Arts et spectacles

  • Notre époque voit se multiplier, dans la confusion des repères et du vocabulaire, des conflits qui témoignent que le paysage devient un enjeu social d'une importance déterminante.
    Il importait de mettre en relief quelques idées fortes, combinant unitairement diverses échelles d'espace et de temps pour saisir, de manière cohérente, pourquoi la notion de paysage n'existe ni partout ni toujours, pourquoi la société française de cette fin de millénaire est si avide de paysage, pourquoi, suivant les cas, le passage d'une autoroute peut massacrer ou au contraire aviver l'identité d'un lieu...
    Pourquoi, en somme, le paysage, en dépit de son apparente évidence, est une invention toujours nouvelle de la réalité.
    D'où ces cinq propositions pour y voir plus clair dans notre paysage - notre façon de voir le monde, laquelle a subi au xxe siècle une mutation d'ampleur équivalente à celle qui, au début des temps modernes, vit apparaître consécutivement la notion de paysage et le point de vue scientifique.
    Cinq propositions qui articulent cette mutation cosmologique - ce bouleversement de l'ordre que nous voyons dans le monde - aux problèmes d'aménagement concrets qui se posent à une société en quête d'identité à travers le sens de son environnement.

  • Les paysagistes

    Pierre Donadieu

    Qui sont les paysagistes ? Dans la langue française, le terme désigne à la fois des artistes, des architectes, des architectes paysagistes, des ingénieurs, des entrepreneurs de parcs et de jardins, des jardiniers, des botanistes, des pépiniéristes, des fleuristes, etc. Le public comprend que tous sont des professionnels du paysage et du jardin et exercent ces métiers avec des compétences diverses et souvent mêlées : les uns comme artistes, les autres comme techniciens, planificateurs, entrepreneurs, ingénieurs et chercheurs. Et que tous s'inscrivent dans les marchés qui régulent les échanges économiques et sociaux de biens et de services dits paysagers. Mais bien peu comprennent les raisons de cette diversité et la manière dont s'articulent ou entrent en concurrence ces profi ls professionnels.
    Il n'existait pas en langue française d'ouvrage qui décrive la totalité de ces métiers. Centré sur les paysagistes français, et s'adressant au grand public, celui-ci essaie de retracer leur généalogie et d'expliquer la diversité de leurs profi ls. Le paysagiste peut-il être à la fois un artiste créateur, un jardinier, un ingénieur, un médiateur social, un urbaniste, un ethnologue et un conseiller des élus ? Comment les écoles de paysagistes les forment-elles ? Qu'en attendent les commanditaires publics et privés ? Autant de questions, parmi d'autres, auxquelles ce livre tente de répondre.

  • Le paysage est devenu un enjeu culturel et social, celui d'une société qui se préoccupe de son bien-être et du cadre de vie qui lui permettra de réaliser ce bien-être.
    Cet essai cherche à éclairer l'évolution du contexte social et les directions prises par le " désir de paysage " des sociétés contemporaines. Pour mener cette réflexion, Pierre Donadieu établit d'abord ce qu'il appelle les " principes " de la culture paysagiste : le jardin, le pittoresque, la nature, l'urbanité. Puis il détaille les différents espaces du désir social de paysage : la forêt, les rivages (la mer, le désert, les marais), la campagne, la ville enfin, qui lui permet de montrer en quoi la question du paysage rencontre celle de la refondation de l'espace public.
    Le paysage est une question d'avenir : Pierre Donadieu souligne comment les paysagistes, aujourd'hui, prennent en charge des problèmes aussi fondamentaux que ceux de la mémoire, du patrimoine, de l'identité, mais aussi de l'urbanité. Le projet de paysage, en ce sens, est une manière d'interroger la société contemporaine sur son devenir. Mais à reflète aussi une ambition : celle de répondre à cette interrogation.

empty