• C'est en s'inspirant des Grecs que les Romains vont inventer une "psychiatrie" moderne, où, pour la première fois dans l'Antiquité, l'origine des maladies de l'âme ne viendrait pas des dieux. Deux courants cliniques vont s'opposer : une "psychiatrie" organique où on prend en compte uniquement une somatisation ; et une "psychiatrie" psychologique où les maladies de l'âme proviennent de l'entourage, de l'environnement du patient. C'est à partir de cette perspective que Freud? grand connaisseur de l'Antiquité, inventera la psychanalyse...

  • La dépression est à la psychiatrie ce que la grippe est à la médecine générale ce n'est pas grave, mais on peut en mourir. Cet ouvrage se propose de faire l'historique de cette maladie, d'en définir les causes, de classer ses différents types, d'examiner ses différentes thérapeutiques et de la placer dans le contexte de la société contemporaine.

  • Non, le manager n'est pas un psy. Mais il a tout intérêt à savoir exercer son "sens clinique" : pour mieux comprendre les comportements de ses collaborateurs, mieux gérer les problèmes de communication, les conflits de personnes, les cas de harcèlement moral et sexuel... Exercer son sens clinique, c'est repérer les personnalités derrière les styles de management. C'est pouvoir distinguer le manager hystérique, de l'obsessionnel, du narcissique, du pervers ou du psychotique. En effet, pour les psychanalystes, chacun pense et agit dans la logique propre à l'une de ces structures psychiques. À travers une galerie de portraits, l'auteur nous révèle le fonctionnement des 5 structures psychiques de base de la psychanalyse. Managers, DRH, consultants, coachs, psychologues et médecins du travail y trouveront de quoi enrichir leur vision de l'entreprise et du management. Nouvelle édition augmentée : 5 nouveaux chapitres.

  • Faut-il être masochiste pour travailler en entreprise ?

    Si nous nous fions à Freud et à d'autres théoriciens éminents des groupes et des organisations, la réponse est oui. D'un point de vue symbolique et imaginaire, l'entreprise est, pour le sujet, une famille, une mère, un père, une fratrie. Selon son histoire personnelle, il l'investit d'amour ou de haine, il en est dépendant ou en a peur. Il y rejoue sans cesse les thèmes les plus douloureux de son passé, en commençant par l'Oedipe...

    Pulsion de vie contre pulsion de mort se confrontent pour le meilleur et pour le pire dans l'ordinaire de la vie professionnelle. Fantasme de l'excellence, stratégies d'échec et d'autopunition, addictions au travail et hyperactivité, mythe de la transparence, souffrance de l'ennui, désir et motivation, stress professionnel, rapport à la loi et à l'autorité, besoin d'amour ou de reconnaissance... une trentaine de courtes chroniques proposent ici une vision singulière et décapante sur la manière dont les acteurs de l'entreprise vivent leur mission et leur travail.

    Ouvrage publié avec le concours du Centre national du livre.

  • Cet ouvrage s'adresse à tous les amoureux de Rome et de l'Italie, aux passionnés de Freud et de la psychanalyse. Il propose un parcours baroque. Une promenade avec un Freud sensuel sous le soleil de la Ville éternelle. Savoir tout ou presque sur la difficile implantation de la psychanalyse en Italie. Savoir ce qu'il en est des rapports entre le Vatican et Freud. Un Freud passionné d'archéologie. L'antiquité romaine sera aussi au rendez-vous.

  • Regardez autour de vous, dans la rue, dans les chaumières, à la télé, dans les entreprises, en vacances.
    Narcisse est partout. Homme ou femme, Narcisse se montre, Narcisse s'exhibe. Le mythe de Narcisse aurait-il supplanté le mythe d' Oedipe ? Cet ouvrage est destiné à un large public. Il présente dans un langage simple le point de vue d'un psychanalyste sur l'émergence d'un nouveau type de personnalité, la personnalité narcissique. Nouveau type de personnalité ? Nouvelle forme de normalité ? Le propos place Narcisse dans le contexte de la postmodernité.
    Si l'on connaît le destin de Narcisse dans le mythe grec, quel sera le destin de notre société narcissique ? Les développements théoriques sont illustrés de nombreux cas cliniques.
    /> On y apprendra comment Narcisse pense, travaille, vit son corps, fait l'amour, vieillit et tombe malade. Ni névrosé, ni pervers, ni psychotique, il est l'éternel adolescent dans une société où la Loi symbolique est de plus en plus mal incarnée par les parents, les éducateurs, les enseignants et la classe politique.

