis, diva incontestée du milieu et star montante d'un important label américain, vient se produire avec Stan Meursault, l'un des pianistes virtuoses les plus doués de sa génération. L'affiche est idéale et le moment suffisamment rare pour attirer la presse. Tout le monde s'attend à une soirée exceptionnelle. Personne ne sera déçu. Sarah Davis ne sait pas encore qu'elle vient en France pour la dernière fois, et qu'elle ne chantera plus jamais. Le Night Tavern sera le dernier club où elle aura été vue vivante. Stan Meursault ne sait pas, lui, qu'il va rencontrer son admirateur le plus inattendu : le flic chargé de l'enquête. Ensemble, ils lèveront le voile sur ce meurtre étonnant. Et cette affaire leur rappellera que si le jazz est une musique improvisée, certaines fins sont écrites d'avance...

  • Ah ! La truande ! Ses règles obscures, son code d'honneur, ses pointures, et... Tonton. Dans le Milieu, Tonton est un modèle, une référence, la mesure étalon du grand n'importe quoi élevé au rang de science exacte. D'autant qu'il sait s'entourer, et sa fine équipe est réputée pour être à l'image du taulier. Les gars de Tonton, pris à part, ce serait presque du repos. Mais lâchez-les en troupeau dans la nature et, à côté d'eux, les gravures des invasions Barbares vous feront penser à un défilé de majorettes. Surtout que cette fois, ils ont décidé de viser haut. Le « coup du siècle », rien de moins. Avec un plan ciselé, fignolé maison, histoire de rentrer dans la légende avec le double des clefs...

empty