Tempus/perrin

  • La première histoire globale de l'armée allemande de 1939 à 1945.
    Instrument des crimes commis pendant la Seconde Guerre mondiale, l'armée allemande a incarné un modèle de puissance, analogue à ce que fut l'armée napoléonienne au XIXe siècle.
    De 1939 à 1942, elle remporte des victoires spectaculaires qui assoient la domination du Reich - pour le malheur de l'Europe - avant d'opposer une résistance acharnée à une coalition qui dispose d'une écrasante supériorité en effectifs et en matériel. Philippe Masson expose magistra- lement ce qui s'est passé sur tous les fronts : stratégie, tactique, évolution des moyens, renseignement... Il évoque naturellement le rôle central du Führer, qui suit les mouvements de chaque division et marginalise ses généraux jusqu'à précipiter la chute du " Reich de mille ans ".

  • Quel fut le rôle exact d'Hitler dans les premiers succès foudroyants puis la défaite de la Wehrmacht ?
    Pour l'état-major allemand, si le Führer n'a reçu aucune instruction militaire, il a eu des intuitions géniales. De fait, son bilan est impressionnant : jusqu'en 1943, ses armées accumulent les victoires. Mais sa fixation sur Stalingrad et son incapacité à faire tomber la ville de son meilleur ennemi marquent le début du reflux. Le Reich n'a plus les moyens de lutter partout et contre tous. Hitler, aveuglé par sa toute-puissance, entraîne alors l'Allemagne dans l'abîme.

  • Le xxe siècle est, pour l'armée française, celui des triomphes, des mécomptes, des déchirements et des bouleversements.
    Victorieuse à l'arraché en 1918, la voilà consacrée première armée du monde, mais incapable de résister plus de quarante jours au reich. écartelée en plusieurs forces jusqu'en 1945, elle se trouve ballottée de guerres coloniales en guerre froide, tout en s'adaptant à la révolution nucléaire. enfin, vient l'heure des choix européens et de la professionnalisation, sources de nouvelles interrogations. il faut la clarté de philippe masson pour pointer les enjeux de ce siècle de fer.

empty