• Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    Sade écrivit ce recueil en 1788, alors qu'il était emprisonné à la Bastille. On note l'apparition du fantastique dans certains textes. Les autres s'inscrivent dans la veine libertine et anticléricale qui fit la renommée du Divin Marquis.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    Justine ou Les Malheurs de la vertu est le premier roman de Sade publié de son vivant et la deuxième version - sur trois - de cette histoire de Justine, jeune fille vertueuse qui subit tous les sévices sexuels et corporels possibles et imaginables. Ce roman est emblématique de l'ouvre sadienne

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    Sade écrivit Les Infortunes de la vertu en quinze jours, lors de son emprisonnement à la Bastille. Il s'agit de la première version - sur trois - de l'histoire de Justine, jeune fille vertueuse qui subit tous les sévices sexuels et corporels possibles et imaginables. C'est Apollinaire qui fit connaître le manuscrit original en 1909. Le texte sera publié en 1930.

  • Ernestine

    Sade Donatien Alphon

    Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    Ernestine ressemblerait presque à un marivaudage : Herman aime Ernestine, mais la veuve Scholz aime Herman, tandis que le comte Oxtiern aime Ernestine. Scholz et Oxtiern s'allient pour empêcher l'union heureuse des tourtereaux. Mais avec Sade, le marivaudage tourne au conte pervers et cruel.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    L'Histoire de Juliette narre les aventures de la sour de Justine. Autant celle-ci est vertueuse et n'en retire que souffrances et malheurs, autant Juliette, la dévergondée meurtrière, ne connaît que joies et plaisirs au gré de ses orgies et de ses méfaits. Du Sade dans toute sa démesure. Juliette et Justine lui valurent l'enfermement jusqu'à la fin de sa vie à l'asile de Charenton, sur ordre de Napoléon.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    La Philosophie dans le boudoir met en scène trois libertins qui, au cours d'un après-midi, initient la pure et vierge Eugénie aux plaisirs de la chair, mais surtout à ses vices. L'élève est douée et apprend vite. Elle montrera comme elle a retenu les leçons en se défoulant littéralement sur sa première victime.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    L'Histoire de Juliette narre les aventures de la sour de Justine. Autant celle-ci est vertueuse et n'en retire que souffrances et malheurs, autant Juliette, la dévergondée meurtrière, ne connaît que joies et plaisirs au gré de ses orgies et de ses méfaits. Du Sade dans toute sa démesure. Juliette et Justine lui valurent l'enfermement jusqu'à la fin de sa vie à l'asile de Charenton, sur ordre de Napoléon.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    L'Histoire de Juliette narre les aventures de la sour de Justine. Autant celle-ci est vertueuse et n'en retire que souffrances et malheurs, autant Juliette, la dévergondée meurtrière, ne connaît que joies et plaisirs au gré de ses orgies et de ses méfaits. Du Sade dans toute sa démesure. Juliette et Justine lui valurent l'enfermement jusqu'à la fin de sa vie à l'asile de Charenton, sur ordre de Napoléon.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    La Nouvelle Justine, troisième version de l'histoire de Justine, valut à Sade une arrestation sans inculpation ni jugement, suivie d'un enfermement à vie à l'asile de Charenton. Le directeur le nomma ordonnateur des représentations théâtrales de l'établissement, auxquelles il était du dernier chic d'assister.

  • Débauché, délinquant, transgressif, subversif, Sade a toujours été un auteur clandestin. Il ne publia des textes sous son nom que vers la fin de sa vie. Sa liberté de penser, son athéisme et sa plume lui ont valu vingt-sept années d'emprisonnement, et ses ouvres pornographiques, objets de scandale et d'effroi, ont été systématiquement interdites à leur parution. L'anathème dura jusqu'en 1960 ! Aujourd'hui, il est passé à la postérité. Le mot « sadisme » figure dans tous les dictionnaires et est transposé dans toutes les langues. Son ouvre a trouvé sa place dans la Bibliothèque de la Pléiade.
    La Nouvelle Justine, troisième version de l'histoire de Justine, valut à Sade une arrestation sans inculpation ni jugement, suivie d'un enfermement à vie à l'asile de Charenton. Le directeur le nomma ordonnateur des représentations théâtrales de l'établissement, auxquelles il était du dernier chic d'assister.

empty