• Ruines

    Pierre Lepape

    • Verdier
    • 15 October 2020

    Avoir quatre ans en 1945 et arriver au Havre, c'est découvrir un champ de ruines et au loin, éternelle, la mer. Comment cet enfant peut-il construire sa jeune vie face au désastre ? en lisant, répond Pierre Lepape. Les livres sont ses compagnons, ses soutiens, sa part de rêve. Mais qu'en est-il lorsque s'effrite, puis s'effondre la confiance dans le pouvoir des livres ? Comment le lecteur passionné qu'il reste peut-il encore avoir foi dans la littérature si fragile confrontée à la violence de l'histoire ?
    Ces questions, Pierre Lepape les explore dans un récit très personnel qui est à la fois son chemin de lecteur et une analyse de l'histoire littéraire contemporaine.
    Dans une langue élégante et sensible, Ruines suit le parcours qui mène de la littérature triomphante des années trente à l'ère du soupçon et de la disparition de la religion littéraire, et dessine d'un trait léger l'autoportrait de son auteur.

  • Lorsque le 4 février 842, à Strasbourg, Charles le Chauve et Louis le Germanique décident de prononcer en langue vulgaire - franque pour l'un, tudesque pour l'autre - les Serments qui donnent naissance aux deux royaumes égaux de France et d'Allemagne, ils font de ces langues du peuple le lieu de convergence entre géographie, identité et imaginaire.
    Pour ce qui nous concerne, durant onze siècles, la littérature, à l'origine en langue d'oil, va se faire de plus en plus française et de plus en plus littéraire. Partant du constat que la littérature se vit chez nous à la fois comme essence et comme existence, Pierre Lepape se fait le brillant raconteur de cet art en perpétuel mouvement de tourniquet : à la fois création privée et affaire d'Etat, religion et institution, système symbolique et polissage de la langue.
    Les quarante-quatre chapitres du livre sont autant d'épisodes qui jalonnent ce formidable voyage dans le temps, à travers Le Pays de la littérature : onze siècles d'un récit ponctué d'analyses détaillées, de promenades romanesques, de mises au point historiques et de lectures inattendues.

  • Peu d'écrivains ont eu en ce siècle l'influence d'André Gide.
    Au-delà des idéologies, des systèmes intellectuels, des constructions et des opinions politiques, des croyances religieuses, choses périlleuses et périssables, il a mené ses combats et gagné ses batailles sur un seul terrain : la littérature. Elle a toujours été pour lui la manifestation vivante des efforts des hommes pour devenir enfin l'Homme - qu'il confondait volontiers avec Dieu. Ainsi est née par la seule grâce de l'écriture, des Caves du Vatican à Si le grain ne meurt, une relation de fascination pure entre cet être singulier, cet artiste et une foule passionnée.
    Dénouer l'énigme de cette fascination, comprendre comment une oeuvre, une création artistique parviennent à exercer un pouvoir d'exaltation et de libération sur des générations successives de jeunes filles et de jeunes garçons, tel est le propos de cette biographie consacrée à l'auteur des Nourritures terrestres. Année après année, de 1869 à 1951, Pierre Lepape a suivi la genèse et l'itinéraire de cet écrivain d'exception.
    Il a ausculté l'univers gidien, interrogé ses écrits, sa correspondance. Au terme de cette brillante et minutieuse étude émerge la figure d'un homme qui, né dans une austère famille protestante, n'a eu d'autre objectif durant sa longue vie que d'être à sa manière, tout en contradiction, en hésitation, en introspection, en sincérité et courage, un messager du bonheur.

