• Depuis la plantation des premières vignes, l'histoire de la viticulture alsacienne n'est pas celle d'un long fleuve tranquille. Si l'on excepte son siècle d'or, le formidable XVIe siècle, elle a toujours été tributaire des affrontements entre les peuples.
    Elle a aussi subi les aléas climatiques, les années de mauvaises récoltes et les crises économiques. Mais aucun de ces événements n'a eu l'intensité des destructions du terrible phylloxéra et des dégâts causés par la politique du Reichsland.

    Le vin d'Alsace a bien failli disparaître au tournant du XXe siècle ; il a fallu l'engagement de chercheurs et de viticulteurs déterminés pour qu'enfin, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il retrouve enfin le chemin de la qualité.

    Aujourd'hui, de nouveaux dangers guettent le vignoble alsacien ; y faire face nécessite la mobilisation de tous les acteurs de la filière. Pierre Seltz, témoin de la mutation radicale de l'Alsace du XXe siècle, livre ici une somme exceptionnelle sur le parcours des viticulteurs alsaciens à travers les siècles et, fort des leçons qu'il en dégage, répond clairement à la question qui se pose : oui, résolument oui, le vin d'Alsace a un avenir, "car aucun pays au monde n'a une meilleure position qualitative quant à l'affinité des cépages nobles et des terroirs". Encore faut-il prendre cet avenir en mains et engager toute la profession sur la voie du redressement.

    Les précédents des siècles passés, magnifiquement évoqués dans ce bel ouvrage, et les merveilleux atouts de nos vins nous invitent à ne pas gâcher l'héritage de toutes les générations de viticulteurs qui ont forgé le destin du vin d'Alsace.

  • « J'ai eu la chance insensée de célébrer les plus belles années de ma vie à travers le Vin, le Verbe et le Voyage. Oserai-je ajouter Vénus ? Rien, pourtant, ne prédestinait un laborieux jeune Alsacien d'autrefois à cet état de grâce advenu avec l'âpre travail de la vigne ».

    Alsacien de coeur, vigneron de métier établi à Mittelbergheim et grand explorateur de la planète du vin, Pierre Seltz a vécu la « duplicité alsacienne » sous l'Occupation, dans une Europe balayée par la guerre, avant de partir à la découverte de la « France de l'intérieur », à l'aube des Trente Glorieuses, et de vivre son rêve américain sur les traces du pionnier de la viticulture californienne, Junipero Serra. Ainsi, il a apporté sa contribution à la grande équation américaine définie par Ernest Gallo, fondateur de la plus innovante des wineries qui a amené la génération du Coca-cola au vin. Le service de Bacchus lui a fait vivre, entre l'Ancien et le Nouveau Monde, une existence d'aventure et d'émerveillement qui interroge l'avenir d'une profession et d'une humanité prises dans la tourmente d'une mondialisation qui inquiète. Plus que jamais, le vigilant viticulteur alsacien déploie des trésors d'inventivité pour perpétuer ce qui fait une civilisation.

empty