• L'Inde juxtapose incroyable diversité de peuples, de langues et de religions, alors même que la difficulté de leur coexistence est le problème majeur de la planète. La complexité inouïe de l'Inde est la raison de la fascination qu'elle inspire. Vers 2030, elle sera, devant la Chine, le pays le plus peuplé au monde. Elle comptera en 2050 plus de trois fois la population de l'Union européenne. L'Inde, où coexistent la misère et d'énormes richesses et potentialités, est à l'image du monde.
    De façon générale, le grand public français est longtemps resté peu au fait de la réalité de l'Inde, moins que de celles du Japon et de la Chine, et il en allait de même dans la plupart des pays de l'Union européenne, à l'exception de la Grande-Bretagne. Souvent l'intérêt pour l'Inde s'est porté sur le yoga, ses ashrams, ses diverses formes de spiritualité, et plus récemment sur quelques films issus du cinéma bollywoodien, plus populaires dans le monde arabe qu'en Europe. Mais ce ne sont pas nécessairement les aspects essentiels de l'Inde d'aujourd'hui.
    Alors que personne n'y croyait, elle est devenue une réelle démocratie, avec certes beaucoup de défauts, mais qui tranche tout de même sur nombre de pays asiatiques plutôt totalitaires. L'Inde est une métaphore du monde de ce siècle. Son avenir se joue maintenant sur le plan intérieur où, malgré une croissance impétueuse, d'immenses défis l'attendent : grande pauvreté, énormes contrastes sociaux, cohabitation des croyances et coexistence avec deux pays, la Chine et le Pakistan, dotés comme elle de l'arme nucléaire. De quoi s'inquiéter pour l'avenir de l'humanité car demain, tout est possible pour l'Inde, le meilleur comme le pire.

  • Bien des rues de notre pays portent son nom, et pourtant Léon Gambetta reste un homme politique méconnu.
    Par sa superbe plaidoirie au procès Baudin, en 1868, ce fils d'un petit épicier italien galvanise l'opposition républicaine au Second Empire, préférant gagner pacifiquement les masses au lieu de fomenter des insurrections sans lendemain.
    La guerre de 1870, voulue par Bismarck, révèle l'homme d'Etat : refusant la défaite, il lève des armées, gouverne la France et manque de peu de forcer le destin.
    Ni la capitulation qu'on lui oppose, ni l'élection d'une assemblée monarchiste ne l'abattent. Orateur magistral, immensément populaire, " commis voyageur de la démocratie ", inventeur des campagnes électorales et virtuose des joutes parlementaires, Gambetta va réussir, à l'issue d'une lutte acharnée, à instaurer durablement la République.
    Dans le peu qu'il lui reste à vivre - il mourra à 44 ans - son charisme lui vaut d'exercer une influence décisive, même si la mesquinerie de ses rivaux l'écarte du pouvoir.
    En avance sur son temps à bien des égards (rôle de l'Etat, grands travaux, politique culturelle), il est un des rares à comprendre les questions internationales, préparant lucidement une confrontation européenne qu'il sent inévitable.
    Cette biographie vivante et très documentée redonne vie à celui qui, ne dissociant jamais la République de la nation, inspira maints hommes politiques, de Clémenceau à Jaurès, du général de Gaulle à Mendès-France...

empty