• It's just before New Year, and Frank, an overweight American tourist, has hired Kenji to take him on a guided tour of Tokyo's nightlife. But Frank's behaviour is so odd that Kenji begins to entertain a horrible suspicion: his client may in fact have murderous desires. Although Kenji is far from innocent himself, he unwillingly descends with Frank into an inferno of evil, from which only his sixteen-year-old girlfriend, Jun, can possibly save him.

  • Hashi et Kiku, deux bébés abandonnés dans une consigne de gare, passent leur petite enfance dans un orphelinat. La recherche de leur identité les entraînera dans les bas-fonds de Tôkyô, où Hashi se prostitue avant de devenir un chanteur de rock adulé, tandis que Kiku, champion de saut à la perche, se retrouve en prison pour parricide.
    Le roman suit en parallèle les destins des deux frères, décrivant le mécanisme qui les pousse à revivre sans cesse le traumatisme de leur enfance, racontant comment ces enfants purs et attachants passent du statut de victimes à celui de bourreaux.
    Dans un style déroutant mêlant l'horreur au comique, la poésie à des images de bande dessinée, avec une imagination foisonnante évoquant les romans de Gabriel Garcia Marquez, Murakami nous offre une vision de cauchemar du Japon de cette fin de siècle, et un reflet à peine déformé de notre monde moderne qui abandonne ses Enfants tristes. Mais les héros de Murakami, descendants de Nimier, Salinger ou Fitzgerald, ne se suicident plus, ils assassinent.

  • « 1969. Annulation des examens d'entrée à l'université de Tôkyô. Les Beatles sortent Yellow Submarine et Abbey Road. Du côté des Rolling Stones, c'est l'année de Honkey Tonk Women, leur meilleur quarante-cinq tours... 1969 est aussi l'année où je passe en terminale dans mon lycée de province d'une petite ville de l'ouest de Kyûshû connue pour sa base militaire américaine. » Rompant avec ses sombres tonalités habituelles, Murakami raconte ses souvenirs de lycéen en cette belle année 1969, quand la jeunesse lisait Rimbaud en écoutant Iron Butterfly, en rêvant de révolution et de filles. Sous la forme d'un bréviaire ironique de la culture pop des années soixante, il décrit les péripéties d'une adolescence mouvementée allant toujours à l'essentiel : le désir, la révolte, l'amour. « Je n'ai pas renoncé au rêve d'une fête qui n'aurait pas de fin. »

  • Un jeune homme, Uehara, croit abriter en son corps un parasite avec lequel il vit en symbiose. Ce ver est le signe qu'il a été choisi pour accomplir une mission : détruire une espèce qui a programmé son propre anéantissement. L'espèce humaine, bien sûr. On pourrait raconter l'histoire autrement. Uehara vit en reclus dans son appartement jusqu'au jour où sa mère lui achète un ordinateur portable et où il se connecte à l'Internet. Il entre en relation avec une organisation appelée INTER-BIO qui le persuade qu'il est investi du droit de tuer et de massacrer ses semblables.Et pourtant, c'est encore une autre histoire que raconte le roman de Murakami. Car l'Internet peut devenir le déclencheur d'une traversée du miroir où rejoindre enfin le réel, toucher la réalité de ses mains nues. Le réseau pousse Uehara à sortir, à reprendre contact avec les sensations les plus physiques, à marcher à la rencontre des autres et de lui-même. C'est ainsi que dans ce roman très dense, qui brasse biotechnologies, manipulations informatiques, attentats terroristes, meurtres rituels et traumatismes de la dernière guerre, une histoire très simple nous est relatée, et finalement porteuse d'espoir : celle d'un homme qui cherche, et trouve, un sens à son existence.

  • Kenji, un jeune Japonais de vingt ans, gagne sa vie en guidant des touristes dans le célèbre quartier louche de Kabukichô, à Tôkyô. C'est en compagnie de Frank, un client américain, qu'il parcourt durant trois nuits les lieux de plaisir de Shinjuku : trois nuits de terreur auprès d'un meurtrier inquiétant avec qui il joue au chat et à la souris. Ce roman court et percutant laisse une sorte d'amertume, un goût métallique pareil à celui du sang qui imprègne ces pages minutieuses décrivant - comme l'auteur l'avait magistralement fait dans son roman Les Bébés de la consigne automatique - l'agonie d'un monde sans âme et voué à la solitude.« La littérature, nous dit Murakami, consiste à traduire les cris et les chuchotements de ceux qui suffoquent, privés de mots... En écrivant ce roman, je me suis senti dans la position de celui qui se voit confier le soin de traiter seul les ordures. »

  • Anglais Piercing

    Ryu Murakami

    Every night, Kawashima Masayuki creeps from his bed and watches over his baby girl's crib while his wife sleeps. But this is no ordinary domestic scene. He has an ice pick in his hand, and a barely controllable desire to use it. Deciding to confront his demons, Kawashima sets into motion a chain of events seeming to lead inexorably to murder...

  • From the Fatherland, with Love is set in an alternative, dystopian present in which the dollar has collapsed and Japan's economy has fallen along with it. The North Korean government, sensing an opportunity, sends a fleet of 'rebels' in the first land invasion that Japan has ever faced. Japan can't cope with the surprise onslaught of 'Operation From the Fatherland, with Love'. But the terrorist Ishihara and his band of renegade youths - once dedicated to upsetting the Japanese government - turn their deadly attention to the North Korean threat. They will not allow Fukuoka to fall without a fight. Epic in scale, From the Fatherland, with Love is laced throughout with Murakami's characteristically savage violence. It's both a satisfying thriller and a completely mad, over-the-top novel like few others.

  • Anglais Piercing

    Murakami Ryu

    A pulsating psycho-thriller from Ryu Murakami, author of In the Miso Soup A renaissance man for the postmodern age, Ryu Murakami-'a musician, filmmaker (Tokyo Decadence), TV personality, and award-winning author-'has gained a cult following in the West. His first novel, Almost Transparent Blue, won Japan’s most coveted literary prize and sold over a million copies, and his most recent psychosexual thriller, In the Miso Soup, gave readers a further taste of his incredibly agile imagination. In Piercing, Murakami, in his own unique style, explores themes of child abuse and what happens to the voiceless among us, weaving a disturbing, spare tale of two people who find each other and then are forced into hurting each other deeply because of the haunting specter of their own abuse as children.

empty