Langue française

  • Depuis ses débuts, Philippe Chancel photographie les sociétés autoritaires. En
    1981, il est le premier à se rendre en Pologne où a lieu l'état de siège
    proclamé par le général Jaruzelski. S'ensuit une longue série de reportages
    jusqu'à cette année 2005 où il obtient un visa de près d'un mois pour la Corée
    du Nord. Ce reportage donnera lieu à une publication chez Thames & Hudson sous
    le titre « DPRK ». En 2008, il se rend aux Emirats Arabes Unis. Dans ce
    gigantesque chantier à ciel ouvert, il découvre des point communs avec les
    dictatures communistes : utopie, culte de la personnalité donnant lieu à une
    iconographie envahissante, concentration du pouvoir, contrôle sur les individus
    et surtout déni de l'humain. Philippe Chancel s'intéresse à la manière dont ces
    sociétés mettent en scène leur pouvoir. Aux Emirats Arabes Unis, la course à la
    démesure n'en finit jamais. Dans cette société façonnée par l'idéologie du
    capitalisme, luxe et divertissement remplacent l'ordre et l'austérité
    socialistes : les monuments sont toujours plus hauts, plus clinquants, la
    consommation, et son lot de placards publicitaires, est omniprésente et les
    loisirs frisent l'absurde quand il s'agit de skier en plein désert. Là-bas,
    rien n'est trop beau ni trop grand pour se construire une identité, quitte à
    sacrifier des centaines d'ouvriers immigrés. Les photographies de Philippe
    Chancel cherchent à briser ce miroir aux alouettes contemporain. L'esthétique
    documentaire, les cadrages frontaux et distanciés, l'absence de tout affect
    pointent précisément le lieu où la propagande des idéologies agit, c'est-à-dire
    dans les apparences et les faux-semblants. Avec un texte de Quentin Bajac, chef
    du cabinet de la photographie au Musée national d'art moderne, Centre Pompidou.
    Ce travail, présenté à la Biennale de Venise en 2009, sera présenté dans le
    cadre de l'exposition Dreamlands au Centre Pompidou (5 mai - 11 août 2010), à
    la galerie Bleu du ciel à Lyon (11 mai - 15 juillet 2010), et la galerie
    Philippe Chaume à Paris (25 mai - 15 juillet 2010).

empty