• Avec simplicité, esprit critique et objectivité, l'auteur s'attaque, dans ce second tome, à de nouveaux "mensonges de l'Histoire" : ainsi, saviez-vous que l'Enfer est une conception médiévale ? Que les chiffres arabes sont en réalité indiens ? Que Gutenberg n'a pas inventé l'imprimerie ? Qu'Abraham Lincoln était raciste ? Que l'Allemagne nazie fut le premier pays dans l'espace ?

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Chaque génération hérite des a priori et des idées reçues de la génération précédente. Ainsi, nombreux sont les mensonges de l'Histoire qui ont survécu jusqu'à nos jours. Nos ancêtres les Gaulois ? Napoléon était petit ? Au Moyen Age, les gens ne se lavaient pas ? Christophe Colomb a découvert l'Amérique ? Ce livre revient sur 80 poncifs considérés par beaucoup comme une réalité...

  • « Le management peut-il se définir autrement que comme un gouvernement par les normes conçu par des dirigeants insensibles au sort et aux ressources de leurs subordonnés ? Oui répond sans hésiter Pierre-Olivier Monteil. Tout au long de sa réflexion sur cette relation particulière qu'est le management, il redonne l'espoir fou que nous pourrions sortir de l'actuel malaise au travail. » Dominique Méda

    « En ces temps de crise, ce livre fait oeuvre utile en revisitant le management avec le souci de le mettre le plus possible au service d'une recherche effective (et non manipulatrice) du consentement des collaborateurs. C'est une contribution au retour de la confiance en entreprise, et au-delà, au retour de la confiance dans la cité et en politique en général. Cette logique de la générosité, du partage, refonde l'autorité autour de l'exemplarité et de l'écoute, l'engagement à partir du consentement, la liberté sur la base de la réciprocité. Un antidote salutaire à tous les opuscules de prêt-à-penser managériaux. » Yves Faurou

  • Ethique de la pratique ordinaire Nouv.

    Le monde du travail et l'activité quotidienne nous réservent de multiples difficultés que nous prenons pour des détails sans importance. Vaut-il mieux adresser cette demande par courriel ou bien l'exprimer de vive voix ? Comment aborder un désaccord avant qu'il ne tourne à la fâcherie ? Certains jours, la question revêt une ampleur particulière : que fais-je dans cette galère ? Cela ne peut plus durer ! Il peut être tentant de faire la sourde oreille et d'esquiver le questionnement. Jusqu'à ce que nous trébuchions encore sur cette difficulté, toujours la même, et que nous consentions enfin à nous interroger sur nos convictions et nos manières de faire. C'est-à-dire sur notre éthique.
    En invitant à la prise de recul sur nos pratiques de communication, notre rapport au pouvoir, l'action dans l'urgence, ou la préoccupation du risque, ce livre met au jour les ressources cachées dont nous disposons tous, même si elles sont aujourd'hui mal traitées. Celles du discernement, de la sensibilité et de la gratitude.
    INEDIT

  • Depuis vingt ans, le trésor de Rennes a suscité de nombreux ouvrages, essentiellement consacrés à la personnalité énigmatique de l'abbé Saunière. Jean-Pierre Monteils reprend le dossier de l'affaire, mais selon une méthode inédite, et en inversant l'itinéraire suivi par ses prédécesseurs : au lieu de partir de Rennes et de son curé, il cherche à situer le trésor dans la perspective historique de la Tradition. C'est donc un long voyage initiatique qu'il nous propose : or, toutes les pistes empruntées - rois mages, druides, Wisigoths, Cathares, Rose-Croix et Francs-maçons - aboutissent toujours à Rennes-le-Château et, en particulier, à la pierre tombale, chiffrée, de Marie de Blanchefort... On voit que si la fonction de l'hermétisme est bien d'interdire l'accès du mystère, celle du symbolisme est, au contraire, d'inviter à la transgression - et qu'alors, seule l'initiation permet d'avancer.

  • Depuis vingt ans, le trésor de Rennes a suscité de nombreux ouvrages, essentiellement consacrés à la personnalité énigmatique de l'abbé Saunière. Jean-Pierre Monteils reprend le dossier de l'affaire, mais selon une méthode inédite, et en inversant l'itinéraire suivi par ses prédécesseurs : au lieu de partir de Rennes et de son curé, il cherche à situer le trésor dans la perspective historique de la Tradition. C'est donc un long voyage initiatique qu'il nous propose : or, toutes les pistes empruntées - rois mages, druides, Wisigoths, Cathares, Rose-Croix et Francs-maçons - aboutissent toujours à Rennes-le-Château et, en particulier, à la pierre tombale, chiffrée, de Marie de Blanchefort... On voit que si la fonction de l'hermétisme est bien d'interdire l'accès du mystère, celle du symbolisme est, au contraire, d'inviter à la transgression - et qu'alors, seule l'initiation permet d'avancer.

empty