• À la fin des années 1950, à Paris, trois ados traînent leurs blousons noirs entre le square de la Trinité et le Golf Drouot. Johnny joue les Américains de quartier et rêve d'être James Dean. Eddy, coursier au Crédit Lyonnais est chanteur de bal occasionnel. Jacques, fils de bonne famille, traverse la vie le nez au vent, les mains dans les poches.

    Leur amitié indéfectible sera le déclencheur de trois parcours hors du commun - et la guitare sera leur arme fatale - renforcée par une complicité et un sens de l'humour à toute épreuve.
    En 2014, inspirés par leurs idoles américaines du Rat Pack - Frank Sinatra, Dean Martin et Sammy Davis Jr -, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc se réunissent pour une série de concerts exceptionnels.
    Ils se retrouveront en 2017, pour une tournée et un ultime concert à Carcassonne.
    C'est l'histoire du fabuleux destin d'un trio chanceux, qui a traversé toutes les épreuves et toutes les époques pendant plus d'un demi-siècle. Une histoire à peine croyable, mais où tout est vrai puisque tout est arrivé.

    *Inclus un cahier photo de 16 pages.

  • Nous sommes à l'aube des années 1960. La décennie est au rock'n'roll et aux baby-boomers. Des États-Unis à Paris en passant par Londres, le rock'n'roll devient le langage universel de la jeunesse.
    Sam Bernett a traversé l'époque et connu ses personnalités les plus marquantes, devenues ses amis. Il évoque la rencontre entre Yves Montand et Marilyn Monroe, dont il fut le témoin. La folle lubie de Michael Jackson, qui voulait acheter le château de Fontainebleau ; la création de son label de disques, Bernett Records, pour lequel il enregistra les deux premiers albums de Metallica ; la mort de Jim Morrison au Rock and Roll Circus, dont il était le propriétaire ; et, bien sûr, sa longue amitié avec Johnny Hallyday, jusqu'aux derniers jours de l'idole...
    Avec la musique en fil rouge, Sam nous raconte une vie hors du commun, riche de rencontres incroyables.

  • Le parrain et le rabbin

    Sam Bernett

    - Un récit poignant, captivant et bouleversant inspiré d'une histoire vraie.
    - La Mafia au service de la morale.
    - Des droits déjà préemptés au cinéma : festival de Cannes 2017, «Shoot the book».

    Nous sommes en novembre 1943, à Milan, dans une école juive qui accueille clandestinement une quinzaine de jeunes garçons et un rabbin. Une nuit, les Allemands s'apprêtent à donner l'assaut à l'école. Par chance, un des élèves a pu donner l'alerte et ils fuient. Pendant plusieurs nuits, le petit groupe va se retrouver en haute montagne avec pour ultime espoir de rejoindre la Suisse en passant la frontière à pied : le froid, la faim, le découragement et la sensation de la mort qui vient. Pourtant, à des milliers de kilomètres de là, à Brooklyn, des comités de secours cherchent une solution pour organiser leur sauvetage. Dans l'impasse, et après bien des tergiversations, le rabbin se résout à passer contrat avec Joseph Bonanno, l'un des parrains de la Mafia new-yorkaise.
    La fin justifie-t-elle les moyens ? Peut-on sans dommage faire appel au syndicat du crime pour sauver de jeunes Juifs piégés par l'Histoire ? Quel sera le prix de leur improbable alliance ?

  • Johnny forever

    Sam Bernett

    Un proche raconte Johnny.

    Le 14 mars 1960, un phénix de 16 ans fait irruption dans le monde de la chanson. Il y connaîtra toutes les métamorphoses, et même la résurrection. Jusqu'a son ultime sortie de scène, dans la nuit du 6 décembre 2017. Mais sa légende brûle encore. Et sa voix continuera longtemps de mettre le feu au coeur des Français.
    Sam Bernett, son ami depuis l'époque du Golf Drouot, retrace l'équipée sauvage qui aura tenu la planète rock en haleine depuis les débuts d'un certain Jean-Philippe Smet : plus d'un demi-siècle de feu, de transe, d'amour.
    Il raconte les sept vies de ce félin du rock. Vie de loubard, crooner vagabond devenu collectionneur de succès. Vie d'idole, star des jeunes a 20 ans, dieu vivant a 60, objet d'un culte sans équivalent. Vie de rocker, « prince du tumulte », avide de sensations fortes. Vie d'amoureux que peu de femmes ont su dompter. Vie d'acteur condamne a toujours incarner son propre rôle. Vie de sportif, athlète de la scène, des haltères et des Harley. Vie de patron, enfin : du twist, du yéyé, du blues, de la soul et de la nouvelle génération.
    Sans rien cacher des démons, des erreurs et des blessures de ce chat écorché devenu roi lion, Sam Bernett conjugue Johnny a tous les temps de son immortelle jeunesse.