  • - " Depuis vingt siècles, les romanciers, abandonnant aux philosophes le soin de s'accorder sur une définition de l'amour, ont entrepris d'en donner la description la plus complète. Ils ont interrogé les conditions et les aléas de sa naissance, sa durée fort variable, ses effets de surface et ses bouleversements de profondeur, sa physique, sa chimie, son histoire naturelle et sa géographie. Son histoire : à la différence des tragédies (et de la psychanalyse) qui voudraient nous faire croire que les passions amoureuses sont éternelles, les romans ne cessent d'explorer des réalités nouvelles, en employant des techniques narratives inédites capables de rendre compte de ces objets encore inconnus.Les romanciers ont promené leur miroir le long de ce chemin du réel. Ils ont enregistré, selon des techniques de plus en plus hardies (c'est l'histoire du roman) les changements du paysage amoureux. Mais les meilleurs des romans ne se contentent pas de reproduire la réalité. Ils l'éclairent, ils la montrent comme on ne l'avait jamais vue. Écrire une histoire des romans d'amour, c'est peut-être essayer de repérer comment, dans nos contrées occidentales où est né le roman, siècle après siècle, les romanciers ont inventé l'amour, cet amour-là, à jamais différent, à jamais exotique pour les peuples sans roman. "Des Métamorphoses d'Apulée jusqu'à Une passion simple d'Annie Ernaux, en passant par les oeuvres de Chrétien de Troyes, Cervantès, Rousseau, Goethe et Jane Austen, mais aussi Stendhal, Hardy, Tolstoï et tant d'autres, Pierre Lepape brosse la grande fresque de nos amours littéraires, dans tous les sens du terme.

    - Journaliste, critique littéraire (il a longtemps tenu le célèbre " Feuilleton " du Monde des livres), biographe (Diderot, Voltaire, Gide, Sorel), Pierre Lepape est aussi un essayiste d'une rare culture. Chacun se rappelle Le Pays de la littérature (Fiction et Cie, puis Points essai).

  • La littérature ne néglige aucun des aspects de notre vie. Si les romans d'amour explorent le temps de la passion, les embûches sur le chemin de l'union, les écrivains s'intéressent aussi au temps plus « solide » du ménage. Avec ce temps du couple installé, c'est le retour en force des passions ordinaires - la cupidité, le pouvoir, la guerre des sexes, la foire aux vanités - et l'arrivée de la fameuse scène de ménage.
    D'Homère à Chandler, de Shakespeare à Tanizaki et Philippe Djian, Pierre Lepape nous invite à une promenade littéraire aussi variée qu'intense, à travers les plus belles scènes de ménages de la littérature mondiale. Car chaque auteur éclaire à sa manière les différentes facettes de ces querelles intestines, récurrentes ou définitives, mortelles ou aphrodisiaques. De quoi donner de la splendeur à nos guerres amoureuses !

    Sur commande
  • Juliette est fille unique. Issue d'un milieu modeste, elle collectionne depuis l'enfance les premières places à l'école.
    L'un de ses camarades de lycée, plutôt cancre et de bonne famille, va sans le savoir déterminer son avenir. Elle l'aide à passer son bac, il la présente à ses parents. Le père du jeune homme, énarque évoluant dans les milieux politiques est si heureux de voir son fils rentrer dans le rang scolaire qu'il propose à Juliette, mention très bien au bac et acceptée sans concours à Sciences Po, de lui trouver un point de chute à Paris. Un de ses amis, François, énarque lui aussi et conseiller du ministre de la Santé, cherche une jeune répétitrice pour sa fille légèrement handicapée. Juliette sera logée dans une des chambres de bonne de l'appartement. Mais François tombe amoureux de Juliette qui voit là une opportunité pour pénétrer le milieu politique. Invitée à rejoindre François au ministère pour un stage, elle déploie intelligence et roublardise et invente une magouille infernale portant sur les médicaments périmés. Tout irait à merveille dans cette réussite, s'il n'y avait la jalousie de François...
    Noir et Or est un roman de l'ambition, de la revanche sociale. Une histoire d'aujourd'hui, qui fait écho à ce classique de la littérature qu'est Le Rouge et le Noir, de Stendhal.

    Michèle Gazier est l'auteur de nombreux romans dont la plupart sont publiés aux éditions du Seuil. Elle a lontemps tenu la chronique littéraire de Télérama et elle a aidé à la découverte de grands écrivains espagnols, en traduisant des auteurs tels que Manuel Vázquez Montalbán ou Juan Marsé.

    Pierre Lepape est journaliste, critique littéraire (il a tenu pendant sept ans le célèbre « Feuilleton » du Monde des livres ), auteur de plusieurs biographies (Diderot, Voltaire, Gide, Sorel) et de deux essais littéraires : Le Pays de la littérature (Fiction et Cie, 2003) et Une histoire des romans d'amour (Seuil, 2011).

empty