• Parce qu'on peut apprécier les bonnes choses sans pour autant les sacraliser, parce qu'il n'est pas nécessaire de vider son compte pour dénicher un bon vin et parce qu'il ne faut pas toujours croire tout ce qu'on nous raconte, Roland Lecarpentier a décidé de mettre les pendules à l'heure. Dans un «ABCVerre» drôle et politiquement incorrect, il nous dévoile le fruit de ses observations : pourquoi boit-on tant de «bibine estampillée AOC» ? Comment débusquer les vrais connaisseurs des «pignoufs» ? Et en fait, la «chaptalisation», c'est quoi exactement ?

  • Dans l'univers impitoyable de la finance, on a inventé de jolies formules à la signification obscure : effet de levier, fonds de pension, dérivés, agence de notation. Et comme le client que vous êtes n'y comprend goutte, on lui en a trouvé d'autres, nettement plus attractives : bénéfices, crédits, actions. Avec un s, s'il vous plaît. Parce qu'on est comme ça, dans les banques : généreux. Et qu'on a bien compris que le vieux fantasme de l'alchimiste avait de beaux jours devant lui.
    Bizarre, pourtant. Depuis 2008, ce sont d'autres mots qui nous tournent dans la tête. Des mots comme crise, chômage, colère, banqueroute, arnaque. Le quidam n'a peut-être pas assimilé tous les montages financiers imaginés par les traders et autres grands pontes de l'économie, mais une chose est sûre : il sait qu'à jouer avec le feu, on risque l'explosion. Avec C'est la crise... et alors ?, Roland Lecarpentier et Thomas d'Almogne nous livrent leur coup de gueule contre les pratiques quotidiennes des banques. Décalé et ironique, cet ouvrage révèle les incroyables turpitudes des milieux financiers. Désacralisant les acteurs et révélant leurs pratiques, c'est une bouffée d'oxygène au moment où la crise financière menace de nous ensevelir.

empty