    C'est sur une pratique psychanalytique, ainsi que sur une " clinique " de l'air du temps, que l'auteur s'est appuyé. Son propos traite pour l'essentiel de " l'homme hypermoderne ".

  • La fiction d'une psychanalyse d'un dictateur pour mettre en scène la réalité de l'Histoire. Les faits se situent en avril 1945, dans une Italie livrée au chaos. La Marche sur Rome hante encore pourtant le Duce à Salo, cette éphémère capitale de sa république fantoche. Déprimé, c'est son médecin qui lui conseille une psychanalyse. Une rencontre inattendue entre ce dictateur et ce psychanalyste juif de Rome. On y découvre un Mussolini comique, sympathique, cruel et désemparé. Les tyrans sont parfois sympathiques, c'est à ce titre qu'ils sont dangereux...

  • La création ou la modification d'un logo n'a de sens que si elle ne se limite pas à un simple exercice graphique mais relève d'une réflexion en profondeur au sein de l'entreprise.
    La stratégie d'image est aujourd'hui essentielle aussi bien en interne que pour mieux répondre aux défis de l'environnement concurrentiel mondial. Cet ouvrage montre que l'identification visuelle de l'entreprise est un élément majeur de sa communication. A ce titre, elle doit être traitée dans le cadre d'une démarche rigoureuse qui place la communication symbolique au coeur de la construction d'une stratégie d'image.
    Après avoir rapidement proposé un cadre d'analyse montrant le rôle fédérateur de l'identité visuelle au sein de l'organisation, ce livre s'attache à identifier les différentes phases nécessaires à l'élaboration et à la mise en oeuvre d'un programme d'identité visuelle. Il s'appuie sur l'examen approfondi de situations d'entreprises ou d'organisations. Ces cas illustrent différents contextes où l'engagement dans un programme d'identité est intégré dans une réflexion globale.

  • La barbarie a-t-elle changé de forme ? Ce livre tonique nous propose le point de vue d'un psychanalyste sur l'amour, la sexualité, le bonheur, les femmes dans la société, la publicité et la télévision, la technique et la communication, le travail et le management, le droit, la démocratie et le pouvoir, la guerre, l'histoire et " la décadence ". L'auteur jette un regard oblique et parfois féroce sur la société " postmoderne ". Il s'est inspiré de sa pratique clinique et un certain regard sur l'air du temps.

  • Roland Brunner est psychanalyste et enseignant. Auteur de plusieurs essais, il est notamment spécialisé dans l'étude des personnalités narcissiques.
    "Rome sweet Rome" se présente comme un "roman clinique". Deux personalités extrèmes, celle de Murcia la jeune archéologue et celle du "Dottore" le psychiatre, s'opposent et se confrontent après une rencontre fortuite dur le Forum. Chacun des protagonistes poussera la logique de sa personnalité jusqu'au bout d'une impossible relation. Elle veut devenir femme, connaître le désir et l'amour, mais ne le peut pas. Il peut aimer et désirer, mais il ne le veut plus. C'est dans la Rome d'aujourd'hui et d'hier que se déroulera leur errance relationnelle. C'est l'érudition, la Rome antique et la jouissance physique, qui seront pour Murcia les principaux moteurs pour vaincre son angoisse de vivre. C'est le noyau pervers du dottore, homme rangé, marié et père de famille, qui sera mis à nu le temps d'un voyage d'étude à Rome. Ce seront enfin les temps de "décadence" contemporaine, qui fourniront la toile de fond à l'intrigue. La partie se jouera en XXXI chapitres, les 31 jours d'un mois d'août chaud et humide de l'estate romana.

  • Les termes "clinique" et "psychanalyse" effraient. Dans le monde de l'entreprise ou le monde sportif, on leur préfère celui de "coaching" ? Or que saurait faciliter un coach s'il n'entend rien à la nature humaine, sa psychologie, son fonctionnement, son métabolisme, son "temps" psychique ? Comment pourrait-il aider son client à accoucher de lui-même, sans connaissance des structures psychiques, par exemple ? S'il n'a aucune idée de la question de désir, s'il le confond avec le besoin... Comment alors concilier ces tensions au service des objectifs à atteindre ? Il y a autant de coachings que de coachs et de coachés.

empty