  • Voici une histoire vraie, la fabuleuse histoire du Rock and Roll Circus.
    Club de Saint-Germain-des-Prés ouvert le vendredi 13 juin 1969 et fermé à la fin de l'année 1972. Jamais nuits ne furent plus folles que ces années-là. Les Beatles avaient transformé le rock en pop. Le blues du Delta suintait dans les rues de Londres. Aux Etats-Unis, des fous furieux préparaient le festival de Woodstock. Au Vietnam, les GI's se passaient des joints et les Doors en boucle. A Paris, les Rolling Stones dansaient avec le diable au banquet des mendiants.
    Janis Joplin déboulait sur les platines. Jacques Prévert et Antoine Blondin refaisaient le monde à la Cantine du Circus. Richard Borhinger n'avait pas encore de César. Gene Vincent voulait une caisse de bière pour chanter " Be Bop a Lula ". Michel Polnareff s'était planqué dans une poubelle pour échapper aux coups de couteau de sa compagne jalouse. Johnny Hallyday et Jim Morrison étaient inséparables. Dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971, les w.-c.
    Du Rock and Roll Circus étaient fermés de l'intérieur... Jim Morrison n'était plus accoudé au bar !

  • Du jeune rocker échevelé des Chaussettes Noires au crooner tranquille que les ouvreuses de La Dernière Séance appellent respectueusement « Monsieur Eddy », Eddy Mitchell est l'un des artistes les plus populaires de France. Depuis quarante ans déjà, il a su mener de front sa carrière de chanteur, de comédien et d'animateur, étant aussi à l'aise face à des caméras - Coup de torchon de Bertrand Tavernier, Le Bonheur est dans le Pré d'Etienne Chatilliez - que derrière un micro - Daniela, Rio Grande. De Belleville à Nashville, en passant par le Golf Drouot, les studios londoniens et la route de Memphis, « Monsieur Eddy » a fait un parcours sans faute. Cette carrière exceptionnelle et exemplaire, il l'a conduite comme il l'entendait, avec pour seuls bagages la passion, la rage au ventre et le sens de l'humour. Rarement à la une des magazines people sauf en service commandé lorsque la promo l'y oblige (« le service après-vente », comme il l'appelle), Eddy Mitchell est l'un des artistes français les plus secrets. Seuls quelques privilégiés constituent depuis des années le cercle très restreint de ses amis intimes, dont Sam Bernett. A travers cet album illustré de plus de 100 photographies mises en scène par les textes de ses plus belles chansons, Sam Bernett nous invite à accompagner le grand Eddy dans ce merveilleux voyage qu'est sa vie.


  • dieu vivant du rock'n'roll, johnny hallyday a survécu à tous les pièges et dangers du métier.
    son ami et confident de toujours, sam bernett, nous offre un portrait méconnu et intimiste de l'artiste : un homme en doute perpétuel, sensible, écorché vif, tendre et généreux. de sa première scène oú, à 13 ans, il interprétait " la ballade de davy crocket " en costume de cow-boy, à celle du stade de france oú 240 000 fans sont venus l'acclamer. après quarante-cinq années de carrière à la première place, johnny hallyday est devenu une idole au-delà du temps, surfant sur les époques et s'adaptant aux modes, sans jamais se trahir.
    jamais battu, jamais vaincu. l'envie, la rage, la démesure, l'orgueil. un album émouvant et riche en photographies inédites.

  • Jim Morrison

    Sam Bernett

    • Rocher
    • 20 May 2011

    Où est mort Jim Morrison ?
    Qui l'a découvert inanimé ?
    Qui dit la vérité ?
    40 ans après la disparition brutale du chanteur des Doors, la légende tient toujours : l'ange noir du Rock'n'Roll « est mort dans sa baignoire ». « Faux ! » témoigne avec force Sam Bernett.

  • The end ; jim morrison

    Sam Bernett

    • Prive
    • 14 June 2007

    Il était une fois, au siècle dernier, un monde fantastique peuplé de gens étranges et magnifiques. De déjantés et de maléfiques, d'hommes et de femmes qui n'auraient cédé leur place pour rien au monde pour faire ce voyage extraordinaire dont nous ne nous remettrons jamais. Je vais vous raconter une histoire de cinglés. Une histoire vraie avec de vrais cinglés. Dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971, les W-C du Rock and Roll Circus étaient fermés de l'intérieur. Janis Joplin déboulait sur les platines. Jim Morrison n'était plus accoudé au bar. Le général de Gaulle avait pris une tôle aux élections. Les Rolling Stones dansaient avec le diable au banquet des mendiants. Jacques Prévert et Antoine Blondin refaisaient le monde au bar de l'Alcazar. Aux Etats-Unis, la police avait tiré sur des étudiants. Au Vietnam, les GI se passaient des joints et les Doors en boucle. Richard Borhinger n'avait pas encore de césar. Gene Vincent voulait une caisse de bières pour chanter " Be bop A Lula ". James Douglas Morrison se pourrissait la vie avec Pamela Courson. Je peux vous confirmer que le chanteur des Doors est bien mort à Paris. En revanche, une chose est certaine, Jim Morrison n'est pas mort dans sa baignoire le 3 juillet 1971. Un fragment de l'histoire véritable est donc par nature un véritable mystère.

