Arts et spectacles

  • La collection Chemins Philosophiques a pour objet de favoriser la compréhension
    de notions et d'étayer la réflexion philosophique. Chaque ouvrage offre un
    traitement cohérent et complet de la problématique par le biais de deux
    approches complémentaires de la notion concernée : un exposé de l'enjeu
    philosophique et des principales articulations théoriques de la notion, suivi
    d'une présentation de textes accompagnés d'un commentaire. Ces deux parties
    permettent ainsi au lecteur de saisir la complémentarité de la réflexion
    philosophique contemporaine et de la tradition philosophique.

  • Comment une propriété esthétique nous permet-elle d'identifier une oeuvre d'art ? Si elles existent, quel est le mode d'existence des oeuvres d'art ? Qu'est-ce qui justifie dans la beauté son attribution à des objets réels ? Examiner la nature des propriétés attribuées aux objets, c'est déterminer le contenu de notre expérience artistique et le sens que nous lui donnons. L'ontologie de l'oeuvre d'art proposée par Roger Pouivet soumet une conception particulière de l'existence de l'oeuvre d'art.

  • L'esthétique philosophique et la philosophie de l'art connaissent un essor important, particulièrement dans la tradition de philosophie analytique. Ce volume examine d'abord leurs « évolutions et perspectives » depuis une vingtaine d'années, à travers une réflexion approfondie sur la notion même d'« esthétique ». Une deuxième partie porte sur « la question de la représentation », avec la querelle opposant les tenants du conventionnalisme et ceux du réalisme iconique, et l'importance renouvelée des notions de ressemblance et d'imitation qu'on avait pu croire périmées. Enfin, une troisième partie est consacrée aux notions qui s'entrecroisent dans le paradoxe de la fiction : comment et pourquoi pouvons-nous être émus par ce que nous savons ne pas exister, le destin tragique d'Anna Karénine, par exemple?
    Ce recueil ouvre un accès à quelques-unes des textes les plus significatifs de l'esthétique analytique des vingt dernières années, tout en apportant une contribution à une forme argumentative, directe et claire d'esthétique et de philosophie de l'art.
    Avec des textes de : M. Beardsley, N. Carroll, N. Goodman, J. Hyman, P. Lamarque, J. Levinson, J. Margolis, D. McIver Lopes, A. Neill, D. Novitz, C. Radford, J. Robinson et R. Wollheim

  • Esthétiques qui, pour n'être pas toujours explicites, n'en sont pas moins impérieuses. Il en résulte aujourd'hui une " esthétisation " de l'existence et une difficulté des arts proprement dits à se situer dans ce contexte. L'opacité des mythologies contemporaines et la prolifération des discours et théories sont autant de raisons de développer une réflexion dédiée en propre à ces questions.
    Or, paradoxalement, en tant que discipline à part entière du champ philosophique, l'esthétique est mal connue, volontiers marginalisée ou abandonnée aux intuitions les plus vagues. L'ambition de ce dictionnaire est de contribuer à une cartographie de son territoire. Il fait le choix d'une approche notionnelle, centrée non pas sur les auteurs ou sur les oeuvres mais sur les concepts, leur définition, leur généalogie, leurs contenus et leurs relations.
    A travers plus de 240 entrées, sont ainsi abordées les principales questions relatives au fonctionnement de l'art, au niveau ontologique, sémiotique, intentionnel, évaluatif, etc. Quelques articles plus spécifiques portent sur des aspects caractéristiques de certains arts, notamment visuels. Enfin une trentaine d'essais ouvrent de véritables perspectives sur des tendances contemporaines - comme les arts de masse, l'écologie ou la cognition - et proposent des relectures des grandes interrogations philosophiques.
    Cette nouvelle édition, enrichie d'une quinzaine d'entrées et essais, confirme la vocation de référence de cet ouvrage.

  • L'art nous apprend-il quelque chose ? La réponse à cette question a parfois été négative : l'art ne nous apprend rien, il nous flatte, voire nous corrompt. En revanche, certains ont suggéré que les arts nous permettent d'accéder à une connaissance supérieure à celle des sciences ou de la philosophie. Ce livre pose le problème de savoir si la valeur cognitive des oeuvres d'art entre dons leur mérite artistique, ou si cette valeur ne s'y attache que de façon contingente et non décisive, ne pouvant alors constituer une norme de leur intérêt artistique. Le livre, organisé en deux parties, examine le problème dans sa globalité, pour tous les arts ; avant de s'attacher à des questions particulières (la relation entre esthétique et mathématiques, la valeur cognitive de la littérature ou de la photographie, celle de la musique et particulièrement du jazz). Qu'elle soit épistémologique ou éthique, la revendication cognitive dans les arts est-elle justifiée ? N'est-elle pas une illusion conduisant à accorder une valeur excessive à l'art, ou à faire une erreur sur ce qu'il peut réellement nous apporter ?

  • Que nous apprend le mouvement dansé sur la nature humaine ? Quelle signification la danse permet-elle de donner à la relation entre le corps et l'esprit ? Les animaux non humains peuvent-ils danser ? Un spectacle de danse n'est-il qu'un divertissement agréable ou la contemplation perplexe d'un monde mystérieux et ineffable ? La danse permet-elle d'affiner notre perception de certaines propriétés expressives, notamment musicales ? A quelles conditions telle oeuvre, Le Lac des cygnes ou Annonciation d'Angelin Preljocaj, est-elle correctement interprétée par les danseurs et bien identifiée par les spectateurs ? Quel est le statut des partitions chorégraphiques dans cette identité de l'oeuvre dansée ? Voici quelques-uns des problèmes auxquels se confrontent les spécialistes internationaux de la philosophie de la danse qui ont participé à cet ouvrage.
    En posant avec clarté certaines questions de philosophie de l'esprit, d'ontologie, et d'épistémologie, ils témoignent à la fois de l'intérêt réel de la danse comme objet philosophique et du rôle unique que peut jouer la philosophie dans une meilleure compréhension de cet art.

empty