  • 20 ans déjà! Coluche reste une figure emblématique de l'humour et du cinéma. Pourtant, rien ne prédestinait ce jeune banlieusard de Montrouge àdevenir ce «héros des temps modernes». De Thérèse est tristeàMes adieux au music-hallen passant par le cri de ralliement «enfoirés»et son magnifique rôle dans Tchao Pantin, le «clown triste», malgrédes débuts difficiles, a fini par trouver son public. Derrière le comique généreux et provocateur, voire brutal, se cache en fait un homme sensible, passionné, touchépar la misère qui l'entoure. Probablement parce que, comme il aimait le rappeler, il n'était pas «un nouveau riche mais un ancien pauvre».Son humour corrosif l'a peu àpeu conduit àse lancer dans la politique et dans des oeuvres dépassant son personnage franchouillard des débuts, le poussant àse battre pour les plus opprimés. Résultat, il se présente aux présidentielles, s'engage contre tous les types de racisme (races, homosexualité...). Il crée ensuite les Restos du coeur, cause àlaquelle de nombreux artistes s'associeront et qu'on ne présente plus aujourd'hui... Un album original, riche en photographies exclusives, qui dévoile un Coluche touchant et plus intime.

  • Sam Bernett, son ami depuis l'époque du Golf Drouot, retrace l'équipée sauvage qui tient la planète rock en haleine depuis cinquante ans et les débuts d'un certain Jean-Philippe Smet.
    Il raconte les sept vies de ce félin du rock. Vie de loubard, crooner vagabond devenu collectionneur de succès. Vie d'idole, star des jeunes à vingt ans, dieu vivant à soixante, objet d'un culte sans équivalent. Vie de rocker, " prince du tumulte ", avide de sensations fortes. Vie d'amoureux que peu de femmes ont su dompter. Vie d'acteur condamné à toujours incarner son propre rôle. Vie de sportif, athlète de la scène, des haltères et des Harley. Vie de patron, enfin : du twist, du yé-yé, du blues, de la soul et de la nouvelle génération.
    Sans rien cacher des démons, des erreurs et des blessures de ce chat écorché devenu roi lion, Sam Bernett conjugue Johnny à tous les temps de son éternelle jeunesse.

  • Jim Morrison a passé les trois derniers mois de sa vie à Paris. J'ai eu la chance de le rencontrer plusieurs fois au Rock'n'roll Circus. Une discothèque de Saint-Germain des Prés que j'avais créé et que j'animais. Jim appréciait particulièrement cet endroit où toute la faune musicienne internationale de l'époque aimait à se retrouver. Nous bavardions souvent ensemble au cours de ces soirées lorsque son état le permettait. Jim Morrison buvait énormément et se défonçait sans limite. De sorte que certaines conversations étaient surréalistes comme d'autres étaient brillantes. Je vous propose donc, en lisant cette bande dessinée de retrouver le florilège incomplet de quelques unes de nos conversations. J'ai souhaité en écrivant cette histoire vous transmettre mon émotion. Jim se confiait avec beaucoup de pudeur et de sincérité. Il me parlait de son écriture, de son oeuvre, de ses mots qui remplissaient des cahiers d'écolier. Souvent Jim était difficile à comprendre mais les mots étaient toujours justes. Jim Morrison était une personnalité complexe, splendide et insondable. Il luttait en permanence contre de nombreux démons intimes. En venant à Paris, Jim Morrison choisit de ne plus s'adresser aux foules pour n'écrire qu'à un seul individu : «Toi, lecteur !» Dès lors plus de concert, plus de grande messe, plus de provocation. Seule la puissance créatrice, ballotée entre la vacuité du monde et son gouffre. Pamela Courson, sa compagne jusqu'au dernier jour, fut une ancre et un démon de plus. Plus que personne, elle favorisa l'émergence du poète. Mais une ancre trop lourde, entraînant au fond l'esprit de Jim sans jamais trouver de rocher pour s'y arrimer. Jim Morrison mourut d'une dose d'héroïne dans la nuit du 2 au 3 juillet 1971. Je l'ai retrouvé mort dans les toilettes du Rock'n'Roll Circus, mort d'un arrêt cardiaque foudroyant provoqué par la drogue. Son entourage a préféré le «faire mourir» chez lui, dans sa baignoire. Un fragment de l'histoire véritable est donc par nature un véritable mystère. Mais rien ne préfigurait l'immortalité du chanteur et l'immortalité du poète.

empty